Après 3 jours à Los Angeles, une ville qui m’a laissé un souvenir en demi-teinte, j’ai pris un vol intérieur pour rejoindre San Francisco, la deuxième étape de mon premier voyage aux Etats-Unis pour un séjour de 3 jours avant de partir à l’exploration de quelques parcs de l’Ouest Américain.

Après l’ambiance impersonnelle de Los Angeles, autant vous dire que j’ai eu le coup de foudre pour San Francisco, une ville a l’ambiance bien plus européenne. Je prends enfin plaisir à me balader en ville, car contrairement à Los Angeles, San Francisco est une ville où il fait bon marcher et d’ailleurs c’est un des meilleurs moyens pour la découvrir.

J’ai aimé San Francisco non seulement pour le côté ville, avec ses musées, ses commerces, son animation, mais aussi pour son aspect nature. San Francisco fait partie de ses rares villes, avec Cape Town, où l’on peut se retrouver au cœur de la nature tout en restant dans le centre-ville.

Je vous propose aujourd’hui un city-guide pour découvrir San Francisco. Libre à vous de l’adapter selon vos envies, vous n’aurez sûrement pas envie de faire les mêmes erreurs que moi ^^

 

Journée 1 : Chinatown – Golden Gate Bridge – Golden Gate Park : marcher jusqu’à l’épuisement

Pour ma première journée à San Francisco, je suis motivée, j’ai prévu de faire le tour de la ville à pied depuis mon hôtel situé près de Union Square. Le programme est ambitieux, découvrir les principaux points d’intérêt de la ville : Chinatown, la Coit Tower, le Pier 39 (célèbre pour ses otaries), la rue sinueuse de Lombard Street, le Golden Gate Bridge et revenir par le Golden Gate Park après avoir éventuellement poussé jusqu’à la côte atlantique. Tout cela à pied sinon ce n’est pas drôle. Je ne me rends pas bien compte des distances mais il y en a pour au moins 30 voir 40 kilomètres de marche. Mais je suis motivée, je n’ai peur de rien, c’est parti, première étape Chinatown.

Chinatown

J’avais lu que le quartier de Chinatown de San Francisco était l’un des plus typiques. Alors si l’architecture est étonnante et le quartier joliment décoré avec les lanternes rouges, de bon matin, le quartier est endormi. Aucun commerce ouvert, aucun passant, c’est un peu mort. Je suis un peu déçue par l’ambiance, aussi je ne vous conseille pas d’y aller le matin, je n’ai pas découvert le quartier auquel je m’attendais. Je n’ai hélas pas eu le temps de revenir le visiter à un autre moment de la journée. J’ai nettement préféré le Chinatown de New York où pour le coup j’ai été réellement dépaysée.

Chinatown San Francisco
Chinatown San Francisco

 

Pioneer Park et la Coit Tower

Je ne m’éternise pas dans Chinatown et continue vers le nord pour rejoindre la Coit Tower. Quand on marche à San Francisco, on passe son temps à monter et à descendre. Les rues sont perpendiculaires mais passer par un côté ou l’autre du carré dessiné sur le plan n’est pas équivalent en terme d’effort. Mais quand on ne connait pas les meilleures rues on se fait avoir !

Ma prochaine étape est la Coit Tower, une tour qui offre d’après mon guide un très beau panorama sur la ville. Hélas une fois arrivée en bas celle-ci était fermée pour travaux. Tant pis je profiterais de la vue depuis la colline de Pioneer Park, et c’est déjà pas mal !

Panorama sur San Francisco vue depuis le parc Pioneer

la Coit Tower de San Francisco
Pioneer Park - San Francisco

 

Le Pier 39 : Otaries, galeries commerçantes et restaurants

Je redescends de la colline direction le Pier 39, un quartier très touristique de San Francisco avec un petit côté “Disneyland”. L’attraction principale est sa colonie d’otaries qui a élue domicile sur les pontons flottants juste à côté. Sinon le quai regroupe de nombreux restaurants et magasins de souvenirs. C’est un peu artificiel, mais ça à son charme. On reviendra y dîner le soir.

les otaries du Pier 39 - San Francisco

 

Galeries commercantes et restaurants au pier 39 - San Francisco

Lombard Street

Direction maintenant Lombard Street la rue la plus sineuse du monde. Lombard Street est en réalité une rue immense et seul un petit tronçon au niveau de Russian Hill est doté de virages, mais quels virages. Les voitures doivent rouler au pas pour arriver à se frayer un chemin parmi ces zig-zag. Assez impressionnant, ça mérite le coup d’oeil !

