street art rue Emile Deslandres

Il est de ces quartiers parisiens, un peu hors du temps, hors de l’agitation ambiante, que l’on aimerait garder secret, afin qu’ils perdurent ainsi pour toujours.

Derrière la place d’Italie et le centre commercial Italie 2, se cache la Butte aux Cailles un petit quartier bucolique au charme discret. Dans ces ruelles, on alterne entre des ruelles où l’on se croirait à la campagne, et des immeubles où les façades permettent l’expression d’un street art revendicateur et politiquement engagé, comme par exemple cette fresque anti-hadopi .

street art anti hadopi à la Butte aux Cailles

Car le quartier de la Butte aux Cailles, est aussi un quartier où l’art est très vivant. De nombreux ateliers d’artistes y ont élus domiciles. Il est possible de les visiter chaque année, le 2° week end de juin, lors des portes ouvertes organisées par l’association Lézard de la Bièvre.

La Butte aux Cailles, calme en journée, s’anime le soir et les week-end. La rue de la Butte aux Cailles abrite son lot de bars à l’ambiance chaleureuse – populaire et bobo à la fois – et aux prix relativement bon marché !

street art Butte aux cailles La musique adoucit les murs
street art butte aux cailles

street art passage Boiton

la taverne de la Butte aux Cailles

street art zone sur écoute la butte aux cailles
street art rue Alphand

fresque street art Zabou

street art en lichen
street art tous égo dans l'art

 

La Butte aux Cailles côté village

Il faut s’écarter des axes principaux qui forge la structure de Paris pour découvrir des petites merveilles. Le 14° et le 13° sont mes terrains de jeux, là où je me balade le plus souvent. Pourtant, 90% du temps, je reste sur les axes principaux, sur ces fameux grands boulevards qui dessinent la capitale. Pourtant, dès que l’on se perd dans les petites rues, on découvre des endroits magiques !

Un exemple ? Le lotissement de la Petite Alsace, avec ses jolies maisons à colombages :

La Petite Alsace au coeur de Paris

Ou encore, juste en face la Villa Daviel, minuscule impasse de 115 m, difficile de réaliser que l’on est encore dans Paris. Les petites maisons bucoliques s’alignent les unes contre les autres. Ces maisons, qui ne payent pas de mine, doivent valoir des millions… Mais qui ne rêverait pas d’habiter ici? En tout cas, une chose est sure, si je gagne au loto, c’est ici que je m’installe !

villa Daviel
une maison de la villa Daviel

villa Daviel

villa Daviel