France Hauts-de-France

Le Circuit du Souvenir dans la Somme : le guide pratique pour visiter les sites de mémoire de la guerre 1914-1918

Cimetiere du CWGC de la premiere guerre mondiale dans la Somme

Moins connue des Français que la Bataille de Verdun qui fut un duel franco-allemand, la bataille de la Somme en 1916 fût l’une des plus meurtrières mais aussi l’une des plus internationales de la Première Guerre Mondiale. Entre les troupes britanniques, des alliés du Commonwealth et de l’ex-empire colonial français, on dénombre plus d’une vingtaine de nationalités différentes sur les champs de bataille.

Dans cet article, je vous propose de découvrir, en suivant l’itinéraire balisé du Circuit du Souvenir, les principaux sites de mémoire de la Première Guerre Mondiale dans la Somme.

C’est un circuit balisé pour être réalisé en voiture, toutefois pour ma part je l’ai réalisé à vélo de gravel en réalisant parfois quelques alternatives pour éviter des portions de route trop passantes que j’ai remplacé par des petites routes voire des chemins de ferme non revêtus.

Disclaimer : cet article est l’issu d’une collaboration commerciale rémunérée avec Somme Tourisme. Néanmoins, je reste libre de la ligne éditoriale et les avis exprimés dans cet article sont les miens. Cet article peut contenir des liens affiliés. En réservant par eux, vous ne payez pas plus cher et je touche une petite commission qui permet de soutenir le blog.

Que voir sur l’itinéraire du Circuit du Souvenir dans la Somme ?

Le Circuit du Souvenir est un itinéraire de 92 km qui relie les principaux musées et sites de mémoire de la bataille de la Somme dont l’essentiel s’est déroulé pendant l’année 1916 avec une seconde offensive en 1918. Ce circuit balisé s’étend entre Péronne et Albert.

La bataille de la Somme entre juillet et novembre 1916 fût l’une des plus terribles de la Première Guerre Mondiale pour des gains territoriaux presque inexistants. En effet, en quatre mois et demi de combat et plus de 1 200 000 hommes blessés ou tués (pour un effectif total de 3 000 000 de soldats), les lignes de front ne bougèrent que d’une douzaine de kilomètre à peine ! Les objectifs militaires sont loin d’être atteint et finalement les lignes de front n’évoluèrent qu’en 1917 avec le repli stratégique volontaire des troupes allemandes sur la « ligne Hindenburg » dans le but de rétrécir la longueur de la ligne de front.

Aujourd’hui, sur le circuit du Souvenir, on découvre de nombreux musées et sites de mémoire rendant hommage à tous ces jeunes hommes qui ont sacrifié leur vie pour rien ou presque. Que ce soit sur le front de la France et de ses Alliées ou de celui des Allemands, la Première Guerre Mondiale – comme toutes les guerres n’est qu’un immense gâchis de vies humaines, de destins et de familles brisées. Il est important – et malheureusement l’actualité nous le rappelle encore – de faire ce travail de mémoire pour construire une paix durable.

Visite de l’historial de Péronne

Pour commencer votre séjour dans la Somme sur les traces de la Première Guerre Mondiale, je vous recommande la visite de l’Historial de Péronne, un très bon musée pour introduire la thématique. Pour rejoindre Péronne, j’ai tout simplement suivi la véloroute de la Vallée de la Somme depuis Amiens, un itinéraire bucolique de 60 km à l’écart de la circulation automobile et entièrement plat.

Le Musée de l’Historial a été construit dans l’enceinte de l’ancienne forteresse médiévale de Péronne, avec l’insertion d’un bâtiment moderne.

L’Historial de Péronne ne porte pas uniquement sur la Bataille de la Somme, mais sur toute la période de la Première Guerre Mondiale depuis l’assassinat de l’Archiduc d’Autriche François-Ferdinand à Sarajevo et permet de bien comprendre comment le jeu d’alliance a pu conduire en un mois à peine à une guerre entre la plupart des pays d’Europe.

visiter l'historial de Peronne

La muséographie de l’Historial de Péronne, tâche de présenter l’ensemble des principaux pays belligérants sur le Front Ouest : Allemagne, Empire Britannique et France de manière neutre et factuelle, sans prendre le parti d’un pays ou d’un autre – c’est assez rare pour un musée portant sur la Guerre pour être souligné !

