Alice Springs, petite ville de 20 000 habitants en plein centre centre de l’Australie est bien souvent une étape incontournable, point de départ pour découvrir l’Outback australien. La ville en elle même n’est pas exceptionnelle et ne mérite pas que l’on s’y attarde trop longtemps. Néanmoins, comme les départs des excursions pour le désert partent tôt le matin pour s’achever en milieu d’après-midi ou fin de journée, vous aurez surement un peu de temps à passer à Alice. Dans cet article je vous donne quelques idées de choses à faire et à voir à Alice Springs.

 

Que voir à Alice Springs ?

Autant vous le dire tout de suite : je n’ai pas aimé Alice Springs. J’ai trouvé la ville plutôt désagréable. Il se trouve que je m’y arrivé un dimanche de janvier, en pleine période creuse. Les habitants fuient la chaleur de la ville, tandis que peu de touristes visitent le Centre Rouge du fait des températures extrêmes. Ainsi, de nombreuses boutiques étaient fermées et le centre-ville complétement mort. Seule la population aborigène reste toute l’année. Malheureusement, une importante part des aborigènes vivant à Alice Springs, souffrent de problème d’alcoolisme. Ils ont été chassés de leur communauté et vivotent comme ils peuvent. Si en journée il n’y a pas trop de problème d’insécurité, il est recommandé d’éviter de se balader la nuit à Alice. Même s’il ne met rien arrivée, je dois me reconnaître que je ne me sentais pas à l’aise dans les rues du centre-ville, même de jour, et je limitais autant que possible de montrer mon appareil photo que je rangeais entre chaque cliché. Malgré tout, il y a des choses à voir à Alice pour s’occuper une journée ou deux.

J’y ai passé une matinée avant de reprendre mon avion au retour de mon excursion et les commerces étaient ouverts, le rue un peu plus animée. Du coup, j’ai nettement mieux apprécié ma seconde balade. J’ai pu admirer les nombreuses galeries d’art aborigène et dévaliser la librairie australienne.

Rue pietonne dans le centre-ville d'Alice Springs

Du Street-Art

Heureusement que le street art est là pour redonner des couleurs au centre-ville tristounet d’Alice Springs. Alice Springs ressemble à ces villes américaines étalées et sans charme. Les zones commerciales et les parkings s’alignent en plein centre-ville. Aucun bâtiment de dépasse deux étages. Marcher dans les rues d’Alice n’est pas l’activité la plus réjouissante du monde, surtout quand il fait une chaleur écrasante. Sans ces fresques, ces immenses parkings seraient vraiment lugubres. Côté Street Art c’est donc une belle surprise, les murs de parpaings ne manquent pas et la plupart ont été décorés par des artistes talentueux.

Street Art sur le parking à Alice Springs

Fresque street art avec dingos - Alice Springs
Street art - Alice Springs - Australie

 

Quelques “maisons historiques”

Au delà des centres-commerciaux du centre-ville, on découvre quelques maisons historiques en bois, qui donnent des allures un peu “Far West” à la ville. Ces maisons ne sont pas si anciennes, puisque le développement d’Alice Springs date du début des années 1930s. La ville a été construite au beau milieu de nulle part pour le développement de la ligne de télégraphe dont je vous parle plus bas.

maison historique en bois dans le centre d'Alice Springs
maison historique en bois dans le centre d'Alice Springs

 

Le Reptile Center : une visite par défaut

A l’origine, je voulais profiter de mon premier après-midi à Alice Springs pour visiter le Desert Park qui permet de découvrir de nombreuses espèces animales du désert. Malheureusement celui-ci est excentré et je n’ai pas trouvé de moyen de transport pour m’y rendre. Le bus ne fonctionne pas en janvier et le seul loueur de vélo fermé le dimanche (soit pile le jour où j’étais là en fait).

