Afrique Swaziland

Visiter Estwatini (le Swaziland) en 3 jours

Mantenga View Point - Mlilwane Wildlife Sanctuary

Petit pays enclavé entre l’Afrique du Sud et le Mozambique, le Swaziland, récemment rebaptisé Estwatini est souvent traversé rapidement par les touristes en voyage en Afrique du Sud, car il se trouve idéalement situé sur la route la plus courte entre le Parc Kruger et le KwaZulu Natal. Parce que nous voulions prendre le temps et ne pas enchaîner les longues journées de route, nous avions décider de prolonger notre séjour au Swaziland, sans trop savoir à quoi nous attendre de la dernière (ou presque) monarchie absolue du globe. Comme vous allez le voir, c’est un pays idéal pour les randonneurs, les paysages sont superbes et il y a largement de quoi faire entre les différents parcs naturels. Après 4 jours enfermés dans la voiture pour la visite du parc Kruger, nous étions bien contents de pouvoir nous dégourdir les jambes.

Dans cet article, vous trouverez le programme de nos 3 jours à Estwatini (Swaziland) (2 journées entières et deux demi-journées). J’espère que cet article vous donnera envie de prolonger votre séjour dans ce petit pays qui méritait d’être mieux connu.

Nous avons choisi d’axer notre découverte d’Estwatini (Swaziland) sur la partie nature, mais si vous êtes plus intéressés par l’aspect culturel, sachez qu’il est possible de visiter des villages reconstitués comme le village culturel de Mantenga dans le centre du pays ou celui de Matsamo (pour en savoir plus, je vous invite à lire le récit de Cindy sur son blog) où l’on peut assister à des spectacles de danses traditionnelles. Cela avait l’air assez intéressant à faire, cependant les horaires des représentations ne collaient pas avec les autres choses que nous voulions faire.

Le passage de la frontière et l’entrée au Estwatini (Swaziland)

Après 3 jours de safaris au Parc Kruger, c’est un peu à regret que nous nous dirigeons vers la sortie par la porte Malelane en direction de notre prochaine étape : le Swaziland. Après une bonne heure de route, nous atteignons le poste frontière de Jeppes Reef.

Attention : les postes frontières entre l’Afrique du Sud et le Swaziland ne sont pas ouverts 24h/24. La plupart d’entre eux sont ouverts au mieux de 7h à 20 h, mais certains postes ferment à 16 h. Les horaires sont disponibles en ligne ici, consultez-les pour prévoir votre trajet en fonction et éviter une mauvaise surprise.

Au Swaziland, encore plus qu’en Afrique du Sud, je vous conseille d’éviter de rouler la nuit. Comme en Afrique du Sud, il y a pas mal de piétons et de bétails au bord des routes. Mais la spécialité du Swaziland, ce sont les dos-d’âne bien bien raides qui surgissent sans prévenir sur des routes à 60 voir 90 km/h. Parfois il reste un peu de peinture, mais bien souvent elle est complètement partie. Autant vous dire qu’en plein jour on les voit au dernier moment, alors la nuit…

Les formalités pour passer la frontière sont assez rapides, il n’y avait pas énormément de monde et en une bonne dizaine de minutes, nous voila passé de l’Afrique du Sud au Swaziland. Avec un passeport français, il n’y a aucune démarche préalable à réaliser hormis d’être muni d’un passeport en règle et valable encore 6 mois après la date du retour et possédant 2 pages vierges. Le visa s’obtient à la frontière. Il faut également s’acquitter d’une taxe d’entrée sur le territoire (apparemment c’était une taxe pour la voiture). Le paiement de cette taxe est l’occasion de remplir multitude de formulaires et de recevoir un grand nombre de reçus en échange. Un premier aperçu de l’administration Swazi, qui semble-t-il, aime la paperasse.

Important

Vérifiez au moment de la location, que vous avez le droit de passer les frontières avec votre véhicule de location. De plus, il vous faudra une autorisation du loueur. Selon les loueurs celle-ci peut être gratuite ou payante, et cela peut représenter un budget supplémentaire d’une centaine d’euros ou plus.