Lombard Street San Francisco

Palace of Fine Art : là où ma motivation disparaît

Je reviens vers la Marina et je marche au bord de l’eau jusqu’au Palace of Fine Art, un jardin bordé d’un palais néo-classique construit à l’occasion de l’exposition internationale de Panama-Pacific de 1915. Mes jambes sont lourdes, je suis fatiguée et ma motivation est au plus bas. Je n’ai plus envie ni la force d’avancer bien que j’ai bien envie d’aller au moins jusqu’au Golden Gate. Je m’assois sur un banc pour bouquiner un peu en attendant de retrouver quelques forces. Quelques minutes plus tard, je suis abordée par un papi qui me demande ce que je fais là et d’où je viens. Rapidement j’apprends qu’il est français mais qu’il vit depuis plus de 40 ans à San Francisco. Cela fait tellement longtemps qu’il habite là qu’il ne sait même plus très bien parler français. Je n’aurais jamais imaginer que l’on puisse oublier sa langue maternelle ! Il cherche ses mots mais il s’en sort quand même, on discute comme cela de tout et de rien pendant un petit moment. Je lui dis que j’ai envie de continuer à visiter mais que je n’en ai plus la force. Il me demande alors pourquoi je ne prends pas le bus, il y en a d’ailleurs un direct pour le Golden Gate Park qui passe juste à côté. Oui c’est vrai ça, pourquoi je ne prendrais pas le bus ?? Pendant quelques minutes je me sens assez bête, je m’étais tellement imaginé que j’allais visiter à pied, que j’en ai oublié l’existence des transports en commun ! Surtout que San Franscico est bien doté en bus, trolley et métro. Il m’emmène jusqu’à l’arrêt et m’explique le système du ticket en papier journal vieillot – en tout cas c’était comme ça en 2011. Le ticket coûtait seulement  coûte 2$ (mais payable seulement avec des billets de 1$ que l’on glisse dans un distributeur à l’entrée du bus) et est valable pendant 1h30 – avec correspondance et éventuellement trajet retour si besoin).

Palace of fine Art

Golden Gate Bridge

Le bus m’emmène donc tout droit vers mon prochain arrêt : le magnifique, sublime pour du Golden Gate. Je suis en admiration béate devant ce pont magnifique, cette carte postale de San Francisco que j’avais longtemps admirée à la télé. Ce premier voyage aux USA me fera pendant les 15 jours l’impression étrange d’être à l’intérieur d’un film de cinéma. Moi qui me suis tellement abreuvée de cinéma américain, je découvre que ces paysages, ces habitudes (boire un café en marchant / parler à quelq’un sur le trottoir depuis sa voiture…), existent quelque part dans un coin de la planète et pas seulement dans les films ! Je ne franchirai pas ce pont, ni même avancerait pour voir la vue depuis la ville. Le pont est immense (il fait près de 2 km) et en ce moment précis j’ai envie de marcher le moins possible. Je resterais donc de longues minutes à l’admirer depuis la côte.

Golden Gate Bridge

Le Jardin Japonais du Golden Gate Park

J’abandonne l’idée d’aller voir le Pacifique et je reprends le bus pour ma prochaine étape, l’immense parc du Golden Gate Park, qui n’est rien de moins que le plus grand jardin public des USA et dont la superficie dépasse celle de Central Park de New York. Le parc est si grand qu’il y a même des routes à l’intérieur pour les voitures. Autant vous dire que je n’ai pas envie d’en faire le tour puisque je n’ai plus très envie de marcher. Par contre, étant absolument fan des jardins japonais, celui qui s’y trouve, et qui est par ailleurs le plus ancien jardin japonais des USA. L’entrée est assez prohibitive, à l’époque j’avais déjà payé 6$, mais maintenant cela en vaut 9. Le parc est assez décevant par rapport au ticket d’entrée car tout petit. Je ne regrette pas ma visite car je suis absolument fan de ce genre d’endroit et m’a rappelé mon voyage au Japon, mais si vous n’êtes pas féru du Japon, mieux vaut garder votre argent pour faire autre chose.

