Europe France Hauts-de-France

Que voir à Lens en une journée ou plus ?

musée du Louvre Lens

J’ai profité de mon long week-end à Lille et du billet de TER inclus dans l’offre Lille City-Pass 72h, pour prendre le TER jusqu’à Lens. Cela vraiment pas mal de temps que je voulais découvrir l’extension du musée du Louvre qui a ouvert ses portes à Lens à la fin de l’année 2012.

Depuis, je suis retournée à Lens à plusieurs reprises, il faut dire que c’est une destination très facile d’accès depuis Paris et avec de nombreuses choses à faire et à découvrir. De manière générale, je trouve que le Bassin Minier du Nord-Pas-de-Calais est une destination complètement sous-côtée et j’espère que cet article attisera votre curiosité et vous donnera l’envie d’aller à Lens et de prolonger votre séjour.

Dans cet article je vous propose de découvrir que faire et que voir à Lens le temps d’une journée ou d’un week-end, car comme vous allez le voir, il y en a des choses à voir et à faire dans le Bassin Minier !

Que faire à Lens en un week-end ?

  • Visiter le Musée du Louvre Lens
  • Découvrir le patrimoine minier classé au patrimoine de l’UNESCO
  • Assister à un match de football au stade Bollaert
  • Admirer le lever du soleil depuis les terrils de la base du 11/19
  • Déguster une bière artisanale
  • Visiter les sites de mémoire de la Grande Guerre
  • Dormir dans un ancien coron rénové en hôtel 4 étoiles
  • Découvrir la cuisine polonaise

Le musée Louvre-Lens

L’extension du musée du Louvre à Lens est sûrement le principal point d’intérêt touristique de la région et participe activement au dynamisme et au rayonnement d’une région meurtrie par la première guerre  mondiale puis l’arrêt de l’exploitation minière. Le musée a été construit sur un ancien carreau de mine, entre les terrils 11/19 de Loos-en-Gohelle et le stade Bollaert. Il a été placé au cœur d’un parc véritable trait d’union entre le musée et la ville. Ainsi l’entrée du musée se fait d’abord par l’entrée du parc. Pas d’indication tape à l’œil : hormis les affiches des expositions en cours sur les portes du parc, rien ne dit que nous entrons sur le site du musée du Louvre-Lens ! J’ai trouvé cela assez étonnant pour un site qui se veut être le fer de lance culturel et touristique de la région, mais finalement cela est en cohérence avec l’esprit du musée.

le jardin du musée du Louvre Lens

Le Louvre-Lens : une architecture évanescente

Le Louvre-Lens se veut discret, presque transparent. Construction de plein pied, en verre et aluminium, le musée est presque invisible. Par beau temps, le ciel et le paysage se reflète dans les plaques d’aluminium. Le musée ne cherche pas à effacer le passé historique minier de la ville, mais au contraire, à le sublimer. Depuis les verrières du musée, on aperçoit par exemple les terrils du 11/19.  Je n’ai pas été étonnée d’apprendre que l’architecte du musée Kazuyo Sejima est de nationalité japonaise. L’architecture, minimaliste, humble, et proche de la nature, tout en légèreté et presque évanescent est caractéristique de l’architecture et de la pensée japonaise. Simplifier pour mettre en valeur l’essentiel : les œuvres de la collection du musée.

entrée du musée du louvre lens
Le musée du Louvre Lens

Tout est si minimaliste que j’ai trouvé l’espace d’accueil du musée un peu déroutant. J’ai mis un peu de temps pour prendre mes marques, trouver le vestiaire, les toilettes, et même l’entrée de la Galerie du Temps… car tout est si discret qu’il est parfois un peu difficile de s’y retrouver. Néanmoins, au bout de quelques minutes, je vous rassure, on finit par y arriver !

