100kmParis Cyclotourisme France Ile de France

Parcourir la Véloscénie en Ile-de-France

Itinéraire de la Véloscenie en Ile de France

La Véloscénie est une véloroute de 450 km qui relie Paris au Mont-Saint-Michel dont l’itinéraire passe entres autres par Versailles, Chartres et Alençon. On peut y pédaler pour réaliser la totalité de l’itinéraire ou seulement un tronçon grâce aux nombreuses gares qui ponctuent le trajet.

Pour ma part, habitant à quelques kilomètres à peine du tracé de la Véloscénie, c’est une véloroute que j’aime emprunter pour des balades à vélo à la journée le week-end. L’accès à la Véloscénie est très facile en Ile-de-France, car elle est desservie par de nombreuses gares. Il est donc facile de faire le tronçon de la longueur de son choix et de rentrer à la maison.

Les Etapes de la Véloscenie en Ile-de-France

Etape 1 : Paris – Massy (17 km – 1h)

Le point de départ officiel de la Véloscénie est le Parvis de Notre-Dame-de-Paris, néanmoins comme moi, vous pouvez rejoindre le trajet au départ de votre domicile ou de l’endroit qui vous semble le plus pratique.

La première étape de la Véloscénie est très facile et s’adresse à tout le monde, y compris les familles et les débutants à vélo puisqu’il s’agit d’emprunter la quinzaine de kilomètres constituée par la Coulée Verte du Sud Parisien (dont le nom officiel est la promenade départementale des Vallons-de-la-Bièvre) qui relie la Place de la Catalogne derrière la Gare Montparnasse à la Gare de Massy-Verrières.

La Coulée Verte est un axe partagé piéton-cycliste, qui constitue un parc linéaire – et une piste cyclable – de 14 km de long ponctuée d’aires de jeux et de sport et de grandes pelouses.

Coulée Verte du Sud Parisien

Attention : il s’agit d’un axe particulièrement populaire le week-end avec de nombreux promeneurs et joggeurs. J’ai pu constater un comportement assez dangereux de la part de nombreux cyclistes qui essaient malgré tout de faire des pointes de vitesse, alors que la piste est relativement étroite et parfois des tournants offrant peu de visibilité. S’il vous plait, ayez un comportement prudent et respectueux de tous sur ce tronçon et tant pis si votre vitesse moyenne en prend un coup.

A voir en chemin : le Parc et le château de Sceaux 

La Coulée Verte passe à l’arrière du Parc de Sceaux, mon parc chouchou, que j’adore. Si vous ne connaissez pas, je ne peux que vous inviter à le découvrir. Le Château de Sceaux fût la résidence de Colbert, l’un des principaux ministres de Louis XIV. Le Parc fût dessiné par André Le Nôtre. Il est vraiment chouette avec différents espaces aux différents ambiances.

Le Domaine de Sceaux abrite le Musée de l’Ile-de-France et possède une belle collection de peintures anciennes de la région.

Parc et Château de Sceaux

Retrouvez mon article complet sur le Parc de Sceaux

A voir avec un petit détour (1,5km de trajet) : la Maison de Chateaubriand et le Parc de la Vallée aux Loups

Cette suggestion ne fait pas partie du programme « officiel » de la Véloscénie, néanmoins, au vu du faible détour que cela occasionne, c’est un détour que je vous conseille puisqu’il n’y a qu’un gros kilomètre entre la Coulée Verte et le Parc Départemental de la Vallée aux Loups, composés de différents espaces : un arboretum magnifique et plusieurs parcs ainsi que la Maison de Chateaubriand dont la visite vaut le coup d’œil.

Façade principale de la maison de Chateaubriand

Retrouvez par ici mon article complet sur la Vallée aux Loups.

Informations pratiques pour l’étape 1 (Paris-Massy) de la Véloscénie

Temps à prévoir : il faut compter une heure de vélo environ pour rejoindre Massy depuis Paris sans compter les arrêts. Si vous souhaitez en plus visiter le Parc de Sceaux et son château, ainsi que la Vallée aux Loups, cela peut vous prendre la journée !

Revêtement : le revêtement de la coulée Verte est bitumé. Elle est donc praticable par tout type de vélo, y compris les vélos de route

Accès en transport en commun : ce tracé suit plus ou moins la ligne B du RER allant vers Saint-Remy-les-Chevreuses. Arrivés à Massy vous aurez également accès au RER C.

