Après un premier article très pratique sur comment organiser son voyage au Japon, et avant de rentrer dans les détails de tous les magnifiques lieux que nous avons découverts cet automne, je voulais pour présenter notre itinéraire et le budget de notre voyage de 3 semaines au Japon afin de vous donner éventuellement des idées si vous souhaitez découvrir ce magnifique pays !

Notez bien qu’il s’agit d’un second voyage, ne soyez pas étonnés si l’on a presque totalement évité Tokyo, écarté le temple d’Or de Kyoto, le magnifique jardin de Nara-Koen et l’immense temple de Todai-ji, ainsi que la merveilleuse île de Miyajima. Nous avions découverts ces sites lors de notre premier voyage. Mon conjoint ayant de plus résidé au Japon dans la banlieue de Tokyo, il n’avait pas forcément envie de repasser beaucoup de temps dans cette ville.

Notre itinéraire de 3 semaines au Japon

21 jours au Japon, cela peut sembler long, surtout que nous n’étions jamais parti en vacances plus de deux semaines d’affilés, mais il y a tant à voir au Japon que cela est finalement très court. C’est même un minimum pour vraiment commencer à en profiter ! Même en connaissant déjà le pays après un premier voyage de deux semaines l’île d’Honshu.

(Toyko/Kyoto/Nara/Hiroshima/Miyagima), nous avons finalement choisi, pour des raisons pratiques (notamment liées aux transports en commun), de rester sur Honshu, l’île principale du pays. Si l’itinéraire peut sembler similaire à celui du premier voyage (Hiroshima et Miyagima en moins), mais nous avons vu des choses bien différentes. Pour notre second voyage au Japon, nous avions envie de découvrir le Japon hors des sentiers battus en axant le voyage sur le côté nature du pays : Alpes Japonaises, randonnées… C’est pourquoi, même si nous ne connaissions ni Osaka, ni Kobé, nous avons fait le choix de ne pas nous y arrêter. Shinjuku et Nagoya seront les seules incursions du Japon moderne et futuriste durant nos 3 semaines !

Et quand bien même nous sommes retournés à Kyoto, son patrimoine historique est si riche, que nous en avons profité pour découvrir des “incontournables” que nous n’avions pas eu le temps de voir la première fois (comme Fushimi-Inari, le temps aux milles toris) tout en prenant le temps pour profiter des superbes montagnes qui environnent la ville et qui sont accessibles en transport en commun !

Retrouvez ci dessous la carte de notre itinéraire de 3 semaines au Japon :

S’il s’agit d’un premier voyage au Japon, vous pouvez adapter cet itinéraire en restant plus longtemps à Tokyo. 1 semaine est une bonne option et vous permettra à la fois de découvrir la ville et ses environs : Yokohama, Kamakura et éventuellement Nikko (même si pour cette dernière on vous recommande d’y passer une nuit, car c’est assez loin) et de pousser jusqu’à Hiroshima et l’île de Miyajima. (Du coup je vous conseille de retirer les étapes Nagoya et la presque île d’Izu, qui sont à mon avis moins indispensables). Pour Nara, faites la visite classique du parc de Nara et ses daims plutôt que la randonnée Yama-no-be-no-michi (ou alors rester 2 jours pour faire les deux!).

Si vous souhaitez partir au Japon, mais trouvez cela trop compliqué d’organiser le séjour vous même, l’agence Comptoir des Voyages qui propose une belle sélection d’itinéraires à personnaliser.

Notre itinéraire jour par jour

Jour 1 : Kamakura

A peine arrivés à Tokyo, nous prenons le train pour Kamakura, une ancienne capitale du Japon, célèbre pour ses nombreux temples et son grand bouddha, le Daibutsu (1h en train environ de Tokyo-Shinjuku)

Grand Bouddha Daibutsu - Kamakura - Japon
Daibutsu – Kamakura

Jour 2 : Randonnée de Takao-San à Jimba-San

Pour notre deuxième journée à Tokyo, nous prenons la direction du Mont Takao, une montagne située à 1 heure de train de Tokyo (et très apprécié par les Japonais pendant les jours fériés !) pour une randonnée d’une quinzaine de kilomètre entre le Mont Takao et le Mont Jimba.