La Galerie du temps

J’ai commencé ma visite par la Galerie du temps, la collection permanente (mais renouvelée en partie chaque année) du musée du Louvre-Lens. Elle propose un accrochage complètement différents des musées ordinaires et en totale opposition au musée du Louvre de Paris. Au musée du Louvre, les œuvres sont classées par départements : les antiquités égyptiennes, les antiquités grecques, la peinture flamande, etc… Ici, le parti pris a été de réaliser une seule et unique salle, qui présente les œuvres des collections du Louvre de manière chronologique. Cela permet d’illustrer le dialogue entre les civilisations, et de comparer l’art qui cohabitait à une même période dans différents espaces géographiques. J’ai complètement accroché à ce concept. Néanmoins, comme il ne s’agit que des œuvres issues des collections du Louvre, on ne verra qu’une petite partie de la planète représentée : l’Europe et le Proche-Orient. Cela serait encore plus intéressant si l’on avait pu voir des œuvres de Chine, d’Amérique Latine, d’Afrique, etc… mais hélas cela ne fait pas partie des collections du Louvre.

Musée du Louvre Lens - Galerie du Temps
Musée du Louvre Lens - Galerie du Temps
La galerie du temps - Le Louvre Lens

Relativement peu d’œuvres sont exposées dans la galerie (comparativement au musée du Louvre de Paris), ce qui permet de prendre le temps de les admirer une à une. Là où le musée du Louvre de Paris est encyclopédique, parfois rébarbatif et pas forcément agréable à visiter : trop grand, trop d’œuvres, trop de monde, … le musée du Louvre-Lens est spacieux, les œuvres sont sélectionnées avec soin, illustrant avec seulement un voire deux exemples un mouvement, une thématique… Je pense que c’est un musée qui peut plaire à ceux qui ne les aiment pas, car d’une part la visite n’est pas trop longue (j’ai mis 1h30 pour visiter la galerie du temps en prenant vraiment mon temps – je lis toutes les notices explicatives), et d’autre part les œuvres sont variées et balayent toute l’histoire de l’art. Le musée invite à la déambulation et l’on flâne d’un continent à l’autre, d’une époque à l’autre… Bref, cela donne un bon premier aperçu de l’Histoire de l’Art en Europe et au Proche-Orient.

Le Louvre-Lens et ses expositions temporaires

Le Louvre-Lens c’est aussi des expositions temporaires de très grande qualité. Lors de ma visite en 2017 j’ai pu découvrir les Frères Le Nain, peintres « de la réalité » connus pour leurs scènes paysannes. Les expositions temporaires suivent un accrochage classique, complètement différent de la Galerie du Temps. Quel plaisir d’admirer une exposition de cette qualité sans faire la queue devant chaque tableau et se faire bousculer en permanence…

Exposition des Freres Le Nain à Lens

Informations pratiques pour visiter le Louvre-Lens

Tarif : l’entrée à la galerie du temps et aux « petites » expositions temporaires est gratuite pour tous. Seul l’accès à l’exposition temporaire est payante. L’entrée à l’exposition temporaire éventuelle est incluse dans le Lille City Pass 72h.

Horaires : le musée est ouvert tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h. Le musée est fermé le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier.

Comment rejoindre le Musée du Louvre-Lens sans voiture ?

Pour rejoindre le Musée du Louvre Lens à pied, il faut compter environ une vingtaine de minutes de marche de la gare (attention ne pas faire confiance aux indications temporelles des panneaux près de la gare, c’est complètement sous estimé). Un chemin paysager a été aménagé qui rend la balade très agréable. Encore faut-il ne pas se perdre, car si comme moi on prend le mauvais chemin, on se retrouve à marcher près de 40 minutes en faisant le tour du stade Bollaert (à la fin de la rue Jean Letienne, il faut tourner à gauche dans l’Avenue Alfred Maes passer sous la voie ferrée pour retrouver le chemin piéton et ne surtout pas continuer vers le petit parc!)

Une autre solution est d’utiliser le bus Bulle 1 (toutes les 8 minutes) jusqu’à l’arrêt Parc Louvre-Lens (attention, ne pas confondre avec l’arrêt Lievin-Louvre Lens qui correspond à l’arrêt pour le conservatoire et se situe à plus d’un kilomètre du musée ! La ligne 41 (moins fréquente avec un bus par demi-heure) dessert également le musée, il faut alors descendre à l’arrêt Louvre-Lens.

