Ca commence à devenir une habitude, après le déconfinement, j’enfourche mon vélo et pédale aussi loin que ma force m’emmène ! L’année dernière, j’avais ainsi parcouru l’itinéraire de la Véloscénie en Ile de France. Cette année c’est sur une autre véloroute sur laquelle j’ai jeté mon dévolu : la Scandibérique (ou Eurovélo 3) qui vient de se doter d’un nouveau site internet tout beau. J’ai parcouru l’un des tronçons situé près de chez moi pour relier Fontainebleau depuis le sud de Paris.

Dans cet article la qualité des photos sera inférieure à ce que j’ai l’habitude de publier sur mon blog. En effet, pour cette longue sortie vélo je n’ai pas souhaité m’encombré de mon gros appareil reflex (mon nouveau vélo n’ayant pas encore de porte-bagages.) Aussi j’ai pris toutes les photos illustrant cet article avec mon téléphone portable. Je ne suis pas vraiment satisfaite de leur qualité, mais néanmoins je trouvais intéressant de partager avec vous mon expérience sur la Scandibérique. Et cela ne fait que confirmer que je préfère me balader avec plus d’un kilo de matériel autour du cou 🙂

Qu’est ce que la Scandibérique ?

La Scandibérique ou Eurovélo 3 est un itinéraire cyclable qui relie Trondheim en Norvège à Saint Jacques de Compostelle en Espagne. Rien que sur la partie française, la Scandibérique représente un itinéraire de plus de 1700 km ! De quoi réaliser de beaux voyages ! J’en avais d’ailleurs parcouru quelques kilomètres dans l’Aisne lors d’une journée slow travel en Thierache près de Marly-Gomont.

Comme sur tous les itinéraires cyclables, vous pouvez les parcourir au long cours pendant plusieurs mois ou bien en parcourir seulement un tronçon pendant 1 ou plusieurs jours et revenir par une boucle à votre point de départ ou grâce au transport en commun. En Ile de France c’est d’autant plus facile que les transports sont nombreux et que l’on peut transporter son vélo sans supplément dans les RER, Transilien et TER (hors heures de pointe).

à vélo le long de la Scandibérique entre Paris et Fontainebleau

L’itinéraire de la Scandibérique entre Paris et Fontainebleau

J’ai consacré une journée à pédaler sur la Scandibérique entre Paris et Fontaibleau. J’ai mis 5h pour parcourir les 90 km qui sépare mon domicile situé en banlieue sud (avec un petit détour pour rejoindre la véloroute à Choisy le Roi) et Fontainebleau. Je n’ai pas trainé hormis les quelques pauses photos rapides et les pauses pour vérifier le tracé !

Je suis partie à 9h30 de chez moi et je suis arrivée vers 15h30 à Fontainebleau où je ne me suis pas trop attardée non plus (je connaissais déjà et malheureusement avec la crise COVID beaucoup de choses étaient fermées) et car j’avais encore le train à prendre pour retourner chez moi (1h30 de trajet environ et la nécessité d’arriver avant le couvre-feu de 19 h !).

Clairement si vous ne connaissez pas Fontainebleau, je ne peux que vous y inviter à vous y attarder et même y passer la nuit pour en profiter le lendemain avant de rentrer chez vous ! Si vous venez en vélo comme moi, vous n’aurez que l’embarras du choix : visiter le Château de Fontainebleau classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, explorer la forêt de Fontainebleau, visiter le village des peintres de Barbizon, réaliser un vol en montgolfière, ou poursuivre plus loin le voyage sur la Scandibérique ! Cela peut faire un week-end facile à organiser et dépaysant au départ de Paris !

Retrouver dans cet article mes idées de choses à faire et à voir à Fontainebleau et dans ses environs.

Etape 1 : de Choisy le Roi à Corbeil-Essonnes

Habitant en banlieue sud de Paris, j’ai rejoins la Scandibérique au niveau de la Gare du RER C de Choisy-le-Roi. A ce niveau là, vous trouverez une aire de service pour les vélos avec une pompe (idéal pour refaire la pression si vous voyagez au loin cours) et de quoi réparer son vélo ainsi qu’une table de pique-nique abritée et une fontaine malheureusement cassé lors de mon passage (mai 2021).

aire de vélo de choisy le roi en bord de Seine

L’Eurovélo 3 est très bien balisée et bien aménagée dans le Val de Marne entre Paris et Ablon-sur-Seine. L’itinéraire emprunte des chemins de halage ou des pistes cyclables avec quelques passages sur des routes très peu empruntées et limitées à 30 km/h.