Souvent ce type d’information est donnée en tout petit dans les conditions générales de vente, soyez-y bien attentif.

Paysage montagneux du Swaziland

Phophonyane Falls Ecolodge

A une quarantaine de minutes de route du poste frontière, nous atteignons la bifurcation pour notre premier arrêt : le Phophonyane Falls Ecolodge qui est situé au niveau d’une petite réserve naturelle privée. La piste de 3 kilomètres qui permet de rejoindre l’hôtel est complètement défoncée. On parviendra néanmoins au bout non sans quelques sueurs froides avec notre petite voiture de location. C’est donc de manière assez inattendue que nous découvrons au bout de ce chemin ce qui ressemble à un lodge de luxe en pleine nature. Le site est magnifique, et une fois sur place, on regrette de ne pas y avoir réservé une nuit, à la fois pour profiter des superbes bungalows et du site qui propose plusieurs randonnées. Cependant, il n’est pas nécessaire d’être client de l’hôtel pour profiter de la réserve. Il suffit de s’inscrire à la réception de l’hôtel et en échange d’une petite somme (autour de 50 Rands de mémoire), on nous donne un plan de la réserve et on peut se balader à pied.
Comme nous avons encore 1h30 de route pour rejoindre notre hébergement situé dans la réserve de Mlilwane, et comme nous ne voulons éviter à tout prix de conduire de nuit, nous devrons écourter notre visite dans cette réserve. Cependant, en 1 à 2 heures de temps, on peut quand même profiter de la beauté du site, de la magnifique cascade de Phophonyane et de déambuler le long de la rivière. Nous profitons de cet arrêt pour pique-niquer avec les sandwichs achetés le matin même Parc Kruger (restauration à emporter disponible au niveau du camp Skukuza).

Phophonyane Lodge - Swaziland
Cascade de Phophonyane - Swaziland
Randonnée dans la Phophonyane Nature Reserve - Swaziland

Mlilwane Wildlife Sanctuary

La réserve de Mlilwane fût l’un de mes coups de cœur du Swaziland. Il s’agit d’un grand parc dans lequel il est possible de randonner au milieu d’animaux en liberté. Hormis le craintif léopard, le parc ne possède pas de Big Five et il est donc possible de marcher en relative sécurité. En effet, il faudra quand même garder ses distances des crocodiles et des hippopotames présents autour du lac, mais globalement, le parc est aménagé de sorte à ce qu’il n’y ait pas trop de danger.

L’histoire de ce parc est passionnante. Au milieu du XXème siècle, la chasse massive était quasiment venue à bout de tous les animaux sauvages du Swaziland. Le fermier Ted Reilly, dont la sculpture trône au centre du camp principal du parc, avec le soutien du roi Sohbhuza II, eu l’idée de créer un sanctuaire pour les animaux sauvages du Swaziland sur ses terrains agricoles. Des animaux furent capturés dans les environs pour être installés dans cette réserve. De taille modeste, celle-ci fût peu à peu agrandie au fil des années et couvre aujourd’hui une surface de plus de 4500 hectares.

Il est plus difficile d’observer les animaux en marchant que lors de safari en voiture. Les animaux nous repèrent de loin et sont plus craintifs, ce qui rend l’approche difficile. Néanmoins avec de bonnes jumelles, il est possible de se faire plaisir. Nous avons ainsi croiser des nyalas, des koudous, des phacochères, des zèbres, des hippopotames et même un crocodile. Ce dernier nous a fait une petite frayeur, car il était endormi au milieu du chemin et nous ne l’avons vu qu’au dernier moment. Nous avons alors du faire un petit détour pour l’éviter. J’ai trouvé que se balader au milieu des animaux sauvages en liberté étaient encore plus magique que de les observer depuis l’intérieur de sa voiture.

