En Mai dernier, nous avons passé une semaine en Haute-Garonne. De ce département, je ne connaissais que Toulouse, la ville rose, que j’avais découvert quelques années auparavant le temps d’un week-end. Depuis, j’avais envie d’y retourner passer quelques jours pour découvrir la Cité de l’Espace, et surtout de prendre le temps d’explorer les environs, et de rouler jusqu’aux Pyrénées, une destination que j’aime tant.

Dans cet article, je vous propose un itinéraire pour un road-trip d’une semaine en Haute-Garonne, de Toulouse à Luchon.

 

Jour 1 et 2 : Toulouse

Pour commencer à découvrir la Haute-Garonne, cela vaut le coup de passer une journée ou deux à Toulouse. Nous sommes à la gare de Toulouse en fin d’après-midi, et après avoir posé nos valises à l’hôtel Albert 1er situé en plein centre-ville, nous avons passé une merveilleuse première soirée au restaurant panoramique Ma Biche sur le Toit en haut des Galeries Lafayette. Nous avons admiré le soleil se coucher en savourant un cocktail avant de passer à table.

Coucher de soleil sur Toulouse

Bar Rooftop - Ma Biche sur le Toit - Toulouse

Pour plus d’informations sur Toulouse, je vous invite à lire mon article sur que faire à Toulouse en un week-end

 

Visite de la Cité de L’Espace

Le lendemain matin, nous avons pris la direction de la Cité de l’Espace. C’est un lieu où l’on peut facilement y passer la journée : entre les expositions permanentes et temporaires et les nombreuses animations, il y a vraiment de quoi faire.

La Cité de l’Espace est vraiment un musée tout public qui accueille de nombreux scolaires. Par contre, nous avons regretté le manque d’explications destinées à un public averti (car mon conjoint travaille dans le secteur aérospatial). Pour cette raison, nous avons préféré sur cet aspect la visite du Musée du Bourget en Seine-Saint-Denis, qui est plus généraliste, puisqu’il couvre aussi l’aéronautique. Néanmoins, la visite de la Cité de l’Espace bien plus ludique, avec beaucoup plus d’animations proposées avec de nombreuses présentations thématiques, mais aussi un planétarium et un cinéma IMAX. Je pense donc que c’est une visite qui plaira vraiment au plus grand nombre.

Cite de l'Espace - Toulouse

 

L’Envol des Pionniers

Nous avons également profité de notre passage à Toulouse pour découvrir le tout nouveau musée sur l’histoire de l’Aéropostale “L’Envol des Pionniers”, situé dans le quartier de Montaudran à Toulouse. Ce musée se situe dans le nouveau quartier Toulouse Aerospace, qui s’est développé autour de la Piste des Géants, la piste d’atterrissage historique des pionniers de l’aviation. C’est dans ce quartier également que l’on peut visiter la Halle de la Machine conçue par la même équipe que les Machines de l’Île à Nantes, mais que nous n’avons pas eu le temps de découvrir cette fois.

Ce musée m’a vraiment fasciné. Il raconte l’aventure de Pierre Georges Latécoère. A la fin de la Première Guerre Mondiale, la France se retrouve avec un stock de d’avions neufs à ne savoir qu’en faire. Ce pionnier a une idée un peu folle : utiliser ces avions militaires devenus inutiles et employer les aviateurs de la guerre au chômage pour transporter le courrier avec pour objectif de créer une ligne aéropostale reliant Paris à Santiago du Chili. Sauf qu’à l’époque les avions sont en bois, ils ne sont pas pressurisés, ils ne peuvent pas voler en hautes altitudes. Deux défis majeurs se posent à la création de la ligne : la traversée de l’Atlantique et celle des Andes.

“J’ai refait tous les calculs, ils confirment l’opinion des spécialistes : le projet est irréalisable. Il ne nous reste qu’une seule chose à faire : le réaliser.”

