Je reviens tout juste d’un voyage de 3 semaines au Japon. Ce n’était pas la première fois que je me rendais au pays du Soleil Levant. La première fois, j’y suis allée les mains dans les poches retrouver mon amoureux qui faisait son stage dans la banlieue de Tokyo. Je ne connaissais rien au pays, je ne m’étais occupée de rien, il avait tout prévu pour mon arrivée. Ce premier grand voyage à l’étranger, qui pensais-je serait sûrement le seul de ma vie, fût le début d’une passion dévorante.

Bref, depuis 8 ans maintenant, nous savions qu’un jour, nous y retournerions. A l’origine, ayant visité un peu Honshu, nous voulions pour ce retour, nous attacher à découvrir le Japon hors des sentiers battus et les îles du sud : Shikoku et Kyushu, mais finalement, pour des raisons pratiques, nous avons changé d’avis.

Avant de vous parler plus en détail de mon voyage au Japon, j’ai voulu vous parler d’abord des aspects pratiques de son organisation, car mine de rien je crois que ce voyage fût le plus complexe à préparer de tous ceux que j’ai pu faire jusqu’à présent !

Lac Ashinoko - Hakone - Japon

Quelle est la meilleure saison pour partir au Japon ?

La première question à résoudre est de choisir la date du voyage.

Avril est la période la plus touristique car correspond à la saison des cerisiers en fleurs, le hanami. Si vous voyagez lors de cette période, évitez la Golden Week de début mai, tous les japonais sont en vacances et tout est pris d’assaut.

Fin octobre / début novembre est également une période très appréciée, car les érables prennent alors des couleurs magnifiques.(Début octobre, nous avons pu profiter des premières couleurs qu’à Kyoto et Koya San.)

Momijigari, couleur d'automne à Koya San

Si les mois d’été sont ceux où il y a un très grand nombre de touristes, je ne vous recommande pas cette période (à moins que vous ne souhaitiez absolument gravir le Mont Fuji) car il fait très chaud et très humide. La météo est très désagréable. Attention également à éviter la période fin août / début septembre est la saison des typhons.

Je vous conseille également d’éviter la période des vacances de Noël pour un voyage au Japon. C’était la période où j’y suis allé la première fois. Si il n’y a quasiment aucun touriste, le  train à grande vitesse Shinkansen est littéralement pris d’assaut. A cette période, les japonais sont en vacances et se déplacent pour rentrer dans leur famille pour les fêtes de fin d’année. Nous avons fait des voyages de plusieurs heures, complètement serrés comme des sardines. En plus, autour du 31 décembre et du 1 janvier, tous les sites touristiques sont fermés.

Dans notre cas, nous voulions voyager en basse saison, mais avoir du beau temps. Nous avons pensé à la période fin septembre / début octobre. Finalement, nous avons découvert après coup, que ce n’était pas une basse saison, puisque la première semaine de notre séjour correspondait à la Silver Week des Japonais (un long week-end dont les guides ne parlent pas, mais à cette période, tous les lieux plus ou moins touristiques sont pris d’assaut) et la dernière à la semaine des vacances des chinois…

Un exemple, une foule incroyable lors du grand week-end japonais, au sommet du mont Takao, une montagne accessible en train depuis Tokyo. Il y avait tellement de monde au sommet que nous n’avons jamais pu voir le point de vue… (je ne possède vraiment pas le même niveau de patience que les japonais…)

La foule de japonais à Takao San

Conduire au Japon : est-ce vraiment une bonne idée ?

De manière générale, lors de nos voyage, nous essayons, lorsque cela est possible, de louer une voiture, car cela simplifie l’organisation du voyage (et d’autant plus quand on fait le choix du camping – comme en Islande ou aux USA). Bien que dans la vie quotidienne, je fais tout pour éviter de conduire – j’ai horreur de cela – mais j’apprécie la liberté qu’elle procure pour explorer des lieux un peu reculés et ne pas être contrainte par les horaires des transports en commun.

Pour le Japon, plusieurs choses nous ont fait abandonner l’idée de la location de la voiture :

  • la raison principale : la difficulté des démarches pour obtenir une traduction du permis de conduire, car au Japon, le permis international délivré par la France n’est pas reconnu. Pour les courts séjours (durée < 1 an) il faut obtenir une traduction certifiée auprès de la Japan Automobile Federation. Il est possible de faire la demande sur place, mais le délai pour l’obtenir est de 1 à 2 semaines (super!) ou de faire la demande par mail et la traduction est renvoyée par courrier, sauf que celle-ci ne peut être expédiée que vers une adresse postale située sur le territoire japonais – bref trop pratique ! Néanmoins, si vous tenez absolument à conduire au Japon, sachez que l’agence Vivre le Japon propose un service de traduction de permis de conduire. Mais ne vous y prenez pas à la dernière minute car il y a un délai de 4 semaines.
  • les japonais conduisent à gauche, et j’avoue bien que nous ayons déjà conduit à gauche au Royaume-Uni ou en Irlande, il faut y ajouter la difficulté des idéogrammes, et des panneaux que l’on ne comprends pas…
  • peur de la difficulté de circuler et de d’avoir du mal à se garer dans les grandes villes…

Vu que le système de train au Japon est extrêmement bien développé et ultra-performant, nous avons donc finalement opté pour cette solution. Les plus beaux centres d’intérêts des îles de Kyushu et Shikoku n’étant pas accessibles en train, nous avons regardé de plus près ce que l’on pourrait faire sur l’île d’Honshu, l’île principale, et nous avons réalisé que nous étions bien loin d’avoir tout vu !