Visite guidée « Promenade du musée au centre-ville »

Afin de découvrir un peu plus de la ville de Lens, et pas seulement son musée phare, je m’étais inscrite à la visite guidée « promenade du musée au centre-ville », une visite incluse dans le Lille City-pass 72h.

Edit 2020 : Cette visite, n’existe plus aujourd’hui, mais a été remplacé par deux visites de 45 min au programme équivalent et que l’on enchaîner : « Visite Essentielle La Mine » et Visite Essentielle « Art Déco ». Ces deux visites sont proposées du mercredi au dimanche, de 1’h à 14h45 pour la visite sur la Mine et de 15h30 à 16h15 pour la visite Art Déco (ce qui laisse le temps de se rendre du Louvre-Lens où se déroule la première visite au centre-ville où se déroule la seconde partie.

La visite commence au niveau du Musée du Louvre-Lens : on y découvre l’histoire de l’extraction du charbon sur le site actuellement occupée par le musée. Puis on prend la direction de la cité pavillonnaire toute proche. Les compagnies minières étaient très paternalistes. Pour motiver et fidéliser les mineurs, tout en gardant un œil sur eux, ceux-ci étaient logés à proximité de la mine. Le quartier est très verdoyant : les compagnies minières donnaient à chaque famille un bout de jardin. Il était obligatoire de l’entretenir correctement. Cela permettait aux mineurs et à leur famille d’avoir un potager, mais aussi de les occuper. En effet, les compagnies minières essaient au maximum d’éviter aux mineurs de fréquenter les estaminets où il était fréquent de parler grève et syndicalisme !

Les maisons les plus belles sont celles de l’ingénieur et du géomètre qui occupaient des places importantes dans la hiérarchie de la mine. Contrairement à de nombreuses cités minière, celle de Lens possède une architecture variée avec pas moins de 28 styles de maisons différentes.

cité minière de Lens
Eglise d'une cité minière à Lens

Un coup de bus et nous voila dans le centre-ville de Lens pour la seconde partie de la visite portant sur l’Art Déco. Presque entièrement détruit par les Allemands lors de la Première Guerre Mondiale, le centre-ville de Lens, contrairement à celui d’Arras, ne fût pas reconstruit à l’identique. Il a été laissé libre choix à chaque propriétaire de reconstruire selon son envie, d’où un éclectisme architectural entre art-déco et architecture régionaliste. Certains bâtiments autour de la Place Jean Jaurès, la principale place du centre-ville sont vraiment beau, comme l’immeuble « A la Ville de Limoges » dont la façade est entièrement recouvert de faïence. Ce bâtiment abrite aujourd’hui les bureaux de l‘Office du Tourisme de Lens et je ne peux que vous inviter à y faire un tour pour recueillir toutes les informations dont vous avez besoin pour explorer la région. L’Office du Tourisme de Lens propose également un service de prêt de parapluies (ça peut servir dans le Nord ^^) et de trottinettes électriques.

Centre ville de Lens
Intérieur de l'Office du Tourisme de Lens
Eglise Saint Léger - Lens
Immeuble art déco dans le centre-ville de Lens

Une autre curiosité art-déco de Lens est sa gare en forme de locomotive. Dans la salle d’attente des mosaïques de style cubiste rend hommage à l’histoire industrielle de la ville.

La Gare Art Déco de Lens

Assister à un match de foot au Stade Bollaert

Bien que Lens soit aujourd’hui en D2, assister à un match de foot à Lens est toujours une expérience spectaculaire. Pas besoin d’être un passionné de football pour apprécier le spectacle qui se joue autant sur le terrain que dans les tribunes. Si vous le pouvez, essayez de venir à Lens un week-end de match (c’est un week-end sur deux) pour encourager l’équipe Sang et Or. Si Lens reste une ville de taille modeste (environ 30 000 habitants) c’est toute la population qui se retrouve pour supporter, dans une ambiance familiale et survoltée, l’équipe du Racing Club de Lens au Stade Bollaert. Les supporters lensois sont si nombreux que c’est l’un des derniers stades de France où ceux-ci occupent une tribune latérale et sans siège.