Une vidéo introductive d’une vingtaine de minutes très bien faite présente un rappel général de l’histoire de la Première Guerre Mondiale depuis les germes du conflit jusqu’à l’armistice du 11 novembre 1918.

On enchaine ensuite avec la visite du musée organisée en plusieurs salles offrant une présentation chronologique du conflit. Au centre des pièces sont représentés les uniformes et les équipements des différentes nations prenant part au conflit ainsi que leurs armes. Cette partie représente les tranchées et le front.

Au niveau des murs de la salle, sont abordées différentes thématiques qui concernent plus largement la population à l’arrière dans les différents pays. Différents niveaux permettent de comparer comment ses thématiques étaient traitées dans chaque nation comme : le travail des femmes à l’arrière, les volontaires, la souscription, les prisonniers de guerre…

équipement soldat francais de la premiere guerre mondiale
équipement soldat allemand de la premiere guerre mondiale
visite de l'historial de Péronne

Le parcours de visite de l’Historial se termine par l’œuvre Der Krieg, du soldat allemand – et artiste – Otto Dix. Il s’agit d’une série de 50 eaux fortes représentant les horreurs de la guerre et des scènes qui l’ont particulièrement traumatisées. N’oublions pas que les soldats allemands ont également payé un lourd tribut humain durant cette guerre. Comme de nombreux soldats, Otto Dix revient du front traumatisé par son expérience, revivant dans ses cauchemars des scènes particulièrement violentes. Il a souhaité par cette œuvre essayer de se débarrasser de ses traumatismes enfouis au plus profond de lui, mais aussi alerter ses compatriotes des horreurs de la guerre afin d’éviter un nouveau conflit.

Otto Dix fût considéré comme un « artiste dégénéré » par le régime nazi qui brula une partie de son œuvre. La collection de l’Historial de Péronne est ainsi très précieuse.

L’Historial de Péronne a récemment acquis une 51ème eau forte qui avait été écartée de la collection initiale : la scène de viol d’une religieuse par un soldat allemand qu’elle représente ayant été jugée trop choquante par son éditeur.

La collection d'eau forte der Krieg d'Otto Dix à l'historial de Peronne

Clairement une visite passionnante que je vous recommande de faire plutôt au début de votre séjour dans la Somme pour avoir un rappel complet sur les enjeux de la première Guerre Mondiale.

Informations pratiques pour visiter l’Historial de Péronne

Horaires : octobre à mars : ouvert tous les jours sauf le mercredi de 9h30 – 17h / avril à septembre : ouvert tous les jours de 9h30 – 18h
Dernière entrée 45 minutes avant la fermeture
Prévoir environ 2h à 2h30 pour la visite

Tarifs : Adulte : 10 €, Enfant de 7 à 16 ans : 5€, gratuit pour les enfants de moins de 7 ans
Billet couplé avec l’Historial de Thiepval : Adulte : 12 €, Enfant de 7 à 16 ans : 6€, gratuit pour les enfants de moins de 7 ans

Où manger à Péronne ?

Je vous recommande deux adresses de restaurant que j’ai pu tester à Péronne :

  • Aux Gars du Nord : une brasserie proposant des spécialités du Nord de la France et des plats de type bistrot (burger)
  • Le Méditerranée : un restaurant marocain proposant des excellents couscous, ainsi que d’autres plats de cuisine marocaine, pour un très bon rapport qualité-prix.

La Chapelle du Souvenir Français à Rancourt

Peu de soldats français sont intervenus dans la bataille de la Somme. En effet, ceux-ci étaient déjà largement déployés au niveau de Verdun. Néanmoins, un bataillon français intervient en septembre 1916 dans le cadre d’une opération militaire ayant pour but de rompre au niveau de Rancourt la route de communication entre Bapaume et Péronne.

En leur mémoire, la Chapelle du Souvenir Français fût érigée à Rancourt sur la base d’une initiative privée d’une famille originaire de la région à la mémoire de leur fils et de ses camarades morts au combat. Il s’agit de la principale nécropole française de la Somme.

la chapelle du souvenir dans la Somme

Le mémorial Sud Africain du Bois Delville à Longueval

A Longueval, je vous conseille de vous arrêter au Mémorial Sud Africain du Bois Delville qui rend hommage au bataillon Sud Africain qui se battit pour la défense du bois. Après les combats, il ne restait plus rien ou presque – un seul arbre protégé par des petites barrières a survécu au conflit. Le bois que l’on peut admirer aujourd’hui fût replanté dans les années 1920s en même temps que la construction du mémorial.

