Afrique Ouganda

Rencontrer les Gorilles en Ouganda dans la forêt de Bwindi

Gorille dans la foret impenetrable de Bwindi

La dernière population des Gorilles de Montagne vit dans un massif montagneux à cheval sur l’Ouganda, le Rwanda et la RDC. A cause du braconnage et surtout la destruction de son milieu de vie, le Gorille de montagne, toujours classé parmi les espèces « en danger d’extinction », voit sa population augmenter et vient de dépasser les 1000 individus. C’est malheureusement la seule espèce des Grands Singes dans ce cas. Malgré cette augmentation, la population des gorilles de montagne reste en danger, car son espace est restreint par la taille des réserves naturelles.

C’est grâce aux travaux de chercheurs tels que Dian Fossey, que la sauvegarde des Gorilles de Montagne a pu être réalisée en sensibilisant à la fois le grand public et les populations locales, en démontrant notamment que les gorilles était des “géants pacifiques ». La stratégie de conservation des gorilles est particulièrement interventionniste. Des rangers sont missionnés au quotidien pour veiller et recenser les populations de gorilles et détruire les pièges laisser par les braconniers, et parfois en fournissant des soins vétérinaires aux animaux.

Pour des raisons de sécurité, il est assez difficile de se rendre le Parc National des Virungas en RDC, c’est pourquoi, la quasi totalité des excursions se déroulent soit au Rwanda dans le Parc des Volcans, soit en Ouganda dans le Parc National de la Forêt Impénétrable de Bwindi et dans le Parc National de Mgahinga. Dans ces parcs nationaux, réserves naturelles protégées, il est possible d’approcher les gorilles dans leur milieu naturel pour vivre une expérience unique et inoubliable.

C’est pour réaliser mon rêve de partir à la rencontre des Gorilles des Montagnes, que je me suis rendue en Ouganda. Dans cet article, je vous raconte le récit de cette expérience magique, puis je partagerai avec vous quelques aspects pratiques.

En route vers Bwindi !

Nous quittons le Parc National de Queen Elisabeth et ses paysages de savane pour entamer une longue journée de route vers notre lodge situé au sud de la Forêt Impénétrable de Bwindi. Sur la carte, le trajet semble court, mais nous devons contourner la forêt et remonter par le sud. Le paysage n’est pas dénué de relief, et surtout la route, le plus souvent une piste en terre battue, n’est pas toujours en bon état. Un véhicule 4*4 est indispensable. Je suis bien contente de ne pas avoir à conduire ! Je suis vraiment impressionnée par notre chauffeur qui arrive à tracer son chemin entre les trous et les bosses.

Sur la route, nous ne voyons pas le temps passer : le paysage est spectaculaire et nous en prenons plein les yeux. Nous traversons des paysages de culture en terrasse qui bordent la Forêt Impénétrable de Bwindi. La voiture s’arrête de temps en temps pour nous laisser nous dégourdir les jambes, admirer le paysage et faire quelques photos.

Sur la route, notre guide garde le contact avec ses autres collègues avec la messagerie instantanée What’s App. C’est ainsi qu’il nous apprend qu’un camion s’est renversé sur la route menant à notre lodge, mais que des villageois se sont déjà mobilisés pour essayer de le déplacer. Comme il nous reste encore plusieurs heures avant d’atteindre cette zone, il décide de tenter le coup en espérant que le passage sera rétabli, car le détour nous rajouterait encore quelques heures de route à une journée déjà bien longue. Arrivés au point bloquant, nous découvrons une véritable foule qui s’est mobilisée pour vider le camion et de le décaler sur le côté de la route pour permettre le passage des voitures. C’est vraiment impressionnant à voir ! A la fois en terme de solidarité et d’entraide, mais aussi car ils ont réussi à le décaler de quelques mètres avec de simples cordes ! En échange de ce travail harassant, les voitures remercient les villageois par une contribution financière. Nous sommes plutôt soulagés d’avoir pu emprunter cette route, car il ne reste plus beaucoup de temps avant le coucher du soleil et car nos fessiers auront été assez sollicité sur cette route chaotique !