Les chemins de la réserve sont très bien balisés. Je vous conseille néanmoins d’acheter la carte du parc (10 R) pour ne pas se perdre et choisir les itinéraires que l’on souhaite suivre. Les durées indiquées sont globalement largement surestimées. Nous faisons globalement les itinéraires toujours beaucoup plus rapidement qu’indiqué sans se presser puisque nous prenions le temps de profiter du paysage, d’observer les animaux avec les jumelles, de faire des photos et même de pique-niquer.

De notre côté nous avions décidé de passer la journée entière dans le parc, ce qui nous a permis de faire une belle randonnée jusqu’au point de vue de Mantenga d’où l’on a une superbe vue sur toute la vallée d’Ezulwini. Comme nous avons été plus rapide que prévus, nous avons faire une détour par le Nyonyane Peak, le sommet du parc, avant de revenir sur nos pas et terminer par la Mare aux Hippopotames. La plupart des animaux restent dans la partie basse du parc, aussi même si vous n’avez que quelques heures, vous pourrez profiter de la réserve.

La réserve de Mlilwane Wildlife Sanctuary propose également des activités comme des balades à cheval ou en VTT, qu’il faut réserver à l’avance. Je regrettais de ne pas avoir eu de place pour faire une balade à cheval en m’y prenant la veille, mais finalement quand j’ai croisé les chevaux je n’ai pas regretté. Ceux ci sont exploités jusqu’à la corde et avaient vraiment bien mauvaise mine. Cela faisait mal au cœur et j’étais finalement bien contente de me contenter de randonner en autonomie dans le parc.

La Mare des Hippopotames - Mlilwane Wildlife Sanctuary
Mlilwane Wildlife Sanctuary - Swaziland
Randonnée dans la Mlilwane Wildlife Sanctuary
Mantenga View Point - Mlilwane Wildlife Sanctuary

Malolotja Nature Reserve

Pour notre dernière journée entière au Swaziland, nous avons pris la direction de la Malolotja Nature Reserve située dans le nord ouest du pays à environ 1 heure de route de Mlilwane. La réserve est surtout connue pour son attraction « Malolotja Canopy Tour » un circuit de 2h30 d’accrobranche avec de nombreuses tyroliennes (que nous n’avons pas fait, avec seulement 3 jours sur place nous avons du faire des choix sur les activités).

Mais la réserve de Malolotja, c’est aussi une immense réserve sauvage très peu fréquentée. L’entrée très discrète, pourtant les paysages sont somptueux. Le paradis de la randonnée ! Nous nous arrêtons à l’accueil pour s’enregistrer et prendre une carte du parc et des randonnées. On nous conseille deux balades de 3 heures que nous réaliserons chacune en moins de 2 heures, sans se presser pour autant. Au cours de ces randonnées, nous aurons l’occasion d’observer aux jumelles des damalisques à front blanc, une espèce d’antilope typique d’Afrique Australe, mais que nous n’avons pas vu au Kruger.

Randonnée dans la réserve de Malolotja au Swaziland
Damaliste à front blanc - antilope du swaziland
Randonnée dans la réserve de Malolotja au Swaziland
cascade Malolotja Nature Reserve - Swaziland

Remarque : si une grande partie du parc est réservée aux véhicules 4*4, la petite partie ouverte aux véhicules standards que nous avons visitée n’est pas en excellent état et nous a donné un peu de fil à retordre sur certains petits passages. Un 4*4 ou a minima une voiture un peu surélevée n’est clairement pas du luxe pour visiter le Swaziland. La partie accessible du parc ainsi que les randonnées à faire vous seront expliquées à l’accueil de la réserve.