Je vous invite à faire un tour dans le bois pour découvrir les traces des combats avec les impacts des obus et les traces des tranchées, des cicatrices encore présentes qui témoignent de la violence des combats datant de plus d’un siècle.

Comme de nombreuses troupes sur le front de la Somme, les troupes sud africaines payèrent un lourd tribut à l’été 1916 avec seulement 780 hommes valides après seulement 5 nuits et 6 jours de combats sur un effectif initial de plus de 3000 hommes.

A ce mémorial a été ajouté un mur du souvenir en 2016 à l’occasion du Centenaire, présentant tous les noms des soldats Sud-Africains, classé par ordre alphabétique, sans distinction d’origine ou de couleur de peau.

A côté de ce mémorial, se trouve un petit musée dédié à cette bataille et à l’engagement des troupes Sud-Africaine durant le conflit, mais celui-ci était fermé lors de ma visite.

le mémorial Sud Africain du Bois Delville à Longueval
le seul arbre ayant survécu aux combats dans le Bois Delville
reste de tranchée dans le Bois Delville

Le Cimetière Allemand de Fricourt

Non loin de là, à Fricourt, se trouve le Cimetière Allemand où reposent plus de 17 000 soldats. Contrairement aux cimetières du Commonwealth, ce cimetière est très simple. Les plaques en marbre blanc sont ici remplacées par des croix noires d’une grande sobriété.

Ce cimetière a accueilli brièvement la sépulture du pilote allemand Manfred von Richthofen, l’as des as plus connu sous le surnom du Baron Rouge. Son corps fut transféré quelques années après la fin de la guerre à Berlin avant d’être définitivement enterré à Wiesbaden.

le cimetière allemand de Fricourt

Pozières : mémorial Australien et cimetière britannique

A mi-chemin entre Longueval et Thiepval, se trouve le village de Pozières, un village martyr de la Première Guerre Mondial situé en plein sur la ligne de front.

Ce village était en effet situé sur une ligne de crète et défendu par des blockhaus Allemands (une de ces installations est encore visible, un peu cachée dans les broussailles) en face du mémorial de la Première Division Australienne.

Les combats au niveau du village de Pozières furent terribles, au point qu’en 1916, le village fut totalement détruit.

le Mémorial Australien de Pozières

A la sortie du village de Pozières, on peut également visiter un important cimetière britannique dédié aux pertes de la Seconde bataille de la Somme qui s’est déroulée en 1918. Dans ce cimetière, 2 700 soldats sont enterrés. Les noms de 14 000 soldats supplémentaires n’ayant pas de sépultures connues sont inscrits dans la pierre des murs.

cimetière britannique de Pozières

Attention si vous réalisez ce voyage comme moi à vélo : la route D929 est très fréquentée et notamment par des poids lourds. Le tronçon est court (500 m depuis la sortie du village puis 500 m pour rejoindre la bifurcation pour une route plus calme) mais dangereux.

Je vous déconseille de faire cet arrêt si vous n’êtes pas habitués au vélo et encore plus si vous êtes en famille car il n’y a pas moyen de joindre le cimetière autrement – à moins de rouler dans l’herbe le long de la route. Google Maps présente l’existence d’une route ou d’un chemin permettant de contourner le cimetière par derrière, mais une fois sur place je n’ai rien vu de tel.

Le cratère de Lochnagar : le trou de mine de La Boisselle

Tout près du village de la Boisselle, on découvre un étonnant cratère. Non, il n’y a pas de volcanisme dans la Somme ! Ce cratère n’a absolument rien de naturel et c’est une cicatrice d’un épisode de la guerre de 1914-1918 : la guerre des mines.

Afin de préparer l’assaut du 1er Juillet 1916, les troupes alliées avaient entrepris un travail de sape de plusieurs mois, creusant un tunnel depuis le village de la Boisselle, mais aussi à d’autres endroits du territoire, pour les bourrer d’explosifs. Les hommes mirent le feu aux poudres le 1er Juillet 1916 à 7h28 lançant le signal de la Bataille de la Somme.