Où déjeuner en route : le parc de Sceaux est un endroit idéal pour les pique-nique. Vous pourrez trouver de quoi vous approvisionner Rue Houdan, la rue piétonne et commerçante de Sceaux si vous n’avez pas emporter vos provisions. C’est dans le centre-ville de Sceaux également que vous trouverez le plus grand choix de restaurants.

Etape 2 : Massy – Versailles (17 km – 1h)

La seconde étape de la Véloscénie est également assez facile puisque la véloroute suit la vallée de la Bièvre. Le chemin est donc plutôt plat et quasiment en permanence longé par une piste cyclable ou alors emprunte des routes peu fréquentées. C’est un itinéraire que je trouve particulièrement agréable et accessible à tous.

Itineraire de la Véloscenie en Ile de France

A voir en chemin

  • Le Parc de Vilgenis, est un espace naturel assez récent au nord de Massy puisqu’il a ouvert ses portes en 2018. La piste cyclable officielle de la Véloscénie longue le parc, mais vous pouvez également choisir de le traverser (ce que je vous conseille, c’est bien plus sympa !). Un bras de la Bièvre traverse le parc lui donnant un aspect marécageux à certains endroits.
Parc de Vilgénis à Massy
parc de vilgenis à Massy
  • La Vallée de la Bièvre

La Bièvre est une courte rivière qui prend sa source à Guyancourt, au niveau des Etangs de la Minière, pour se jeter dans la Seine. Sa particularité est qu’une grande partie de son tracé et notamment la partie parisienne a été couverte en raison des odeurs nauséabondes qu’elle dégageait auparavant. Hors au niveau du Parc des Castors de la Bièvre à l’Haÿ les Roses, la Bièvre est enfouie à partir d’Antony jusqu’à Paris.

La seconde étape de la Véloscénie suit la partie ouverte de la Vallée de la Bièvre avec des paysages particulièrement bucoliques et de beaux étangs, en particulier au niveau du village de Bièvres. N’hésitez pas à poser votre vélo car les plus beaux endroits de cette vallée sont malheureusement interdits aux vélos.

Vallée de la Bievre - Etape 2 de la Veloscenie
Vallée de la Bievre
Vallée de la Bievre

La seconde étape de la Véloscénie se termine avec l’arrivée au Château de Versailles. Attention, à l’arrivée sur Versailles, l’itinéraire manque cruellement de balisage… N’oubliez pas de télécharger la trace GPX pour éviter de vous perdre à ce niveau là.

Le Domaine de Versailles mérite à lui seul une bonne journée de visite. Néanmoins, en peu de temps, vous pouvez admirer l’extérieur du Château. L’accès aux jardins est payant les jours de Grandes Eaux Musicales (ce qui est presque tout le temps cas en été, mais rarement en hiver : c’est le moment d’en profiter !)

Sinon vous pouvez pédaler dans la partie gratuite du parc du Domaine de Versailles en contournant le château par le sud et en entrant par l’Allée des Matelots. Vous y verrez l’arrière du Château et le Grand Canal.

le Chateau de Versailles vu depuis les Jardins
le Jardin du Château de Versailles
Réservez un hébergement à Versailles

Retrouvez par ici mon article complet sur la visite du Domaine de Versailles.

A voir aussi :

Ce tronçon de l’itinéraire de la Véloscénie est riche en patrimoine, et je n’ai pas encore eu l’occasion de tout visiter ! Voici d’autres points d’intérêt à visiter en route.

  • La Maison littéraire de Victor Hugo à Bièvres
  • Le Musée français de la photographie à Bièvres
  • Le Musée de la Toile de Jouy

Informations pratiques pour l’Etape 2 (Massy-Versailles) de la Véloscénie

Temps à prévoir : cette seconde étape fait 17 km soit une grosse heure de vélo sans compter les arrêts. Là encore, le temps de parcours dépendra de vos arrêts et visites. Cette partie est pour moi l’une des plus simples et des plus sécurisées de la partie Ile-de-France, avec en grande partie de belles pistes séparées de la circulation automobile. Comme la véloroute suit la rivière c’est globalement assez facile et plutôt plat dans l’ensemble.

