Début juin, nous sommes partis pour une semaine de vacances à la découverte des somptueux paysages de montagnes des Hautes-Pyrénées. Les Pyrénées, ce n’est pas forcément une région facile d’un point de vue météo. Nous avons appris une fois sur place que juin n’était pas forcément la meilleure période, car les nuages ont tendance a resté bloqués côté français pour plusieurs jours avec les précipitations qui vont avec. Comme nous avions prévu un programme essentiellement orienté autour de la randonnée et du camping, cela s’annonçait assez mal parti ! Finalement, avec un aménagement de l’itinéraire (l’avantage du camping étant de pouvoir facilement se déplacer, car on n’a pas besoin de réserver en cette saison) avec une escapade prolongée en Espagne et un peu de chance (parfois nos randonnées étaient juste au dessus des nuages !) nous profiterons des paysages exceptionnels de cette région.

 

Notre itinéraire d’une semaine dans les Hautes Pyrénées

Jour 1 : autour du Lac de Loudenvielle

Nous arrivons en milieu d’après-midi à l’aéroport de Pau et prenons les clés de notre voiture de location. Les Pyrénées étant loin de Paris, nous n’avons pas fait le trajet en voiture pour une semaine. Nous avions prévu une route assez sympa, avec un col spectaculaire à passer en voiture via un détour par Bagnières de Luchon pour rejoindre notre gîte à Aragnouet (vu la météo annoncée avec de l’orage, pour les deux premières nuits nous avons réservé des hôtels !), mais avec les nuages bas et la pluie, on ne voit absolument rien du paysage. Tout juste le ciel commence à se découvrir à notre arrivée sur le lac de Loudenvielle.

Un chemin amménagé permet de faire le tour du lac, mais comme il est déjà tard, nous nous limiterons à une petite marche à la recherche d’un point de vue sympa pour les photos. Dommage que les Pyrénées soient cachées derrière les nuages, le site doit être assez impressionnant !

lac de Loudenvielle - Hautes - Pyrenees

 

Jour 2 : le Canyon d’Anisclo dans les Pyrénées espagnoles

Au réveil, le temps est exécrable. Nous avions prévu de rester en France pour randonner dans la réserve naturelle de Néouvielle avant de rejoindre l’Espagne pour une nuit. Nous changeons nos plans en espérant trouver le soleil de l’autre côté des montagnes. Hélas, en sortant du tunnel de Bielsa-Aragnouet, les nuages sont encore bien dense, même si déjà la pluie s’est arrêtée ce qui est déjà mieux que rien ! De l’autre côté de la frontière, on rejoint le Parc National espagnol d’Ordesa et Monte Perdido.

Premier arrêt, le village de Tella d’où on peut faire une petite randonnée facile (1h-1h30 environ) à la découverte des ermitages et de beaux points de vue. (Vous trouverez l’itinéraire de la randonnée sur place à la maison du parc de Tella, le chemin est bien balisé).

randonnée des ermitages de Tella

L’après-midi nous continuons la découverte du parc national avec le Canyon d’Anisclo, l’un des paysages les plus impressionnants de la région. Même avec les nuages, la vue est à couper le souffle. On laisse la voiture sur le parking et on suit le chemin de randonnée qui s’enfonce dans le canyon. On pourrait y consacrer une journée de marche, mais la journée étant déjà bien avancée et la météo par au top, nous ne marcherons que deux bonnes heures à l’intérieur, ce qui permet déjà d’avoir un bon aperçu. Comme le sentier est en aller-retour, on peut s’arrêter quand on le souhaite.

Vue sur le Canyon d'Anisclo dans les Pyrénées espagnoles

 

Jour 3 : Ainsa et le parc national Ordesa et Monte Perdido

Notre point de chute lors de notre escapade dans les Pyrénées espagnoles sera la jolie ville d’Ainsa située sur les hauteurs d’un lac aux eaux laiteuses et à la couleur turquoise incroyable. Nous ne trouverons hélas aucun endroit pour se balader au bord de l’eau. En même temps, le lac avec l’air d’être à un niveau particulièrement haut puisqu’un bon nombre d’arbres étaient immergé. Nous ne trouverons pas non plus la tour médiévale immergée qui a fait la renommée du lac. Bref une petite déception, surtout que dans notre recherche désespérée d’un sentier de randonnée j’ai fais une chute – heureusement plus de peur que de mal – sur un grillage rouillé qui traînait par terre. C’est dans ce genre de moment que l’on est content d’avoir le désinfectant dans le sac à dos, et heureusement rien de casser, ça aurait été dommage de se blesser dès le début des vacances !