Jardin japonais de San Francisco

Jardin japonais de San Francisco
Pagode dans le Jardin japonais de San Francisco

La journée commence à tirer sur la fin, il est temps pour moi de prendre la direction du retour et de reprendre le bus vers mon hôtel.

Arrêt photos aux Painted Ladies

De retour (toujours en bus) vers Union Square, je feuillette mon guide et je suis attiré par la photo des “Painted Ladies”. A ce moment précis, je ne sais pas exactement de quoi il s’agit ni même que c’est un endroit particulièrement touristique. La personne à côté de moi commence à discuter avec moi pour me demander d’où je viens et de fil en aiguille en comprenant que je suis touriste, m’explique que le bus va passer à côté de ces maisons, qui sont sûrement les plus célèbres maisons de San Francisco et m’explique où descendre pour les voir. Je suis ces explications et me voilà à Alamo Square Park en train d’admirer le coucher de soleil sur les Painted Ladies, ces cinq maisons victoriennes alignées avec le Financial District en arrière plan.

les painted ladies, maisons victoriennes de San Francisco

Pendant mes 3 jours à San Francisco et globalement pendant l’ensemble de mes voyages aux USA, j’ai été surprise de l’accueil et de la gentillesse des gens que j’ai croisé. Partout j’ai trouvé des gens sympathiques pour m’aider à trouver mon chemin sans jamais avoir à ne rien demander. Dès que je sortais un plan de ma poche, il y avait toujours quelqu’un qui s’arrêtait pour me demander si j’avais besoin d’aide pour trouver mon chemin. A Los Angeles, une personne avait même fait un détour sur son trajet pour m’expliquer comment prendre ma correspondance. Autant vous dire que c’est quelque chose d’inimaginable à Paris. A Paris, rien que l’idée d’adresser la parole à quelqu’un est bizarre, alors que c’est pourtant bien sympathique de parler à son voisin de bus !

Si ces maisons sont particulièrement connues elles sont loin d’être les seules maisons victoriennes de San Francisco. On peut en admirer énormément et c’est un bonheur de les photographier. Néanmoins, cette série de 5 maisons presque identiques est assez unique et avec la vue sur Downtown San Francisco et le contraste entre ces petites maisons et les gratte-ciels en fait un lieu intéressant.

Journée 2 : du musée de la Légion d’Honneur à BakerBeach

Pour ma deuxième journée à San Francisco, j’ai envie de musées d’art et de nature alors direction le nord ouest de la ville. J’ai prévu de visiter le musée de la Légion d’Honneur puis d’aller me balader dans le quartier de Sea Cliff et le parc du Presidio.

 

Le Palais de la Légion d’Honneur

Je me rends au Palais de la Légion d’Honneur sur les conseils du papi rencontré la veille. Je n’avais pas entendu parler de ce musée avant et celui-ci ne figurait même pas dans mon guide de San Francisco. Ce musée a été érigé en souvenir des 3600 soldats californiens mort en France pendant la Première Guerre Mondiale (ce qui explique les mots “Honneur et Patrie” écrits en français ainsi que la statue de Rodin à l’entrée. L’architecture du bâtiment est directement inspiré du Palais de la Légion d’Honneur à Paris. A l’intérieur on y découvre une extraordinaire collection d’oeuvre d’art réunissant à la fois les grands maîtres de la Renaissance et les peintres de l’Art Moderne : El Greco, Rembrandt, Van Gogh, Gauguin, Monet…

J’ai adoré ma visite de ce musée, néanmoins je ne sais pas si je vous la conseillerais. Quand on va à l’autre bout du monde, et qu’il fait beau, ne vaut-il mieux pas plutôt profiter des paysages que d’admirer des toiles de peintres que l’on peut voir chez nous (même si ce ne sont pas les mêmes je vous l’accorde). En tout cas si vous êtes passionnés de peinture et/ou que le temps est maussade, cette visite reste une bonne option.