Un second cratère fût créé par une explosion similaire au même moment à proximité du mémorial de Beaumont-Hamel. Ces explosions avaient pour but de faire diversion et de faciliter l’assaut des troupes alliées en direction des tranchées allemandes. Malheureusement, cette stratégie fût un échec criant, la quasi totalité des soldats de l’assaut furent tués ou blessés sur le no man’s land à seulement quelques dizaines de mètre de leur point de départ.

Au 2 juillet, on constate déjà les pertes énormes de cet assaut : 58 000 hommes dont 20 000 tués, tandis que les autres sont blessés ou fait prisonniers. Jamais les troupes britanniques du Commonwealth n’avait connu une telle catastrophe militaire.

Aujourd’hui, le trou de la mine de la Boisselle, renommé en mémoire des mineurs gallois responsables de l’explosion, le cratère de Lochnagar, témoigne encore aujourd’hui de la violence de l’explosion : le cratère fait près de 100 de diamètre et jusqu’à 30 m de profondeur !

le cratere de Lochnagar à La Boisselle

Le Musée et le mémorial de Thiepval

Pour se rendre compte de l’ampleur de la tragédie de la Bataille de la Somme, je vous invite à vous rendre au mémorial de Thiepval. Culminant à 54 m de hauteur, il s’agit du plus grand mémorial de guerre au monde dédié aux troupes du Commonwealth.

Sur ces murs construits en briques, ont été apposées des plaques de pierre blanche de Portland sur lesquelles ont été gravés les noms des soldats disparus. Bien que le monument soit immense et porte le nom de plus de 72 000 soldats, il faut bien comprendre que ce n’est qu’une partie seulement des pertes britanniques : tous ceux dont on a pu retrouver et identifier le corps ne sont pas inscrits sur ce mémorial.

le mémorial de Thiepval
le mémorial de Thiepval dans la Somme
le mémorial de Thiepval dans la Somme
mémorial de Thiepval

A côté du mémorial de Thiepval, je vous conseille de visiter le Musée de Thiepval (billet jumelé avec l’Historial de Péronne) consacré à la Bataille de la Somme.

le musée du mémorial de Thiepval

Parmi les choses à voir dans ce musée, j’ai adoré la fresque réalisée par l’artiste Joe Sacco, qui permet de découvrir les détails de l’assaut depuis les préparatifs de l’arrière jusqu’à l’évacuation des blessés en passant bien entendu par le combat.

le musée Historial de Thiepval - fresque de Joe Sacco sur la bataille de la Somme
Fresque de Joe Sacco à l'Historial de Thiepval
avion de la Première Guerre Mondiale au Musée de Thiepval

Informations pratiques pour la visite du Musée de Thiepval

Horaires : novembre à fin février : ouvert de 9h30 à 17h tous les jours, mars à octobre : 9h30 à 18h tous les jours
Fermeture annuelle de mi décembre à mi janvier

Tarif : Entrée libre et gratuite au mémorial et au centre d’accueil des visiteurs. Seul l’accès au musée est payant.
Adulte : 6 €, Enfant : 3€, gratuit pour les enfants de moins de 7 ans
Billet jumelé avec l’Historial de Péronne : Adulte : 12 €, Enfant : 6€

Possibilité de déjeuner ou de prendre un café / goûter au Cottage de Geneviève et Auguste, situé entre le centre d’accueil des visiteurs et le mémorial. Ce restaurant est ouvert tous les jours de 11h à 18h.

La Tour d’Ulster

La tour d’Ulster rend hommage aux soldats irlandais de la 36ème division d’Ulster qui fut le seul bataillon à atteindre ses objectifs lors de l’attaque du 1er Juillet 1916. Malheureusement, trop avancés, ils finirent par se retrouver entre les feux des troupes allemandes et l’artillerie britannique. Plus de 5000 hommes (soit environ 1 sur 4) furent tués, blessés ou portés disparus.

