Pour changer des visites des belles villes baroques siciliennes, nous avons eu envie d’une escapade plus nature. Et pour cela, quoi de mieux que profiter des îles éoliennes, au nord de la Sicile. Il s’agit d’un archipel d’îles volcaniques, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, situées au large de la côte Nord Est de la Sicile. Nous en visiterons une seule : l’île de Vulcano.

Panorama sur le cratère de Vulcano et les iles éoliennes

Comment rejoindre l’île de Vulcano ?

Pour s’y rendre, le plus facile est de prendre un bateau au départ de Milazzo. Selon les îles les départs sont plus ou moins fréquents, les îles les mieux desservies étant Vulcano et Lipari (compté environ 30€/pers. pour l’aller-retour). Ce sont aussi les plus proches de la côte. Mon rêve aurait été d’aller sur l’île de Stromboli pour vivre l’expérience rare de grimper sur un volcan en éruption. Mais cette randonnée ne se faisant qu’accompagné par un guide, il n’était pas possible de le faire pour un prix raisonnable à Noël. En attendant d’y revenir peut être un jour, nous nous sommes rabattus sur la belle île de Vulcano et son volcan actif.

2 compagnies desservent Vulcano depuis Milazzo : Siremar et Ustica Lines. Les horaires se complètent bien, ainsi les bateaux sont assez fréquents (1/h environ). Pour être moins dépendant des horaires, le plus simple est d’acheter indépendamment les billets aller et retour, ce qui vous permettra de revenir quand vous aurez fini votre tour, sans forcément attendre le bateau de la bonne compagnie (surtout que les prix et la prestation sont vraiment identiques) !

Le Port de Milazzo en Sicile

l'hydroglisseur qui fait la liaison entre Milazzo et Vulcano

L’Ascension de Vulcano

Après un peu moins d’une heure de traversée nous voilà arrivés à Vulcano ! Nous débarquons au port de Porto Levante. A cette période de l’année, il y a très peu de monde. Cependant, l’île peu atteindre 30000 habitants en haute saison. Résultat, en hiver, le village principal, constitué essentiellement d’hôtels et de résidences secondaires, prend des airs de village fantôme ! Heureusement, il y a quand même une supérette ouverte pour acheter de quoi faire nos sandwichs du déjeuner. Depuis Vulcano, on voit très bien les autres îles de l’archipel et notamment au loin mon cher volcan Stromboli.

Vue sur le Stromboli depuis l'île de Vulcano

Après le ravitaillement, c’est parti pour la grande ascension : cap sur le grand cratère de Vulcano ! Pas besoin de carte pour trouver ce volcan, il est tout proche du débarcadère de Porto Levante. Il n’y a qu’à suivre la direction du sommet ! Le chemin est bien tracé et l‘ascension n’est pas très difficile : il faut compter environ 300 m de dénivelé et 1h de marche pour atteindre le cratère ! Le chemin passe bien en travers de la pente, ce n’est donc pas trop raide. (Et oui j’ai un souvenir de volcan islandais où l’on attaquait la côte droit devant (en gravillon sinon c’est trop facile)  assez terrible , et ce malgré la relative faible hauteur de dénivelé!!)

Du fait de sa faible altitude, l’ascension du Vulcano se fait très bien en hiver. Nous avons quand même eu de la chance avec le temps car le ciel était bien dégagé. Nous avions attendu la dernière minute et vérifier la météo avant de confirmer notre visite de l’île !

Volcan Vulcano en Sicile

Chemin de randonnée pour l'ascension de Vulcano

L’ascension nous offre de superbes panoramas sur les îles éoliennes :

Vue sur le Stromboli depuis l'ile de Vulcano

Chemin de randonnée autour du cratère de Vulcano

Arrivés au cratère, on y découvre de belles fumerolles accompagnées d’une délicieuse odeur de soufre. Cette odeur m’a presque ému aux larmes : pour moi, elle reste définitivement associée à mon superbe voyage en Islande (voyage que je vous raconterai prochainement sur le blog) ! Ce volcan m’a énormément plu, même si côté phénomène géologique, c’est une goutte d’eau de ce que l’on peut voir en Islande ! Mais bon au lieu de rêver des précédents voyages, profitons de cet instant magique !

fumerolles en haut du cratère du volcan Vulcano

au sommet du volcan Vulcano

Le soufre colore le sol en jaune :

soufre colore la terre du volcan Vulcano

Nous n’avons pas pu faire le tour du cratère à cause de ces fumerolles, car respirer des vapeurs de soufre n’est pas vraiment recommandé pour la santé ! Mais il était quand même possible de marcher autour de la plus grande partie du cratère ! Du coup, nous avons fait l’aller-retour jusqu’au sommet pour profiter de la vue en pique-niquant.

panorama sur le cratère du Vulcano et les iles éoliennes

Après notre randonnée, nous nous sommes baladés du côté de Porto Levante. Une des curiosités de la région est les bains de boue. C’est fermé hors saison mais ça m’aurait bien plu de tester !

Bain de boues sur l'ile de Vulcano

Nous avons poursuivi notre balade au bord des plages. La baigneuse n’est pas si courageuse que cela : grâce au volcanisme local, l’eau est assez chaude, même à cette époque de l’année. Le plus dur est donc de ressortir : il fait plus froid dehors que dedans !

plage sur l'île de Vulcano

La plage de l’autre côté de l’isthme de Porto Levante est en sable noir de lave. Elle offre un beau panorama sur Alicudi et Filicudi :

vue sur les îles éolioliennes depuis l'ile de Vulcano

Après cette bonne journée de marche, c’est déjà l’heure du retour ! Sur le chemin, nous avons eu la chance d’assister à un beau couché de soleil sur l’Etna en éruption :

coucher de soleil sur l'Etna en éruption