Revêtement : le revêtement de ce tronçon est bitumé et praticable avec tout type de vélo.

Accès en transport en commun : ce tracé suit plus ou moins la branche du RER C.

Etape 3 : Versailles – Saint-Rémy-lès-Chevreuses (24 km – 2h)

Pour cette troisième étape, vous aurez le choix entre la débuter au départ de Versailles où comme moi depuis Petit-Jouy-les-Loges. En effet, je n’ai pas refait l’aller-retour à Versailles comme je connaissais déjà le trajet et j’ai poursuivi en prenant la bifurcation menant vers Saint-Remy. Vous pouvez aussi commencer depuis la gare, mais attention, l’étape commence fort avec une bonne montée bien raide ! Heureusement, celle-ci ne dure pas trop longtemps ! Si vous n’aimez pas les montées, le mieux est d’aller à votre rythme et de s’arrêter pour regarder les chevaux broutant dans le pré qui longe la côte, en reprenant son souffle. Au pire, vous pouvez pousser votre vélo jusqu’à atteindre le sommet de la côte avec le joli village des Loges-en-Josas.

Cheval broutant à Petit-Jouy-les-Loges

Attention, sur le site internet de la Véloscenie, cette étape est classée dans la rubrique « Je débute/En Famille » alors que les étapes précédentes sont classés dans la rubrique « J’ai l’habitude ». Pour moi cela devrait être l’inverse car les deux premières étapes sont faciles et sécurisées.

Cette étape est en réalité un peu plus difficile avec la montée sur le plateau de Saclay. Toutefois, le Plateau de Saclay est bien aménagé au niveau des pistes cyclables et l’itinéraire reste plutôt sécurisé.

Deux options sont possibles pour rejoindre Saint-Remy au niveau de l’avion Mirage III de Buc :

  • soit couper tout droit à travers le Plateau de Saclay en direction du village de Toussus le Noble et rejoindre le village de Châteaufort
  • soit faire le tour du plateau de Saclay par Buc qui Guyancourt. Cette partie est plus urbaine, bien aménagée en piste cyclable mais pas très jolie.

Les deux itinéraires disposent de pistes cyclables. Personnellement, je préfère le passage par Toussus-le-Noble et Châteaufort qui est un village très mignon. Attention, il manque du balisage sur cette portion (et encore plus sur la variante par Guyancourt). Franchement, sans trace GPS, c’est la garantie de se perdre. Heureusement, l’itinéraire est entré dans l’application GéoVélo, ce qui nous a sauvé la mise à plusieurs reprises !

Avion - Plateau de Saclay - Véloscenie

Les deux options se rejoignent au niveau de la Vallée de la Mérantaise à Magny-les-Hameaux. Là ça commence à devenir sympa. Par contre attention, ici quelques tronçons non bitumés, dont une descente bien raide, un VTT, un VTC ou un gravel sera plus adapté qu’un vélo de route (sinon il faut couper par la route directement de Châteaufort à Magny les Hameaux).

Vallée de la Mérantaise - Parc naturel régional de la vallée de Chevreuse

A voir en chemin

Ce tronçon est un peu moins « intéressant » d’un point de vue touristique, néanmoins vous pourrez voir en chemin quelques jolis villages d’Ile-de-France comme Les-Loges-en-Josas ou Magny-les-Hameaux. C’est donc un tronçon plus roulant où l’on s’arretera moins même si les paysages sont agréables surtout en été !

Eglise de Magny-les-Hameaux
Magny-les-Hameaux

Il est également possible de voir le Château du Haut Buc et son Parc, mais celui-ci était fermé lors de notre passage puisque nous avons fait cette excursion en vélo en tout début du déconfinement suite à l’épidémie causée par le COVID-19.

Informations pratiques pour l’Etape 3 (Massy – Saint-Remy) de la Véloscénie

Accès en transport en commun : de nombreuses lignes desservent les différentes gares de Versailles. Vous pouvez également commencer ce tronçon au niveau de la gare de Petit-jouy-Les-Loges (RER C) ou se sépare l’itinéraire allant vers Versailles (puisqu’il s’agit d’un tronçon en aller retour) et celui allant vers Saint-Remy-les-Chevreuses où vous trouverez la gare terminus du RER B.