La tour érigée à l’emplacement où ces soldats ont trouvé la mort est une copie de la tour gothique du parc de Clandeboyne située près de Belfast en Irlande où les troupes s’étaient entrainées avant de rejoindre le front.

la Tour d'Ulster dans la Somme
la Tour d'Ulster dans la Somme

Informations pratiques pour la Tour d’Ulster (2023)

Horaires : ouvert tous les jours du mardi au dimanche de mars à novembre de 10h à 18h

Tarif : gratuit

Le mémorial Terre Neuvien de Beaumont-Hamel

Un des mémoriaux que j’ai préféré sur le Circuit du Souvenir est le mémorial de Beaumont-Hamel dédié aux soldats de Terre-Neuve. Si vous n’avez que peu de temps à consacrer au Circuit du souvenir, il fait pour moi partie des incontournables avec le mémorial de Thiepval.

Comme le mémorial de Vimy, près de Lens que j’ai visité il y a quelques années, ce site appartient aujourd’hui au Canada. La visite du site peut être libre ou guidée par un étudiant canadien (visite disponible en anglais ou français). Je vous recommande vraiment la visite guidée d’autant plus que celle-ci est gratuite. Pour cela, dirigez vous vers le centre d’accueil des visiteurs pour savoir quand partira la prochaine visite en français. En attendant, vous pourrez visiter le musée qui présente l’opération de la bataille de la Somme lancée le 1er Juillet 1916.

Ce mémorial est comme je le disais dédié aux soldats de Terre-Neuve, qui à l’époque de la Première Guerre Mondiale, était une contrée indépendante du Canada. Ces soldats s’engageaient volontairement pour se battre aux côtés des troupes britanniques dans le cadre du Commonwealth.

Le Mémorial de Beaumont-Hamel qui représente un caribou offre une vue panoramique sur les traces laissées il y a plus de 100 ans par la Bataille de la Somme. Les tranchées et la zone du No Man’s Land sont toujours apparentes.

La visite guidée vous permettra de découvrir comment fonctionnait le système des tranchées, les différences entre les tranchées des Alliés et les tranchées allemandes ainsi que l’organisation de l’assaut du 1er juillet. Mais ce que j’ai le plus aimé est la partie présentant l’histoire individuelle de certains soldats de Terre Neuve, ayant traversé l’Atlantique pour se battre en France. C’est encore plus touchant et terrible lorsque l’on peut mettre une image et une histoire derrière les noms gravés sur le mémorial.

Le caribou de Beaumont Hamel
anciennes tranchées et mémorial de Beaumont Hamel
 mémorial de Beaumont Hamel avec les disparus des soldats originaires de Terre Neuve

Informations pratiques pour visiter le Mémorial Terre Neuvien de Beaumont Hamel (2023)

Horaires : avril à septembre : lundi de 12h à 18h, mardi au dimanche de 10h à 18h / octobre à mars : lundi de 11h à 18h, mardi au dimanche de 9h à 17h
Fermeture annuelle du centre des visiteurs de mi-décembre à fin janvier (le site mémoriel reste ouvert)

Tarif : entièrement gratuit : libre accès au site, au centre des visiteurs et visite guidée français ou anglais gratuite.

Albert

C’est à Albert, une ville située au Nord-Est d’Amiens que se termine le Circuit du Souvenir. Il est facile de rejoindre ou de revenir d’Albert depuis Amiens grâce à une liaison TER assez fréquente et rapide.

A vélo, il est également possible de rejoindre ces deux villes à vélo en suivant la Véloroute de la Mémoire.

Albert est une ville qui mérite le détour. Détruite par les conflits de la Première Guerre Mondiale, Albert fût reconstruite – comme la plupart des villes de la Région dans un style Art Déco. Par chance, sa basilique néo-byzantine du 19ème siècle dont le style rappelle celui de Notre Dame de la Garde à Marseille ou encore la Basilique de Fourvière à Lyon fut relativement épargnée par les bombardements.

Seul le dôme fût touché par des bombardements en 1915. La statue de la Vierge Marie en or qui surplombe son sommet resta ainsi pendant plusieurs années en suspend dans le vide. Au point qu’un dicton local naquit : « La Guerre finira lorsque la Vierge tombera… » Ce dicton fut vérifié puisque la Vierge tombera en 1918 suite à des bombardements britanniques pour éviter que les allemands utilisent la tour comme vigie. Une fresque de street art illustre cette parenthèse de la Grande Guerre.