L’histoire du club de foot est intimement liée à celle de la ville. Le football naît au Royaume-Uni au XIXème siècle et arrive à Lens en 1906 avec la création du Racing Club de Lens. Si le club s’arrête pendant la Première Guerre Mondiale, l’engouement repart de plus belle dans les années 1920. C’est à ce moment là que le club prend les couleurs Sang et Or en hommage à l’occupation espagnole au XVIIème siècle dont Lens fût un des derniers bastions.

La compagnie des Mines de Lens voit d’un bon œil le développement du football. Après avoir mis à disposition du RCL une grande pelouse, elle finance le club et la construction du stade Bollaert. En effet, le sport est à la fois une belle vitrine publicitaire pour l’entreprise et permet un contrôle social. Cette activité permet aux ouvriers de limiter la fréquentation des bistrots, un lieu où l’on boit de l’alcool, mais surtout où l’on parle grève et revendications sociales.

C’est à l’occasion du Derby du Nord, Lens-Valenciennes, que je me suis retournée à Lens pour assister à un match endiablé au Stade Bollaert. Autant vous dire que l’ambiance était chaude entre les deux villes, mais tout s’est très bien passé et l’ambiance était sûrement encore plus enflammée que d’habitude. Le moment fort et à ne louper sous aucun prétexte, est lorsque à la fin de la pause de la mi-temps, le stade reprend en cœur la chanson « Les Corons » écrite par Pierre Bachelet. J’en ai encore des frissons en y repensant.

Côté prix, assister à un match à Bollaert reste très accessible. Je ne sais pas à combien était vendu les tickets lorsque le club était en ligue 1, en 2019 à Lens, les prix varient de 12 € à 42 € selon les catégories.

Stade Bollaert à Lens
Voir un match de foot du RCL au Stade Bollaert
Match de foot à Lens
Les supporters en Sang et Or pour soutenir le RCL

Admirer le lever du soleil depuis le sommet des terrils

Dans la plaine du bassin minier, les terrils (qui se prononcent comme fusil avec un l final est muet) semblent être de drôle de montagnes. Ils peuvent prendre différentes formes, en cône comme à Lens ou plat comme le terril des Argales près de Douai. Ces terrils sont constitués par le résidu de l’extraction minière, une roche stérile souvent à base de schiste. Comme on ne savait pas trop quoi en faire, on disposait ces roches à la surface, au début sous forme de larges aplats puis lorsque les techniques se sont améliorées, après la Seconde Guerre Mondiale, la forme des cônes, moins encombrante en termes d’emprise au sol au sol, a été choisie. Rien de dans le bassin minier du Nord, on a recensé plus de 340 terrils ! Aujourd’hui, la végétation reprend peu-à-peu ses droits et les plus anciens terrils sont recouverts de forêts de chênes.

Lorsqu’ils ne sont pas toxiques, les terrils sont d’une grande richesse écologique avec une flore souvent bien différente des environs. Le sol noir stocke la chaleur et permet le développement de plantes qui ne sont pas typiques de la région.

C’est pour le lever du soleil que nous sommes allées découvrir les terrils jumeaux de la base du 11/9 de Loos-en-Gohelle, ces deux pyramides noires qui dominent Lens. Il fait encore nuit noire lorsque nous arrivons en bas de ces montagnes du nord. Je me suis habillée le plus chaudement possible, car en cette nuit d’avril, la température est négative. Heureusement, il n’y a pas beaucoup de vent. La montée me réchauffe et au fur et à mesure que je grimpe, les premières lueurs du jour nous dévoilent le paysage du bassin minier. La marche est assez rapide, il faut une bonne demi-heure pour gravir le terril. Le sentier est facile sauf sur les cent derniers mètres bien raides et un peu glissant. Je regrette de ne pas avoir pris mes chaussures de marche !

Mais si cela demande une grande motivation, les levers de soleil restent pour moi des instants magiques, avec son ambiance de mystère qui reste unique. Malgré le froid, la chance est avec moi, car la journée s’annonce ensoleillée. En arrivant au sommet, exposée au vent, le froid me rappelle à la réalité. Je n’ai pas pensé à prendre des gants et mes mains sont glacées en quelques minutes. Malgré tout, le spectacle est merveilleux et quand le soleil rouge se montre enfin, je me sens récompensée de mes efforts !