Attention : il n’y a pas de gare au milieu du trajet.

Revêtement : bitume sauf dans la forêt de la Mérantaise entre Châteaufort et Magny les Hameaux. Possibilité de couper directement par la route si vous êtes en vélo de route.

Etape 4 : Saint-Rémy-lès-Chevreuses – Rambouillet (28 km – 2h)

Ce tronçon permet de traverser le Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse puis de traverser la forêt de Rambouillet. J’ai commencé cette étape en partant de la gare RER de Saint-Remy-les-Chevreuse pour rejoindre Rambouillet. Cette étape est bien balisée et je n’ai jamais eu besoin de la trace GPS si ce n’est pour me rassurer. La quasi-totalité de l’itinéraire est sur des pistes cyclables, voies vertes ou routes de campagne peut emprunté, sauf un tronçon court (3km) mais dangereux sur la D24 avant d’arriver à Cernay-la-Ville. Les voitures roulent vite, les excès de vitesse semblent fréquents et surtout j’ai eu l’occasion de me faire doubler avec des véhicules qui me frôlaient et d’avoir eu vraiment peur… A la campagne, pour rappel, il faut 1.50 m écart entre votre voiture et le vélo, ce qui équivaut à changer presque complètement de file. Quand vous doublez vite un vélo en le frôlant, nous ressentons le déplacement de l’air (un peu comme quand on est dans une gare et qu’un train passe à vive allure sans s’arrêter) et cela est vraiment dangereux ! On ne s’en rend pas compte en voiture, mais cela peut nous faire tomber !

Le site internet de la Véloscénie nous recommande d’être vigilant sur ce tronçon mais honnêtement à part le port du casque (une protection bien dérisoire face à des véhicules se déplaçant à plus de 80 km/h !) je ne vois pas bien ce que l’on peut faire pour se protéger les automobilistes qui ont une conduite dangereuse envers les vélos … J’attends avec impatience l’aménagement de la piste cyclable sur ce tronçon ! N’hésitez pas à regarder si des chemins partent à travers champs, je n’ai jamais osé retourner rouler de ce côté tellement j’ai eu peur !

Hormis cette difficulté, le reste de l’itinéraire s’est bien passé et est plutôt roulant hormis une bonne côte bien raide à la sortie de Choiseul ! Je suis fière d’avoir réussi à la monter sans descendre de mon vélo ! Comme la côte des Loges en Josas, la côte est relativement courte donc si vous n’y arrivez pas, vous pouvez marcher à côté de votre vélo. C’est la seule de l’itinéraire, et elle n’est pas si longue, donc pas de panique.

Veloscenie à Chevreuse
Véloscenie : la montée de Choisel

A voir en chemin

  • Le Château de Breteuil

L’itinéraire de la Véloscenie passe tout près du Château de Breteuil, qui un superbe Château et un parc magnifique. Je vous conseille vraiment de vous y arrêter si vous le pouvez sachant que le Château ne semble pas proposer d’aménagement pour les cyclistes. J’y étais allée en vélo à une autre occasion et j’avais déjà eu du mal à garer mon vélo faute d’aménagement spécifique. Je trouve cela un peu dommage que sur les points d’intérêt situés sur les véloroutes il n’y ait souvent rien de prévu pour laisser ses sacoches en sécurité le temps de la visite.

La visite du Château de Breteuil se fait uniquement sur visite guidée avec des départs réguliers dans la journée et dure 1h. Le reste du temps vous pouvez profiter du superbe parc en pente douce jusqu’à Choiseul. Lors de ma visite, j’y avait passé une bonne demi-journée ! Le parc possède également des installations pour pique-niquer.

Visite du Château de Breteuil
  • L’Abbaye des Vaux de Cernay

Un autre arrêt à faire non loin de la Véloscenie est l’Abbaye des Vaux de Cernay et la balade des cascades. L’Abbaye des Vaux de Cernay est aujourd’hui reconverti en un hôtel restaurant haut de gamme. J’ai eu l’occasion d’y déjeuner deux fois et c’est un vrai régal, le tout dans un cadre tout à fait somptueux. Il est également possible de venir juste pour visiter.

Le coin est vraiment pittoresque et c’est pour moi l’un des plus jolis endroits de la Vallée de Chevreuse. Attention, car si le détour est court, il y a une bonne pente à descendre – et donc à remonter pour la suite de l’itinéraire !