Ce que j’ai aimé dans ce musée, c’est qu’il est plus tourné vers l’histoire de ces hommes un peu fous, que sur la technologie (même si bien sûr elle est abordée). La muséographie nous prend par les tripes grâce à des reconstitutions sous forme de films vraiment bien faits. Ainsi, on revit la traversée de l’Atlantique par Jean Mermoz ou encore le terrible accident d’avion d’Henri Guillomet dans les Andes en 1930, qui se retrouva obliger de marcher sans arrêter pendant 5 jours et 4 nuits jusqu’à atteindre un village, le tout avec presque aucun vivre, et sans jamais pouvoir dormir sous peine de mourir de froid ! Ce musée réserve également quelques surprises que je souhaite vous laisser…

 Après deux, trois, quatre jours de marche, on ne souhaite plus que le sommeil. Je le souhaitais. Mais je me disais : Ma femme, si elle croit que je vis, croit que je marche. Les camarades croient que je marche. Ils ont tous confiance en moi. Et je suis un salaud si je ne marche pas »

Rarement, la visite d’un musée ne m’avait donné autant de frissons ! Bref, c’est un musée que je vous recommande chaudement, même s’il est un peu excentré !

L'envol des Pionniers, le musée de l'Aéropostale

Jour 3 : Rieux Volvestre et Randonnée sur la Via Garona

Village médiéval de Rieux Volvestre

En route pour le début du road-trip avec en première étape, le village médiéval de Rieux-Volvestre, dont je n’avais jamais entendu parlé auparavant et qui se révéla une magnifique surprise. Ce village est construit sur la Via Garona, le tronçon du chemin de Compostelle qui relie Toulouse à St-Bertrand-de-Comminges en suivant le cours de la Garonne. La ville s’est développée au Moyen-Age en même temps que le développement des pèlerinages. Malgré sa petite taille, la ville possède une impressionnante cathédrale du XIVème siècle, dont la particularité est de posséder de très nombreuses reliques. Celles-ci jouaient un rôle important au Moyen-Age, car elles attiraient les pèlerins ce qui contribue à l’essor économique de la ville.

Pour découvrir le village médiéval construit sur une presque-île au bord de l’Arize, nous avons suivi l’itinéraire touristique qui permet de découvrir les ruelles et les monuments principaux à partir de l’Office du Tourisme qui occupe le bâtiment de l’Ancien Séminaire des XVème et XVIème siècle.

Village médiéval de Rieux Volvestre

tour de la cathédrale de Rieux Volvestre
Rue du village médiéval de Rieux Volvestre

 

Randonnée “Cathédrale et Village gaulois”

Au départ de Rieux-Volvestre, nous avons ensuite réalisé une partie de la randonnée “Cathédrale et Village Gaulois”, un itinéraire bien fléché depuis le centre-ville, qui permet de traverser la campagne environnante jusqu’à atteindre le bord de la Garonne. Cet itinéraire suit une petite partie de la Via Garona. L’itinéraire entier est une boucle de 3h, mais nous n’avons suivi que la moitié (7km / 1h30 de marche) car nous étions un peu juste en temps (nous avions réalisé la visite de la Cité de l’Espace le matin même, mais je vous conseille vraiment de consacrer une journée entière de façon à avoir le temps de profiter de Rieux-Volvestre et ses environs et pouvoir faire la totalité de la boucle de randonnée).

En passant la journée à Rieux-Volvestre, vous pourrez ainsi visiter le Village Gaulois reconstitué sur les rives de la Garonne, au cours de cette randonnée, ce que nous n’avons donc pas fait.

Randonnée Via Garona près de Rieux Volvestre

 

Dîner au Bistrot d’Armand

Le soir, nous avons dîné au Bistrot d’Armand à Montesquieu-Volvestre, un restaurant labellisé Tables et Auberges de France. Hervé nous accueille avec le sourire et propose une cuisine maison dans laquelle il met tout son cœur. Grâce à sa formation en boucherie, il réalise lui même sa charcuterie. Il apporte aussi sa touche personnelle en réinventant certaines recettes. Ce soir-là je me suis régalé avec un tiramisu réinventé à la noisette et au miel. Une vraie tuerie !

Restaurant le Bistrot d'Armand à Montesquieu Volvestre

Salade charcuterie - Bistrot d'Armand
Tiramisu - Bistrot d'Armand

Le Bistrot D’Armand, 30 rue porte de Rieux, 31310 Montesquieu Volvestre

 

Après ce bon repas, nous avons repris la route jusqu’à Saint-Martory, où nous avons passé la nuit au gite de groupe Norbert Casteret. Il s’agit d’un Gite de France destiné à accueillir les randonneurs de la Via Garona, qui dispose de deux chambres dortoirs, d’une salle de bain, d’une cuisine équipée et d’une grande salle à manger. Bref c’est l’idéal pour les groupes de marcheurs.

