Après une semaine de vacances en Slovénie, nous sommes arrivé en Croatie, par la péninsule de l’Istrie au Nord Ouest du pays. Nous avons posé nos valises pour deux jours à Poreč. Comme nous ne restions pas très longtemps, nous nous sommes concentrés sur les environs : Porec, Rovinj et les villages perchés à l’intérieur des terres. Avec un peu plus de temps, nous aurions pu aller jusqu’à Pula, à l’extrême sud, réputée pour ses ruines romaines.

Poreč

Visiter le centre historique de Poreč

Nous avons passé une petite demi-journée à découvrir le centre-historique de Poreč, édifié sur une péninsule plongeant dans les eaux bleues de l’Adriatique. Il n’en faut pas plus pour faire le tour de la petite ville et pour découvrir ses principaux monuments. Poreč pourrait être, avec son patrimoine millénaire, ses maisons vénitiennes, un des plus beaux villages de Croatie. Hélas, les commerces au goût douteux, aux affiches aux couleurs criardes, ont assaillis la ville jusqu’à la défigurer. C’est encore plus vrai la nuit, lorsque seuls les éclairages des boutiques les plus kitsch les unes que les autres sont allumés et les belles maisons vénitiennes sont plongées dans le noir. Voila se qui arrive quand le tourisme se développe trop rapidement, sans réflexion de protection et mise en valeur du patrimoine.

commerce dans la rue principale de Porec

Alors oui je suis un peu dure avec Poreč, car il y a malgré tout quelques jolies ruelles et places, à l’écart de la rue principale à éviter. Des ruines romaines surgissent ici et là et surtout, on découvre la magnifique basilique euphrasienne et ses mosaïques byzantines.

Balade sur le front de mer à Porec

balade dans les ruelles de Porec
balade dans les ruelles de Porec
Place arborée à Porec

La Basilique Euphrasienne

Le principal centre d’intérêt de Poreč est sa magnifique Basilique Euphrasienne du VIème classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il s’agit en effet d’un témoignage extrêmement bien conservé du début de l’ère chrétienne. L’ensemble du site est assez grand avec un cloître, des salles contenant un petit musée lapidaire, des mosaïques romaines… mais le clou de la visite est sans conteste l’église avec ses sublimes mosaïques byzantines sur fond doré, comme on peut également en voir à Ravenne en Italie. Ne loupez pas non plus la montée au clocher qui offre une vue panoramique à 360 degré sur la ville.

Cloitre de la basilique euphraisenne de Porec

Intérieur de l'église de la basilique Euphrasienne à Porec
Mosaique de la basilique euphrasienne à Porec

Vue depuis le clocher sur la basilique Euphrasienne à Porec

Entrée payante

Ruines romaines du temple de Marc et de Neptune

Poreč est une ville si ancienne que l’on retrouve au cœur du centre historique les ruines romaines du temple de Mars et Neptune. Des ruines modestes certes mais en libre accès.

Ruines romaines dans le centre ville historique de Porec

Le petit guide Poreč pratique

Où dormir à Poreč ?

Nous avons séjourné deux nuits à l’Apartement Partizanska. En Croatie, il y a assez peu d’hôtels classiques comme on a l’habitude, mais plutôt un nombre innombrables d’appartements loués par des particuliers. Vous serez sûrement étonné comme du nombres de panneaux “Appartementi” au bord de la route ! C’est le cas de celui-ci. Certains appartements disposent de cuisines, mais pour cette fois nous avons préféré prendre seulement une chambre. Vu le prix des restaurants en Croatie (souvent inférieur à 10€), nous avons préféré ne pas nous embêter avec la préparation des repas 🙂

chambre d'hotel à Porec en Croatie

J’ai apprécié la situation idéale de l’hôtel à deux pas de la vieille ville et son parking gratuit. De l’hôtel, nous pouvions ainsi facilement rejoindre le centre historique, mais également la plage. La chambre en elle même était standard, confortable et de bon rapport qualité/prix puisque, la nuit nous est revenu à 40€ pour un séjour début octobre (c’est surement plus cher en plein été). Par contre l’hôtel ne faisait pas petit-déjeuner, mais nous avons trouvé de quoi nous sustenter en centre-ville !

Se garer à Poreč

Le seul budget à ne pas négliger en Croatie est le parking. Le stationnement gratuit dans les lieux touristiques n’existe pas. Vous trouverez par contre d’immenses parkings payants à l’entrée de chaque ville, qui ne sont pas donné mais vous n’avez pas le choix.

Rovinj, la perle de l’Istrie

Si Poreč m’aura laissé sur ma faim, j’ai succombé au charme de Rovinj, petite cité construite comme Poreč  sur une péninsule au bord de l’Adriatique. Deux villes qui se ressemblent par leur géographie mais qui n’ont pas fait les mêmes choix de développement touristique. A Rovinj, la plupart des boutiques de souvenirs en toc sont à l’extérieur de la vieille ville, au bord du grand parking. Ainsi, lorsque l’on pénètre dans la vieille ville et parcourt ses ruelles étroites, on découvre une ville bien mieux mise en valeur que Poreč . Bien sur il y a des boutiques de souvenirs, mais plutôt d’artisans, et surtout pas d’affiches aux couleurs criardes à l’extérieur.

