plage du Langoustier à Porquerolles

L’été dernier, nous avons enfin découvert l’île de Porquerolles. Tous les étés, nous passons une semaine de vacances du côté de Toulon, et nous n’avions encore jamais été sur l’île de Porquerolles. Notre crainte : qu’au moins d’août l’île soit surpeuplée et que nous ne profitions pas de notre excursion.

Finalement, l’année dernière, nous avons profité de l’ouverture de la ligne maritime “La Seyne sur Mer – Porquerolles” partant du débarcadère des Sablettes (bien plus accessible pour nous que depuis la presqu’île de Giens) pour tenter l’expérience ! Jusqu’alors, il fallait en effet allez au bout de la presqu’île de Giens pour prendre le bateau, et rien que la circulation pour traverser Toulon et la presqu’île nous démotivait… (en haute saison, il est quasiment impossible d’accéder en voiture après 9h30 au bout de la presque île !)

Pour naviguer sur cette ligne, il est indispensable, de réserver au préalable son billet auprès de l’office du tourisme pour être sûr d’avoir des places (je parle pour les lignes La Seynes/Porquerolles ou Toulon/Porquerolles car il n’y a qu’un seul bateau A/R par jour). Pour les navettes en provenance de la Tour Fondue ce n’est pas le cas : il y a des bateaux régulièrement toute la journée.

débarquadère de Porquerolles

Bon, je vous passe les photos du départ, mais on a vraiment eu peur niveau météo car la journée a commencé par une pluie diluvienne et un orage assez fort (la photo du débarcadère ci-dessus a été prise en fin de journée…). L’inconvénient de réserver les places à l’avance est que l’on ne peut pas reporter à cause de la météo… (Qui a dit qu’il faisait toujours beau sur la côté d’azur? => bon ok un temps mi-août comme ça j’avais encore jamais vu !)

Le trajet en bateau est un peu très mouvementé, ce qui est rare sur la Méditerranée. Nous sommes bien contents d’arriver après 1 heure de traversée, d’autant plus que nous n’avons pas été assez rapides pour avoir une place assise à l’intérieur.

Pour chance, une fois arrivés, la pluie s’est arrêtée 🙂 Frigorifiés on commence par se réfugier dans un café pour prendre une boisson chaude ! On ne croirait pas que l’on est mi-août !

Le temps n’a pas découragé les visiteurs qui arrivent en grand nombre sur l’île. Les ruelles du village sont rapidement remplies. Le mauvais temps est prévu pour la matinée uniquement, et les nuages se lèveront bien vite ! Nous pourrons enfin randonner sous la chaleur comme prévu 🙂

IMGP8095

IMGP7987

La plupart des gens visitent Porquerolles à vélo. Cela constitue en effet un moyen de transport idéal car l’île est assez grande, qu’il n’y a pas énormément de dénivelé et il n’est pas possible d’en faire le tour à pied dans la journée. Néanmoins l’utilisation du vélo limite le choix des chemins. Nous avons donc préféré la randonnée. Ce qui s’est révélé un bon choix car seuls les sentiers de randonnée restent très sauvages en cette saison. Le nombre de cyclistes est assez impressionnant. Si cela vous intéresse, vous trouverez ICI les itinéraires proposés pour découvrir l’île à vélo. Ces itinéraires sont également proposés pour la randonnée, mais néanmoins je vous conseille plutôt d’emprunter les chemins de traverse qui suivent le rivage.

IMGP7991 IMGP7999

L’île de Porquerolles possède des paysages assez variés. Au début, il s’agit de cultures, puis lorsque l’on continue vers le sud, l’île devient de plus en plus sauvage. Comme nous étions à pied, nous avons choisi de visiter la moitié ouest. Il faudra donc revenir une prochaine fois pour découvrir la moitié est !

La côté sud me semble être la plus belle : sauvage avec ces falaises escarpées ! Elles me rappellent presque la Bretagne…

IMGP8018

En suivant les petits sentiers côtiers, on finit par être presque seul au monde et avoir la sensation d’avoir l’île que pour nous ! On profite à fond de ce paysage incroyable qui s’étend devant nos yeux à 360°C. Les falaise d’un côté, la vue sur le village et la presqu’île de Giens de l’autre !

IMGP8020 IMGP8030

IMGP8033
IMGP8043

vue sur le village de Porquerolles  vue sur la rade de Toulon

Après la pause déjeuner, nous continuons la route pour trouver des plages tranquilles. On se pose à la petite calanque du Brégançonnet, que l’on partage avec quelques cyclistes. C’est fou comme dans tous les endroits touristiques, on arrive toujours à trouver des endroits calmes en cherchant un peu (la plage est à moins de 3 km du village).

Vers l’extrémité ouest de l’île, on arrivera même à trouver une plage de sable complètement déserte… Le contraste sera frappant lorsqu’à notre retour, nous marcherons difficilement sur la plage d’Argent, la plus célèbre plage de l’île !

calanque du brégançonnet à Porquerolles falaise porquerolles

La journée s’achève. Il est l’heure de retourner doucement mais sûrement au village afin de ne pas louper l’unique bateau qui nous ramène à la Seyne sur Mer. Le côté nord de l’île est très fréquenté, un nombre impressionnant de bateaux mouillent le long du rivage. Les baigneurs profitent des derniers rayons du soleil sur l’étroite plage d’Argent. En fin de journée, il devient possible d’y poser sa serviette.

plage d'argent porquerolles

fort du petit langoustier

La journée s’achève. La traversée du retour est incomparablement mieux que celle du matin ! Cette fois-ci, tout le monde se bat pour avoir les places en extérieur ! En rade de Toulon, nous assistons au passage à un impressionnant ballet de navires militaires et hélicos... venus pour les commémorations des 100 ans du début de la grande guerre.

bateaux militaires dans la rade de Toulon bateaux militaires dans la rade de Toulon

Nous terminons la journée sur les rotules, épuisés mais ravis d’avoir découvert une des îles d’or ! J’espère maintenant y retourner pour découvrir l’autre côté de l’île 🙂