 

Jour 4 : St Martory – Aurignac – St Gaudens

St Martory

Le matin, nous avons fait un rapide tour de Saint Martory situé à cheval sur la Garonne. Malheureusement, la météo n’était pas au rendez-vous avec une forte pluie. Nous renonçons à la petite balade qui nous avait été recommandée pour admirer la ville depuis un joli point de vue, et nous contentons d’un rapide tour de ville jusqu’à l’église romane.

Eglise de Saint Martory

 

Village médiéval d’Aurignac

Arrivé en fin de matinée à Aurignac, nous commençons la découverte de cette ville médiévale par un tour dans ses ruelles jusqu’au donjon, vestige des ruines du château comtal. De la haut, on profite d’une superbe vue, malgré le temps couvert, sur la campagne environnante.

Donjon médiéval d'Aurignac

village d'Aurignac en Haute-Garonne
Tour dans le village médiéval d'Aurignac

 

Le Musée de l’Aurignacien

C’est tout près du village d’Aurignac, qu’a été découvert en 1852, un abri sous-roche anciennement occupé par des populations préhistoriques remontant à l’époque du Paléolithique. C’est cette découverte qui donna le nom à la culture de l’Aurignacien, qui s’étendit à travers toute l’Europe vers moins 36 000 ans avant notre ère. Nous avions déjà eu l’occasion de marcher sur leurs traces lors de la visite passionnante de la réplique de la Grotte Chauvet en Ardèche l’année dernière, alors nous ne pouvions pas passer à côté du musée d’Aurignac.

Après le déjeuner, nous nous sommes rendus au nouveau Musée Forum de l’Aurignacien, qui a ouvert ses portes en contrebas du village.

Musée forum de l'Aurignacien

Visite du Musée de l'Aurignacien
Vitrine dans le Musée de l'Aurignacien

 

La Caverne de l’Aurignacien

Comme la pluie s’est arrêtée, nous en profitons pour suivre le chemin de 1,5 km (40 min aller-retour) qui mène du musée à l’abri sous roche. Le sentier boisé est bien balisé et propose quelques panneaux explicatifs complémentaires sur la vie dans la région à l’époque de l’Aurignacien.

Caverne de l'Aurignacien

Informations pratiques (2019)

Horaires : toute l’année du mercredi au dimanche) de 14h à 18h. Horaires élargis pendant les vacances scolaires de la zone C du mardi au dimanche de 10h à 18h

Tarif : adulte 6€, pass duo (2 adultes) 10 €, Tarif réduit 4€, gratuit pour les moins de 18 ans.

 

La collégiale de St Gaudens

Nous finissons notre journée par St Gaudens et son imposante collégiale romane, qui se dresse au centre de la ville. Si le reste de la ville ne nous a pas marqué, la visite de ce monument mérite le détour.

Collégiale romane de Saint Gaudens

Coeur de la collégiale de St Gaudens
Cloitre de la Collégiale de Saint Gaudens

Soirée étape à l’hôtel spa du Commerce

Nous terminons notre journée par une soirée étape à l’hôtel restaurant du Commerce, idéalement situé à proximité du centre-ville de St Gaudens. Le point fort de cet hôtel 3 étoiles est son spa dont nous avons bien profité après cette journée pluvieuse. Celui-ci comprend un hammam, un sauna, une douche dynamisante et un jacuzzi. Nous avons passé un très agréable moment à nous réchauffer et nous détendre !

Nous avons ensuite enchaîné avec le restaurant de l’hôtel, également labellisé Tables et Auberges. Les portions sont copieuses. Nous avons pensé prendre une soupe pour commencer léger avant de passer au cassoulet, mais les portions étaient si énormes que nous n’avons pu finir ni la soupe ni le cassoulet… C’est sans regret que nous avons fait une croix sur le dessert et roulé jusqu’à notre chambre, l’estomac bien rempli !

Hotel du Commerce - St Gaudens

Chambre à l'hôtel spa du commerce - St Gaudens
Cassoulet - Hôtel Restaurant du Commerce à St Gaudens

 

Jour 5 : St-Bertrand-de-Comminges et ses environs

L’histoire de St-Bertrand-de-Comminges remonte à plus de 2000 ans avec l’installation d’une colonie romaine nommée Lugdunum Convenae, qui fût la capitale de la région de Convène, qui couvre l’actuelle région de Comminges et le Val d’Aran. A l’époque romaine, la ville était très importante : la population était estimée entre 5000 et 10000 personnes !