vieille ville d'Ainsa en Espagne

lac de Médiano près d'Ainsa en Espagne

Nous prenons ensuite la direction des Pozas de San Martin, pour une petite randonnée (nous ne ferons pas la balade jusqu’au bout car nous ne sommes pas chaussés pour) dans le canyon de Sieste. Mieux faut avoir des chaussures adaptées à la marche dans l’eau pour remonter le cours de la rivière, sinon on passe le temps à les enlever et les remettre.

randonnee-pozas-san-martin

On aurait quand même pu rester un peu plus longtemps, mais je tenais à voir une dernière chose avant de rentrer en France : le Canyon d’Ordesa. Cela fait quand même pas mal de route depuis la région d’Ainsa mais encore une fois le paysage est incroyable. En basse saison, on se gare à l’immense parking de la Pradera d’où partent la majorité des sentiers de randonnées. En haute saison, on doit se garer à Torla et des navettes relient la ville aux sentiers de randonnées. Comme nous arrivons la bas en milieu d’après midi, nous ne ferons qu’une petite marche de 2 heures pour aller voir des cascades mais cela vaut vraiment le coup d’y consacrer la journée pour voir des paysages de folie comme le cirque de Soaso. Bref, vous l’aurez compris, on serait bien resté beaucoup plus longtemps en Espagne pour découvrir toutes ces merveilles, mais à l’origine, nous avions plutôt prévu d’explorer les Pyrénées françaises et nous ferons donc le choix de rentrer le lendemain, surtout que la météo s’améliore enfin !le canyon d'Ordesa en Espagne

Jour 4 : La réserve naturelle de Néouville et détente à Balnéa

A peine, nous avons traversé le tunnel d’Aragnouet-Bielsa, nous retrouvons nos chers nuages. J’avoue que pendant quelques minutes, nous avons hésité à retourner en Espagne ! Pourtant nous nous entêtons à conduire jusqu’au Lac d’Orédon, dans la réserve de Néouvielle, car nous avons lu dans le guide que cette région possède un micro-climat plus chaud et plus ensoleillé. Les pins se rencontrent d’ailleurs à des altitudes nettement plus élevées que dans les montagnes d’à côté. Nous aurons finalement eu raison de notre entêtement, car si ce n’est pas une météo incroyable qui nous attends, il n’y a pas de nuages bas ni de pluie, ce qui nous permet de profiter de la randonnée. C’est parti pour une randonnée de 4 heures environs autour des lacs des Laquettes, d’Aubert et d’Aumar. Les paysages sont magnifiques et sauvages. Seule la fin de la randonnée est pénible avec une descente bien raide pour le retour sur le lac d’Orédon.

Lac dans la réserve de Néouvielle - Pyrénées

Ce qui est vraiment génial dans les Pyrénées françaises, c’est qu’il existe un grand nombre de centre entre Thalasso et piscine où l’on peut se détendre dans des bains à remous après une journée de marche (ou qui peuvent occuper une journée pluvieuse!). De retour de notre randonnée, nous mettons le cap vers Balnéa à Loudenvielle, le centre balnéo-ludique qui restera notre coup de cœur du séjour. Vu à l’heure à laquelle on arrive, nous ne pourrons profiter qu’une grosse heure des 4 bassins thématiques (japon, rome antique, inca et amérindiens) dont deux sont extérieurs, ce qui est court compte tenu du nombre de bassins, sauna et hammam. L’avantage d’y aller le soir avant la fermeture c’est qu’il n’y a quasiment personne. Nous pouvons nous détendre et profiter dans le calme absolu avec la vue sur les montagnes. Un petit moment de bonheur !