Place de l'hotel de Ville à Albert
centre-ville d'Albert dans la Somme
Gare Art Déco d'Albert
Mosaique sur le circuit du souvenir dans la Somme à la Gare d'Albert
Fresque Somme 1916 à Albert

Basilique Notre Dame de Brebières à Albert

La Basilique Notre Dame de Brebières est donc aujourd’hui l’un des monuments les plus spectaculaires d’Albert et je vous conseille vivement sa visite. Personnellement, j’aime beaucoup ce style néo byzantin très à la mode à la fin du 19ème siècle avec son style décoratif assez chargé et ses nombreuses mosaïques avec 1001 détails à admirer.

la basilique d'Albert
détail de la basilique néo byzantine à Albert
visite de l'intérieur de la basilique d'Albert
detail de mosaique de la basilique néo byzantine d'Albert

Visiter le Musée Somme 1916

Le Musée Somme 1916 à Albert est un musée très intéressant installé dans un souterrain du 13ème siècle réaménagé pendant la Seconde Guerre Mondiale en un abri anti-aérien, puis aujourd’hui en un musée sur la Bataille de la Somme.

C’est un musée qui plaira sûrement aux enfants grâce aux reconstitutions de scènes historiques permettant d’illustrer la vie quotidienne dans les tranchées où les soldats devaient lutter contre l’ennemi, mais le plus souvent avec les difficiles conditions climatiques : le froid, la pluie, la boue… auxquelles s’ajoutaient des conditions d’hygiène déplorables (poux, puces, rats attirés par les cadavres…).

Dans des vitrines sont également exposés les objets du quotidien de la vie des soldats : les armes de toutes sortes bien sur mais aussi les masques à gaz, leur barda, leurs objets personnels…

Albert Musée Somme 1916
Musée 1916 dans les souterrains de la Seconde Guerre Mondiale à Albert
collection de masque à gaz de la premiere guerre mondiale
journaux de l'époque de la Premiere Guerre Mondiale - Musée Somme 1916 à Albert
équipement personnel et kit d'hygiène des poilus
musée Somme 1916 à Albert

Informations pratiques pour la visite du Musée Somme 1916 (2023)

Horaires : ouvert tous les jours de fin janvier à mi-décembre de 9h à 18h

Tarif : Adulte : 7.50 €, Enfant : 4.50€, gratuit pour les enfants de moins de 6 ans

Où manger à Albert ?

La plupart des restaurants d’Albert se trouvent sur la petite place située en face de la basilique. C’est un lieu particulièrement agréable en été avec les terrasses en profitant de la vue sur la basilique.

Pour ma part, j’ai diné au restaurant Le Bistrot, que je vous recommande. J’ai découvert la ficelle picarde, une spécialité de la région. Il s’agit d’une crêpe fourrée aux champignons, au fromage et au jambon, le tout gratiné au four et servi avec des frites. Un régal !

Le mémorial gallois de Mametz

Dans les champs non loin du village de Mametz, au niveau du « saillant de Fricourt », se dresse depuis juillet 1987 un fier dragon rouge tenant dans ses griffes des fils de fer barbelé. Ce monument rend hommage à la 7ème division britannique et à ses soldats originaires du Pays de Galles qui combattirent vaillamment au niveau du bois de Mametz en juillet 1916 et qui comme la plupart des bataillons subirent de nombreuses pertes.

le Dragon du mémorial Gallois de Mametz

D’autres sites de mémoire à visiter dans la Somme à proximité du Circuit du Souvenir

Pour continuer votre voyage dans la Somme sur les traces de la Grande Guerre, je vous invite à découvrir deux lieux complémentaires situés un peu à l’écart du Circuit du Souvenir.

La cité souterraine de Naours

La Cité souterraine de Naours est une curiosité à découvrir au Nord d’Amiens. Il s’agit d’une ancienne carrière de pierre, qui avait été aménagée en même temps par les habitants du village comme refuge pour se protéger durant les nombreuses attaques fréquentes à cette époque dans le Nord de la France. Cette cité fût utilisée depuis le Moyen Age jusqu’au 17ème siècle.

Cette cité souterraine située à l’écart de la ligne du front de la Première Guerre Mondiale était déjà une curiosité touristique que les soldats venaient visiter sur leurs journées de repos. Plus de 3000 graffitis témoignent de leur passage.

Cette visite se fait aujourd’hui soit en mode audioguidée, soit en visite guidée. Pour ma part, j’ai pu la visiter avec l’audioguide. Cela permet d’évoluer à son rythme dans les différents espaces de la cité souterraine.