Les ruines de la ville s’étendent en contrebas de la colline sur laquelle a été construite l’actuelle ville de St Bertrand. Des ruines romaines, on distingue les fondations de quelques monuments tel que le théâtre, les thermes et temple du forum et la place du marché.

Les ruines ne sont pas vraiment mises en valeur. En accès libre, les bergers y font paître leurs troupeaux de moutons. Nous nous sommes garés à proximité de ces ruines et après y avoir jeter un coup d’œil, nous avons grimpé la colline pour arriver dans le centre du village de St-Bertrand-de-Comminges, classé parmi les plus beaux de France.

Saint Bertrand de Comminges

 

Visite de la cathédrale Ste Marie

Le monument incontournable à découvrir à St-Bertrand-de-Comminges est la cathédrale romane Ste Marie. Impossible de la louper puisqu’elle domine tout le village.

Une partie de la cathédrale est en accès libre, néanmoins, je vous conseille vivement de visiter également la partie payante pour découvrir le magnifique cloître avec sa vue sur les Pyrénées, et entrer à l’intérieur du jubé en bois, pour découvrir les 66 stalles sculptées dans le bois de chêne.

cloitre de St Bertrand de Comminges

Cloitre de la cathédrale Ste Marie à St Bertrand de Comminges

Cloitre de la cathédrale Ste Marie à St Bertrand de Comminges

 

Stalles de la cathédrale de St Bertrand

 

Production de miel à Génos

Nous avions initialement prévu de randonner autour de St-Bertrand-de-Comminges, mais avec toute la pluie tombée ces derniers jours, l’office du tourisme nous a déconseillé le chemin boueux et glissant. A la place, nous sommes allés découvrir une production de miel familiale les ruchers de Sainte-Marie à Génos. Après la visite des fermes laitières, nous voici donc parti découvrir un autre produit que nous apprécions.

Nous avons pris le temps d’échanger avec les producteurs, qui ont pris le temps de nous faire découvrir les coulisses de leur production. Il s’agit d’une exploitation de 800 ruches qu’ils déplacent toutes les trois semaines en fonction de la floraison des fleurs. Malheureusement, comme tous les apiculteurs, ils sont confrontés au problème de la disparition des abeilles dû essentiellement aux pesticides “tueurs d’abeilles” et dans une moindre mesure pour eux, au frelon asiatique. Pour limiter la baisse de la production de miel, le nombre de ruches nécessaire pour permettre aux apiculteurs de vivre doit augmenter.

Ils nous ont également parlé de leur gros projet touristique qui était en préparation lors de notre visite et qui sera inauguré début juillet : la Cité des Abeilles, un musée apicole en extérieur via une promenade dans un parc paysager de 1 hectare, avec différents espaces d’exposition dans plusieurs bungalows. Un gros projet pour une exploitation de miel familiale qui essaie de diversifier ses activités.

En boutique, différents produits sont proposés : du miel bien sûr, mais aussi de la pâte à tartiner, de la gelée royale, des savons, des bougies en cire… Tous ces produits peuvent également se retrouver sur leur boutique en ligne. Les parfums proposés sont très nombreux et il fût difficile de faire notre choix sans trop charger les valises ^^

production de miel à genos
vente de miel à Génos

SAS MORLIERE, Le Village – 31510 GENOS

Horaires : magasin ouvert les mardis, jeudis et samedis de 15h à 18h

Visite de la fabrique entre juin et septembre pour les groupes sur réservation à partir de 10 personnes au prix de 3 euros

 

Vallée d’Oueil

Au niveau de Luchon, nous avons bifurqué en direction de la Vallée d’Oueil pour rejoindre notre restaurant du soir. La vallée d’Oueil est une vallée merveilleuse et très sauvage. Seule une centaine d’habitants vivent entre Luchon et la station de ski du Bourg d’Oueil. Nous nous y sommes rendus en fin de journée, et bien qu’on nous avait prévu que l’on risquait de voir des animaux, je ne m’attendais pas à découvrir des troupeaux de biches ! Si j’avais su, j’aurais pris des jumelles pour mieux les observer. Je n’imaginais pas qu’un tel endroit existe encore en France !