Balisage de la Scandibérique dans le Val de Marne

Les paysages traversés par la Scandibérique dans le Val de Marne se caractérisent par un milieu urbain et industriel. De nombreuses entreprises et industries sont installées en bord de Seine. On peut y voir également de nombreuses péniches. Néanmoins si le parcours n’est pas toujours de toute beauté, il est toutefois bien aménagé et permet un parcours en toute sécurité.

Ablon sur Seine

Attention au niveau d’Ablon-sur-Seine, je trouve l’itinéraire n’est pas clair et mal foutu, les panneaux semblent l’indiquer sur le trottoir puisque la rue principale est en sens unique sans panneau indiquant que le sens interdit est “sauf vélo”, mais ce trottoir est si étroit qu’il est impossible de croiser un piéton… En plus à cause des bacs de végétations mis entre le trottoir et la route, on ne peut pas retourner sur la route… Bref c’est un passage qui pose question !

Il est important de rappeler qu’il est interdit de faire du vélo sur les trottoirs en l’absence de piste cyclable (du coup pour le coup on ne sait pas trop s’il y en a une) et que les piétons sont toujours prioritaires ! Bref entre le sens interdit sur la route, le trottoir pas pratique et le balisage qui semble indiquer que l’on doit bien passer sur le trottoir, on s’y perd un peu !

Attention également au niveau d’Ablon-sur-Seine, il faut emprunter le pont qui se trouve au niveau de l’écluse (ce qui n’est pas clair du tout surtout que lorsque l’on ne connait pas l’accès à l’écluse qui semble interdit si l’on n’y regarde pas à deux fois). Malheureusement c’est à ce moment là que la signalisation de la véloroute disparait. Je me suis trompée ici et j’ai continué tout droit jusqu’à Juvisy où se trouve le prochain pont, qui lui est accessible aux voitures. Cet itinéraire n’étant pas agréable du tout (plutôt moche, très passant avec des voitures qui doublent sans respecter les distances de sécurité…) je vous conseille vraiment de prendre le bon chemin ! C’est le seul moment où je me suis fait une petite frayeur avec un automobiliste qui m’a doublé en me rasant.

A Juvisy, je traverse la Seine et je me retrouve à nouveau en pleine nature. A ce niveau là, j’observe une différence entre le tracé indiqué sur le site internet de la Scandibérique et celui sur Komoot. J’ai utilisé le tracé proposé par Komoot pour cette sortie et je suis donc passé par la rive droite entre Juvisy et Ris-Orangis au lieu de la rive gauche.

J’ai ainsi pu découvrir la Fosse aux Carpes à Draveil, un lieu bucolique constitué par un ancien bras mort de la Seine, qui est aujourd’hui une réserve naturelle. Pourtant ce lieu n’a pas toujours eu cet aspect sauvage. En effet, ce poumon de verdure au sein d’une zone assez dense était auparavant une sablière. Son activité commença à la fin du XIXème siècle. L’extraction du sable à proximité de la Seine, facilement acheminable par péniches était très demandé notamment pour la construction du météo parisien ! C’est fou de voir comment la nature reprend rapidement ses droits sur d’anciens sites industriels, puisque ici le site a fermé seulement en 1985 !

la fosse aux carpes à Draveil

J’ai traversé à nouveau la Seine au niveau de Ris Orangis jusqu’à Corbeil Essonnes alors que j’aurais du continuer sur la même rive ! C’est cela de vouloir économiser la batterie du téléphone qui me sert aussi de GPS !

Etape 2 : de Corbeil-Essonnes à Melun

grands moulins de Corbeil Essonnes

Grâce à cette petite erreur j’ai pu découvrir les imposants grands moulins de Corbeil-Essonnes qui marquent l’entrée dans cette ville.

Les bâtiments des Grands Moulins ont été érigés entre la fin du XIXème siècle et du XXème siècle, suite à un incendie détruisant le site précédent. L’architecte Paul Frisé imagine un nouveau modèle de bâtiment (tour + silo) qui servira d’exemple à d’autres constructions de ce type en France dans les décennies suivantes.

Le site est toujours en activité. Il est la propriété du groupe Soufflet et est actuellement utilisé pour la production de farine.

Pour la traversée de Corbeil-Essonnes, la trace GPX est indispensable puisque la Scandibérique n’est pas balisé et que le bord de Seine est en grande partie en sens unique sans double sens cyclable.

A partir de Corbeil-Essonnes, le parcours de la Scandibérique devient particulièrement agréable. On quitte peu à peu les villes industrielles de la petite couronne parisienne pour laisser place à la nature.

