Cela faisait longtemps que je voulais vous parler de mon premier voyage aux Etats-Unis qui remonte à six ans déjà (mon dieu que le temps passe vite). L’occasion était trop belle, un déplacement professionnel de mon conjoint d’une semaine à San Francisco. Je ne pouvais résister à l’envie de se glisser dans ses bagages et c’est comme cela que l’on s’est retrouvé fin janvier – début février à parcourir les routes de l’ouest américain.

Petit préambule météo : si cela ne pose aucun problème de visiter les villes de Los Angeles et San Francisco ou le désert de la Death Valley en plein hiver, cela peut être un peu plus aléatoire pour Yosemite et le Grand Canyon à cause de la neige : cela pose un problème pour les voitures de location qui ne sont pas assurées en cas de conduite avec des chaînes. Dans notre cas on a eu de la chance car nous avons eu de la neige en quantité seulement à Yosemite et avons trouvé sur place un bus permettant de rejoindre l’enceinte du parc depuis notre hôtel sans la voiture. La présence d’une trop grande quantité de neige peut mettre en péril votre projet, cela peut donc être un choix un peu risqué.

 

3 jours à Los Angeles sans voiture

Je commence ce voyage de mon côté.  Mon conjoint ayant du travail, j’en profite pour me faire une petite escapade en solo à Los Angeles, car j’ai un rêve d’enfant : visiter les studios de cinéma d’Hollywood. Pour ces trois jours, j’ai eu une fausse bonne idée : visiter la ville sans voiture. Mais je ne réalisais pas vraiment les distances qui séparent les différents quartiers. Los Angeles est une ville tentaculaire qui s’étend sur des dizaines et des dizaines de kilomètres, et ne possède qu’en tout et pour tout que 5 lignes de métro. Adieu Malibu, Venice Beach et Beverly Hills – la ligne de métro Expo n’existait pas encore – je consacrais mon temps à découvrir Dowtown LA, Hollywood et les lieux accessibles à moins de 30 minutes de marche d’une station de métro. Parmi eux, j’ai fait de belles découvertes comme la colline du Griffith Observatory on l’on peut admirer une magnifique vue sur toute la ville, ou encore le jardin botanique Huntington.

Panorama sur Los Angeles

entrée principale des studios paramount
Pershing Square - Downtown Los Angeles

 

3 jours à San Francisco

Après ces trois jours à Los Angeles, je prends un vol intérieur pour San Francisco où je rejoins mon conjoint. Un vrai choc après Los Angeles ! Je passe d’une ville où personne ne marche dans la rue, à une ville à l’européenne où il fait bon flâner et où les transports en commun sont ultra pratiques. Le bonheur ! J’ai un énorme coup de cœur pour cette ville qui me semble être rien de moins que le paradis sur terre . La ville et la nature réunies au même endroit. Visiter un musée d’art puis aller se balader sur la plage et finir la journée par un peu de shopping ! Durant ces trois jours je n’ai eu de cesse de m’émerveiller devant le Golden Gate Bridge qui se marie si bien avec la beauté des environs, j’ai marché sur les pas des détenus les plus dangereux en visitant la prison d’Alcatraz, et j’ai usé mes semelles pour découvrir, le plus souvent à pied cette ville magnifique, avec ses jolies maisons victoriennes, dont les plus connues sont les “Painted Laidies” au niveau du parc Alamo sur les hauteurs de la ville.

Golden Gate Bridge vu depuis Baker Beach

les painted ladies, maisons victoriennes de San Francisco
Panorama sur San Francisco vue depuis le parc Pioneer

Il est maintenant temps de récupérer la voiture de location pour une semaine de road-trip dans l’Ouest Américain. C’est un peu court alors nous irons à l’essentiel. Nous avons jeté notre dévolu sur 3 parcs nationaux : Yosemite National Park, la Vallée de la Mort et le Grand Canyon !

 

Yosemite National Park

Après 3h30 de route, nous atteignons l’entrée du parc national de Yosemite, une vallée glaciaire absolument incroyable avec des paysages à couper le souffle et de très nombreuses cascades. Le parc est très fréquenté en été, mais je peux vous dire que ce n’est pas le cas en janvier ! Nous arrivons en début d’après-midi, il y a un peu de neige, mais pas sur la route. On en prend plein les yeux et réalisons quelques petites “randonnées” pour découvrir des cascades magnifiques.