Avec la brume matinale, le soleil reste rouge un bon moment j’aurais le temps de profiter de ce spectacle tout en entamant la descente. En redescendant, les terrils noirs du Nord s’enflamment pour devenir rougeoyants.

Lever de soleil sur le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Visite-dégustation d’une brasserie artisanale

Les Hauts-de-France, c’est également la région de la bière, alors comment passé à côté de la dégustation d’une bière locale ? Pour en savoir plus sur le procédé de fabrication de la bière, direction la Brasserie Saint-Germain à Aix-Noulette (attention visite un peu excentrée qui requiert une voiture), une petite ville située à quelques kilomètres du mémorial de Notre-Dame de Lorette. Cette brasserie produit la bière artisanale Page 24. La visite très intéressante (qui pourra intéresser même pour ceux qui n’aiment pas ce breuvage) permet de tout connaitre sur le procédé de fabrication de la bière, depuis les ingrédients utilisés jusqu’au procédé depuis la fermentation jusqu’à la mise en bouteille. La visite se termine par une dégustation avec la possibilité de choisir entre la bière de saison, une triple, une blonde, une IPA et une Armagnac. Si vous êtes plusieurs, c’est le moment de tester plusieurs bières de la production de la brasserie.

Biere de la Brasserie Page 24
Visite guidée de la brasserie Page 24
Visite guidée de la brasserie Page 24
mise en bouteille - biere Page 24
Dégustation de bière artisanale Page 24

Brasserie Saint-Germain, 26 Route d’Arras, 62160 Aix-Noulette

Visite guidée tous les samedis :  10h00, 14h30 et 16h.00 au tarif de 5€ par personne

Où manger à Lens ?

Voici quelque bonnes adresses de restaurants que j’ai pu découvrir à l’occasion de mes différents séjours à Lens. Ces adresses sont toutes situées en centre-ville. Sachez qu’il est également possible de déjeuner au musée du Louvre-Lens : celui-ci possède une cafétéria et un restaurant gastronomique dirigé par un chef doublement étoilé au guide Michelin.

Le Pain de la Bouche

41 bis rue de la Gare, 62300 Lens

faluche - pain traditionnel du Nord

Le Pain de la Bouche est un estaminet typique du Nord. On y déguste, dans une ambiance chaleureuse, des plats régionaux délicieux qui tiennent bien au corps comme la faluche gratinée (pain rond recouvert de fromage, lardon, oignons…), la carbonade flamande (bœuf bourguignon à la bière)… le tout accompagné d’une bonne bière. Je dois vous avoué qu’après tout ça j’étais bien calée, je n’ai même pas réussi à finir mon assiette. L’ambiance était particulièrement fébrile à deux heures du coup d’envoi du match Lens – Brest au stade Bollaert. Tout le monde, petits et grands, femmes et enfants, arboraient fièrement leur écharpe jaune et rouge… C’était assez fou de voir une telle ferveur, je n’avais jamais vu une telle ambiance d’avant match. Pour avoir habité à côté du stade de Gerland à Lyon, je peux vous dire que l’ambiance n’était pas la même beaucoup et moins familiale… Bref, tout ça m’a donné envie d’aller voir un match de foot à Lens  !

Comme chez Babcia

Suite à un second puis un troisième séjour à Lens, j’ai eu l’occasion de découvrir un autre restaurant dans le centre-ville, Comme chez Babcia, qui est un restaurant Polonais, ce qui peut sembler surprenant d’un premier abord lorsque l’on ne connait pas bien l’histoire industrielle du Bassin Minier.

En effet, si le développement de l’industrie minière dans le Nord-Pas-de-Calais au début du XXème siècle est un véritable moteur pour le développement de l’industrie française, c’est aussi un métier est intensif en ressources humaines et rapidement, on manque de bras. L’immigration polonaise, et particulièrement après la Seconde Guerre Mondiale est importante dans le Nord et permet de fournir la force de travail nécessaire à l’extraction du charbon. L’immigration polonaise a fortement influencé la région, puisque ces immigrants ont joué un rôle très important dans le syndicalisme et la vie associative locale. Aujourd’hui, la culture polonaise est ainsi toujours présente dans le Nord et une des façons de la découvrir aujourd’hui est de manger dans un restaurant polonais. Ambiance garantie le dimanche midi avec la venue d’un petit orchestre de musique polonaise !