Le parcours suit des chemins de halages stabilisés qui invite à la promenade à pied ou à vélo et les gens ne s’y trompent pas puisque l’on y croise de nombreux promeneurs et joggeurs.

Chemin de Halage

Pour éviter l’accès aux véhicules motorisés les chemins de halage sont protégés par des infrastructures plus ou moins adaptées puisque certaines fois il est même difficile d’y faire passer son vélo ! Heureusement que le mien est léger et que je voyageais sans sacoches. Ces infrastructures devraient de manière générales être mieux réfléchies car cela peut être très gênant pour les personnes voyageant avec un vélo chargé ou une remorque et d’autre part car elles sont nombreuses et que cela oblige sans arrêt à s’arrêter et relancer sans cesse, et même si le parcours est plat au bout de 100 km, on en a un peu marre de se fatiguer pour rien !

infrastructure pourries pres de Saint Fargeau

Ecluse du Coudray Monceau

Au niveau de la gare RER du Plessis Chenay, la véloroute passe à côté de l’immense écluse du Coudray Monceau, qui permet le passage de plus de 15 000 bateau de commerce par an dont 13 500 péniches.

Ecluse du plessis chenet sur la Seine

Etape 3 : de Melun à Fontainebleau

La véloroute poursuit sont chemin ensuite en direction de Melun, la préfecture de la Seine et Marne. La traversée de Melun est agréable avec des pistes cyclables bien aménagées. Malheureusement, ma journée est bien chargée et je n’ai pas le temps de m’y attarder pour la visiter.

Plus on s’éloigne de Paris, plus l’itinéraire de la Scandibérique depuis agréable. A partir de Bois le Roi, on arrive dans un tronçon particulièrement bien mis en valeur et plutôt bien balisé par le département qui a rebaptisé l’itinéraire de Bois-le-Roi à Souppes-sur-Loing la Scandibérique Sud Seine et Marne avec un site internet dédié et un livret d’explication sur les principaux points d’intérêt à voir le long de l’itinéraire.

Une chose est sure, je reviendrais sur cette partie de l’itinéraire pour poursuivre ma route sur la Scandibérique et prendre le temps de redécouvrir la première partie à partir de Bois-le-Roi !

Les Affolantes à Bois-le-Roi

Le terme des Affolantes désigne ces maisons extraordinaires construites en bord de Seine à Bois le Roi notamment au niveau du Quai de la Ruelle. Elles appartenaient pour la plupart à des riches familles industrielles de Melun ou de riches parisiens qui les utilisaient alors en tant que résidence secondaire. Ces maisons ont été construites entre la fin du XIXème et le début du XXème siècle et font toute preuve d’une folle exubérance architecturale.

les belles villas en bord de Seine

La Base de Loisir de Bois le Roi

La Scandibérique traverse ensuite la base de loisir de Bois-le-Roi. Vous y trouverez des toilettes et de l’eau potable pour remplir les bidons. C’est assez rare sur l’itinéraire pour être souligné !

les villages du bord de Seine

Le Domaine de Fontainebleau

Au niveau du joli village de Samois sur Seine, il est temps pour moi de quitter la véloroute de la Scandibérique qui traverse alors la Seine pour suivre la piste cyclable en direction de Fontainebleau. Le Château et la Gare SNCF sont bien indiqué. Avant de rentrer chez moi, je fais un détour par le parc du château (attention la partie du parc situé à proximité immédiate du château est interdite au vélo, il faut accrocher le sien aux arceaux).

parc du château de Fontainebleau

Pour le retour, j’ai tout simplement mis mon vélo dans le transilien à la gare de Fontainebleau-Avon pour revenir à Paris. La gare Fontainebleau-Avon est très pratique pour revenir sur Paris car le quai est accessible directement depuis le hall de la gare.

Le transport des vélos dans les transiliens est gratuit et possible le week-end et en semaine sur les horaires hors heures de pointe. Je peux vous dire qu’en cette belle journée de printemps, je n’étais pas toute seule à mettre mon vélo dans le train !

de nombreux vélos dans le transilien sur la ligne Paris-Fontainebleau

Si vous ne connaissez pas Fontainebleau, je vous invite à y passer la nuit pour prendre le temps de visiter la ville et son château classé au patrimoine mondial de l’UNESCO le lendemain avant de repartir. Pour moi, le château de Fontainebleau est l’un des plus beaux d’Ile de France. L’intérieur est très meublé et c’est une visite que je préfère même à celle du château de Versailles ! Il y a également de belles balades à faire dans la forêt que ce soit en vélo ou à pied. Cela peut-être l’occasion d’en profiter !