J’avais prévu une grosse randonnée le lendemain mais nous devrons changer de programme. Il a pas mal neigé pendant la nuit et l’accès au parc est interdit aux véhicules sans chaînes. Nous ne pouvons pas en mettre, car nous sommes avec une voiture de location. Heureusement, nous trouvons un bus qui passe par notre hôtel et relie le parc. Celui-ci n’étant pas fréquent, cette petite histoire nous aura fait perdre près de 2 heures dans la journée, mais le principal est que nous pouvons accéder à certains endroits du parc (ceux desservis par le bus) ! Le paysage est moins époustouflant que la veille, car le temps est très couvert. Je ne vous cache pas que l’on s’est un peu demandé ce qu’on était venus faire là, jusqu’à ce que peu à peu les nuages se lèvent et laissent entrevoir les rayons du soleil et les montagnes !

Paysage de la vallée glaciaire de Yosemite National Park

randonnée à Yosemite

Mais il est déjà temps de mettre le cap vers notre prochaine étape. En hiver, le col de Tioga Pass étant fermé, nous devons réaliser un gros détour pour rejoindre la Vallée de la Mort. Aussi nous couperons la route en deux en dormant le soir sur Fresno.

 

Death Valley National Park

On avale les kilomètres. Les paysages défilent et ne se ressemblent pas. On traverse l’Amérique profonde et découvrons un autre pays. Dans les villes que l’on traverse, les seuls “restaurants” sont les McDonalds, Wendy’s et autres Jack in the Box… Des fast-food encore et toujours. Objectif du road-trip : pas plus d’un burger par jour… ce n’est pas si facile ! On testera même une chaîne (dont j’ai oublié le nom) proposant des saucisses à frire. Oui une saucisse “normale” c’était trop diététique… mon pire souvenir culinaire du séjour !

La météo a changé. Nous atteignons la Vallée de la Mort et nous avons gagné plus de 20 degrés par rapport à la veille. On range les vêtements de ski pour sortir les vêtements d’été. C’est aussi cela voyager aux Etats-Unis !

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre de la Death Valley, j’appréhendais un paysage un peu plus monotone. Ce fût encore une fois un émerveillement, peut être encore plus fort qu’il fût inattendu. Ce désert hostile n’en est pas moins magnifique d’autant plus que les paysages sont extraordinairement varié. Ici des dunes de sable, là un lac salé, un peu plus loin une ville fantôme… La découvrir en plein hiver était une expérience parfaite : ici encore personne, mais pour une fois des températures clémentes. Découvrir ces paysages par 20-30°C, c’est le rêve, surtout quand on sait que la température peut s’élever à plus de 40 voir 50°C à l’ombre en plein été (et bien sur il n’y a PAS d’ombre !). Et oui, la Vallée de la Mort ne porte pas ce nom pour rien…

Zabriskie Point - Death Valley National Park

Bad Water Bassin - Death Valley National Park
Dunes de Sables de la vallée de la mort

Petit conseil : n’hésitez pas à faire le plein à chaque fois que vous voyez une pompe à essence ou en tout cas dès que votre jauge atteint la moitié du plein. Les pompes sont très rares dans le coin. Si vous devez le faire le soir, n’attendez pas le lendemain… Nous avons eu de notre côté une petite frayeur qui s’est bien terminé. Notre hôtel à Stovepipe Wells était situé devant une station essence donc nous n’étions absolument pas inquiets et nous avons préféré attendre le lendemain… sauf qu’il y a eu une panne de courant (c’est assez fréquent dans cette partie de la Californie). La station était HS et il ne nous restait moins de la moitié du plein. On a commencé à stresser un peu car la seule autre pompe à proximité était à Furnace Creek (à près de 40 km). Si cette pompe ne marchait pas, nous n’aurions pas eu assez d’essence pour à la fois visiter le parc et rejoindre Las Vegas notre prochaine étape. Heureusement, à Furnace Creek il avait un groupe électrogène qui alimentait les commerces dont la pompe à essence. Une petite frayeur qui fini bien !