Lobamba et le musée national du Swaziland

Pour notre dernière matinée au Swaziland, nous visiterons le Musée National à Lobamba. Il est possible de coupler cette visite avec le mausolée du roi juste en face mais nous n’avons pas énormément devant nous car une longue route jusqu’au parc de Hluhluwe nous attend ensuite.
Le Musée National du Swaziland est tout petit, assez vieillot, et l’entrée plein tarif est chère pour ce qu’il y a à voir. Rien d’extraordinaire donc, mais néanmoins cela nous a permis d’en apprendre un peu plus sur l’histoire et les coutumes de ce pays dont nous ne connaissions absolument rien. La partie qui nous a le plus intéressée est l’histoire du XXème du Swaziland racontée en photos d’époque (dont certaines sont assez drôles). Nous apprenons ainsi que le Swaziland est le seul pays d’Afrique qui a conservé le même régime avant et après la colonisation. Après le départ des Britanniques, une monarchie parlementaire fût instaurée, mais lorsque le roi perdit les premières élections, celui-ci décida de dissoudre l’assemblée, d’interdire les partis politiques, et d’instaurer une monarchie absolue. Nous n’apprenons pas grand chose sur le régime actuel, ainsi que sur les droits, ou plutôt devrait-on dire, l’absence de droits des citoyens du Swaziland.

Le Musée National du Swaziland

Où Dormir à Estwatini (Swaziland) ? Le Sondzela Backpackers

Nous séjournerons 3 nuits dans l’un des rondavels du Sondzela Backpackers dans la réserve de Mlilwane. L’endroit est très agréable, au cœur de la nature, où les impalas et phacochères se baladent librement.
Les rondavels du Sondzela Backpaper sont rustiques : pas de chauffage, pas de toilettes individuelles, et encore nous pouvons nous estimé d’avoir eu un traitement de faveur car nous restions 3 nuits avec un des rondavels connecté à l’électricité (ce n’est pas le cas de tous !)

Il est possible de prendre son petit-déjeuner et son dîner, où de cuisiner soi-même. Nous avons choisi la première option, peu onéreuse et car cela nous évitait de faire les courses et de cuisiner.
Les repas sont assez corrects pour le prix. Ils sont servis à l’extérieur au coin du feu (j’ai par contre été frappée de la quantité de bois utiliser pour la préparation du repas !). S’ils faisaient assez chaud en journée, nous étions surpris à quel point la température baissaient lorsque le soleil se couchait. C’était impressionnant !

Nous avons choisi cet hébergement économique (30 € la nuit pour deux), car nous sommes sommes fait plaisir en cassant la tirelire pour dormir deux nuits au cœur de la réserve Hluhluwe, notre étape suivante. Il nous fallait donc bien se rattraper un peu pour ne pas faire exploser le budget. Le Sondzela Backpackers est une bonne option pour cela car le cadre est vraiment très sympa ce qui compense largement pour moi la sobriété de l’hébergement.

L’hébergement Sondzela Backpackers propose également des chambres plus classiques et des dortoirs dans la maison principale.

le cadre du Sondzela Backpackers
les rondavels du Sondzela Backpacker au Swaziland
petit déjeuner de Sondzela Backpackers - Swaziland
Réservez un hôtel dans la vallée d’Ezulwini

Conseils pratiques pour séjourner à Eswatini (Swaziland)

Si vous préparez un séjour à Eswatini (Swaziland), sachez que la plupart des points d’intérêts se situent autour de la vallée d’Ezulwini. c’est aussi dans cette vallée que l’on trouve tous les commerces, supermarché, boutique d’artisans, etc… C’est donc une zone assez stratégique, que je vous recommande de choisir pour votre séjour. De ce que j’ai lu et aperçu brièvement, les villes importantes du Swaziland que sont Mbabane et Manzini n’ont que très peu d’intérêts. Pour notre part, nous avons préféré ne pas nous y attarder.

Le pays étant assez petit, il est possible d’accéder à tous les parcs naturels en 1h30 maximum de route depuis cette vallée. En plus des sites présentés dans cet article, les deux autres principales réserves sont la réserve royale de Hlane réputée pour ses lions et le parc de Mkhaya où ont été réintroduit des rhinocéros. En trois jours, nous avons dû faire des choix et nous n’avons pas eu le temps de visiter ces deux parcs.

Où manger / boire un verre ?