Après l’échec du Désert Park, j’ai voulu me rendre au Pioneer Women Hall of Fame, un musée dédié à l’histoire des femmes pionnières venant s’installer dans l’Outback Australien. Un sujet qui me passionne. Venir s’installer dans un milieu aussi hostile à une époque où les voitures n’existaient pas était une véritable aventure. Malheureusement pour moi, ce fût un second échec : le musée était fermé pour congés annuels ! C’est par dépit, que je me décide à visiter le Reptile Center, un espace dédié aux serpents, lézard et geckos de toutes sortes, situé juste en face.

Le Reptile Center est “le plus grand centre des reptiles du North Territory” mais autant vous le dire tout de suite : cela ne casse pas trop pattes à un canard. Bref, ne vous attendez pas à grand chose d’exceptionnel. La visite est rapide.

Le centre est constitué de trois petites salles intérieures : la première, plongée dans l’obscurité dédiée aux geckos et deux autres dédiées aux serpents. La visite se poursuit  en extérieur pour découvrir des lézards et un malheureux crocodile capturé dans le port de Darwin. Si je ne doute pas que les employés s’occupent au mieux de leurs pensionnaires, le Reptile Center m’a semblé vieillot et tristounet. Les animaux m’ont fait de la peine (surtout le crocodile) dans leurs minuscules terrariums.

Après une visite en solo, j’ai rejoins la visite guidée. Le guide avait un accent à couper au couteau alors je n’ai pas compris grand chose. Heureusement, ses explications étaient souvent accompagnées de gestes. Ils nous a notamment expliqué les gestes à adopter en cas de morsure par un serpent venimeux (immobiliser le membre de manière à éviter la propagation du venin dans le corps et appeler les secours). A la fin de la visite, il nous propose de porter un serpent pour poser en photo.

Visite du Reptile Center à Alice Springs

 

Visite du jardin botanique aride

Après la déception du Reptile Center, je me rend au jardin botanique aride d’Alice Springs. En temps normal, l’accès est payant, mais comme l’accueil est en congé annuel, j’entre gratuitement. Le seul intérêt de ce jardin botanique pour moi est de grimper au point de vue qui permet de découvrir un panorama sur toute la ville jusqu’à la faille d’Halls Gap. J’étais toute seule dans le jardin aussi j’ai eu la chance de voir un goanna (une sorte de varan) et un kangourou. Appartement, il y a souvent des kangourous qui se baladent à proximité du café car il arrive que les visiteurs les nourrissent (bien que cela soit très déconseillé, notre nourriture pouvant les rendre malade).

Jardin Botanique d'Alice Springs

Goanna dans le jardin botanique d'Alice Springs
Kangourou dans le jardin botanique d'Alice Springs

 

Panorama sur Alice Springs

 

Old Telegraph Station

Au retour de mon excursion dans le désert, j’avais encore un peu de temps à passer à Alice Springs. Aussi, j’ai décidé de me rendre jusqu’à la station de télégraphe située à 45 min de marche au nord de la ville (3 km du YHA). La balade le long de le lit de la rivière Todd, une rivière asséchée, est plutôt agréable. La station de télégraphe peut se visiter chaque jour au cours d’une visite guidée, mais il est également possible de faire le tour des lieux librement (et dans ce cas la visite est gratuite). Il est également possible de visiter le musée, mais celui-ci était déjà fermé lorsque je suis arrivée. Je n’avais pas d’attente sur cet endroit, mais finalement ce lieu et son histoire m’ont passionné. Comme je vous le disais plus haut, la vie des premiers colons dans l’Outback australien me fascine. Et il se trouve que la station de télégraphe d’Alice Springs a un rôle historique majeure puisque la ville d’Alice n’existe qu’à cause de cette station. En effet, pour relier l’Australie au reste du monde, une ligne de télégraphe fût construit à la fin du XIXème siècle, traversant l’Australie de Darwin à Adélaïde. Malheureusement, j’y suis allée un peu tard dans l’après-midi et j’ai du rentrer avant la fin de ma visite pour ne pas marcher dans la nuit (le chemin qui relie la station à Alice n’est pas éclairé).