Comme partout aux USA mais encore plus particulièrement pensez également à toujours roulez avec une importante réserve d’eau potable dans le coffre. Ça part vite, et sûrement encore plus l’été, et si jamais vous tombez en panne d’essence (ce que je ne vous souhaite pas) il faut pouvoir avoir de quoi s’hydrater.

 

Las Vegas

Notre étape à Las Vegas sera de courte durée : une seule soirée sur la longue route qui nous mènera de la Vallée de la Mort au Grand Canyon. Un arrêt dont je ne regrette pas la brièveté car je n’ai absolument pas accroché à cette ville en carton pâte. Alors oui les casinos-hôtels sont plus fous les uns que les autres. Mais j’ai trouvé l’ambiance vraiment malsaine et déprimante. A l’intérieur des casinos, il n’y a pas de fenêtre, pas d’horloge. Tout est fait pour faire perdre aux gens la notion du temps. Et ainsi à toute heure de la journée on voit des gens accrochés aux machines à sous, des petits vieux qui viennent jouer leur retraite. Des femmes courts vêtues sont là pour resservir les gens en boisson en permanence afin qu’ils ne quittent pas leur table de jeu… Et pour couronner le tout il faisait un froid de canard avec un vent glacial. Impossible de se balader dehors plus de quelques minutes sans se transformer en glaçons.

Casino Paris Las Vegas

Le seul avantage de Las Vegas : en l’absence de conférence et hors week-end il y a beaucoup trop de chambres par rapport à la demande. Les prix sont vraiment très bas pour une qualité vraiment incroyable. Pour cet nuit la, nous dormirons dans l’immense pyramide du casino-hôtel Luxor sur le thème de l’Egypte Antique. Par contre attention, dans le cas contraire, les prix peuvent aussi s’envoler des atteindre des prix fous. Si vous êtes confrontés à ce genre de prix, n’hésitez pas à regarder l’évolution sur les jours suivants pour adapter votre road-trip en conséquence.

 

Grand Canyon National Park

Une bonne demi-journée de route nous attends pour rejoindre le Grand Canyon au niveau de South Rim (la seule partie ouverte en plein hiver). Comme nous avons profité de Las Vegas assez tard le soir, nous ne sommes pas matinaux et nous n’atteindrons le Grand Canyon qu’au coucher du soleil. La route nous fait prendre un petit tronçon de la mythique route 66. On traverse des villes où il n’y a rien hormis une pompe à essence qui fait aussi fast food, les motels comme dans les films policiers américains, et un marchand de fusils car même au milieu de nulle part, il faut bien pouvoir se défendre.

ville sur la route 66

En arrivant au Grand Canyon la température est encore descendue. On ne dirait pas comme cela mais on est sur un plateau à plus de 2000 m d’altitude. On passe à l’hôtel mettre tous les vêtements que nous avons pour affronter une température de l’ordre de -15°C avec du vent. On appréhende la journée du lendemain car on tient à peine le temps de faire les photos du coucher de soleil. Et pourtant j’avais prévu mes vêtements de ski pour ce séjour !

le grand canyon au coucher du soleil

Heureusement la météo du lendemain est très clémente avec un petit -2°C et surtout une absence de vent. La réserve de bouteilles d’eau que l’on a laissé dans la voiture a gelée pendant la nuit. Mais le principal est que nous pourrons profiter pleinement de la journée. Le paysage est à couper le souffle et on ne regrette pas les kilomètres engloutis pour atteindre ce paysage. Car aussi fou que cela puisse paraître qu’en j’y repense, je n’avais pas prévu d’aller jusque là dans mon projet initial pour me concentrer sur les parcs de Californie. Je peux vous dire que je ne regrette pas d’avoir changer d’avis et de m’être laissé convaincre !

Grand Canyon South Rim Arizona

Panorama sur le Grand Canyon

Pour nos deux nuits aux Grand Canyon, nous avons choisi pour des raisons économiques de dormir à Tusayan à seulement 15-20 minutes de voiture du Grand Canyon. Nous avons trouvé un hôtel Holiday Inn, tout ce qu’il y a de plus classique, d’un très bon rapport qualité-prix qui possédait même une piscine chauffée (bien agréable après les sorties dans le froid).