Village de Rovinj en Istrie

Petite rue du centre historique de Rovinj
Ruelles du centre historique de Rovinj
Ruelles de Rovinj

Passage dans le centre de Rovinj

La cathédrale Sainte Euphémie

la cathédrale sainte euphémie de Rovinj

La cathédrale Sainte Euphémie et son clocher vénitien domine la ville de Rovinj. Malheureusement, je n’ai pas pu la visiter car une messe se déroulait à l’intérieur.

 

Le village perché de Motovun

Finalement, ce sera le centre de l’Istrie qui m’aura le plus comblé. En effet, on découvre à l’intérieur des terres, une série de petits villages construits au sommet de collines, un paysage aux airs de Toscane. Mon préféré : sûrement Motovun ! Pour y accéder, il faut impérativement laisser sa voiture au parking payant en bas du village. Il est ensuite possible de rejoindre le village à pied (attention, ça grimpe sec !) ou via des navettes gratuites qui font l’aller-retour. Nous avons choisi de monter à pied, ce qui nous permis de découvrir au fur et à mesure, de la montée, un très beau panorama sur les environs.

Le village de Motovun, enserré par des remparts est plutôt petit et se visite rapidement. Une place principale dominée par le clocher de l’église et quelques rues adjacentes. Le gros du village étant en fait étalé sur la montée (d’où l’intérêt de monter ou descendre à pied pour le découvrir). Une fois en haut, nous nous sommes attardés à l’un terrasse d’un des cafés offrant une vue imprenable sur les environs.

village perché de Motovun en Croatie

panorama sur les environs de Motovun

Place principale de Motovun - Croatie
Ruelle escarpée de Motovun

Panorama sur Motovun

 

Grozjnan, un village d’artistes et artisans

Non loin de Motovun, sur une autre colline, se trouve Grozjnan, un autre village de charme de l’Istrie. Sa particularité : accueillir un grand nombre d’artistes et artisans. Déserté après la seconde guerre mondiale, le village reste à l’abandon, jusqu’à ce que la mairie ait une idée de génie : donner des maisons vides à des créateurs. Une idée qui a permis de sauver le village, qui fait maintenant parti des lieux les plus touristiques de la région ! Il faut dire que le site est superbe avec ses maisons en pierre et ses ruelles pavées étroites. Un village à découvrir en se perdant au hasard au fil des ruelles, à la découverte des boutiques de créateurs.

village de Groznjan en Croatie

place principale de Groznan en Croatie
Village de Groznjan en Croatie

 

Une pause gastronomique à Bale

Que faire quand il pleut comme vache qui pisse et que la motivation pour visiter est proche zéro ? Un bon restaurant bien sur ! C’est ce que nous avons fait dans la petite ville de Bale près de Rovinj où nous avons déjeuné dans l’excellent restaurant La Grisa. Un des avantages en Croatie c’est que le coût de la vie n’est pas très cher, et que même en déjeunant dans un restaurant gastronomique, on n’y laisse pas ses plumes (plat autour de 10-15€). J’en ai profité pour déguster une des spécialités de la région, la truffe noire ! Et oui on ne se refuse rien ^^ Après la pause déjeuner, une petite accalmie nous permet de faire le tour du village, qui comme Motovun ou Grozjnan posséde beaucoup de charme.

Palais de Bale dans l'Istrie en Croatie

Village de Bale

Opatija, la station balnéaire du XIXème

Nous quittons l’Istrie pour notre deuxième étape du voyage : les lacs de Plitvitce. Sur la route, nous nous arrêtons à Opatija, à l’extrême est de l’Istrie. Cette station balnéaire croate s’est développée au XIXème siècle à l’époque où la Croatie faisait partie intégrante de l’empire Austro-Hongrois. Ainsi son front de mer est bordé de superbes hôtels de style sécession. Son bord de mer m’a fait pensé à un mélange entre Biarritz et Nice. Hélas, sa plage, comme de nombreux endroits au nord de la Croatie, n’est une succession de dalles en béton.

Plage d'Opatija en Croatie

Vu la météo qu’il faisait, nous ne sommes pas attardés sur la “plage”. A la place, nous nous sommes baladés le long du front de mer où une balade assez agréable a été aménagée. On y trouve un “Walk of Fame” croate, vous savez comme sur Hollywood Boulevard avec les étoiles des stars, mais là avec des stars croates. Je n’en connaissais aucune à vrai dire mais j’ai trouvé l’initiative amusante.

Scultpure sur la cote à Opatija
Walk of fame Croate

Notre parcours en Istrie sur la carte

Sur cette carte interactive, j’ai représenté l’ensemble des lieux décrits dans cet article :

 

Si vous avez aimé cet article, partagez le sur Pinterest !

Quelques idées pour découvrir l'Istrie, à l'ouest de la Croatie : Porec, Rovinj et les villages perchés dans l'arrière pays