Abbaye des Vaux de Cernay en vallée de Chevreuse
Réservez votre séjour à l’Abbaye des Vaux de Cernay

Retrouvez par ici mon article complet sur les choses à voir dans le Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse

  • L’Espace Rambouillet

Pas de détour au Vaux de Cernay cette fois pour moi comme je connais déjà l’endroit, je poursuis donc directement en direction de la Forêt de Rambouillet. La véloroute suite dans un premier temps une route assez fréquentée puis bifurque sur une voie verte magnifique qui traverse la forêt. Ce dernier tronçon de l’itinéraire est celui que j’ai préféré ! Enfin le calme, et je savoure la tranquillité de la forêt et de pouvoir pédaler en toute sécurité.

La Véloscenie passe devant l’Espace Rambouillet qui est un parc forestier et animalier assez différents des parcs animaliers classiques, puisqu’il s’agit d’un espace forestier clôturé dans laquelle le promeneur évolue librement et où la densité d’espèces est bien plus importante que dans une forêt classique, rendant la probabilité d’observation de cerfs ou de sangliers bien plus élevée que dans une forêt classique. Les animaux vivent dans leur milieu naturel et leur espace, bien que clôturé, est bien plus important que dans n’importe quel parc ou zoo classique. Cela fait des années que je n’y suis pas allée, mais c’était une sortie qui me fascinait lorsque j’étais enfant.

J’ai vu qu’il y avait des petits emplacements devant l’entrée du site pour garer ses vélos.

Si vous ne visitez pas le parc, rester attentif en longeant la clôture : vous apercevrez surement des animaux ! J’ai eu la chance de voir un sanglier courir (j’étais contente d’être en dehors des clôtures car c’était assez impressionnant : il allait plus vite que moi en vélo !

Parc Animalier Espace Rambouille
Parc Animalier Espace Rambouillet
  • Rambouillet

Rambouillet est une ville riche en patrimoine dans laquelle vous pourrez largement passer le week-end avec notamment la visite du Château de Rambouillet, son parc, la Bergerie Nationale, l’Espace Rambouillet et la forêt.

Véloscenie à travers la Forêt de Rambouillet

En sortant de la forêt l’itinéraire de la Véloscénie suit l’Etang d’Or, un joli étang au cœur de la forêt à côté duquel se trouve le camping – glamping Huttopia qui propose des hébergements insolites tels que des roulottes, des cabanes en bois ou des grandes tentes canadiennes… en plein cœur de la forêt !

Etang d'Or - Forêt de Rambouillet

L’étape ce tronçon de la Véloscénie se termine avec l’arrivée au Domaine de Rambouillet. Celui-ci était encore fermé lors de mon passage pour cause de l’épidémie COVID-19, m’obligeant à un détour par la rue commerçante bien embouteillée du centre-ville de Rambouillet pour atteindre le Château.

Château de Rambouillet
Réservez un hébergement à Rambouillet

Informations pratiques pour l’Etape 4 (Saint-Remy-Rambouillet) de la Véloscénie

Temps de trajet : j’ai mis deux heures, hors pause, pour relier Rambouillet depuis Saint-Remy-les-Chevreuses. Avec les visites possibles sur l’itinéraire, ce tronçon peut vous occuper une journée entière.

Accès en transport en commun : RER B pour Saint-Rémy-lès-Chevreuses, TER ou Transilien vers la Gare Montparnasse pour Rambouillet. Pas de gares au milieu de l’itinéraire.

Revêtement : Hormis un court tronçon en gravillons à la sortie de Saint-Remy – possibilité de contourner par la route, la quasi-totalité de ce tronçon est bitumé. Un peu de gravillon si l’on rejoint Rambouillet en contournant l’Etang d’Or, on peut l’éviter en passant par la Rue du Château d’Eau en continuant tout droit après être passé devant Huttopia.

Retrouvez dans cet article la suite de l’itinéraire de la Véloscénie : une journée à vélo de Rambouillet à Chartres.

Alternative Massy-Rambouillet par Limours

Pour rejoindre Rambouillet par la Véloscénie, 2 itinéraires sont possibles. Celui par Versailles et St Remy présenté ci-dessus et une alternative par Limours et Saint Arnoult.