Route pour aller à Bwindi
camion renverse sur la route - Ouganda
piste en travaux - Ouganda

Si vous avons passé la journée entière sur la route pour rallier notre lodge de Bwindi depuis le sud du Parc National de Queen Elizabeth, nous avons également fait de nombreuses pauses pour découvrir des paysages extraordinaires, mais aussi prendre le temps d’observer de nombreux animaux sur la route ! En Ouganda, il ne faut mieux pas laisser ses jumelles trop loin de soi ! Nous observerons ainsi de sublimes grues royales et plusieurs singes colobes. En arrivant en vue de la Forêt Impénétrable de Bwindi, je suis frappée de voir à quel point la délimitation entre la forêt primaire et les cultures est nette et brutale. Et dire que la forêt devait auparavant recouvrir toute l’Afrique Equatoriale ! Heureusement que des mesures ont pu être prises à temps pour en sauvegarder des petites parties aux allures de confettis ! Il faut dire que cette partie de l’Afrique possède l’une des densités d’habitants au kilomètre carré les plus élevés de tout le continent. Les terres des forêts font donc l’objet de convoitises que l’on peut comprendre. La cohabitation avec les gorilles n’a pas toujours été facile. Si le braconnage a fortement diminué notamment grâce à la manne financière que représente le tourisme, il n’a pas complètement disparu.

paysage de l'Ouganda
Grue Royale - Ouganda
Vervet Monkey
Délimitation entre les cultures et la forêt de Bwindi

La Forêt impénétrable de Bwindi

Depuis notre lodge, nous pouvons admirer la Forêt de Bwindi, une forêt primaire de plus de 330 km² d’une biodiversité exceptionnelle, classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Les forêts primaires équatoriales sont particulièrement incroyables et ne ressemblent en rien aux forêts auxquelles nous sommes habitués en Europe. C’est dans cette forêt que nous allons le lendemain entreprendre notre tant attendu trekking des gorilles !

Forêt équatoriale de l'Ouganda
La Forêt Impénétrable de Bwindi
Foret Equatoriale en Ouganda
LA Forêt impénétrable de Bwindi en Ouganda

Le trekking des Gorilles dans la forêt impénétrable de Bwindi

L’excitation est à son comble, le moment tant attendu est enfin arrivé ! Après un petit déjeuner très matinal dans notre lodge, nous prenons la direction de la Forêt de Bwindi pour le briefing de l’activité. Je ne vous cache pas que j’étais un peu stressée, car j’avais un peu peur de la difficulté de ce trek. En effet, pour atteindre les gorilles, nous allons devoir marcher plusieurs heures dans la forêt vierge en suivant les chemins tracés par les éléphants des forêts. Contrairement à une randonnée classique, on ne sait pas combien de temps, ni combien de kilomètres on va marcher. Cela peut durer trente minutes comme plusieurs heures ! Autant vous dire que cela peut un peu faire peur pour le mental surtout si on est un peu fatigué. Ainsi chaque trek aux gorilles est différent en fonction à la fois de l’éloignement de la famille et du dénivelé.

Pendant le briefing, les rangers nous expliquent le déroulement du trek et les consignes de sécurité pour le moment où nous serons près des gorilles (interdiction de faire des mimiques, garder une distance de sécurité, ne pas courir, ne pas faire de bruit….). Nous sommes ensuite répartis en groupe de 8 personnes selon la difficulté théorique de la marche. C’est le moment de dire si vous vous sentez prêts à partir au plus profond de la forêt ou si vous préférez que l’on vous attribue une famille de gorilles plus facilement accessible. Chaque groupe est encadré par deux guides armés, un à l’avant en éclaireur, et un à l’arrière, plus un troisième guide qui reste avec le groupe pour donner des explications.

Concernant notre groupe, nous allons voir une famille de gorilles située à une distance intermédiaire. L’emplacement exact de notre famille gorilles n’est pas connu au moment où nous partons. En effet, il faut savoir que chaque jour, des rangers restent à proximité des familles de gorilles pour les protéger et les localiser. A la tombée de la nuit, ils notent l’emplacement pour les retrouver le lendemain, mais ils peuvent entre temps être partis ailleurs. Ils vont donc les chercher ce qui peut prendre plus ou moins de temps. Mais n’ayez crainte : c’est toute la journée qui est prévue pour cette activité, même si le temps passé avec les gorilles est limité quoi qu’il arrive à 1 heure. A priori, il serait vraiment très rare qu’un groupe ne soit pas en mesure d’observer au moins un gorille pendant cette journée.

Les guides armés qui nous accompagnent ont pour objectif de repérer en amont la présence d’éléphant des forêts qui peuvent être très dangereux, puisqu’ils peuvent charger pour se défendre. S’ils sont armés, c’est surtout pour se défendre en dernier recours, le but étant bien sûr de ne pas utiliser le fusil.