 

Hyperdia : l’allié indispensable pour planifier son trajet en train au Japon

Quai de la gare - Kyoto

Pour réaliser l’itinéraire de notre voyage, j’ai listé tous les endroits que nous aimerions voir et j’ai essayé de les relier en train. Pour cela, j’ai utilisé le site internet d’Hyperdia, qui donne les horaires et les tarifs des trains pour réaliser n’importe quel trajet sur le sol japonais. Ce site est disponible en anglais et est ultra pratique, je dirais même totalement indispensable, que ce soit pour préparer son trajet, où sur place pour savoir quel train prendre.

L’intérêt de ce site est qu’il propose les itinéraires de toutes les compagnies de train. Au Japon, il existe en effet différentes compagnies : la Japan Rail, la compagnie principale, et d’autres compagnies privées.

Comme en France, il existe des TGV – les Shinkansens – ultra rapides, très fréquents, et d’une ponctualité à toute épreuve (comme tous les trains au Japon, c’est vraiment impressionnant quand on est habitué au RER parisien toujours en rade!), mais aussi une multitude de trains plus ou moins rapides : les Limited Express (un peu l’équivalent de nos TER), et les trains locaux, dont certains sont de vrais tortillards.

Shinkansen

Train -Kyoto - Kurama

Si certaines villes peuvent sembler proches sur la carte, il faut néanmoins vérifier le temps de parcours avec Hyperdia, car dès que l’on sort de l’axe principal du pays (en gros l’axe du Shinkansen), cela peut être compliqué d’accéder à certains lieux. Nous avons par exemple choisi de renoncer à visiter Isé, car après notre expédition à Koya San depuis Kyoto (4 trains + 1 funiculaire + 1 bus), on s’est dit que l’on n’aurait pas envie de se relancer dans ce type de trajet pour aller voir un temple, même si c’est l’un des principaux du pays…

 

Japan Rail Pass : ça vaut le coup ou pas ?

Japan Rail Pass

Le Japan Rail Pass c’est quoi ?

Le Japan Rail Pass est un pass qui permet d’accéder à tout le réseau JR (Shinkansen compris sauf Nozomi et Mizuho) pour une durée donnée : 7 jours, 14 jours ou 21 jours. Il existe également d’autres pass qui couvrent une seule partie du pays (ex : pass Hokaido, pass Shikoku…). Globalement, si vous faites plusieurs régions, il est plus intéressant de prendre le pass complet plutôt que de se casser la tête pour prendre plusieurs pass régionaux.

Est ce que ça vaut le coup ?

Le Shinkansen coûte cher, et selon la durée le Japan Rail Pass est vite amorti. Si vous partez au Japon plusieurs semaines, vous pouvez essayer de limiter les trajets sur une durée plus courte pour acheter un Japan Rail Pass moins long. Dans notre cas, nous n’avions pas prévu de rester sur Tokyo puisque mon compagnon connaissait très bien la région, nous avons donc pris le pass 21 jours.

Pour vérifier que cela valait le coup financièrement, j’ai fait la somme des trajets que je pensais faire avec Hyperdia que j’ai comparé avec le prix d’achat du Japan Rail Pass. Contrairement en France, le prix du trajet est fixe et ne joue pas au yoyo selon l’heure d’achat, le jour,… Un Tokyo-Kyoto en Shinkansen coûte toujours le même prix, que l’on voyage aux heures de pointe ou non. (mais d’expérience, on peut se retrouver à faire le trajet debout, tassés comme des sardines si l’on a pas de réservation, ce qui n’arrive pas dans un TGV puisque l’on est obligé de réserver une place assise). Pour savoir si le prix du trajet est couvert par le Japan Rail Pass, il faut regarder la couleur du train sur Hyperdia : s’il est vert, c’est bon, si il est rose, il s’agit d’une compagnie privée et il faudra payer le trajet.

Le pass 21 jours étant quand même bien cher, à la fin, j’avais calculé qu’il me revenait à 1000 yens de plus (soit un peu moins de 10 euros) que l’achat des billets séparés. Cet écart étant faible, j’ai choisi de le prendre et j’ai bien fait puisque nous avons fait plus de trajets que prévu, et je n’avais pas non plus pris en compte plein de petits trajets qui étaient couverts par le pass. A l’arrivée, j’ai fait une petite économie, mais surtout je nous ai simplifié la vie pendant le voyage, car l’utilisation du Japan Rail Pass est vraiment ultra pratique !