Au Swaziland, nous avons vécu au rythme du soleil : réveillé avant 7h et coucher à 19h/20h (le dîner à 18h, la déconnexion, le froid dès que la nuit tombe,… un tas de facteur qui ne nous a pas donné envie de veiller le soir. Aussi, nous n’avons pas testé beaucoup d’adresses, si ce n’est celle du Mandela’s Restaurant situé non loin d’une des routes conduisant à notre hôtel. Celui-ci est situé au milieu d’un très beau parc paysager avec la vue sur les montagnes de la Mlilwane Nature Reserve. Un petit coin de paradis dans lequel nous avons seulement bu un verre après une journée de randonnée dans la réserve de Malolotja. Pour info, ce lieu fait aussi Guest House, une alternative plus confortable au Sondzela Backpackers, à deux pas de la Mlilwane Nature Reserve.

Ce genre d’adresse absolument divine semble caractéristique des sites touristiques du Swaziland. Si les inégalités sont nettement moins criantes qu’en Afrique du Sud (si l’on écarte le quartier royal de Lobamba qui détone dans le paysage avec les villas de luxe de la famille royale qui s’est accaparée toute la richesse du pays), il y a un écart assez vertigineux entre le standing et la qualité des sites destinés aux touristes et ceux qui ne le sont pas. Ce que j’ai trouvé le plus étonnant, c’est qu’il n’y a pas de lieu « intermédiaires ». Il faut dire que le Swaziland est un pays très pauvre. La majorité des habitants vivent avec moins de 2 dollars par jour. C‘est pourquoi, lors de mon très bref séjour au Swaziland, j’ai eu l’impression de passer à côté du pays, de découvrir un pays parallèle, offrant une belle vitrine du pays certes, mais très éloignée de la réalité des habitants. Je sais bien qu’il ne faut pas s’attendre à connaitre un pays en trois jours, mais comme ce fût aussi le cas dans une moindre mesure en Afrique du Sud, j’ai eu l’impression de ne découvrir que la plus belle facette du pays, mais qui est réservée aux touristes.

Terrasse du Malandela Restaurant

La carte du Swaziland

Retrouvez sur cette carte interactive du Swaziland la position des principaux lieux évoqués dans cet article.

A lire aussi

Retrouvez mes autres articles sur mon voyage en Afrique du Sud :

Si vous avez aimé cet article, partagez le sur Pinterest !

Carnet de voyage de 3 jours au Swaziland. Idées de randonnées à réaliser dans les réserves naturelles Mlilwane, Phophonyane et Malolotja. Où dormir au Swaziland ?

14 Comments

  • Reply
    Anne
    5 février 2018 at 11:17

    Je ne connais pas du tout, mais on se doute qu’en quelques jours, on ne voit pas tout. Tes images sont jolies en tout cas.

  • Reply
    unadamantinderoses
    5 février 2018 at 12:03

    C’est vraiment magnifique ! Si paisible et reposant.

  • Reply
    tania
    19 février 2018 at 21:15

    merci pr cet itinéraire et éclairage sur ce pays
    la conduite là bas change e la région parisienne ou en France

    • Reply
      Mathilde
      20 février 2018 at 21:03

      Merci pour ton passage ! Effectivement la conduite change pas mal, il ne faut pas faire attention aux mêmes choses ! Mais bon finalement de jour ça se fait très bien 🙂

  • Reply
    Lauriane
    13 mars 2018 at 10:18

    Pour ma part, nous étions simplement passé faire un safari au Hlane sur la route entre le Kruger et le KwaZulu Natal précisemment. Mais ces quelques heures nous ont laissé un des plus beaux souvenirs du voyage en Afrique du sud ! Nous nous sommes dit qu’il fallait que nous revenions pour visiter ces deux pays enclavés qui nous ont tout deux laissé sur notre faim tout de même. Je suis donc ravie d’en découvrir plus à travers ton article. Je me retrouve aussi dans ton commentaire sur le fait que nous voyions qu’une facette du pays bien éloignée de la réalité. C’est un sentiment que j’ai eu également mais un peu différemment puisque je n’ai pas eu l’impression de passer à côté de quoi que ce soit mais j’ai clairement été choquée en constatant les disparités des blancs sud-africains qui, j’en ai l’impression, passent totalement à côté des conditions dans lesquelles vivent une très grande part de la population.