Le musée de la Légion d'Honneur - San Francisco
Galerie du Musée de la Légion d'Honneur

 

Achetez vos tickets pour le Palais de la Légion d’Honneur

 

Baker’s Beach

En plus de ses sublimes collections, le musée de la Légion d’Honneur a un emplacement de rêve près de la côte pacifique. Aussi, après ma visite, je pars pour une belle balade au bord de la falaise dans le parc de Land Ends. Ce parc est aussi un parcours de golf mais on peut quand même se balader (tout en faisant attention aux balles) et profiter du magnifique paysage. Je remonte doucement vers le nord et le Pont du Golden Gate jusqu’à arriver à la plage de Baker Beach. Pour cela il faut retraverser un quartier résidentiel. Je ne sais pas qui a les moyens de s’offrir de telles villas mais les maisons sont toutes plus belles les unes que les autres. On se croirait dans une série américaine, mais pourtant tout est bien réel. Devant elles s’étendent des pelouses coupées aux ciseaux : par le moins d’herbe qui dépasse, pas le moindre trèfle ou la moindre pâquerette. C’est à se demander si tout cela est bien naturel.

Panorama sur la baie de San Francisco

Bref me voila arrivée au niveau de Baker Beach, une plage pour laquelle j’ai eu un énorme coup de cœur. Une longue plage sauvage avec un paysage qui l’est tout autant, et au loin, le Golden Gate Bridge, le tout dans le centre de San Franscico. Ne cherchez plus le paradis, il est ici !

Golden Gate Bridge vu depuis Baker Beach

Du Financial District  au Ferry Building

De retour en centre-ville, je me balade dans les rues du Financial District et notamment Market Avenue, le centre névralgique de la ville. Avec ses hauts gratte-ciel, on pourrait se croire à New York. Voici encore une chose que j’ai aimé à San Francisco, l’étonnante diversité des styles et des ambiances selon les quartiers, comme autant de villes à découvrir. Après le calme de la plage, retour à la frénésie de la ville ! Je me dirige ainsi jusque au bâtiment du Ferry reconnaissable avec sa belle tour de l’horloge. Pendant longtemps ce bâtiment a été le plus grand bâtiment de transit du monde. Bien qu’il existe encore quelques lignes de bateau qui desservent la baie, on y vient aujourd’hui plutôt pour ses commerces et restaurants qui se sont développés à l’intérieur.

la tour de l'horloge du ferry building

 

Journée 3 : Alcatraz et Mission

Si j’ai eu de la chance à découvrir pendant 2 jours San Francisco sous un ciel bleu sans nuage, San Francisco est réputé pour son brouillard, et j’ai pu en faire l’expérience le troisième jour où nous sommes partis pour Alcatraz. Le brouillard était tombé sur la ville et on ne voyait absolument plus rien. San Franscisco semble avoir une météo assez particulière, il fait a peu près la même température tout au long de l’année, entre 15 et 17°C. En hiver, le temps est souvent plus ensoleillé que l’été et à cette période de l’année, le brouillard peut être quasi quotidien.

San Francisco dans le Brouillard

Visiter la prison d’Alcatraz

Si vous ne deviez visiter qu’une chose à San Francisco, je vous recommande la visite d’Alcatraz, la plus célèbre et la plus mythique des prisons de haute sécurité des Etats-Unis. Situé en plein cœur de la Baie, Alcatraz a acceuilli les détenus les plus dangereux du pays comme Al Capone ou d’autes gangsters de l’époque de la prohibition. Alcatraz est aussi une prison mythique car elle est considéré comme une prison depuis laquelle il est impossible de s’évader. Malgré la présence de la ville toutes proches, les courants rendent la traversée à la nage impossible. Si les tentatives d’évasion ont réussi au cinéma, il n’est pas sur que ces évasions aient réellement réussi puisque l’on a jamais retrouvé les corps des détenus qui ont essayé de s’évader à la nage. Le mystère reste entier, ce qui contribue au mythe autour de cette prison.

La visite de la prison est à reserver longtemps à l’avance. En haute saison il est même recommandé d’acheter ses billets plusieurs mois avant pour être surs d’avoir le créneau de son choix. En janvier, ce n’était pas le rush, nous avons réservé les billets à peine une semaine avant et il restait encore pas mal de possibilité.

