Paysage lunaire de l'islande

Partir en Islande était un rêve. Ces paysages désertiques, volcaniques et soufrés, ses (son?) geysers, ses cascades par dizaines nous attirait ! En août 2012, nous avons décidé de nous y rendre pour un voyage de 2 semaines sur la route 1 de l’Islande. Seulement voila, l’Islande est un pays où il est extrêmement cher de voyager. Le niveau de vie y est très élevé, et cela se ressent directement sur le prix des hébergements. Une nuit en hôtel ou en B&B monte très vite à 100 voire 200 euros la nuit ! C’est pourquoi, comme de nombreuses personnes, nous avons de partir en mode camping ! Et ce sans jamais avoir véritablement voyagé de cette façon auparavant, puisque notre expérience se limitait à quelques nuits passées ici ou là lors de weeks-ends organisés au départ de Paris (essentiellement en Normandie et en forêt de Fontainebleau).

Retour sur notre expérience qui peut vous servir si vous choisissez d’opter pour ce type de voyage très économique !

Petit déjeuner devant la tente au camping de Vik - Islande

Le choix de la tente pour faire du camping en Islande

Le choix de la tente dépend de ce que vous comptez faire. Dans notre cas, le projet consistait à faire un road trip de 2 semaines sur la route 1, la route principale qui fait le tour de l’île. Dans notre cas, le choix fut rapide : celle que nous avions ! C’est-à-dire la célèbre tente qui s’installe plus vite qu’elle ne se range (bon après 15 jours de pratique, on arrive à la maîtriser 😉 et à la ranger presque aussi vite que pour la monter).

Camping de Myvatn - Islande

Sur Internet, on trouve beaucoup de gens qui déconseillent l’usage de cette tente pour un séjour en Islande. Pourtant, si celle-ci à des défauts, nous n’avons pas rencontré de problèmes ou désagréments majeurs  pendant le voyage !

Alors bien sur, pour voyager avec cette tente, il faudra mieux avoir une voiture de location, sinon elle risque de vous gonfler rapidement ! Elle n’est en effet pas du tout adapté pour être portée sur de longue (et même courte distance). Son encombrement est aussi à considérer pour le choix de la voiture de location en fonction du nombre de personnes que vous êtes car elle ne rentrera pas forcément dans le coffre ! Il faudra également penser à prendre pour elle un supplément bagage pour l’avion (voir avec la compagnie pour la passer en équipement sportif).

 Un autre inconvénient est son auvent incliné de sorte à ce que la pluie tombe dans la tente quand on l’ouvre… Heureusement nous avons plutôt eu de la chance avec le temps et donc pas trop de pluie, et souvent de type bruine (donc qui n’a pas trop le temps de mouiller l’intérieur de la tente quand on ouvre la porte).

L’ami avec lequel nous voyagions avait une petit tente basique à monter et n’a pas eu non plus de problème particulier avec la tente.

Conclusion : regarder d’abord votre besoin (voyagez vous en road trip ou en sac à dos). Si comme nous vous voyagez en été autour de la route 1 (la route qui fait le tour de l’Islande), toute tente peut convenir !

Le duvet 

Il ne fait pas si froid que ça en Islande, néanmoins ne lésinez pas sur la qualité du duvet. Prendre a minima un duvet qui permet de tenir à 5°C. Sur 15 jours, nous n’avions eu froid qu’une seule nuit (heureusement elles sont courtes). Dès que le soleil se lève, la température remonte.

Ne pas oublier également :

–  un réchaud à gaz, de marque Primus de préférence (les bonbonnes y sont plus faciles à trouver que celle de Camping Gaz)

–  un masque pour dormir, car le soleil se couche tard et se lève tôt !

–  des boules quiès : la tente amplifie le bruit du vent et de la pluie !

