Après une semaine en Slovénie, nous franchissons la frontière au niveau des Salines de Secovlje pour rejoindre la Croatie. Je ne vous cache pas que j’attendais avec impatience de découvrir ce pays dont j’avais beaucoup entendu parler. Le bilan de mon séjour fût pourtant en demi-teinte, je lui ai largement préféré la Slovénie. Nous avons bien sûr vu des choses magnifiques, mais j’ai aussi été déçue par mal pas de choses. Je trouve notamment que la Croatie n’est pas mise en valeur à son juste niveau : panneaux publicitaires omniprésents et invasifs, plages qui sont souvent des dalles de béton, …. D’autant plus que nous n’avons pas eu beaucoup de chance côté météo et avons eu finalement pas mal de pluie pour ce voyage effectué début octobre – surtout le jour de notre visite au Parc National de Plitvice – parc oh combien attendu !!

Itinéraire d’une semaine dans le nord de la Croatie

La Croatie est un pays à la forme assez bizarre, hormis la péninsule de l’Istrie, et les montagnes autour de Zagreb, le pays suit la côte Dalmate, sur une zone plus ou moins large. Pour découvrir l’ensemble de la Croatie, je pense qu’il faut mieux partir sur 2 semaines minimum. C’est pourquoi en une semaine, nous n’avons pas chercher à tout voir mais plutôt nous focalisé sur la moitié nord du pays. Sur la carte ci-dessous j’ai retracé les grandes lignes de notre itinéraire. Les pastilles rouges représentent les villes où nous avons séjournées, tandis que les pastilles vertes représentent les lieux que nous avons visités.

Jour 1 : Poreč et les villages perchés de l’Istrie

Arrivant par la frontière slovène, nous nous arrêtons à Poreč où nous séjournerons 2 nuits. Poreč est une ville très touristique qui je trouve à vendu son âme au tourisme de masse. C’est attristant car elle a tout pour plaire : une jolie ville vénitienne sur une presque île, une sublime basilique byzantine avec des mosaïques dorées… Quand on voit le charme de la jolie Piran de l’autre côté de la frontière slovéno-croate, je n’ai pu m’empêcher de les comparer et de préférer largement la première. Bref, un voyage qui commence par une déception…

basilique euphrasienne de Porec en Croatie

Autant Porec m’a déçue, autant je suis tombée amoureuse de l’intérieur de l’Istrie. Les villages perchés de Motovun et Grožnjan me réconcilient avec la Croatie. Ces villages restent très touristiques, mais cela n’empiète pas (ou moins) sur leur charme. Au contraire ! Grožnjan est par exemple devenue un village d’artisans et au gré des ruelles on découvre de jolies boutiques de créateurs. C’est autre chose que les boutiques à souvenirs kitschissimes de Poreč !

village perché de Motovun en Croatie

 

Jour 2 : Rovinj et route pour Plitvice

Nous passons la matinée dans la sublime ville de Rovinj. Si nous n’avons pas pu entrer dans l’église à cause de la messe nous en avons profité pour déambuler dans les ruelles étroites de cette jolie ville. Nous avons de la chance car il ne pleut pas encore beaucoup. La pluie se lèvera après notre visite et ne s’arrêtera quasiment pas de la journée !

Village de Rovinj

Nous ne nous attarderons pas trop dans l’Istrie, d’une part car le temps est exécrable et d’autre part car la route est longue jusqu’au Parc de Plitvice. Ce parc incroyable, le joyau de la Croatie, est en effet situé au milieu de nulle part, a au moins 2 heures de route de la grosse ville la plus proche. En cours de route, nous nous arrêtons déjeuner dans le village médiéval de Bale à 15 km au sud-est de Rovinj puis à la station balnéaire d’Opatija, un des hauts lieux du tourisme à l’époque de l’Empire Austro-Hongrois. Le front de mer, bordé de superbes hôtels de style Sécession, fait un peu penser à Nice. Par contre ne vous attendez pas à une plage de sable fin ou de jolis galets : en Croatie on aime le béton : du coup la “plage” est donc une immense dalle de béton…