La Cité souterraine de Naours est un vrai labyrinthe et seule une petite partie est ouverte à la visite. Elle pouvait abriter des milliers de villageois grâce à ses 300 chambres. Oubliée après le 17ème siècle, elle fut redécouverte en 1887 par l’abbé Danicourt.

La visite permet de découvrir les astuces qui permettaient d’assurer la sécurité des villageois : exutoire de cheminée dévié afin de diriger des fumées vers une maison en surface, piège à cailloux pour identifier la présence d’étranger par le bruit de leur pas…

Entrée de la Cité Souterraine de Naours
plan de la cité souterraine de Naours
Tunnel dans la Cité Souterraine de Naours

A l’intérieur de la cité, on trouve de nombreuses chambres mais aussi une chapelle, une salle des fêtes

Chapelle de la Cité Souterraine de Naours
Visite de la Cité Souterraine de Naours
Grafiti des soldats pendant la Première Guerre Mondiale qui visitaient la Cité Souterraine de Naours pendant leurs permissions
graffiti d'un soldat australien pendant la Première Guerre Mondiale ayant visité la Cité Souterraine de Naours

A la fin de la visite du souterrain de Naours, vous pourrez découvrir 2 musées qui complètent votre visite :

  • le musée des anciens métiers picards
  • une salle d’exposition dédiée à la visite des soldats de la Première Guerre Mondiale, qui permettent d’en savoir plus sur la vie des soldats pendant leur journée de repos à l’écart du front.

Vous pourrez ensuite continuer votre visite par une balade dans le grand parc de 10 hectares offrant de nombreuses activités pour les enfants : jeux, accrobranche (en supplément), animaux de la ferme…

parc avec des jeux pour enfant dans la cité souterraine de Naours
parc d'accrobranche près de la Cité Souterraine de Naours

Informations pratiques pour la Cité Souterraines de Naours (2023)

Horaires : Juillet Août : Tous les jours de 10h à 18h30
Avril Mai Juin Septembre : De 10h à 17h30 (18h30 les week-ends) – Fermé le lundi
Février Mars : De 10h à 16h30 – Fermé le lundi
Du 1er octobre au 6 novembre : De 10h à 17h30 – Fermé le lundi
Du 7 novembre au 31 janvier : Fermeture – Possibilité pour les groupes à partir de 15 personnes, sur réservation uniquement
Fermeture exceptionnelle le 1er mai
Dernière entrée 1h30 avant la fermeture

Tarif Visite Audio-guidée : Adulte : 11 €, Enfant de 5 à 16 ans : 2€, Enfant de moins de 5 ans : gratuit

Température constante toute l’année à 9°C : n’oubliez pas votre pull !

Prévoir environ 1h30 pour la visite
Grand parc de jeux pour les enfants avant ou après la visite du site (gratuit) et accrobranche en supplément

Où manger à Naours ?

Deux solutions s’offrent à vous pour déjeuner à Naours :

  • pour un repas typique picard, je vous recommande le Bistrot de Pays du Cheval Blanc dans le centre-ville : très bon rapport qualité-prix et excellent accueil
  • sinon possibilité de manger à la Cité Souterraine

Le Musée 14-18 de Vignacourt

La ville de Vignacourt n’est pas non plus sur le Circuit du Souvenir puisque cette ville se situait à plusieurs dizaines de kilomètres de la ligne de front. C’est pourtant une ville qui avait une grande importance durant la Grande Guerre puisqu’elle servait de base logistique à l’arrière. C’est dans ces villes à l’écart que les soldats passaient leurs journées de repos et se préparaient avant de retourner sur le front.

A Vignacourt, à la même époque, deux agriculteurs, Louis et Antoinette Thuillier acquièrent l’un des premiers appareils photos. A l’époque, la photographie était une chose très rare. Les photographies étaient complexes à réaliser : les appareils n’étaient pas portatifs et utilisaient des plaques photographiques (bien plus encombrante que les pellicules puis maintenant le numérique !) et demandaient également un long temps de pose pendant lesquels il ne fallait pas bouger pour que la photo ne soit pas floue. Tout un savoir-faire maitrisé par ces passionnés de photographie.