piscine thermo ludique de Balnéa à Loudenvielle

Jour 5 : autour du Pic du Midi

Pas de grosse randonnée pour cette cinquième journée, mais des arrêts plus ou moins loin sur la route qui nous mènera de Loudenvielle à Luz Saint Sauveur. Une journée sur les traces du Tour de France (que je ne regarde jamais). En effet, nous passerons deux cols apparemment mythique (mais dont je n’avais jamais entendu parler du coup) : le col d’Aspin et le col du Tourmalet. Pas mal de gens font les ascensions en vélo, il y a l’air d’avoir des agences de voyage spécialisées dans le domaine. Nous en bons feignant, nous grimperons avec notre voiture ^^

les vaches du col d'Aspin et la vue sur le Pic du Midi

la statue de cycliste du col du Tourmalet

Entre les deux cols, nous nous arrêtons à La Mongie où se trouve le téléphérique permettant de rejoindre le sommet du Pic de Midi de Bigorre. La grimpette n’est pas donnée (38€ par adulte, 23€pour les enfants de 5 à 12 ans), mais cela vaut vraiment le coup car la vue au sommet est incroyable surtout par beau temps avec les sommets des Pyrénées à 360° autour de nous. Nous sommes restés deux heures au sommet sans voir le temps passé. Je vous conseille d’emporter vos jumelles car on voit des vautours vraiment imposant voler au dessus de nos tête. Le site possède également un petit musée qui raconte l’histoire atypique de ce lieu exceptionnel. Le site accueille également un hôtel, mais ce n’était pas vraiment dans notre budget ^^

Panorama depuis le sommet du pic du midi de bigorre

 

Jour 6 : le Cirque de Gavarnie et le Cirque de Troumouse

Le Cirque de Gavarnie est certainement l’un des lieux les plus connus des Pyrénées et l’une des choses que j’attendais avec le plus d’impatience. Je dois vous dire que je n’ai pas été déçue, le site est incroyable ! On gare la voiture au parking du village et un chemin facile et familial permet de rejoindre la cascade du cirque. Dans notre cas, nous avons pris un autre chemin pour réaliser une randonnée indiqué dans le TopoGuide des Hautes Pyrénées. Aussi, nous ne sommes pas allés jusqu’au pied de la cascade, mais cela ne nous a pas empêcher de profiter du spectacle de ce paysage exceptionnel. L’avantage de ce petit sentier est d’avoir une très belle vue et quasiment personne sur le chemin, puisque presque tout le monde suit la route principale.

Panorama sur le Cirque de Gavarnie

La Cirque de Troumouse est complètement différent du Cirque de Gavarnie, beaucoup plus austère et menaçant. Le genre de paysage que j’adore et qui m’a un peu rappelé l’Islande. Je ne m’attendais pas à découvrir des lieux si désolés en France. C’est un peu bête je vous l’accorde de penser qu’il faille nécessairement aller à l’autre bout du monde pour voir des paysages qui décoiffe ! On a vraiment de la chance d’avoir des paysages si variés dans notre pays.

Panorama sur le cirque de Troumouse

Nous terminons la journée à Luzéa, les thermes de Luz Saint Sauveur. Ce sera le centre thermal qui nous aura le moins plu du séjour. Il faut dire que l’endroit est en fait plus médical que touristique. Il y a assez peu de bassins. nous avions réservé des massages, mais le centre est vraiment mal foutu et mal fléché, j’ai mis énormément de temps à trouver la salle, je me suis même perdue dans le centre ORL…

 

Jour 7 : Le Lac de Gaube et le site du Pont d’Espagne

Direction Cauterets pour découvrir un des autres sites les plus réputés des Hautes-Pyrénées : le Pont d’Espagne. C’est un petit pont de pierre près d’une cascade qui a donné le nom à cette partie du Parc National des Pyrénées. Nous consacrerons 2 journées à randonner au cœur de paysages extraordinaires à la recherche d’isards – sans succès.

Cascade du Pont d'Espagne - HautesPyrénées

Pour la première journée, nous partons randonner au Lac de Gaube en suivant un des itinéraires proposés par le Topoguide. Nous n’aurons pas le temps de faire toute la randonnée et surtout nous ne sommes pas bien équipé. En effet, à Cauterets il faisait froid et humide, j’avais donc pris un pull à manche longue, sans penser qu’arriver au Pont d’Espagne, nous serions au dessus des nuages et qu’il ferait un temps ensoleillé.

le lac de Gaube - Pont d'Espagne - Hautes Pyrénées

Si nous avons écourté la randonnée, c’est aussi car nous voulions profiter des Bains du Rocher, le centre thermal de Cauterets. Pas aussi sympa que celui de Balnéa, on y a passé un très bon moment entre les bassins intérieur et extérieur, le sauna et le hammam.