 

Retour à Las Vegas par le Lac Mead

Après une journée entière au Grand Canyon, il est temps de reprendre la longue route vers Las Vegas. On s’arrête encore une fois dans des lieux improbables, des toutes petites stations essences avec cafés où les gens semblent tout droit sortis d’un western. Cette partie des Etats-Unis est vraiment celle que j’ai pu voir qui m’a semblé la plus reculée. N’hésitez pas à jeter un coup d’œil à une épicerie c’est assez fou : plus de 50% du magasin sont dédiés aux cookies, chips et jus de fruit aux couleurs flashy tandis que les fruits et légumes frais sont portés disparus.

une station essence dans l'Arizona

Nous atteignons la région de Las Vegas en milieu d’après-midi mais nous n’avons aucune envie de retourner dans la ville. Nous décidons alors de nous arrêter au Lac Mead juste avant. Si les paysages nous aurait sûrement éblouis en temps normal, notre road-trip nous a rendus presque blasés. Bof bof tout cela après le Grand Canyon, la Death Valley et Yosemite. Oui je sais sur la photo ça à l’air quand même pas mal du tout, mais il faut savoir que quand nous y étions il était en train de faire pas mal de travaux et dès que l’on ne regardait pas dans la bonne direction, on voyait surtout des pelleteuses et autres engins de chantier ! Néanmoins je pense que le Lac Mead est une bonne idée d’excursion si l’on séjourne plus longuement à Las Vegas, mais que l’on veut voir autre chose que des casinos !

Lake Mead près de Las Vegas - Nevada

Dernière soirée à Las Vegas avant de reprendre l’avion le lendemain matin pour la France. Pour cette dernière nuit, j’ai choisi de dormir au casino-hôtel Stratosphère pour son accès inclus à la tour panoramique qui surplombe la ville et je ne regrette pas mon choix. Si je ne ferais pas les attractions à sensations fortes à son sommet (en supplément mais ce n’est pas ma tasse de thé) je suis éblouie par les lumières de la ville qui s’allume peut à peu tandis que le soleil se couche.

Vue sur Las Vegas depuis la Stratosphère

 

Les formalités douanières pour un voyage aux Etats-Unis

Si vous souhaitez comme moi voyager aux Etats-Unis, sachez qu’il n’y a pas besoin de visa pour les séjours de tourisme pour les ressortissants de l’Union Européenne (à quelques exceptions près) : un passeport biométrique valide suffit. Par contre, il est impératif de réaliser avant le départ une demande d’exemption de visa ESTA (Electronic System for Travel Authorization) auquel cas vous serez refoulé à l’entrée du territoire. L’ESTA est valable 2 ans ou à expiration du passeport. Si votre autorisation ESTA expire avant que vous ne quittiez le territoire américain, vous n’êtes pas obligé de faire une nouvelle demande avant votre prochain voyage.

La demande ESTA se fait par internet et coûte 14 $. Vous pouvez la faire directement sur le site du gouvernement américain si vous parlez anglais. Pour ma part j’ai à chaque fois reçue une réponse positive dans les minutes qui ont suivies l’envoie de la demande, cependant il est recommandé de faire la demande au moins 72 h avant le départ. 

Attention : si vous avez voyagé en Iran, Irak, Syrie ou au Soudan depuis le 1er mars 2011 (mais quelques exceptions existent – oui c’est compliqué !) ou nouveauté 2017 si vous êtes français avec une double nationalité de l’un de ces pays : Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie ou Yemen, vous ne pouvez pas prétendre au programme d’exemption de visa.

Pour vous tenir à jour des évolutions des conditions d’accès au programme ESTA, je vous invite à lire la rubrique des Conseils aux Voyageurs du Ministères des Affaires Etrangères.

 

Si vous avez aimé cet article, partagez le sur Pinterest !

Itinéraire pour découvrir l'Ouest Américain en hiver : San Francisco, Los Angeles, Yosemite, Death Valley, Las Vegas et le Grand Canyon

 

Cet article contient un lien sponsorisé.