On prend le bateau jusqu’à l’île et on nous remet des écouteurs qui permettent une immersion totale. L’audioguide (disponible en français) nous fait visiter les différents espaces de la prison en compagnie d’un ancien prisonnier. Les cellules sont vraiment toutes petites.

Alcatraz dans le Brouillard

Alcatraz Cruise
cellule prison d'Alcatraz dans la Baie de San Francisco
Réservez vos tickets pour la visite d’Alcatraz

 

Balade Street art et shopping entre Mission et Castro

De retour à San Francisco, nous décidons de partir du côté de Castro (le quartier gay) et Mission, des quartiers un peu alternatifs, qui font la particularité de San Francisco. C’est dans ces quartiers que l’on se rend compte à quel point San Francisco est une ville “alternative”, tolérante et ouverte. Ce n’est pas pour rien que San Francisco fût l’épicentre du mouvement hippie et la ville dans ces quartiers conserve son ambiance un peu “hétéroclite”.

Nous commençons par une petite balade street art à Clarion Alley dans le quartier de Mission réputée pour ses superbes fresques avant de faire un peu de lèche-vitrine.

Street Art Clarion Alley - Misson

Street Art Clarion Alley - Misson
Street Art Clarion Alley - Misson

Dans ces quartiers, les boutiques sont tout simplement hallucinante. Là bas tout est original, même les magasins de vélo et les librairies ont l’air complètement déments, quand elles ne sont pas engagés et militantes. On découvre aussi des boutiques qui n’existe nulle part ailleurs comme ce cabinet de voyance qui a pignon sur rue, où encore un des derniers loueurs de film, qui m’a rappelé une époque pas si lointaine où il m’arrivait d’aller louer mes films chez feu Video Futur. Moi qui est horreur de faire les boutiques, j’ai adoré ces quartiers car justement les boutiques sont un peu folles. Je ne saurais expliquer mais l’atmosphère y est vraiment unique et décalée. Alors que l’on aime maintenant réaliser des boutiques lumineuses, bien ordonnée, à San Francisco il y règne un joyeux bazar. Parfois on ne sait même pas trop bien quel est le thème de la boutique…

boutique voyage San Francisco
librairie San Francisco

 

boutique improbable à San Francisco
boutique de vélo à San Francisco
vidéo club San Francisco

Voila vous l’aurez compris j’ai adoré Castro-Mission, son ambiance déjantée et décalée, qui tranche avec le reste de la ville qui reste plus conformiste (je n’ai pas trop vu le quartier hippie Haight-Ashbury, on y est allé de nuit et c’était complètement mort, c’est pourquoi je ne vous en parle pas dans cet article).

 

San Francisco : le guide pratique

Comment venir à San Francisco ?

San Francisco est desservie par quelques vols directs depuis l’aéroport de Paris Charles de Gaulle. Néanmoins vous trouverez des prix plus avantageux avec un vol avec une escale. De mon côté, je n’ai pas rejoint San Francisco depuis Paris, mais depuis Los Angeles. Il faut compter environ 700 € pour un vol direct mais en pleine saison les prix peuvent facilement dépasser 1000 €. Sachez aussi que si vous préparez un road-trip dans l’Ouest Américain, les prix des trajets aériens n’ont rien à voir avec la distance parcourue. Par exemple, un Paris-Los Angeles au même date coûtera sûrement bien moins cher (on trouve des billets à partir de 400 € A/R – c’est aussi un peu pour cette raison que j’avais choisi d’y faire un détour avant San Francisco) alors que le temps de parcours est à peu près le même. Aussi, avant de finaliser votre circuit, prenez le temps d’étudier l’impact du choix de la ville d’arrivée et de départ sur le prix de votre billet d’avion. Si vous voyagez en famille, l’économie générée sera d’autant plus importante !

Pour vous aider à trouver le billet d’avion au meilleur prix, je vous recommande d’utiliser le comparateur de vol EasyVoyage (*) . Avec sa fonction -/+ 8 jours (voir +/- 365 si vous ne savez pas du tout vos dates de vacances) ainsi que son outil de prévision, il est d’une aide incroyable pour trouver rapidement les meilleures dates et la compagnie la moins chère. Il y a également des options pratiques qui vous permette de filtrer la durée du vol et ainsi d’éviter de se retrouver avec une escale de 24 h à Pétaouchnoc. L’avantage de ce comparateur est également qu’il inclut les frais (notamment les frais de paiement ajoutés par certains sites au moment de l’achat).