Pendant la guerre, le couple va immortaliser non seulement la vie quotidienne du village à l’arrière, mais aussi tirer le portrait de plus de 4000 personnes dont de nombreux soldats australiens et britanniques, mais aussi de travailleurs chinois recrutés par la France pour pallier le manque de main d’œuvre : effectuer des travaux de terrassement ou travailler dans des usines à l’arrière.

La collection de plaques photographiques a été par chance extrêmement bien conservée et redécouverte par hasard en 2010 dans le grenier de la ferme. Ce fond a permis à la ville de Vignacourt, avec l’aide du gouvernement Australien, d’ouvrir un musée dédié à cette collection.

C’est une visite que je vous recommande absolument car elle est particulièrement émouvante. Elle permet de mettre des visages sur les noms de ces soldats, souvent des hommes bien jeunes, qui ont combattu dans la Somme. N’hésitez pas à discuter avec le personnel du musée qui s’active à rechercher les histoires et le nom de ces soldats pour contacter leur famille pour qu’ils puissent ensuite se recueillir et découvrir l’histoire de leurs ancêtres.

les photographes de Vignacourt
Photographies de Vignacourt pendant la Première Guerre Mondiale
Musée Vignacourt 14-18
portraits de soldat réalisés à Vignacourt pendant la Première guerre mondiale

Informations pratiques pour la visite du Musée 14-18 Vignacourt (2023)

Horaires : avril à octobre : ouvert du mardi au vendredi de 10h à 18h, et du samedi au dimanche de 14h à 18h
novembre à mars : ouvert du mardi au samedi de 13h30 à 17h
fermeture annuelle en décembre et janvier ainsi que le 1er mai

Tarif : Adulte : 5 €, Réduit : 3 €, Enfant de moins de 12 ans : 2€

Où dormir sur le Circuit du Souvenir dans la Somme ?

Voici les deux hébergements où j’ai séjourné qui se situent à chaque extrémité de la Route du Souvenir.

L’Auberge des Remparts à Péronne

L’Auberge des Remparts est à la fois un hôtel et une auberge de jeunesse. Cet établissement idéalement situé dans le centre-ville de Péronne, dans une rue calme, à quelques minutes de marche des restaurants et de l’Historial propose des chambres individuelles simples mais confortables et des lits en dortoir à des prix défiants toute concurrence.

C’est une adresse idéale pour les voyageurs à petits budgets puisque l’autre atout de cet hébergement est de proposer une cuisine commune vous permettant de préparer vos repas si vous ne souhaitez pas aller au restaurant.

C’est hôtel est labelisé accueil vélo et possède une salle sécurisée pour entreposer vos vélos et éventuellement vos sacoches durant votre visite de Péronne.

L'Auberge des Remparts à Péronne
Chambre individuelle à l'Auberge des Remparts à Péronne

L’hôtel de la Paix à Albert

A Albert, je vous recommande l’Hôtel de la Paix, un hôtel 3 étoiles situé dans un bâtiment des années 1920s proposant des chambres récemment rénovées. Ma chambre était très confortable et donnait à l’arrière sur la cour du théâtre : c’était très calme.

L’hôtel n’est pas officiellement un accueil vélo mais il m’a proposé une solution pour entreposer mon vélo en sécurité dans la cour intérieure à l’abri des intempéries.

Hôtel de la Paix à Albert
Chambre double à l'Hôtel de la Paix à Albert

L’hôtel ne fait plus restaurant (hormis sur les groupes en réservant à l’avance), mais vous trouverez de bonnes adresses à quelques minutes à pied.

A lire aussi

Retrouvez par ici mes autres articles sur le thème de la visite des sites de mémoire de la Grande Guerre :

Si vous avez aimé cet article, partagez-le sur Pinterest !

Tourisme de Mémoire dans la Somme : le circuit du Souvenir - champ de bataille et tourisme de mémoire de la Grande Guerre entre Péronne et Albert au Nord d'Amiens
Tourisme de Mémoire dans la Somme : le circuit du Souvenir - champ de bataille et tourisme de mémoire de la Grande Guerre entre Péronne et Albert au Nord d'Amiens
Tourisme de Mémoire dans la Somme : le circuit du Souvenir - champ de bataille et tourisme de mémoire de la Grande Guerre entre Péronne et Albert au Nord d'Amiens

No Comments

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.