La foule à Takao San

Retrouvez par ici mon article complet sur la randonnée au Mont Takao

Jour 3 : Inuyama et Nagoya

Nous quittons Tokyo en direction de Nagoya. Nous faisons un petit détour par la jolie ville historique d’Inuyama tout proche, qui possède un ancien château et un centre-ville charmant. Nous consacrons la soirée à découvrir le centre-ville ultra moderne de Nagoya (quartier de la gare – Midland Square et Sky Promenade).

château d'Inuyama

Midland Square - Nagoya - Japon
Vue sur Nagoya depuis la sky promenade - Japon

Jour 4 : Takayama

Takayama une vieille ville des Alpes Japonaises, que l’on surnomme parfois la petite Kyoto et qui a je trouve encore plus de charme ! Takayama est une bonne base pour rayonner dans les environs, aussi nous y séjournerons 4 jours.

Notre première journée consacrée à la découverte du quartier traditionnel des commerçants, avec la visite de maisons traditionnelles et de la maison du Shogun, siège du gouvernement de Hida.

ancienne maison japonaise à Takayama

Jour 5 : la vallée de Kamikochi, au cœur des Alpes Japonaises

Journée d’excursion en bus au départ de la gare routière de Takayama pour la vallée de Kamikochi. Un bel endroit pour randonner, dommage que la pluie nous accompagnera tout au long de cette journée. Au retour, nous faisons un petite pause dans un onsen (bain traditionnel japonais) à Hirayu Onsen, où nous avons la correspondance des bus.

vallee de Kamikochi

Jour 6 : le village traditionnel de Shiragawa-go

Deuxième journée d’excursion en bus depuis Takamaya, l’incontournable village de Shiragawa-go, un village traditionnel des Alpes japonaises, classé au patrimoine de l’UNESCO avec ses maisons en bois et à toits de chaume très pentus.

panorama sur le village de shirakawa-go

Jour 7 : Hida-Furukawa

Direction Hida-Furukawa, une petite ville située à 15 min de train de Takayama, excursion en vélo dans les rizières avec la compagnie Satoyama Experience. Retour à Takayama en début d’après-midi, balade dans le quartier nord de la ville où l’on trouve un nombre impressionnant de temples

Hida-Furukawa - Japon
Canal d’Hida-Furukawa

Jour 8 : Kanazawa

On reprend le train pour la côte nord de Honshu, direction la ville de Kanazawa, réputé pour son marché aux poissons et ses excellents sushis, et surtout son jardin japonais Kenroku-en, qui est réputé pour être l’un des 3 plus beaux jardins du Japon ! Kanazawa possède également un ancien quartier des samouraïs très bien conservés avec de belles maisons en bois traditionnelle.

La lanterne du jardin Kenroku-en de Kanazawa - Japon
Jardin Kenroku-en – Kanazawa

Jour 9 : Randonnée Kibune à Kurama dans les environs de Kyoto

Nous reprenons le train pour Kyoto, une ville que j’avais déjà visité lors de mon premier voyage au Japon. La ville possède un patrimoine très riche avec de très nombreux temples. Il est impossible de tout voir en une (ou même plusieurs) fois.

Nous y posons nos valises pour quelques jours pour visiter des temples que nous n’avions pas vu lors de notre premier voyage et prenons le temps d’explorer les environs.

Pour notre première journée, nous réalisons une petite randonnée (environ 6 km) entre Kibune et Kurama pour découvrir des temples nichés au coeur de la forêt. Nous terminons la balade par une pause détente à l’onsen de Kurama.

Nous passons la soirée dans le quartier de Gion Nord – rue Hanami Koji -, l’ancien quartier des geishas

temple dans la montagne de Kurama - Japon

Jour 10 : Kyoto

Pour notre deuxième journée à Kyoto, nous commençons par une randonnée de 6 km de Fushimi Inari, le sanctuaire aux mille toris jusqu’au temple de Tofukuji. L’après-midi, nous prenons la direction du quartier d’Arashiyama, célèbre pour sa bambouseraie. Nous y visitons le très beau temple Tenruy-ji, ainsi que la maison et jardin de l’acteur Okochi Sanso.

tori de Fushimi-Inari - Kyoto - Japon
Fushimi-Inari – Kyoto


Bambouseraie d'Arashiyama - Kyoto
Bambouseraie d’Arashiyama
Temple tenryu ji - Arashiyama - Kyoto - Japon
Temple Tenryu ji – Kyoto

Retrouvez par ici mon article sur les 10 plus beaux temples de Kyoto.