Old Telegraph Station
Retrouvez les informations pratiques mises à jour sur le site internet d’Alice Springs Telegraph Station

 

Je suis rentrée trop tard à Alice pour grimper au sommet de la colline de l’ANZAC depuis laquelle on a une vue panoramique sur toute la ville. Il m’avait été recommandé d’y aller pour le coucher du soleil, mais j’ai trop trainé à la station de télégraphe. Tant pis, on ne peut pas tout faire !

 

Shopping à Alice

J’ai consacrée ma dernière matinée à Alice à faire un peu de shopping dans le centre-ville d’Alice. Je n’avais que quelques heures devant moi, juste le temps de bruncher et de visiter les nombreuses galeries d’Art Aborigène. La rue commerçante principale est Todd Mall. Ce n’est pas immense, une heure suffit largement pour faire le tour de toutes les boutiques. Voici quelques boutiques que je vous recommande :

  • Librairie Red Kangourou Books : une petite librairie spécialisée dans les livres australiens (romans, essais, histoire…). Tout est en anglais, mais si vous cherchez un livre ou deux pour votre voyage ou pratiquer votre anglais de retour à la maison c’est la bonne adresse. La libraire pourra vous aider pour choisir les livres (notamment si comme moi vous cherchez plutôt des livres faciles à lire)
  • Galerie Papunya Tuna Artist : la communauté aborigène de Papunya, situé à 240 km d’Alice Springs, fût la première communauté à créer une version d’Art Aborigène à destination des galeries et des touristes au début des années 1970. Aujourd’hui, cette communauté est reconnue à l’échelle internationale. Les œuvres de ces artistes sont exposées dans le monde entier. Ici vous trouverez le meilleur de la peinture aborigène mais aussi les toiles les plus chères (entre 500 et 2000 AUD). Pour un souvenir plus accessible, il faudra se tourner vers les autres galeries d’Alice. Personnellement, cette galerie reste ma préférée car je préfère les œuvres aux tons ocres très présentes dans le style de cette communauté, que les œuvres très colorées que l’on trouve dans les autres galeries.
  • Mbantua Aboriginal Art Gallery : également sur Todd Modd, cette galerie propose de l’Art Aborigène à destination des touristes. Vous pourrez trouver des oeuvres à partir de 150 AUD.

 

Où manger à Alice Springs ?

Malheureusement, suite à une mauvaise manipulation de mon téléphone portable, j’ai perdu toutes mes photos de la fin de mon voyage en Australie et presque toutes celles de la Nouvelle Zélande. J’ai ainsi perdu toute les photos de restaurant et des plats que j’ai pu manger. C’est pourquoi je ne pourrais malheureusement pas illustrer ce paragraphe comme je l’aurais voulu. Néanmoins, j’ai quand même souhaité partager avec vous mes bonnes adresses à Alice Springs !

  • Café Page 27, situé dans une galerie étroite perpendiculaire à Todd Mall, le Café Page 27 est l’une des meilleures d’Alice pour prendre un bon brunch, dans une atmosphère un peu hispters. Les murs du restaurant ont été décoré par des artistes de street art. Les assiettes sont généreuses et les produits sont bon et savoureux.
  • Café Uccello, est un café situé sur Todd Mall dans lequel j’ai pris un léger repas le jour de mon arrivée. Je l’ai découvert un peu par hasard : il avait le mérite d’être le seul café ouvert après 12h le dimanche ! Néanmoins c’est aussi une bonne adresse pour manger sur le pouce dans une ambiance girly et rose poudré
  • Loco Burito est une bonne adresse pour se restaurer sur le pouce. Le restaurant propose une cuisine mexicaine à manger sur place ou à emporter. C’est très peu cher (autour de 12 AUD) et très savoureux.
  • Uncle Edy’s Ice Cream en tant qu’addict de la crème glacée, je ne pouvais pas passer à côté du meilleur glacier d’Alice Springs. Après avoir pris un burito, je me suis donc tournée vers la boutique Uncle Edy pour le dessert. J’ai trouvé que les glaces étaient bonnes et onctueuses mais malheureusement un peu chimique et à vrai dire je m’attendais à mieux. Néanmoins, un peu de fraicheur ne se refuse pas !