Lors de notre avancée dans la forêt, l’éclaireur nous indique de nous arrêter, car il a repéré la présence d’un éléphant des forêts à proximité. Nous devons patienter silencieusement, le temps que celui-ci s’éloigne du chemin. C’est seulement au bout de 30-45 min, nous pouvons continuer. Cela tombe bien car ce délai supplémentaire permet aux rangers de retrouver notre famille de gorilles.

Ranger de l'UWA qui nous guide pendant le trek des gorilles
Trek des Gorilles
Trek des Gorilles

Au bout d’un moment (je perds rapidement la notion du temps dans cette forêt!), les rangers nous indiquent que les gorilles sont tout proche. Nous devons poser nos affaires (sac à dos et bâtons de marche), et nous allons aller les voir ! J’ai tellement hâte et en même temps je me demande si tout cela est bien réel ! Les rangers défrichent des branches avec leur machette et nous voilà près d’un mâle dominant au dos argenté endormi avec son petit sur son dos. Le jeune gorille est le premier à se réveiller et il se montre très curieux en nous observant à travers les branchages et jouant avec les feuillages.

Nous avons réveillé le gorille dominant qui ronchonne. C’est fou comme ses expressions sont proches des humains ! Il se frotte les yeux et puis va finir par se relever pour manger quelques branchages. Le gorille n’est qu’à quelques mètres de nous. Il est si paisible et mange tranquillement sans se soucier des objectifs des appareils photo qui sont braqués sur lui. L’heure en leur compagnie passe bien trop vite, on aurait envie de rester avec eux, de continuer à les observer, encore et encore. Ils sont fascinants, à la fois si proche de nous et si différents !

C’est le cœur serré et les étoiles plein les yeux que nous devons les laisser tranquille ! J’ai encore du mal à croire que tout cela était bien réel, le moment est passé si vite. Nous retrouvons nos sacs à dos et nous entamons notre chemin du retour. A l’issue du trekking des gorilles, nous attendons que la totalité des trekkeurs soient revenus au point de départ pour le débriefing et la remise du certificat. Avec les difficultés qu’ont eu nos rangers à retrouver la famille nous sommes parmi les derniers à revenir.

gorille avec son bébé sur le dos
Gorille endormi
gorille au dos argenté
Visage de gorille dans la végétation

Le reste de notre journée est libre, aussi nous nous arrêtons un peu aux quelques boutiques de souvenirs situées à l’entrée de la forêt et puis nous retournons à notre lodge pour nous reposer et nous remettre de nos émotions de la journée !

Où dormir à Rushaga ? Le Gorilla Valley Lodge

Nous avons passé deux nuits au Gorilla Valley Lodge, un très bel hébergement situé dans le secteur de Rushaga tout près du point de départ pour le trek des gorilles, ce qui était idéal puisque nous avons dû nous lever très tôt ce jour-là. Il fait partie du réseau Nature Lodges avec lequel nous avons séjourné au Parc National de Queen Elizabeth et dans la forêt de Kibale. Ce réseau offre des hébergements de charme, confortable et à des prix raisonnables (autour de 100 USD la nuit pour deux personnes).

Le lodge est construit sur le flanc d’une colline. En haut se trouve le restaurant tandis qu’en contrebas se trouve les hébergements constitués par des jolies petites maisons avec une chambre confortable et une salle de bain privative. Comme souvent en Ouganda, les lits sont équipés de moustiquaires. La terrasse est orientée vers la forêt de Bwindi. J’ai beaucoup aimé cet hébergement très paisible en lisière de forêt et idéalement placé à un petit quart d’heure de route du point de rendez-vous pour le trekking des gorilles.

Gorilla Valley Lodge
Gorilla Valley Lodge - Bwindi
Gorilla Valley Lodge - Bwindi

Réservez un hébergement près de la forêt impénétrable de Bwindi

Guide pratique du trekking Gorille en Ouganda

Quel est le prix du permis Gorille en Ouganda?

Le prix du permis Gorille est un vrai budget à prévoir en amont d’entreprendre un voyage en Afrique de l’Est. Il n’est souvent pas inclus dans les prix des agences de voyage et il faut alors s’en acquitter en supplément.