    • Reply
      Mathilde
      15 mars 2018 at 20:36

      En fait je sais pas si je me suis bien exprimée car c’est un sentiment vraiment bizarre que j’ai ressenti en Afrique du Sud et au Swaziland, l’impression d’être « à côté ». Je ne sais pas comment exprimé ce ressenti car je n’ai jamais rien vécu de pareil auparavant. Au Swaziland ce qui m’a choqué c’est de ne voir que des lieux presque « artificiels », après Cape Town m’a aussi choqué (en encore plus fortement) mais là c’était vraiment les inégalités entre noirs et blancs et de voir des quartiers sans noirs (sauf ceux qui gardent les voitures ou font la sécurité genre les quartiers super chicos de type Camps Bay) ou des quartiers sans blancs comme les townships (une fois on s’est retrouvé à une pompe à essence près de l’aéroport dans un township – on a suivi Google Maps sans se poser de question et franchement j’ai l’impression que dans la station on nous regardait trop bizarrement en mode c’est quoi ces blancs qui se sont perdus!).

  • Reply
    kikimagtravel
    22 août 2018 at 15:43

    Ce soir je dormirais vachement moins bête c’est moi qui te le dit !!! Je ne connaissais ABSOLUMENT PAS le SWAZILAND!!!! franchement quelle découverte ! Je n’ai jamais encore mis un pied sur ce continent et ce n’est pas l’envie qui m’en manque d’ailleurs. Et c’est vrai que quand on nous parle d’afrique, on nous parle principalement que du Cap vert du Sénégal ou du Kenya mais il y a tellement plus à voir et je suis ravie que tu m’en montres un petit bout. Bref, je suis fan de nature et de randonnées donc forcément cet article me parle beaucoup ! C’est le genre de destination que je pourrais caler dans mon planning sans aucuns problèmes. Merci aussi pour tous ces bons conseils, y a tout ce qui faut ! Je garde ça dans un coin de ma tête 🙂

    • Reply
      Mathilde
      22 août 2018 at 20:37

      Je te comprends ! le Swaziland est un tout petit pays et en plus on en entend jamais parler ! En tout cas ce fut vraiment une belle découverte même si 3 jours c’est un peu court pour découvrir un pays 🙂

  • Reply
    Justine
    9 janvier 2020 at 14:29

    Bonjour Mathilde,

    Je viens de tomber sur ton blog et ton article sur le Swaziland, je me permets de te poser une petite question donc 🙂
    Avec mon copain, nous y partons fin janvier et nous souhaitions randonnée dans la Réserve naturelle Malolotja. J’ai lu sur d’autres sites que sans 4×4 il était quasiment impossible de se rendre aux points de départ des sentiers de rando dans la réserve, est-ce que tu confirmes ?

    Merci beaucoup pour ton récit en tout cas !

    • Reply
      Mathilde
      9 janvier 2020 at 16:39

      C’est vrai que je n’en ai pas parlé dans l’article, je vais le compléter. Seule une petite partie du parc était accessible sans 4*4 et nous nous sommes limités à celle là. Néanmoins on a un peu galéré pour repartir car la route n’était pas en bon état. Heureusement mon copain était plus à l’aise que moi et a réussi à s’en sortir. Du coup je ne sais pas trop quoi te dire, mais clairement un 4*4 n’est pas du luxe 🙂 mais peut être qu’une voiture un peu surélevée peut suffire (je ne me souviens plus du modèle de la voiture que nous avions loué, mais nous avions qqch du style petite citadine …). Ce n’est pas totalement impossible non plus puisque avec un peu de patience nous avons réussis ^^ (et la partie vraiment difficile ne faisait que quelques mètres).

  • Reply
    Clémence
    7 janvier 2021 at 14:36

    Bonjour,

    Mon conjoint et moi envisageons un séjour en Afrique du Sud. Je découvre ton blog et je souhaite te remercier car il est vraiment complet, bien rédigé et donne très envie de partir en voyage !