Massy-Limours (23 km)

Pour le moment, je n’ai suivi que la partie Massy-Limours sur l’itinéraire alternatif de la Véloscénie (de Limours, je suis repartie pour faire une boucle pour rentrer chez moi). Cette partie de la Véloscénie n’est pas praticable en vélo de route mais passe très bien en VTC ou Gravel.

De Massy jusqu’à Orsay, rien d’incroyable sur cet itinéraire plutôt urbain avec notamment la traversée de la ville de Palaiseau. L’itinéraire devient intéressant au niveau d’Orsay lorsque le chemin pénètre dans la forêt. Attention à ne pas louper la bifurcation (petit chemin) qui quitte la route au niveau de la côte de Montjay. Pour cela le mieux est comme toujours de partir avec la trace GPX.

Dans la forêt on passe par les travaux réalisés pour la ligne Paris-Chartres au début du XXème siècle mais qui avec les deux gares n’ont finalement pas tellement servi : un monumental tunnel ferroviaire et surtout le Viaduc des Fauvettes, bien connu des amateurs d’escalade puisque celui-ci a été aménagé à cet effet en 2004. Du haut du Viaduc, on profite d’une superbe vue sur la Vallée de Chevreuse.

le tunnel avant le Viaduc des Fauvettes
le Viaduc des Fauvettes à Gometz le Chatel

Après une courte traversée de ville, on rejoint ensuite à la Voie Verte du Pays de Limours (ou Voie Verte de l’Aérotrain) qui relie Gometz-la-Ville à Limours. Cet endroit est très sympathique en pleine forêt. On est toujours sur l’ancienne ligne de chemin de fer Paris-Chartres. A cet endroit a été testé dans les années 1960s l’étonnant concept de l’aérotrain, une invention de l’ingénieur Jean Bertin : un train qui devait rouler en suspension sur un coussin d’air comprimé, guidée un mono-rail en T inversé qu’il ne devait jamais toucher.

De cette expérimentation, il ne reste plus grand chose hormis le mono-rail et une balade agréable pour piétons et cyclistes. Le concept de l’Aérotrain fût en effet rapidement abandonné au profit du TGV au milieu des années 1970s suite au premier choc pétrolier. Des panneaux explicatifs ponctuent la balade de 3 km qui permet de rejoindre Limours.

La Voie Verte du Pays de Limours également appelée Voie Verte de l'Aérotrain
La Voie Verte du Pays de Limours également appelée Voie Verte de l'Aérotrain

La Véloscénie en pratique

Retrouvez toutes les informations pratiques ainsi que les itinéraires étapes par étape sur le site internet de la Véloscénie.

Avec les nombreuses gares en Ile de France, vous pouvez facilement réaliser des portions de la Véloscénie à la journée. Pour ma part, à chaque fois, je me suis baladé sur la Véloscenie à la journée, soit de gare à gare soit en faisant une boucle pour retourner chez moi via un chemin alternatif. Cela est d’autant plus pratique pour les visites touristiques qui ne proposent pas de consignes pour les sacoches de voyage.

Mettre son vélo dans le train

  • Pour les tronçons en Ile-de-France, rien de plus facile : le transport des vélos est autorisé dans les RER et les Transilien mais seulement en dehors des heures de pointe : les week-ends et jours fériés ou en semaine du lundi au vendredi avant 6h30, entre 9h30 et 16h30 et après 19h30. Comme il n’y a pas d’emplacement vélo, il faut juste le tenir le temps du trajet. Quand il n’y a personne, je l’attache avec mon anti-vol autour de la barre métallique centrale.
  • Pour les tronçons en région, le transport des vélos est également gratuits pour les TER, cela ne pose pas trop de problème. Les TER acceptent les vélos non démontés et possèdent des emplacements réservés mais ceux-ci sont en nombre limités et non réservables. Mieux vaut éviter les horaires de forte affluence pour ne pas se voir refuser l’accès au train par le contrôleur
  • Dans les TGV, Intercités et autres trains grandes lignes, le transport du vélo est gratuit seulement s’il est démonté et rangé dans une housse : il est alors compté comme un bagage. Dans certains cas, il est possible de réserver un emplacement payant à 10€ pour le transport du vélo, tandis que dans d’autres, cela n’est pas possible. Ces renseignements vous seront fourni par le site internet de la SNCF au moment de la réservation de vos billets de train.