En Ouganda, le prix du permis gorille était de 600 USD. Face à la demande importante, son prix va passer à 700 USD en juillet 2020, ce qui reste encore bien plus faible qu’au Rwanda, où permis pour le trek des gorilles est à 1500 USD. Cette différence de prix s’explique par de meilleures infrastructures mais aussi une bien plus faible population de gorilles qu’en Ouganda. Cet écart de prix explique pourquoi la plupart des touristes se dirigent comme moi vers l’Ouganda. Mais même en Ouganda, le nombre de permis est très limité : il n’y a que 88 permis par jour pour la forêt de Bwindi et 8 pour le parc national de Mgahinga.

Le prix du permis gorille est un véritable budget, mais il sert :

  • à financer les campagnes de protection des gorilles dont les nombreux rangers du parc.
  • à financer des projets de développement dans les communautés situées à la frontière du parc pour qu’elles retirent un bénéfice financier du tourisme lié à l’observation des gorilles. Cela permet de lutter à la fois contre la déforestation et le braconnage. Ces projets de développement peuvent être la construction et le fonctionnement d’écoles, d’hôpitaux.

Du fait du nombre très limité de permis gorille, il est recommandé de réserver son voyage au moins 5 mois à l’avance pour être sur d’avoir une place le moment venu.

Gorille au Dos Argenté

Quelle est la difficulté du trekking des gorilles ?

Concernant la difficulté du trekking des gorilles, je n’ai pas trouvé la randonnée très difficile, mais il faut dire que nous avons finalement eu de la chance car nous n’avons presque pas eu de dénivelé. Les montées dans la forêt peuvent être très raides et dans ce cas, la difficulté est renforcée. A choisir, il faut mieux être affecté à une famille de gorilles un peu plus éloignée, mais sans trop de dénivelé. La difficulté de la randonnée est donc très variable selon les groupes et difficile à estimer de manière générale. En moyenne, j’ai l’impression qu’il faut compter entre 3 à 4h de marche en tout et une heure avec les gorilles.

D’autre part, je fais du sport régulièrement et je suis habituée à la randonnée. Mon père agé de 60 ans au moment du trek, également qui est un bon marcheur n’a eu aucun mal à faire cette randonnée. Si vous craignez un peu la difficulté de ce trek, le mieux est de faire du sport d’endurance au moins une à deux fois par semaine (marche à pied ou footing) un ou deux mois avant votre voyage, et cela devrait vous aider. Après avec l’excitation de la journée, la motivation est là pour repousser ses limites !

Où acheter le permis pour faire le trek des Gorilles ?

Malheureusement, je n’ai jamais trouvé la réponse à cette question ! J’ai cherché un peu partout, notamment sur le site internet de l’UWA (Uganda Wildlife Authority) qui gère les parcs nationaux ougandais, mais je n’ai rien trouvé. J’ai l’impression que le permis pour le trekking des gorilles ne se réserve que par des agences ou par des hôtels. Certains hôtels proposent en effet des packages qui incluent le permis gorille. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles j’ai fait le choix de passer une agence de voyage. De mon côté, je suis passée par l’Agence Les Safaris Version Julie qui proposait un tarif très intéressant avec un voyage en petit groupe d’un excellent rapport qualité/prix, et dont j’ai été extrêmement satisfaite.

Où faire le trek des Gorilles en Ouganda ?

Le trek des Gorilles se déroule principalement dans la Forêt Impénétrable de Bwindi dans laquelle 18 familles de gorilles ont été acclimatées à l’homme. Au sein de ce parc, il y a quatre zones possibles pour entreprendre ce trek : Buhoma, Ruhiga, Rushaga et Nkuringo. Il est également possible de faire le trek des gorilles dans le parc national de Mgahinga.

Quel équipement prévoir pour le trek des gorilles ?

Pour réaliser le trek des gorilles dans la forêt de Bwindi, il est important de porter des vêtements longs et couvrants, à la fois les jambes et les bras, pour éviter de se griffer avec la végétation. Je vous recommande également d’avoir de bonnes chaussures de marche, confortables, bien adhérentes et imperméables (si possible gore-tex ou équivalent). Je vous recommande également de mettre des chaussettes hautes que vous mettrez par dessus votre pantalon. Oui vous aurez un look ridicule, mais au moins cela vous évitera de vous retrouvez avec des fourmis ou des sangsues dans les jambes.

Une cape de pluie ou une veste imperméable peut être utile (éventuellement à glisser dans le sac-à-dos), car la région est très pluvieuse en toute saison.

Si vous en avez, vous pouvez prendre des gants de jardinage, ce qui permet de agripper aux branches sans se griffer, mais ce n’est pas indispensable.