Une fois arrivé à l’aéroport de San Francisco, rien de plus simple pour rejoindre le centre-ville, il suffit d’emprunter la ligne de métro BART. Comme le métro ne dessert qu’une toute petite portion de la ville, à moins que votre hôtel se trouve dans le quartier Union Square ou du Financial District, vous serez sans doute obligé d’emprunter en plus un autre moyen de transport en commun.

Se déplacer dans San Francisco

Le moyen le plus touristique pour se déplacer à San Francisco est sûrement d’emprunter l’une des trois lignes du célèbre Cable Car vintage. Personnellement, je me suis contenté de le regarder et de le photographier pour deux raisons : le coût prohibitif de son ticket ($6 l’aller !) et surtout le fait qu’il ne dessert pas une grande partie de la ville et ne m’a jamais donné la possibilité de faire un trajet que j’aurais voulu faire.

le tramway de San Franscico

Si le cable-car reste le moyen de transport le plus pittoresque de la ville, le tramway de San Francisco a aussi un petit style vintage, pour seulement $2 le ticket qui est en plus compatible avec le reste du réseau de bus.

tramway de San Francisco
intérieur du tramway de San Francisco

Le système de transport en commun de San Francisco est assez complexe, car il est composé de différents moyens de transport : cable-car, metro (BART) et lignes de bus, trolley-bus et tramway qui ne sont pas toutes interconnectées. Ainsi, hormis pour rallier l’aéroport, je n’ai pas du tout utilisé le métro car il n’était pas compatible avec le ticket du réseau de bus, qui était pour moi beaucoup plus pratique (et qui de plus couvre toute la ville ce qui n’est pas le cas du métro). Normalement, vous devriez trouver un plan de la ville et des transports en commun à votre hôtel, sinon vous le trouverez également dans le lien ci-dessous (attention, sur ce plan, la partie ouest de la ville est “écrasée” et n’est pas à la même échelle que la partie est).

Plan du réseau de transport en commun de San Francisco

Où dormir à San Francisco ?

Je vous conseille d’éviter de choisir votre hôtel dans le quartier de Tenderloin (entre Union Square et Civic Center), qui est un quartier qui soufre d’une mauvaise réputation (à tort ou à raison je ne suis pas allée vérifier). C’est assez bien situé sur la carte, entre le Financial District et Castro et vous y trouverez des hôtels bien moins cher que dans le reste de la ville, mais ce n’est pas forcément un quartier où on a envie de s’y attarder surtout une fois la nuit tombée.

De mon côté, j’ai séjourné à l’Hôtel Cartwright dans le quartier Union Square, un hôtel 3 étoiles de la chaîne Best Western. Mon voyage remonte à quelques années maintenant pour pouvoir réellement vous recommander cet hôtel mais à l’époque où j’y avais séjourné (2011) l’hôtel était très bien avec des chambres spacieuses et confortables, un buffet petit déjeuner copieux et surtout un emplacement central parfait dans un quartier animé et vivant, à la fois proche du métro et de différentes lignes de bus. En tout cas à l’époque de mon séjour, je n’avais rien trouvé à redire sur cet établissement !

Personnellement, je vous conseillerais de choisir comme je l’ai fait un hôtel dans le quartier de Union Square : l’accès au métro est appréciable pour rejoindre l’aéroport et les lignes de bus y sont tellement nombreuses que l’on peut rejoindre relativement facilement n’importe quel autre quartier de San Francisco. C’est un quartier dans lequel on trouve tout ce qu’il faut, de nombreux magasins et restaurants et dans lequel on peut se balader en toute sécurité.

Trouvez un hôtel à San Francisco

 

Cet article est contient un lien sponsorisé (*).

 

Si vous avez aimé cet article, partagez le sur Pinterest !

LE guide pratique pour découvrir San Francisco en 3 jours : balade dans la ville, Chinatown, les otaries du Pier 39, visite de la prison d'Alcatraz, Golden Gate Bridge, Golden Gate Park...