    J’aimerais savoir comment cela se passe pour passer au Eswatini avec une voiture de location Sud Africaine. Je crois avoir lu qu’il faut une autorisation de la compagnie. Est-ce que vous avez payé un supplément pour cela ? Faut-il prendre une assurance supplémentaire pour un autre pays que l’Afrique du Sud ?

    Merci d’avance 🙂

    • Reply
      Mathilde
      7 janvier 2021 at 15:40

      Bonjour Clémence,
      Merci pour ton message, je suis ravie que mon blog puisse t’être utile et j’espère que ton séjour en Afrique du Sud pourra se concrétiser en 2021 🙂
      Pour la location de voiture on était passé par Hertz et c’est écrit sur leur site dans les conditions générales de vente (rubrique restriction de ciculation) que l’on pouvait se rendre entres autres au Lesotho et au Swaziland avec les voitures louées en Afrique du Sud (je viens de vérifier c’est encore le cas) Le Zimbabwe est le seul pays frontalier qui est interdit avec leurs véhicules.

      C’est écrit aussi qu’il y a des frais et qu’il faut faire une demande par internet pour traverser les frontières. Je t’avoue que l’on a rien fait de tel et que l’on avait payé aucun supplément, mais c’est possible que soit on ait fait une erreur car nous n’étions pas au courant de ces démarches – je n’ai jamais rien lu nulle part sur les guides ou sur internet. Il est également possible que cela ait changé depuis notre voyage qui date de 2017. En tout cas si c’est à faire, il faut le faire car si tu as un probleme sur la route tu ne seras pas couverte par l’assurance ! Je vais me renseigner pour mettre l’article à jour si c’est le cas car effectivement c’est bon à savoir !

      Il faut par contre le permis de conduire international en plus de ton permis francais (meme si on nous l’a jamais demandé) et il prend des mois pour venir donc n’hésite pas à le demander dès aujourd’hui car il est valable 3 ans.

      • Reply
        Clémence
        7 janvier 2021 at 16:14

        Hello Mathilde,

        Merci pour ta réponse plus que rapide ! Je vais effectivement moi aussi me renseigner concernant les frais. Merci aussi pour les conseils concernant le permis, on envisage plutôt de partir en 2022 vu la situation, mais c’est bon à savoir !

        Je crois avoir lu que vous avez réalisé votre voyage durant l’été européen. Nous pensons aller en Afrique du Sud (région Johannesburg, Kruger, St Lucia) et Swaziland en Août. Comment as-tu trouvé la météo dans cette région ? Peut-on imaginer être en short en journée ou mieux vaut prévoir pantalons et petites polaires ? (Je sais que la nuit les températures tombent vite !)

        • Reply
          Mathilde
          7 janvier 2021 at 17:05

          Oui on était allé en Afrique du Sud en août aussi. Il faisait super chaud (autour 35-40 degrés) au Kruger. C’est la saison sèche à ce moment-là et c’est l’idéal pour observer les animaux. Je me suis baignée à Santa Lucia (après c’est un peu dangeureux car il y avait un panneau attention aux requins donc je suis pas allée loin) et l’eau était chaude (par contre vers le Cap l’eau est glaciale mais pareil il fait beau mais plus frais que Kruger, genre 20°C). En fait on a eu chaud tout le temps et on a eu que du soleil sauf une demi journée de ciel nuageux et un peu de pluie au Cap (genre 1 journée). Rien à avoir avec nos hivers ! Après c’est bien d’avoir un pantalon léger car il y a des moustiques à paludisme au Kruger et vers Sainte lucie aussi je crois (on les a pas trop vu mais bon, les vetements sont la meilleure protection pour éviter les piqures) et une polaire pour le soir car il fait bcp plus froid dès que le soleil se couche (notamment si tu fais un safari organisé au Kruger qui est en partie de nuit). Il y a peut etre que le Drakensberg ou le Lesotho où il fait pas beau mais du coup on n’y est pas allé.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.