Scultpure sur la cote à Opatija

Jour 3 : le parc national de Plitvice

Voici le jour tant attendu de notre visite au parc national de Plitvice… sauf qu’il pleut à verse. Si nous aurions pu décaler la visite du parc au lendemain, car nous séjournons 2 nuits à Plitvice, il n’y a rien à voir à l’intérieur dans la région. Nous attendons plusieurs heures à l’hôtel en espérant une accalmie qui ne vient pas. Aussi, nous finissons par nous décider à mettre le cap sur ce parc, une vraie merveille de la nature. Imaginez 16 lacs qui se déversent en cascades les uns dans les autres… Par des journées ensoleillées, l’eau des lacs est verte turquoise, c’est une merveille. Sous le déluge, c’est aussi merveilleux. Il n’y a pas de mot pour décrire la beauté de ce parc et je ne regrette pas un seul instant ma visite, même si j’aurais aimé la faire dans de meilleures conditions !

Parc National de Plitvice

Jour 4 : l’île de Pag et Zadar

Enfin la météo nous sourit. En route pour Sibenik, nous faisons un détour par l’île de Pag, une île désertique située au nord de Zadar qui a la bonne idée d’être reliée à la terre ferme par un pont. Nous découvrons enfin des petites criques sauvages comme on les aime et une eau turquoise de rêve ! Là, c’est sur nous sommes réconciliés avec la Croatie ! Début octobre, on peut encore se baigner sans avoir froid et on en profite pleinement !

Ile de Pag - Croatie

Après la baignade, direction Zadar, une ville au passé millénaire mais qui a fortement souffert des bombardements de la guerre d’indépendance dans les années 1990. Il reste néanmoins de nombreux vestiges à découvrir, que ce soit le forum romain, l’église St Donath du XIème siècle ou beaucoup plus moderne l’orgue maritime réalisé en 2005.

centre ville de Zadar

Jour 5 : Sibenik et le parc national de Krka

Šibenik où nous resterons 3 nuits fût un vrai coup de coeur ! Comme quoi, il n’y a pas non plus eu que des déceptions en Croatie bien au contraire ! Šibenik est une ville sublime aux ruelles étroites située dans un golfe aux portes de l’archipel des îles Kornati. Son patrimoine est extraordinaire : une cathédrale classée au patrimoine de l’UNESCO, un château qui domine la ville offrant une vue incroyable sur les environs ! De plus, c’est est une ville particulièrement bien placée pour rayonner en Croatie. Nous aurions pu y séjourner bien plus longtemps et partir à la découverte de Split, Trogir ou encore une journée d’excursion en bateau vers les îles Kornati !

Panorama sur Sibenik

L’après-midi nous partons en excursion au parc national de Krka non loin de là. Si il est nettement moins impressionnant que Plitvice, nous profitons du soleil et nous avons une petite idée des extraordinaires couleurs que nous avons loupé là-bas. Mais honnêtement si le coin est quand même très beau, il n’arrive pas à la cheville de son frère du nord ! Si j’avais un conseil à vous donner, commencez d’abord par Krka, car Plitvice ne souffre aucune comparaison ! Le parc de Krak possède une zone ouverte à la baignade (la cascade que j’ai prise en photo). Alors si vous ne voyez personne sur cette photo, c’est parce que je suis venue en octobre et qu’il fallait être un peu courageux pour aller à l’eau, mais en été c’est noir de monde !

parc national de Krka

Jour 6 : les iles d’Uglan et Pasman

A l’origine, cette journée devait être dédiée à la visite de Trogir et Split, mais nous commencions à en avoir assez des villes et voulions un peu de nature. Changement de programme, et après une étude approfondie du guide nous prenons un ferry de Biograd na Moru au nord de Sibenik jusqu’aux îles d’Uglan et Pasman, deux îles reliées par un pont. Ce n’est peu être pas les plus belles îles de Croatie mais elles avaient le mérite de ne pas être trop loin de notre point de chute, et d’avoir une liaison en ferry relativement fréquente et assez peu onéreuse. Je repère deux trois points intéressants à découvrir sur des blogs pour organiser la journée. Heureusement car début octobre, la totalité des offices de tourisme des îles sont fermés !