L’accès au train est la partie la plus complexe du voyage en vélo puisque il faudra parfois prendre des escaliers pour accéder au quai (génial quand on a un vélo chargé avec des sacoches). Heureusement, certaines gares sont équipées d’ascenseurs (quand ils ne sont pas en panne). N’hésitez pas à vous adresser au personnel SNCF si celui-ci est présent car celui-ci peut vous faire traverser les quais à des endroits spécifiques, vous épargnant la descente et la remontée d’escaliers. La difficulté à mettre mon vélo dans le train m’encourage parfois à prolonger mon itinéraire depuis mon domicile qui ne situe non loin de la Coulée Verte plutôt qu’à affronter l’accès au quai !

Les TER ont des portes en général plus large et plus bas sur le quai permettant de monter plus facilement dans le train que dans un TGV ou Intercités. C’est un peu dommage quand on voit les beaux itinéraires de véloroute qui existent dans notre pays mais que l’on ne peut pas facilement mettre son vélo dans le train !

Ainsi pour vos déplacements à vélo dans le train, privilégiez les trajets avec trains Transilien ou TER.

Les Guides sur la Véloscenie et le vélo en Ile-de-France

Il existe plusieurs guides sur la Véloscénie dont un guide des Editions Ouest-France et un guide des éditions Chamina. Le Guide du Routard Paris – Ile de France à Vélo pourra également vous être utile pour la partie francilienne de l’itinéraire ou vous donner d’autres itinéraires d’escapade à vélo dans la région.

Si vous avez aimé cet article, partagez-le sur Pinterest !

Itinéraire sur la Véloscenie en Ile de France de Paris à Rambouillet

Cet article contient des liens affiliés. En réservant par eux, vous ne payez pas plus cher mais je touche une petite commission qui permet de soutenir le blog.

12 Comments

  • Reply
    Anne LANDOIS-FAVRET
    1 juillet 2020 at 18:07

    J’ai toujours voulu tester même si je ne suis pas a côté exactement étant dans l’Essonne mais les tronçons pas finis me rebutent. A quoi bon s’en vanter (guides, Conseil Régional …) si c’est pour proposer des choses non terminées et donc potentiellement dangereuses, car oui en Île de France les gens conduisent beaucoup comme des malades. De manière générale, en France, nous sommes tellement à la traîne sur les pistes cyclables. En tout cas, bravo pour cet article très détaillé, les points d’intérêt sont très sympas. Je connais un peu vers Chevreuse, c’est superbe. Pour les RER, dans ce secteur effectivement, il n’y a pas d’emplacement matérialisé pour les vélos, même si d’autres lignes comme le RER D sur le tronçons Malesherbes/Juvisy et Corbeil/Melun sont équipés de rames avec. L’espace Rambouillet me tente beaucoup aussi, le concept est intéressant !

    • Reply
      Mathilde
      3 juillet 2020 at 12:23

      En fait sur le RER B il y a aussi des logos vélos mais c’est un peu le même principe que les pistes cyclables où l’on te peind un vélo sur la route et on te dit « ca y est on a fait une piste ». Donc du coup il y a nul part où le mettre concrètement (à part l’attacher comme tu peux à la barre centrale ce qui est possible quand il n’y a personne).
      Pour les pistes cyclables par fini c’est vraiment un truc qui me saoule ! C’est dommage car sur le tronçon vers Rambouillet, c’est 2km… c’est pas tant que ca mais quand tu les faits avec les voitures qui te frôlent en excès de vitesse, ce sont les 2 km les plus long de ta vie !! Mais bon le reste de l’itinéraire est bien chouette ! J’espère trouver le temps pour faire la suite j’aimerais bien continuer par étape jusqu’à Chartres cette année 🙂

  • Reply
    Renée
    1 juillet 2020 at 18:28

    Merci pour cet article plein d’infos très utiles et les belles photos qui donnent envie d’enfourcher son vélo !

  • Reply
    Martine Barbier
    1 juillet 2020 at 19:19

    La Vallée de la Chevreuse est une belle vallée que j’ai eu l’occasion de parcourir autrefois, c’est magnifique, et vraiment bucolique ! De très belles découvertes, comme l’incontournable château de Versailles.