Il faut également emporter avec vous de l’eau et un pique-nique, dans le cas où la marche dans la forêt serait longue. De notre côté, nous avions tous notre déjeuner avec nous, mais nous l’avons pris à la fin du trek. Vous pouvez prévoir également des en-cas facile à grignoter comme des barres de céréales (attention, il ne faut ni boire ni manger devant les gorilles donc soit vous anticiper votre en-cas soit vous patientez).

Votre appareil photo avec si possible un objectif à grande ouverture, car avec la végétation importante, la forêt est un peu sombre. Le zoom est moins important car vous serez assez près des gorilles.

femelle gorille

Attention, vous ne devez pas entreprendre le trek des Gorilles si vous êtes malade. En effet, le Gorille est une espèce très proche de l’homme et nos virus et bactéries peuvent les contaminer.

Si vous aussi êtes intéressés par faire un voyage en Ouganda, demandez un devis gratuit auprès de l’agence de voyage Evaneos pour un voyage sur-mesure avec une agence locale.

A lire aussi sur l’Ouganda

Retrouvez par ici mes autres articles sur mon voyage d’une semaine en Ouganda

Si vous avez aimé cet article, partagez-le sur Pinterest !

Tout savoir sur le trekking des gorilles dans la forêt de Bwindi en Ouganda
Tout savoir sur le trekking des gorilles dans la forêt de Bwindi en Ouganda
Tout savoir sur le trekking des gorilles dans la forêt de Bwindi en Ouganda

Cet article contient des liens affiliés. En passant par eux, vous ne payez pas plus chez mais je touche une petite commission qui permet de soutenir le blog.

10 Comments

  • Reply
    Amandine
    13 avril 2020 at 15:36

    Bonjour,
    J’ai toujours de l’appréhension pour tout ce qui concerne ces voyages organisés à la rencontre de la faune sauvage : j’ai peur du non respect des animaux et de leur lieu de vie. J’ai ainsi été déçue lorsque j’ai plongé au milieu des requins lorsque j’étais à Hawaï : ils étaient attirés avec de la nourriture fraîche et sanguinolente juste pour que les touristes puissent les voir de près. J’ai été assez dégoûtée d’en faire partie je dois dire et je me suis promis de ne plus commettre une deuxième fois cette erreur…
    Ici, ça n’a pas l’air d’être le cas et le fait de savoir que le prix est utilisé pour la conservation est d’autant plus intéressant. En grande amoureuse de la nature que je suis, ça me donne donc envie d’aller les voir! Et du coup, vu que je débarque sur le blog, je me demandais si vous auriez d’autres expériences de ce style à me conseiller ?
    En tout cas, merci pour cet article très intéressant.

    • Reply
      Mathilde
      15 avril 2020 at 08:24

      Bonjour,
      Effectivement il y a ce type de tour pour l’observation des requins qui sont très controversés. Une fois j’avais fait une excursion pour voir les baleines et je trouve que l’on s’approchait trop près ce qui était à la fois gênant pour elle et dangereux pour nous (une des baleines est passée sous notre bateau). C’est vrai que le trekking des gorilles est organisé au mieux pour à la fois satisfaire les touristes dans le respect des gorilles d’où le coût très élevé de l’excursion.
      sinon j’ai beaucoup aimé d’autres safaris que j’ai pu faire en Ouganda (Parc National de Queen Elizabeth) ou en Afrique du Sud. Globalement, je pense que les safaris sont respectueux des animaux car il est interdit de sortir de sa voiture et de sortir des routes ce qui permet de limiter la gêne. nous avons eu également de belles expériences dans les Parcs Nationaux Américains (Yellowstone et Rocky Mountains notamment) où nous avons pu voir de nombreux animaux soit en conduisant soit en randonnant.

  • Reply
    Anne Landois-Favret
    15 avril 2020 at 09:50

    Cela doit être une superbe expérience, à n’en pas douter ! J’ai été étonnée et en même temps pas, par le prix des permis. Étonnée, parce qu’en fait, je n’aurais pas su donner un prix, et pas étonnée car il y a des frais à couvrir et il faut que cela soit dissuasif pour les touristes peu respectueux de la nature et en mal de sensations fortes. Les précautions prises par les rangers me semblent tout à faire logique, et 88 personnes par jour, c’est déjà pas mal, en espérant que ça n’habitue pas trop les gorilles à l’homme. Comment fera-t-il la différence entre un ranger (ou touriste) et un braconnier ? En tout cas, merci pour cette évasion et pour cet émerveillement ! 🙂