Je ne connaissais absolument rien de la cuisine polonaise donc j’étais un peu perplexe face à la carte (et les noms des plats polonais imprononçables pour les non-initiés !). J’ai choisi finalement des raviolis fourrés au chou et au fromage le tout accompagné par une bière polonaise. C’était vraiment délicieux (et pourtant je n’aime pas le chou à la base !). Le plat était vraiment très copieux aussi je n’ai malheureusement pas eu de place pour un dessert !

Raviolis Polonais - Restaurant Chez Babcia à Lens
plateau de desserts polonais

Où dormir à Lens ? mes bonnes adresses

Dormir un ancien coron réhabilité en hôtel 4 étoiles

J’ai séjourné deux nuits à l’Hôtel Louvre Lens, en face du musée éponyme. Cet hôtel 4 étoiles a ouvert ces portes fin 2018 dans un ancien coron (le nom donné aux habitations des mineurs). Le travail de réhabilitation du site est spectaculaire. Aujourd’hui, l’hôtel offre 52 chambres haut-de-gamme, d’un excellent rapport qualité-prix (chambre à partir de 80 €/nuit). Les architectes ont fait le choix de la sobriété et se sont inspirés de l’environnement pour la décoration, avec des chambres aux murs noirs, pour évoquer le charbon, ou en briques. Les chambres restent malgré tout lumineuses grâce aux larges fenêtres.

Les chambres sont très spacieuses et confortables avec un grand lit à la literie parfaite. Chaque chambre est équipée d’une bouilloire avec un assortiment de thé et tisane Mariage Frère et d’une cafetière Nespresso. Les toilettes sont séparées de la salle de bain. Certaines chambres ont des douches d’autres ont des salles de bain. L’hôtel dispose en accès libre d’une salle de sport et d’un grand sauna.

Le buffet du petit-déjeuner est somptueux avec un grand choix aussi bien salé que de sucré. Il est également possible de demander certains choix à la carte comme des œufs brouillés délicieux.

Depuis l’hôtel, on accède facilement à pied au musée du Louvre-Lens, au Stade Bollaert et un peu plus loin au centre-ville. Et en voiture, on se trouve à quelques minutes de route des principaux points d’intérêt du patrimoine minier avec la Base du 11/9 et le Centre Historique Minier de Lewarde.

Hotel du Louvre Lens
Buffet petit déjeuner de l'hôtel du louvre lens
salle du petit déjeuner de l'Hôtel du Louvre Lens
Chambre de l'Hôtel Louvre Lens

L’hôtel Louvre-Lens possède sa propre salle de sport et son sauna librement accessible aux clients de l’établissement. Le sauna est particulièrement agréable puisque celui-ci est vitré avec une vue sur le parc du Louvre-Lens.

Lobby de l'hôtel du Louvre Lens
Salle de sport de l'hôtel Louvre Lens
Sauna de l'hôtel Louvre Lens
Réservez votre séjour à l’hôtel Louvre-Lens

Hôtel Louvre Lens, 168 Paul Bert, 62300 Lens

Le Gite de l’Ecole Buissonnière

Pour une nuit plus insolite, direction l’ancienne maison du directeur de l’école où dans son jardin, Pierre et Elsa, un couple de supporters de l’équipe du RCL, ont construit 3 gîtes ouverts toute l’année et pouvant accueillir de 2 à 5 personnes. Pierre est également un grand passionné du patrimoine minier (il est aussi guide bénévole), alors n’hésitez pas à lui poser toute vous questions !

