logo #enfranceaussi

Ce mois ci, les blogueurs #EnFranceAussi, se retrouvent autour du thème Ruines, choisi par Alexandra du blog Itinera Magica. A cette occasion, j’ai eu envie de vous parler plus longtemps du site archéologique d’Olbia à Hyères dans le Var, que j’ai eu l’occasion de découvrir cet été. Ce site est assez méconnu, et personnellement, je n’en avais jamais entendu parler avant ma rencontre avec l’Office du Tourisme de Hyères les Palmiers au Salon des Blogueurs, alors même que je passe chaque année au moins une semaine de vacances près de Toulon !

J’aime beaucoup visiter les sites archéologiques, m’interroger sur les traces qu’ont laissé des peuples quelques millénaires avant notre ère et tenter d’imaginer quelle pouvait être leur vie quotidienne. D’aussi longtemps que je me souvienne, les visites de temples grecs ou romain, ou les musées d’antiquités me fascinent. Si je ne m’étais pas embarquée dans une carrière scientifique, j’aurais aimé être archéologue, fouiller la terre pour en faire resurgir l’histoire et exhumés les vestiges de civilisations disparues. Autant vous dire, comme j’étais contente d’apprendre l’existence d’un site archéologique à 40 minutes de route de mon lieu de villégiature !

Les ruines d’Olbia, d’une ampleur assez modeste, sont situées au bord de la mer Méditerranée au nord de la presqu’île de Giens dans le sud de la France non loin de Toulon. La visite du site est particulièrement intéressante (notamment si l’on choisit de le découvrir avec une visite guidée) et riche en histoire.

 

La création de la colonie grecque d’Olbia

Au VIè siècle av J-C, la civilisation grecque domine la Méditerranée. Motivés par des intérêts commerciaux et agricoles (besoin de nouvelles terres pour répondre à l’expansion démographique), les grecs fondent ainsi des colonies de la Turquie à l’Espagne comme Marseille (connu à l’époque sous le nom de Massalia). Pour assurer la maîtrise des liaisons entre l’Italie et l’Espagne, les grecs fondent également un réseau de colonies-fortifiées le long de la côte méditerranéenne, avec en France : Agathé (Agde), Tauroeis (Le Brusc, Six-Fours), Olbia (Almanarre, Hyères), Antipolis (Antibes) et Nikaia (Nice). Parmi elles, seul le site d’Olbia a été préservé et valorisé pour permettre l’accueil des visiteurs.

Pour des raisons pratiques et économiques ces colonies sont toutes construites sur le même plan : une enceinte protégée par deux tours dans lequel se trouvent des îlots d’habitations édifiés selon un plan quadrillé. Au centre, se trouvait la place du puits, un lieu de convivialité où chaque jour les femmes et les enfants venaient chercher l’eau nécessaire à la famille.

thermes romain d'olbia

Olbia la Romaine

Au Ier siècle avant J.-C., avec la conquête de la Gaulle par Jules César, Olbia devient une petite enclave grecque dans un territoire dominé par la cité romaine d’Arles. Les romains s’intéressent à ce port idéalement placé pour surveiller la rade. Des aménagements sont effectués au niveau du port pour faciliter le chargement et le déchargement des cargaisons. La rue principale est dotée de boutiques. Une des traces encore présente est la présence d’un comptoir peint (parfois protégé d’une bâche pour éviter les dégradations liées à la lumière du soleil)

un comptoir peint de l'époque romaine à Olbia

Parallèlement au développement des infrastructures commerciales, sont construites les thermes publiques dont on peut encore aujourd’hui découvrir les fondations au nord du site. Les thermes étaient des lieux d’hygiène et de bien être, mais aussi des lieux curatifs. Les contrastes de température entre les différents bains étaient supposés guérir de nombreux maux.

Pour distinguer les murs qui datent de l’époque grecque, de ceux de l’époque romaine, il convient de regarder attentivement les matériaux de construction. Deux indices permettent de savoir s’il s’agit ou non de murs romains :

  • la présence de ciment entre les pierres : cette technique n’était pas connue des grecs qui posaient simplement les pierres les unes sur les autres
  • la présence de tuiles entre les pierres, qui sont également une invention romaine

Ainsi, la portion de mur sur la photo ci-dessous est bien un mur de l’époque romaine

mur ruine d'Olbia

L’abbaye cistercienne de Saint-Pierre d’Almanarre

La ville antique est abandonnée vers le VIIème siècle après la chute de l’Empire Romain d’Orient. Au moyen-âge, une abbaye cistercienne est construite sur les ruines de l’ancienne colonie grecque, qui abrita des religieuses entre le XIIème et le XIVème siècle. Suite à une attaque des Sarrasins, l’église fût abandonnée. Aujourd’hui, les ruines de l’abbaye se melent aux ruines greco-romaines de l’ancienne cité antique et si l’on passe un peu rapidement, on pourrait presque ne pas se rendre compte que ces ruines sont nettement plus récentes !

Les ruines de l'abbaye cistercienne de Saint-Pierre d'Almanarre

Si le site d’Olbia est une ampleur assez modeste, j’ai été passionnée de découvrir une histoire si riche – des ruines s’étalant sur près de mille ans entre l’époque grecque et le Moyen-Age. Bref une visite que je conseille aux amateurs d’histoire de passage dans le site de la France.

Et dans cet article, vous pourrez trouver plus d’idées de choses à découvrir dans la belle ville de Hyeres-les-Palmiers.

Informations pratiques 2017

Tarifs : tarif plein : 2,80 €, tarif groupe (au moins 10 personnes) : 1,80 €. Gratuit pour les moins de 18 ans (accompagnés d’un adulte), les guides et les titulaires de cartes : Étudiants, Pass Éducation, ICOM, Presse, Invalidité.

Horaires : d’avril à mai et de septembre à octobre : 9h30-12h et 14h-17h30 Fermé les mardis toute la journée, samedis et dimanches matins et 1er mai // de juin à août : 9h30-12h et 14h30-18h, Fermé les samedis et dimanches matins. Dernier accès aux vestiges : 30 minutres avant la fermeture du site

Une visite guidée organisée tous les mardis et vendredis à 10h de juin à août ou sur rendez-vous le reste de l’année.

De novembre à mars le site est accessible sur réservation pour les groupes uniquement.

Temps de visite : Prévoir entre 30 et 45 minutes.

Consultez le site internet de l’Office de Tourisme de Hyères pour consulter les informations mises à jour.

 

Que voir autour du site archéologique d’Olbia ?

Il y a de nombreuses choses à faire à Hyères autour des ruines d’Olbia. Voici quelques idées pour prolonger votre séjour :

 

Retrouvez les autres articles des participants #EnFranceAussi

Pour découvrir les passionnants d’articles des autres blogueurs participants au rendez-vous #EnFranceAussi, ça se passe par ici :


Si vous avez aimé cet article, partagez le sur Pinterest !

Visite et histoire du site archéologique d'Olbia à Hyères les Palmiers dans le Var

 

Cet article est issu d’un partenariat avec l’Office de Tourisme de Hyères les Palmiers. Je reste libre du choix éditorial et les avis exprimés dans cet article sont les miens