Jour 12 : Himeji

 Nous partons à la journée à Himeji (seulement 45 min de train en Shinkansen) à Himeji, pour visiter son château qui est l’un des plus célèbre et des plus imposant château japonais. Nous en profitons également pour visiter les jardins Koko-en juste à côté grâce aux billets cumulés. Malheureusement, nous ne profitons pas beaucoup de notre journée car il pleut des trombe d’eau.

Nous revenons en milieu d’après-midi à Kyoto. La pluies’est arrêtée. Nous allons dans le quartier de Gion-Sud pour visiter l’impressionnant temple de Kyomizu-Dera construit sur des pilotis et nous admirons la pagode Yasaka.

château d'Himeji - Japon
Château d’Himeji

Jour 13 : randonnée au Mont Atago

Nous consacrons notre dernière journée à Kyoto pour réaliser une randonnée (entre 12 et 15 km) entre Kiyotaki et Takao via le Mont Atago. Takao est un village intéressant à découvrir car il possède 3 beaux temples au cœur de la nature. Cela chance un peu des visite en ville, car si Kyoto est extraordinaire, on peut finir par se lasser en se contentant d’enchaîner les visites de temples.

Montagne dans les environs de Kyoto

Jour 13-14 : La Montagne sacrée de Koya-San

Nous quittons Kyoto pour un long trajet en direction de la Montagne sacrée Koya-San (4 trains, 1 funiculaire, 1 bus !). Le Mont Koya est un lieu de pèlerinage important au Japon et possède plus d’une centaine de temps ! Auparavant, la montagne était interdite au femmes qui devaient la contourner. Aujourd’hui, ce chemin existe encore et il s’agit d’un beau chemin de randonnée offrant de belles vues dans les montagnes. Il y a beaucoup à voir à Koya-San, et comme souvent au Japon, de nombreux temples. Un des lieux les plus impressionnants est le cimetière de l’Okunoin, le plus grand cimetière de l’Archipel qui se trouve dans une immense forêt.

Koya-San est aussi l’endroit idéal pour passer une nuit dans un temple bouddhiste, découvrir les repas traditionnels végétariens des moines et de se levers aux aurores pour faire la prière matinale.

Cimetière Okunoin - KoyaSan
Cimetière Okunoin – KoyaSan


pagode taho-to - Koya San
les montagnes autour de Koya San
Montagnes autour de Koya San

Jour 15 : Randonnée Yama-no-be-no-michi près de Nara

Au retour de Koya-San, nous nous arrêtons à Nara. Nous ne visiterons pas le parc et le sanctuaire Todai-ji que nous avions déjà visité lors de notre premier voyage. A la place, nous réalisons la randonnée Yama-no-be-no-michi (environ 12 km) entre les gares JR Tenri et JR Miwa, un itinéraire facile et agréable au milieu de la campagne japonaise, des vergers, des rizières, mais aussi des temples et des tumulus abritant des tombes d’empereurs. Nous n’avons croisé aucun touriste étranger et les japonais que nous avons croisé en chemin semblait curieux de nous voir là. Cette randonnée toute simple dans la campagne japonaise nous a semblé très dépaysante.

Rizières le long de la randonnée Yama-be-no-michi - Nara
Paysage de campagne dans les environs de Nara

Jours 16 – 18 : Péninsule d’Izu

Nous reprenons doucement la direction de Tokyo. Nous nous arrêtons 3 jours sur la péninsule d’Izu, un lieu très populaire chez les Japonais, réputé pour ses ryokans et ses onsens, mais très peu connue à l’extérieur des frontières (mais il faut dire que sans voiture, ce n’est pas forcément l’endroit le plus pratique à visiter… seule Shuzenji Onsen et la côte est est desservie par des transports en commun). Nous avons profité de ces journées pour retrouver une amie japonaise de longue date. Nous avons découvert Atami et son impressionnant musée, marché le long de la côte volcanique de Jogasaki et faire la jolie balade des 7 cascades de Nana Daru.

Shuzenji Onsen
Shuzenji Onsen


La plage d'Atami
Façade extérieure du MOA
Une des 7 cascades de Nana Daru
Une des 7 cascades de Nana Daru
Falaise de Côte Jogasaki - Péninsule d'izu - Japon
Côte Jogasaki

Jours 19-20 : Hakone

Dernière étape avant de revenir à Toyko, la région d’Hakone au pied du Mont Fuji. C’est pour moi l’un des plus beaux endroits à découvrir au Japon et pour une fois nous avons de la chance avec le temps. Le ciel est découvert et nous profitons de superbes vues sur le Mont Fuji.