    • Reply
      Mathilde
      15 avril 2020 at 11:48

      Les familles de gorilles qui sont habituées à l’homme ne pourront pas faire la différence entre touristes et braconniers. Le trekking des gorilles permet de protéger les touristes des braconniers car la présence des rangers est dissuasive et finalement cela créé du passage dans la forêt. Par contre c’est vrai que si un jour le tourisme s’arrête durablement (soit lié à la risque du coronavirus mais aussi si un jour la destination devient instable politiquement) cela peut représenter un vrai risque pour ces gorilles qui n’ont plus peur de l’homme. C’est pourquoi la totalité des familles gorilles n’ont pas été habituée à l’homme. Mais c’est vrai que cela fait partie des risques. Pour le moment, le tourisme a eu un impact plutôt positif sur les populations car le braconnage qui était très fréquent avant les travaux de Dian Fosey a été drastiquement réduit. On espère que cela durera ! Concernant les 88 permis c’est finalement assez peu car ceux-ci sont répartis sur 4 zones géographiques du parc heureusement!

      • Reply
        Anne Landois-Favret
        15 avril 2020 at 11:56

        C’est le risque, mais cela n’enlève rien à leur travail formidable. Les rangers sont essentiels ! Ah d’accord, je n’avais pas compris que les 88 permis étaient sur 4 parcs, effectivement, cela semble raisonnable et maîtrisé. 🙂

  • Reply
    Itinera Magica
    15 avril 2020 at 23:08

    Je suis profondément émue par les gorilles. J’en avais un jour vu un dans un zoo et cette vision m’avait choquée : je ne suis pas anti zoos, je pense qu’ils peuvent être utiles à la conservation et ont un travail pédagogique utile, mais voir ce gorille tellement humain, aux attitudes, aux gestes, aux expressions, aux réactions tellement proches des nôtres exposé en cage même spacieuse m’avait terriblement remuée et choquée, et j’avais l’impression d’assister à quelque chose de sacrilège, d’interdit. Leurs regards, leurs visages, tout est tellement… familier. Les voir dans leur milieu naturel en aidant à oeuvrer à leur préservation en finançant les programmes anti braconnage me plairait beaucoup plus. J’imagine ton émotion. Merci pour ce beau récit détaillé, j’ai lu avec une grande attention, j’étais avec toi dans la forêt ougandaise !

    • Reply
      Mathilde
      16 avril 2020 at 09:27

      Je ne sais pas trop quoi penser des zoos. Avant d’avoir la chance d’aller observer les animaux dans leur milieu naturel, j’aimais beaucoup y aller, mais maintenant je trouve cela sans intérêt et surtout après avoir eu la chance d’observer les animaux (que ce soit les gorilles ou autres) dans leur milieu naturel, je me suis rendue compte la dernière fois que je suis allée dans un zoo en Australie que cela avait perdu son intérêt à mes yeux et que surtout les comportements des animaux n’étaient pas du tout les mêmes que ceux dans la nature. Après je pense que cela dépend à la fois pas mal des zoos (notamment certains parcs animaliers ont des enclos un peu plus adaptés que d’autres) et aux espèces qui semblent vivre plus ou moins bien la captivité. Il y a des parcs qui font vraiment du bon travail avec des vrais programmes de sauvegarde et d’autres ou c’est juste une caution. Mais pour les grands singes c’est trop triste (mon pire souvenir ce sont les orang-outangs de la ménagerie du jardin des plantes – pour moi ce zoo est d’une tristesse infinie… d’un autre siècle c’est le cas de le dire…)

  • Reply
    Sophie
    16 avril 2020 at 23:50

    C’est un de mes reves de voyage, j’espère pouvoir le faire avant de devenir trop vieille pour ce genre de voyage 🙂
    Mais, j’y crois.
    Merci pour tous tes conseils avisés.

  • Reply
    Estelle
    18 avril 2020 at 20:20

    Wouah quelle expérience émouvante ça a dû être de rencontrer ces deux gorilles. Ils sont tellement expressifs et ils nous ressemblent tellement. J’adore le fait de devoir faire un trek dans la jungle pour pouvoir accéder à ça. L’Ouganda ça fait clairement partie des « voyages de rêve ».

    • Reply
      Mathilde
      19 avril 2020 at 08:21

      Oui ils sont vraiment étonnant ! C’était incroyable ! C’est clair que l’Ouganda est un voyage de rêve (je l’ajouterais dans la rubrique de ma page d’accueil ^^)

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.