Panorama sur l'ile d'Uglan - Croatie

Jour 7 : le Parc National de Paklenica

Le voyage en Croatie touche à sa fin, il nous faut doucement mais sûrement rejoindre Zagreb d’où nous repartirons. En chemin, nous nous arrêtons au Parc National de Paklenica, un parc connu des amateurs d’escalade situé non loin de Zadar. Le parc est aussi un chouette endroit pour les amateurs de randonnées comme nous. En quelques heures de marche, on découvre des panoramas absolument sublimes ! La Croatie m’a vraiment surprise en bien de ce point de vue là : le pays – du moins dans le nord – dispose d’immenses zones encore complètement sauvages !

Parc national de Paklenica

Jour 8 : Zagreb

Nous terminons notre circuit en Croatie par la découverte de Zagreb, la capitale. Une ville a taille humaine qui a su nous séduire. Beaucoup moins touristique que la côte, nous avons adoré son style qui nous a fait pensé aux pays de l’Est.

Eglise Saint Marc

 

Le budget

Voici quelques infos pour vous aider à faire votre budget pour un voyage en Croatie. La Croatie est située hors de la zone euro. La monnaie est le kuna : 1 € = 7.4 kuna.

La Croatie est un pays très bon marché à découvrir. Hors saison, nous avons eu dormis dans des appartements pour 30 € la nuit en moyenne. Il y a assez peu d’hôtels mais énormément d’appartement ou de chambres chez l’habitant. C’est assez incroyable lorsque l’on roule car parfois c’est limite si on cherche LA maison qui ne propose pas des chambres aux touristes !

Les restaurants ne sont vraiment pas chers du tout : on peut se régaler très facilement pour moins de 10 €. On peut se faire plaisir dans des superbes restaurants gastronomiques pour moins de 30/40€ donc je peux vous dire qu’on en profiter !

Pour le vol,nous avons payer environ 230 € l’aller/retour à Zagreb par personne. Nous avons choisi de voyager avec Air France qui propose des vols directs depuis Paris.

La location de voiture pour les deux semaines (Slovénie + Croatie) nous a coûté 230 € pour les 15 jours soit environ 16€/jour. Attention, si comme nous vous souhaitez visiter plusieurs pays, appelez le loueur AVANT de faire votre réservation, car certains loueurs n’acceptent pas la traversée des frontières. Pour ma part j’y ai pensé une fois seulement avoir fait ma réservation ^^. Le premier loueur n’acceptant pas, j’ai du annuler et réserver chez un autre loueur… Heureusement j’ai pu être remboursé intégralement de ma réservation, mais mieux vaut éviter ce genre de bêtise…

La conduite en Croatie

Les Croates ont une conduite… un peu … sportive disons. Les limitations de vitesse servent uniquement à décorer la route visiblement. A leur décharge, les panneaux de limitation semblent parfois dénués de logique (brusque variation – je te mets un panneau 70 et 100 m plus loin un panneau 50 alors que rien ne semble avoir changé – , parfois ralentissement à cause d’un virage, mais pas de panneau indiquant la reprise de la vitesse normale…) Du coup nous n’avons pas toujours respecté les limitations mais nous roulions toujours biiiien moins vite que les croates ! Globalement nous n’avons pas eu de grosses frayeurs sur la route, notamment car il y avait finalement peu de circulation en octobre. Mais disons que l’on est resté tranquillement sur la file de droite en toute circonstance. La seule route qui nous aura laissé des sueurs froides fût finalement une route déserte : nous n’avons pas pris la bonne option pour aller à Plitvice et nous nous sommes retrouvé sur une route très étroite et non éclairée, à enchaîner des virages en épingle sous des trombes d’eau. Les vingts kilomètres les plus longs de notre vie ! Mais finalement nous n’avons croisé personne !

 

Si vous avez aimé cet article, partagez-le sur Pinterest.

Itinéraire d'une semaine pour découvrir le nord de la Croatie : de l'Istrie à Zagreb en passant par la côte dalmate jusqu'à Sibenik