Hakone c’est un endroit magnifique pour randonner, mais il y a aussi beaucoup de musées d’art très intéressant à visiter.

Lac Ashinoko - Hakone - Japon
Lac Ashinoko – Hakone

Retrouver dans cet article plus d’information sur les choses à voir et à faire à Hakone.

Jour 21 : Balade à Tokyo

Nous consacrons notre dernière journée au Japon à une balade dans le centre-ville de Tokyo (quartier de Shibuya, Harajuku et Shinjuku). Initialement, nous avions prévu une dernière randonnée, mais avec la fatigue de la veille et le fait que nous nous sommes couchés tard après un dernier dîner chez nos amis japonais, nous n’avons pas eu le courage de suivre notre planning ! Cela faisait quand même bien plaisir de retrouver dans quelques uns des endroits les plus emblématiques de la capitale japonaise.

Tokyo - Quartier de Shinjuku

Quartier de Shinjuku – Tokyo

 

L’organisation de nos randonnées au Japon

A moins de parler et de savoir lire le japonais, si vous souhaitez faire des randonnées, il sera assez difficile de trouver des itinéraires sur place. Nous avons quand même réussi à trouver des itinéraires sur place à différents endroits :

  • Kamikochi, même si j’avais été prévoyante en imprimant une petite carte de la vallée avant de partir. L’itinéraire est rudimentaire, mais cela suffit pour une journée de marche.
  • Koya San, où certains employés de l’office du tourisme parlent quelques mots d’anglais, et nous ont remis une carte des itinéraires possibles pour 1/2 à 1 journée de marche,
  • à Hakone nous sommes partis sans carte (enfin si une petite carte découpée dans un prospectus publicitaire de la région) en suivant les bons conseils de la propriétaire de notre guesthouse. Elles nous a gentiment traduit tous les termes écrits en écriture latine en Kanji, ce qui est indispensable pour s’y retrouver car les panneaux ne sont pas systématiquement écrit dans les deux alphabets.

Je ne comprends pas bien pourquoi les dépliants/cartes touristiques en anglais au Japon n’incluent pas l’équivalent en kanji. Cela serait tellement plus simple pour s’y retrouver ! A Koya San, nous avons du prendre la carte en anglais et en japonais, alors qu’une seule carte avec les deux alphabets auraient été tellement plus simple.

Pour les autres randonnées, nous avons utilisé le livre Hiking in Japan, édité par Lonely Planet. Je l’ai trouvé dans une librairie à Paris, mais on peut bien sur l’acheter sur internet. Dommage pour les non anglophones, il n’existe pas d’équivalent en français.

Si je n’ai pas trop aimé le guide Lonely Planet du Japon (je crois que j’ai un problème avec les guides de cet éditeur, je trouve qu’ils mettent mal en valeur les lieux à découvrir…), celui-ci est très pratique et vraiment bien fait. Pour chaque randonnée, il est décrit de manière très précise, comment se rendre au point de départ et comment revenir du point d’arrivée en transport en commun. Globalement, nous avons trouvé que les durées étaient un peu sous-estimée. Quand il est écrit que l’on peut faire la randonnée de Takao-San à Jimba-San en 5h-7h, mieux vaut taper sur 7h voir 8h. J’avais misé sur 6h, et finalement nous sommes arrivés juste avant la tombée de la nuit…

Quel budget prévoir pour un voyage au Japon ?

Un voyage au Japon coûte cher, surtout à cause des transports, mais dans d’autres aspects, comme pour la nourriture ou les visites, le Japon est un pays relativement bon marché. Ainsi il est intéressant d’y rester le plus longtemps possible pour amortir les frais aériens.