  • Reply
    Seniors en Vadrouille
    2 juillet 2020 at 13:02

    je note. peut être me laisserais-je tenter en septembre si mes vadrouilles d’été ne m’ont pas découragée du vélo.

  • Reply
    eimelle
    2 juillet 2020 at 20:49

    bravo pour cet article très détaillé! Un très beau circuit!

  • Reply
    Paule-Elise
    3 juillet 2020 at 11:13

    Sympa ces balades qui donnent plein d’idées ! On a vraiment envie de s’y mettre, mais c’est vrai qu’on y va trèèès progressivement. Pour l’instant l’idée de prendre mon vélo pour le mettre dans le train me parait compliquée ! Avec le canal de l’Ourcq près de chez nous, ça ouvre pas mal de possibilité, on peut aller jusqu’à Meaux par exemple. C’est chouette en tout cas que tu aies proposé ce thème, ça incite à s’y mettre.

    • Reply
      Mathilde
      3 juillet 2020 at 12:17

      Le plus chiant pour mettre son vélo dans le train c’est l’accès à la gare.

      Je suis finalement assez contente d’être en banlieue car j’ai un ascenseur pour accéder au quai (quand il marche…mais sinon c’est un grand escalier droit). A Saint-Remy, grande banlieue, c’est le luxe de l’espace : il y a une grande rampe pour descendre sans marche…
      J’aimerais bien prendre mon train à Montparnasse pour aller plus loin sur la Véloscénie mais c’est encore une étape que je n’ai pas franchi ! Mais le week end une fois qu’on est dans le train il y a plus trop de probleme et quand on s’éloigne de paris les trains sont de plus en plus vide.

  • Reply
    aurelie@travelingaddress
    3 juillet 2020 at 22:04

    Tiens l’étape 3 me rappelle quelque chose!! Il me reste encore l’étape 4 à parcourir (à voir si je la tente cet été!) En tout cas, c’est bien vrai que les comportements des uns et des autres peuvent être dangereux: sur la route, les vélos sont plus fragiles, les voitures doivent y faire attention. Mais sur les itinéraires partagés, ce sont les piétons les plus fragiles. Si on veut battre des records de vitesse, roulons sur la route! Quant aux piétons, à eux aussi de faire attention à ne pas prendre la piste cyclable pour une annexe du trottoir …

  • Reply
    Estelle
    4 juillet 2020 at 08:32

    Wouah ton article est super bien détaillé et utile. Et franchement vous avez des super points d’intérêt en cours de route. Plein de jolis châteaux et des forêts.
    Par contre tu avais déjà soulevé dans un autre article le problème des sites touristiques qui ne proposent aucune consigne, aucun moyen de garer son vélo de manière « safe » alors qu’ils se trouvent sur le trajet de la voie cyclable touristique. Je trouve ça très bête pour eux et pas du tout incitatif pour les touristes en vélo. Et je ne parle même pas des galères du TER avec son vélo en région parisienne, rien qu’à te lire ça me décourage. La France a créé de superbes itinéraires mais il n’y a pas à dire, on est sérieusement en retard par rapport à nos voisins européens.

  • Reply
    Cecile
    9 juillet 2020 at 05:56

    Et dire que moi aussi je suis quasiment sur le tracé et que nous n’avons jamais dépassé la coulée verte.
    Pourtant c’est un voyage que j’aimerais faire jusqu’au bout. Mais pour démarrer effectivement les tronçons en Île de France dit déjà pas mal même si par endroit ça n’est pas encore fini. Le trafic des voiture me rebute un peu et le côté aussi
    Merci pour cette article super complet je n’ai plus des idées maintenant alors je pense que je vais me lancer #defidelete

    • Reply
      Mathilde
      9 juillet 2020 at 20:58

      Pour une bonne partie de la coulée verte c’est assez facilement faisable grâce aux transports en commun. Pour la prochaine fois j’aimerais bien continuer de Rambouillet à Chartres en partant de Montparnasse mais je pense que c’est un peu plus d’organisation pour mettre les vélos dans le train. Je sais pas encore si j’irais au bout mais j’ai envie de continuer étape par étape au moins pour les parties facilement desservies via le TER.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This