Je n’y ai pas dormi, mais ma copine Aurélie du Blog Traveling Address y a séjourné et le recommande 🙂

Gite de l'Ecole Buissonnière à Lens
Réservez votre séjour aux gîtes de l’Ecole Buissonière

La chambre d’hôtes de l’Heure Bleue à Givenchy en Gohelle

A l’occasion d’un troisième séjour à Lens, j’ai séjourné deux nuits dans le charmant gîte et les chambres d’hôtes de l’Heure Bleue à Givenchy en Gohelle, situé à proximité des sites de mémoire de la Première Guerre Mondiale : Souchez et de Vimy. Le site propose 3 chambres d’hôtes de 2 personnes et 2 gîtes indépendants : un gîte pour 2 personnes et un gîte de 4 à 5 personnes. Ces gîtes sont tout équipés avec cuisines, salle de bain et lave-vaisselle.

Le petit déjeuner de la chambre d’hôtes étaient absolument incroyable et très complet : fromages, confitures maisons, pain, gâteaux maisons, yaourts nature, assortiment de fruits… Bref tout ce qu’il faut pour bien commencer la journée !

Gite et chambre d'hôtes à Givenchy en Gohelle

Que voir d’autres autour de Lens dans le Bassin Minier ?

Si cette fois-ci, je ne me suis rendue à Lens qu’une journée, Lens et plus généralement le bassin minier, classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, peut être une destination à découvrir à l’occasion d’un long week-end. On boude parfois le Nord, à tort, car c’est une région à la fois passionnante et chaleureuse – et en plus c’est une destination vraiment pratique à découvrir depuis Paris, que ce soit en TGV ou en voiture. Il y a beaucoup de choses à découvrir dans le coin, aussi je vous propose quelques suggestions pour continuer votre visite de la région :

Mémorial Canadien de Vimy
  • visiter Arras et son centre-ville historique réputée pour ses belles façades de style baroque flamand et son beffroi classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO
  • découvrir la ville de Douai, avec son canal, son beffroi classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO
  • visiter le passionnant Centre Historique Miner de Lewarde pour en apprendre beaucoup sur la vie des mineurs : visite d’une mine, rencontre – témoignage avec un ancien mineur
  • découvrir à le bassin minier en vélo électrique : cités minières, terril…
Le parlement de Flandres - Douai

Si vous avez aimé cet article, partagez le sur Pinterest !

1 journée à Lens : visite du musée du Louvre Lens et visite guidée dans le centre-ville à l'architecture art-déco
Que viser à Lens en un week end ? Du patrimoine historique minier aux sites de mémoire en passant par le Musée du Louvre Lens

Cet article est le fruit d’un partenariat avec l’Office de Tourisme de Lens-Lievin. Les avis exprimés dans cet article sont les miens.

8 Comments

  • Reply
    Anne
    19 mai 2017 at 11:31

    C’est intéressant! Un peu loin pour moi, ou alors il faut y rester une semaine!

  • Reply
    Stephanie
    22 mai 2017 at 13:26

    C’est chouette ton article, j’ai appris pas mal de truc! C’est vrai que Lens, à part de nom, je ne connais pas du tout… pour tout dire j’ignorais même qu’il y avait une extension du Louvre !

    • Reply
      Mathilde
      25 mai 2017 at 10:15

      Ca fait plusieurs années maintenant que l’extension est ouverte. On en avait pas mal parlé au début mais maintenant moins. C’est à voir si on va dans la région !

  • Reply
    chiffonsandco
    23 mai 2017 at 19:53

    l’architecture de cette ville est vraiment super intéressante ainsi que celle du musée d’ailleurs (dans un autre genre)!

    • Reply
      Mathilde
      25 mai 2017 at 10:14

      Oui l’architecture du musee est vraiment superbe et celle de la ville est assez originale

  • Reply
    Cecile
    3 juin 2017 at 23:48

    Très chouette musée et la ville de Lens me semble très sympa également. Je note donc merci

  • Reply
    Les Ch'tis Trotteurs
    2 mai 2018 at 13:02

    Superbe article ! Nous sommes de la région est pourtant nous n’avons pas encore pris le temps d’y jeter un coup d’œil.
    Nous comptons allé au Louvre Lens la semaine prochaine durant les ponts de mai. Du coup, on va retenir tes conseils pour notre visite 🙂

  • Reply
    Anonyme
    13 octobre 2019 at 06:15

    4

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This