Les transports

Le premier poste de dépense a été, de loin, consacré aux transports :

  • 750 €/personne en billet d’avion Paris/Tokyo A/R avec Air France / KLM
  • 420 €/ personne pour le Japan Rail Pass 21 jours (prix 2015). Si vous choisissez de rester 1 semaine à Tokyo, il peut être intéressant de prendre le pass 14 j pour 100 € de moins. Le Japan Rail Pass est assez vite amorti si vous comptez vous déplacer en train. A vous de vérifier que cela sera rentable en calculant les prix des trajets sur Hyperdia (pour pouvez relire cet article pour plus d’informations sur le Japan Rail Pass)
  • 75 €/personne de bus pour visiter Kamikochi et Shiragawago depuis Takayama

L’hébergement

Au niveau des hébergements, si le Japon a la réputation d’être un pays cher, il existe quand même des hôtels assez bons marché. Nous n’avons pas essayé de dormir dans les cyber café (qui proposent des lits et qui constituent le lieux le moins cher pour passer la nuit), ou dans les hôtels capsules, mais nous avons souvent séjourné dans des Business Hotels, des hôtels pratiques, à l’occidental, souvent situés près des gares, mais qui n’ont pas beaucoup de charme. Une nuit dans ce type d’hôtel revient à environ 40-60 € la nuit sans petit déjeuner.

Nous avons également séjourner dans des guesthouses (hébergement traditionnel bon marché) notamment à Nara, Kyoto et Hakone. Il faut alors plutôt compter entre 60 et 80 € la nuit.

Un séjour au Japon n’en serait pas vraiment un sans une nuit dans un Ryokan (hébergement traditionnel). Dans ce type d’hébergement, les prix s’envolent très vite, mais ils incluent souvent la demi-pension. Nous avons séjourné dans un ryokan à Izu-Kogen pour environ 90 € la nuit et le petit déjeuner. C’est la fourchette vraiment basse pour ce type d’hébergement qui tourne plutôt autour de 150-200€/nuit.

Nous avons cassé la tirelire pour dormir une nuit dans un temple à Koya San (environ de 160€/nuit avec demi-pension), mais nous avons été franchement déçus par l’expérience. Je m’attendais à plus d’authenticité. En fait, dernière l’entrée du temple, il  y avait un grand bâtiment moderne et (qu’on ne voyait pas depuis la rue car caché par des arbres) qui accueillait un grand nombre de chambres. Il y avait même un ascenseur…  Heureusement nous avons quand même dormi dans un futon sur des tatamis mais nous avons trouvé ça vraiment très cher pour ce que c’était. De plus les repas étaient très légers (normal on est chez des moines) au point qu’en sortant du petit déjeuner nous sommes précipités à la pâtisserie acheter des gâteaux de riz à la pâte de haricots (une spécialité japonaise).

Les repas

Se restaurer au Japon est assez bon marché. On trouve facilement des restaurants de ramen (soupe de nouilles) ou soba (nouilles de sarrasin) à moins de 1000 yens (soit moins de 8€). Nous avons très rarement dépassé les 2000 yens pour un repas. Pour les pique-nique, nous avons toujours acheté nos provisions (sandwichs et des onigiris – boule de riz japonais entouré d’algues et fourrés avec des choses plus ou moins identifiables) dans des combinis (superettes de proximité que l’on trouve partout et qui sont ouvertes 24h/24). Nous en avions maximum pour 1 500 yens pour 2. Pour les petits déjeuner, nous achetions souvent quelque chose à manger (croissant en brioche, cookie, brownie…) et des jus d’orange au combini (sorte de petite superette ouverte 24h/24 très répandu au Japon) que nous mangions dans le train ou dans le bus.

Bref, tout cela pour dire, que manger au Japon ne fait pas exploser le budget.

Les visites

Les visites de sites sont globalement très peu chères : de 100 à 300 yens l’entrée d’un temple ou d’un jardin. Exceptionnellement, cela peut monter jusqu’à 500 yens (4€). Seuls les musées d’Hakone sortent de cette gamme de prix, il faut alors compter entre 1000 et 1500 yens. Mais globalement Hakone est beaucoup plus cher que le reste du Japon, c’est un peu le Deauville du Tokyoïte.

Au total, je vous conseille de prévoir un budget minimum autour de 2500-3000€ par personne pour un voyage de 3 semaines au Japon. Cela sera plus élevé si vous souhaitez faire plusieurs nuits en ryokan (je vous conseille d’en faire au moins une ou deux c’est une vraie expérience incontournable à faire au Japon).

Si vous avez aimé cet article, partagez le sur Pinterest !

Itinéraire de 3 semaines au Japon sur l'île d'Honshu : Tokyo, Kyoto, Alpes Japonaises, Kanazawa, Presqu'ile d'Izu, Hakone