Prix 2019 des Japan Rail Pass

Pass 7 jours : 230 €

Pass 14 jours : 367 €

Pass 21 jours : 469 €

 

Comment utiliser le Japan Rail Pass (JRP) ?

Comment se procurer Japan Rail Pass?

Le Japan Rail Pass ne peut pas être obtenu directement sur place ! Il faut acheter un bon d’échange à l’étranger. Vous pouvez achetez votre bon d’échange en ligne sur le site du Japan Rail Pass.

Attention : le Japan Rail Pass ne peut être obtenu que pour les personnes de nationalité non japonaise disposant d’un visa touristique de courte durée (moins de 90 jours). (Les japonais ne peuvent en bénéficier que s’ils disposent d’un visa de résidant permanent à l’étranger ou s’ ils sont mariés à une personne non japonaise résidant en dehors du Japon).

Une fois arrivé au Japon, il faut échanger le bon contre le Japan Rail Pass dans l’une des nombreuses agences JR. Nous avons fait l’échange à la gare de Shinjuku à Tokyo, la plus grande gare du monde, ce qui nous a permis de bien nous perdre dans les couloirs de la gare, nous avons bien passé 30 minutes pour trouver le bon bureau JR ! Heureusement une fois le JRP en main, c’est vraiment ultra simple d’utilisation !

Comment s’en servir sur place ?

Une fois le pass en main, pour accéder au quai, il n’y a qu’à présenter le pass au contrôleur qui est situé à côté des tourniquets ! Plus besoin de se casser la tête à calculer le prix du trajet à chaque fois (hormis lorsque l’on emprunte les lignes privées bien sûr).

Pour réserver un trajet en Shinkansen, il suffit de se présenter à un guichet JR (il y en a un dans chaque gare JR, et un peu partout dans les grandes gares) et demander un ticket pour le train souhaité. La réservation se fait sans supplément lorsque l’on dispose du JRP et permet d’avoir la garantie d’une place assise.

Acheter votre Japan Rail Pass avant de partir

Réserver les hébergements au Japon

Hébergement dans un temple KoyaSan - Japon

IMGP3279

Au Japon, il est mal vu de débarquer dans un hôtel sans réservation. Si l’hôtel est complet, vous allez mettre votre interlocuteur très mal à l’aise. Dans la culture japonaise, il est très mal vu de ne pas pouvoir répondre favorablement… De plus, les périodes de pointe n’étant pas forcément celles que l’on croit, mieux vaut s’y prendre très longtemps à l’avance !

Pour réserver les hébergements de notre séjour, j’ai tout fait par internet avant le départ. J’ai eu un peu peur au début car tous les hôtels dans notre budget étaient complets. Nous voulions commencer par Hakone ou la péninsule d’Izu et il n’y avait aucun hôtel de libre à moins de 200 € la nuit… Je m’y était prise plus de 4 mois à l’avance et quasiment tout était complet. En fait, j’ai découvert qu’il s’agissait d’un long week-end japonais. Comme ils ont peu de vacances, ils se précipitent sur leurs jours fériés pour visiter le pays. Nous avons donc changé l’itinéraire et choisi des hôtels dans des grandes villes pour commencer : Tokyo et Nagoya, villes dans lesquelles nous avons eu aucun mal à trouver un hébergement dans notre budget !

J’ai eu du mal à trouver des hébergements sur Nara et Kyoto début octobre. J’ai découvert la raison une fois sur place : début octobre représente la semaine de vacances des chinois. Le Japon était alors pris d’assaut par des milliers de touristes chinois, au point qu’à Gion, le quartier touristique de Kyoto, nous n’entendions parler qu’en chinois.

Pour réserver les hébergements, j’ai tout fait par Booking. Notre guide Lonely Planet nous conseillait bien certains hôtels via leur site web, mais la plupart du temps les interfaces sont seulement en japonais… En eff,t au Japon, peu de gens parlent anglais (même dans le tourisme – sauf dans les grands pôles touristiques bien sûr et heureusement cela s’améliore), ce qui ne facilite pas la tâche !

chambre traditionnelle japonaise

Si vous voulez vous offrir une nuit (ou plus) dans un ryokan (auberge traditionnelle – c’est vraiment à faire au moins une fois : dormir dans un futon sur un tatami, déguster un petit déjeuner japonais avec riz, soupe miso et poisson grillé, et s’il en est équipé, se plonger dans un onsen, bain public chaud japonais – un délice !), n’hésitez pas à consulter le site Japanese Guest House, qui a une interface très bien faite en anglais ou le site de la Japan Ryokan & Hotel Association.

Si après la lecture de cet article, vous êtes intéressés vous aussi pour partir au Japon, mais trouvez toujours cela trop compliqué d’organiser le séjour vous même, n’hésitez pas à regarder du côté  de l’agence Comptoir des Voyages qui propose une belle sélection d’itinéraires à personnaliser.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager sur Pinterest !

Comment organiser son voyage au Japon ? Tous mes conseils de la réservation des hebergements à l'achat du Japan Rail Pass