 

Jour 8 : Le site du Pont d’Espagne, les vallées du Marcadau et du Lutour

Pour notre deuxième randonnée dans le parc, nous avions prévu initialement une grande boucle de 8h dans la vallée du Marcadau vers des lacs de haute montagne. Après renseignement pris à notre camping, il est encore trop tôt dans la saison pour pouvoir réaliser la randonnée dans sa totalité car il reste des névés dangereux, qu’il est impossible de passer sans crampons au risque de tomber dans un lac glacé. Bref, nous devrons nous contenter de la balade dans la vallée et de la grimpette jusqu’aux lacs des Embarats, avant de faire demi-tour.

Vallee du Marcadau - Hautes Pyrenees

Comme nous finissons la journée plus tôt que prévu, nous avons le temps de reprendre la voiture pour la vallée du Lutour et un restaurant de montagne – La Fruitière qui nous a été chaudement recommandé par notre camping pour sa délicieuse tarte aux myrtilles. Non seulement la tarte est en effet absolument délicieuse (un lit de myrtille sur une crème au chocolat blanc – une vraie tuerie !) mais en plus le spectacle devant lequel on mange est encore une fois extraordinaire. Il est également possible de randonner dans cette vallée, mais nous étions trop fatigués pour cela après notre grande balade dans la vallée du Marcadau.

vallée du Lutour - Hautes Pyrennées

Jour 9 : retour pour Paris

Nous n’aurons rien le temps de faire pour notre dernière journée hormis la route pour Pau pour prendre l’avion qui nous ramènera à Paris. Nous avons passé une excellente semaine dans les Pyrénées, nous sommes tombés amoureux de ces paysages de montagne et promis d’y retourner, et pourquoi pas faire des bivouacs ou des randonnées itinérantes qui permettrait de s’enfoncer encore plus au cœur de la nature !

 

L’itinéraire sur la carte

Sur la carte interactive ci-dessous vous trouverez l’ensemble de notre itinéraire. J’ai également placé les campings et hôtels dans lesquels nous avons séjourné et les bons restaurants que nous avons testé.

Informations pratiques pour organiser un séjour dans les Pyrénées

Comment venir dans les Pyrénées ?

Selon d’où l’on vient, le plus simple est tout simplement de venir en voiture. Je pense que c’est essentiel d’être véhiculé car il y a peu de transport en commun surtout hors saison.

Pour rejoindre comme nous les Pyrénées en avion, je vous conseille de comparer les prix vers les trois aéroports de Pau, Tarbes/Lourdes et Toulouse, celui de Tarbes étant le plus près. Air France propose des vols depuis Paris à partir de 100€ l’aller-retour pour ces trois destinations, mais les prix peuvent doubler pour les mêmes dates entre deux aéroports, alors qu’avec l’autoroute, l’aéroport de Pau n’est que 20 minutes plus loin que celui de Tarbes. Cette fois-ci nous avons pu utiliser nos miles donc l’avion ne nous a quasiment rien coûté.

Trouvez un vol pas cher pour Toulouse.

Le budget

Hormis pour nos deux nuits en hôtel, nous avons séjourné en camping. Leur prix est souvent autour de 15€ pour deux personnes, une tente et une voiture. En juin nous n’avions rien réservé et eu aucun mal à trouver de la place. Nous avons donc souvent fait les courses au supermarché que ce soit pour nos repas du soir ou les pique-nique de la journée.

Finalement, ce qui est revenu le plus cher de loin est la location de voiture qui nous a coûté un peu moins de 250€ la semaine.

Comment trouver les itinéraires de randonnées ?

Pour choisir les randonnées nous avons utilisé le Topo Guides des Hautes Pyrénées. Comme vous le savez j’aime beaucoup cette collection, car l’itinéraire est représenté sur un vrai morceau de carte IGN. Cette formule est plus économique que d’acheter toutes les cartes IGN du département.

Pour les randonnées en Espagne, nous nous sommes renseigné directement aux maisons du Parc National que ce soit à Tella ou à Pradera. Les guides forrestiers nous ont conseillés sur les randonnées que nous pouvions faire dans la région avec le temps imparti. Par contre si vous souhaiter entreprendre de longues randonnées itinérantes, une carte IGN est indispensable. On peut se procurer des cartes sur place dans les magasins de sport notamment le petit intersport de Torla (c’est aussi dans cette boutique que nous avons pu trouver notre bouteille de gaz pour le camping).

 

 

Si vous avez aimé cet article, partagez le sur Pinterest !

 

Itinéraire d'une semaine dans les Hautes Pyrénées entre France et Espagne : Pic du Midi, randonnée dans le Cirque de Gavernie, dans le Parc National des Pyrénées et dans le Parc national d'Ordesa et du Monte Perdido