Retrouvez dans cet article des idées de choses à voir et à faire à Fontainebleau et dans ses environs.

Mon avis sur l’itinéraire de la Scandibérique entre Paris et Fontainebleau

L’itinéraire de la Scandibérique entre Paris et Fontainebleau est un itinéraire idéal pour débuter dans le cyclotourisme. L’itinéraire est facile, tout plat (on suit la Seine en permanence) et emprunte soit des chemins de halage soit des routes avec quasiment aucune circulation.

Les seules routes que j’ai pu trouver un peu dangereuses étaient dû au fait que je m’étais écarté par erreur de l’itinéraire.

Par contre, l’itinéraire manque cruellement de balisage par endroit et c’est bien dommage car lorsque l’on commence le cyclotourisme, on est pas toujours au fait des outils et applications qui permettent de préparer ses itinéraires et de lire une trace GPX ! Si besoin, j’avais fait un article par ici sur les outils qui permettent de trouver des itinéraires à vélo près de chez vous.

L’autre point négatif est la qualité des infrastructures : on comprend bien la nécessité d’empêcher les véhicules motorisés d’accéder aux chemins de halage, mais quelques fois il est difficile d’y faire passer son vélo. Les nombreuses barrières sont également fatigantes, car on passe son temps à freiner et relancer quand il ne faut pas carrément descendre de son vélo pour arriver à passer ! Sur 100 km, je peux vous dire qu’à la fin on ne peut plus les voir !

Et encore, je voyageais avec un vélo léger sans sacoche ! Mais je pense aux familles qui voyagent avec une remorque et clairement cela ne passera pas partout ou alors avec difficultés !

Mes conseils pour réaliser la Scandibérique en Ile de France

Quel type de vélo pour parcourir la Scandibérique en Ile de France ?

La majorité de l’itinéraire est constitué par des chemins stabilisés ou gravillonnés. Aussi, il ne me semble pas adapté de partir sur cet itinéraire avec un vélo de route. Préférez plutôt un VTC ou un vélo de gravel voir un VTT.

Télécharger la trace GPX de l’itinéraire avant de partir

Bien que l’itinéraire soit assez logique puisqu’il suffit au maximum de suivre la Seine, je vous invite à télécharger la trace GPX car dès que l’on s’en écarte on peut tomber sur des routes vraiment pas très agréables pour pédaler (j’en ai fait l’expérience entre Ablon-sur-Seine et Juvisy !). Il y a également le passage au niveau de Corbeil-Essonnes qui n’est pas clair à cause du sens unique en bord de Seine et de l’absence de signalisation de la véloroute.

Personnellement, j’utilise l’application BikeGPX sur mon smartphone pour lire la trace. J’utilise également un support de smartphone sur mon guidon pour permettre la lecture en conduisant. Cette application ne fait que de la géolocalisation et pas de guidage et est ainsi un peu plus économe en batterie. Cependant, pour une longue balade à la journée, il faut mieux prévoir une batterie externe pour recharger au moment de la pause déjeuner (ma technique de ne pas utiliser l’application en essayant de suivre au maximum la Seine n’a pas toujours bien marchée !)

Profiter des transports en commun pour réaliser le tronçon que vous souhaitez

L’avantage d’être en région parisienne est de pouvoir profiter de son dense réseau de transport en commun et d’être très flexible sur les tronçons à parcourir. On peut ajuster les distances en fonction de la forme du moment et si l’on a un problème technique que l’on n’arrive pas à réparer sur son vélo on peut toujours marcher jusqu’à la prochaine gare (même si ca prend du temps !). N’étant pas encore très à l’aise avec les réparations de crevaison c’est un point qui me rassure !

A lire aussi

Continuer votre lecture avec d’autres idées de balade à vélo réalisables depuis Paris

Si vous avez aimé cet article, partagez-le sur Pinterest !

Une journée à vélo entre Paris et Fontainebleau sur la Scandibérique, une véloroute en bord de Seine empruntant les chemins de halage.
Une journée à vélo entre Paris et Fontainebleau sur la Scandibérique, une véloroute en bord de Seine empruntant les chemins de halage.
Une journée à vélo entre Paris et Fontainebleau sur la Scandibérique, une véloroute en bord de Seine empruntant les chemins de halage.

Cet article contient des liens affiliés. En passant par eux, vous ne payez pas plus cher mais je touche une petite commission qui permet de soutenir le blog.