Village de Cires dans les Pyrennees

Restaurant El Almacèn de Cirès

Nous nous sommes donc arrêté dans le petit village de montagne de Cirès, au milieu de la vallée. Je ne m’attendais pas à y découvrir dans un endroit aussi isolé, un tel restaurant. Le restaurant El Almacen de Cires est tenu par un jeune couple franco-argentin Anne et Juan : Anne au service, et Juan à la cuisine. Le concept du restaurant est de proposer une carte inventive qui joue sur les textures et les associations de saveur, le tout en mettant en valeur les produits locaux. Une cuisine très créative, le tout cuit au feu de bois par une main de maître.

Nous avons opté pour le menu carte blanche et tout fût un régal pour les papilles du début à la fin ! Attention, la réservation est indispensable.

Restaurant El Almacen de Cires

Amuse bouche - El Almacen à Cires
Truite des Pyrénées - Restaurant El Almacen à Cirès

C’est le ventre bien rempli que nous sommes retournés à Luchon pour passer la nuit à l’hôtel d’Aquitaine, un hôtel deux étoiles simple mais confortable idéalement placé à proximité du centre thermal avec vue sur les Pyrénées. Dommage que la salle du petit-déjeuner à moitié en sous-sol soit un peu tristounette : on aurait aimé petit-déjeuner avec la même vue.

hotel d'aquitaine à Luchon

luchon vue depuis la chambre de l'hôtel d'Aquitaine

 

Jour 6 :  Luchon

Luchon, la Reine des Pyrénées, mais le terme de notre road-trip en Haute-Garonne avec une dernière journée consacrée à la détente et au repos. Nous l’avions traversé en voiture lors de notre premier road-trip dans les Pyrénées en passant par le Col de Peyresourde, mais la météo n’était pas au rendez-vous et sous la pluie et dans le brouillard, la ville nous avons semblé bien terne. C’est donc une autre ville que nous avons découvert avec un grand ciel bleu et la vue dégagée sur les monts enneigées des Pyrénées !

Détente aux thermes de Luchon

Nous commençons la journée par une matinée à l’espace Premium Forme et Bien-Etre, l’espace spa et détente des Thermes de Luchon. Différentes formules sont proposées. De notre côté, nous avons testé la formule “Évasion Aquatique” à 59 € qui comprend:

  • un lit hydrojet : on s’installe sur un matelas flottant sur de l’eau, qui est lui même parcouru par des jets massants. On n’est pas mouillé, mais l’effet détente est immédiat
  • un bain chromothérapie hydromassant, une sorte de jacuzzi massant très agréable, parfumé aux huiles essentielles
  • l’accès au hammam, à la piscine à jets d’eau thermale et à la salle de repos.

 

les Thermes de Luchon

 

Le vaporarium

L’après-midi, nous nous sommes rendus au Vaporarium, un hammam naturel creusé dans la roche, à travers laquelle filtre l’eau thermale à une température comprise entre 38 et 42°C. Un lieu unique en Europe ! L’espace représente environ 150 m de galeries souterraines, ce qui est assez impressionnant ! Il fait vraiment très chaud à l’intérieur, et il est recommandé de ne pas dépasser plus de 10/15 min d’affilé à l’intérieur. Honnêtement, il serait de toute façon difficile de tenir plus longtemps sans commencer à se sentier mal. L’accès au Vaporarium comprend également une piscine d’eau thermale avec un lit à bulles et deux cols de cygnes.

 

Balade dans la ville de Luchon

Entre deux soins, nous avons dégourdi nos jambes en suivant un des itinéraires de visite proposé par les brochures de l’Office du Tourisme et qui permet de découvrir les principaux points d’intérêt de Luchon et son architecture typique des stations thermales du XIXème. Le circuit permet notamment de découvrir, le parc des Thermes, celui du Casino et le quartier du Courtat, cœur commerçant de la ville. Au passage, on découvre de somptueuses villas et hôtels particuliers, qui sont encore aujourd’hui des propriétés privées et qui ne peuvent être admirées que de l’extérieur.

Balade dans le centre-ville de Luchon

balade dans les rues de Luchon
Hôtel Particulier à Luchon

 

Notre séjour en Haute-Garonne, s’achève, il est temps de rentrer sur Toulouse où nous passerons encore quelques jours avant de reprendre notre train pour Paris.

 

Si vous avez aimé cet article, partagez le sur Pinterest !

Itinéraire pour un road-trip en Haute-Garonne

 

Un grand merci à Haute-Garonne Tourisme pour son invitation à découvrir les beautés de ce département. Je reste libre de la ligne éditoriale et les avis exprimés dans cet article sont les miens.