–  un tapis de sol isolant, 

une couverture de survie pour isoler la tente de l’humidité du sol (à ne pas utiliser en cas d’orage !)

un kit de vaisselle compact spécial camping

 

Les campings en Islande

En dehors de l’intérêt économique, l’avantage de ce mode de voyage est la totale liberté qu’il confère. Il est absolument inutile de réserver les campings à l’avance, même en haute saison !  Cela est vraiment appréciable car permet d’ajuster son séjour en fonction des envies et de la météo. Cela n’est pas possible si l’on choisi de dormir dans des hôtels ou B&B qui sont vite complet car peu nombreux !

Il s’agit souvent d’une grande pelouse sur laquelle vous pouvez poser votre tente ou vous voulez. En 2012, les campings étaient tous au même prix : entre 1000 et 1500 ISK par personne, mais ne sont pas tous aussi bien équipés et surtout il semblerait que depuis les prix ont explosé. Le guide du routard qui fourni une bonne description de nombreux campings fut un de nos précieux alliés pendant le voyage ! Mais il nous est également arrivé, pour des raisons pratiques d’optimisation de l’itinéraire, de s’arrêter à un camping seulement indiqué sur notre carte routière.

Comme le temps n’est pas toujours clément, c’est souvent intéressant de prendre un camping dans lequel il y a un espace abrité, comme ici à Djupigovur, pour cuisiner et prendre le repas. (Avec le vent, pas toujours évident de faire fonctionner le réchaud !!)

Bâtiment commun du camping de Djupigovur - Islande

Sauf quelques rares exceptions, en 2012 les campings étaient plutôt déserts. Le camping de Myvatn (ci-dessous) est celui pour lequel il y avait le plus de monde car la zone est très touristique et riche en points d’intérêt :

Camping de Myvatn - Islande

Néanmoins, comme les vacances en Islande sont plutôt du type sportive, il n’y a pas de bruit et tout le monde dort tranquillement assez rapidement !

Nous avons trouvé que la plupart du temps, les “petits” campings, sont plus agréables car moins de monde. Ce n’est pas parce que le camping est grand qu’il y a plus de douches ou que l’abri est plus grand ! Par exemple, celui de Reykjavik est immense, mais les douches peu nombreuses et les infrastructure mal dimensionnée. Aussi il était quasiment impossible d’avoir un place pour cuisiner.

Un de nos préférés fut celui de Selfoss car très bien équipé : douches chaudes, grand espace de cuisine et de repas, et en même temps quasi désert ! Néanmoins ce voyage remonte à 2012, au tout début du boom touristique en Islande. Il est fort probable que depuis les campings soient nettement plus remplis et moins agréable qu’à l’époque où nous avions réalisé ce voyage.

Camping de Selfoss - Islande

L’astuce de la piscine

Une de nos astuces quand les douches des campings n’était pas top (ou inexistante) était d’aller à la piscine locale. Toutes les villes, même les plus petites, ont une piscine. Il semblerait que cela soit le lieu de convivialité préféré des islandais ! Chaque piscine à son hot tub (bain chaud : 38-40°C), et c’est très agréable de s’y plonger après une bonne journée de randonnée. Cela permet de se détendre et de profiter des douches pour se laver par la même occasion.

L’accès au piscine est une des rares choses très peu cher en Islande (de l’ordre de 2/3 euros).

 

Conclusion

Nous avons vraiment accroché à ce mode de séjour. Au départ, nous avions un peu peur de faire 15 jours de camping. Peur de la météo, de l’inconfort, du froid… Finalement, nous avions bien dormi (les randos quotidiennes ça fatigue bien ! le froid nous a surpris qu’une nuit sur les 15). Et surtout nous avons adoré dormir dans des cadres très sympas, souvent déserts mais permettant d’avoir un minimum de confort (sanitaires, douches plus ou mois chaudes, local pour faire la cuisine…).

Cela nous a bien changé de l’image que nous avions eu du camping en France, où les tentes sont minoritaires face aux caravanes, les emplacements bien souvent sans charme, et le calme rare !