 

Où Dormir à Alice Springs ?

J’ai séjourné deux nuits (une avant et une après mon excursion dans le centre rouge) à l’hostel Alice Springs YHA. Cet hostel est idéalement placé dans le centre-ville d’Alice Springs et gros avantage, à l’angle de la rue d’où partent les excursions matinales pour le Centre Rouge (nous avions rendez-vous à 6h du matin !). Les transports en commun ne sont pas le point fort de cette ville, donc clairement c’est un plus d’être à côté sinon il faut prévoir le taxi ou voir avec l’organisme qui organise l’excursion s’il peut faire un détour par votre hôtel.

A part une déco peut être peu vieillotte, je n’ai rien à redire. Cet hostel possède quelques gros points forts comme une petite piscine, qui permet de se rafraichir. En janvier, ce n’était pas du luxe ! Les gens à l’accueil sont très sympas et pourront vous conseillez pour trouver des choses à faire à Alice. C’est grâce à eux par exemple que je suis allée faire un tour à Old Telegraph Station. J’ai dormi dans un dortoir de 4 personnes que j’ai réservé avec mon ePack (le plan le plus économique pour séjourner dans le réseau YHA en Australie : on fait des économies et on dort dans les dortoirs les plus petits des YHA). L’hostel possède également des dortoirs de 6 ou de 8 ainsi que des chambres doubles et des chambres familiales.

On m’a souvent demandé comment je faisais mes lessives lors de mon grand voyage. En fait c’est simple, toutes les auberges YHA ont des laveries. Pour 8-10 AUD on peut laver et faire sécher son linge à la laverie des YHA, donc c’est super pratique.

Alice Springs YHA

Réservez un hôtel à Alice Springs avec Booking

 

Comment venir à Alice Springs ?

Alice Springs étant située au beau milieu de l’Australie, le meilleur moyen pour rejoindre cette ville est de prendre un vol interne avec une compagnie australienne (Jetstart ou Qantas).

Trouvez le meilleur vol pour Alice Springs avec Skyscanner

Une fois arrivée à l’aéroport, vous pouvez rejoindre le centre-ville avec une navette ou un taxi. A l’aller j’ai partagé un taxi avec 4 autres personnes en pensant faire des économies par rapport à la navette, mais je suis maintenant sure que le taxi m’a arnaqué car il a profité du fait que je ne le comprenais pas bien pour me faire payer 30 AUD (sauf que d’après le site de l’aéroport c’est le prix de la course pour rejoindre le centre-ville, j’étais la dernière à descendre et les autres avait déjà payé pour un montant de plus de 30 AUD). J’étais quasiment sur que la dernière personne à descendre du taxi m’a dit c’est bon j’ai payé pour toi, mais elle était déjà partie quand je suis descendue à mon tour…

Bref au retour j’ai décidé de prendre la navette. Elle se réserve directement au YHA. Comme il y a peu d’avions qui desservent Alice, les navettes sont calées sur les départs et arrivées des vols. Il n’y a donc pas de stress, on dit quel vol on prend et on a une place dans la navette qui correspond. La navette fait ensuite le tour des hôtels avant d’arriver à l’aéroport. Le trajet coûte dans les 15 AUD par personne.

 

Si vous avez aimé cet article, partagez le sur Pinterest !

Que faire et que voir à Alice Springs dans le Territoire du Nord en Australie ?