A l’occasion de cette journée internationale du droit des femmes, j’avais envie de partager avec vous des livres de 7 aventurières, du XIXème siècle à nos jours. 7 femmes courageuses qui ont bravé les conventions de la société patriarcales pour partir à l’aventure et vivre leurs rêves. Leur point commun : une passion, une détermination et une obstination sans borne ! Des femmes inspirantes, qui sont pour moi des modèles !

Je vous propose une découverte de les découvrir dans l’ordre chronologique.

Le Tour du Monde en 72 jours, de Nellie Bly

Nellie Bly est une journaliste d’investigation du journal New York World qui met au défi son rédacteur en chef de parcourir le monde plus rapidement que Phileas Fogg, le héros du roman de Jules Verne “Le Tour du Monde en 80 Jours” paru en 1872.

Pour son rédacteur, cela est impossible : une femme ne voyage pas seule sans un protecteur et comment fera t elle pour transporter ses innombrables bagages ?

Mais Nellie Bly est déterminée et fini par convaincre son rédacteur en chef. C’est ainsi qu’elle part seule, avec sa robe de voyage et un seul petit sac à main de voyage à bord du bateau l’Augusta Victoria le 15 novembre 1889 en direction de l’Angleterre.

Son périble tiendra en haleine les lecteurs du New York World pendant plus de 2 mois et elle arrivera à remplir son pari bien en avance en bouclant son tour du monde en 72 jours. Un livre passionnant et une autrice inspirante et déterminée à découvrir !

Le Tour du Monde en 72 jours, de Nellie Bly, Editions Points, 6,70 €

Voyage d’une Parisienne à Lhassa, d’Alexandra David Neel

Alexandra David Neel est de mon point de vue le plus grand aventurier du XIXème siècle, et pourtant j’ai l’impression qu’elle est assez méconnue. C’est assez fou car même les femmes qui réalisent des choses tout à fait extraordinaires semblent effacées ou en tout cas masquées de l’Histoire.

Alexandra David Néel est née en 1868. D’abord chanteuse d’opéra, elle se passionne pour l’Asie. Si elle se marie à 36 ans, elle se rend vite compte que la vie de femme au foyer n’est pas pour elle. Elle réussit à convaincre son mari de la laisser partir en voyage pendant 18 mois, un voyage qui durera finalement 14 ans !

Alexandra David Neel se passionne pour le bouddhisme. Elle sera la première femme occidentale à entrer dans Lhassa en 1924 une ville alors interdite.

De ses aventures en Asie, Alexandra David Neel publiera de nombreux livres. Pour commencer je vous conseille “Voyage d’une Parisienne à Lhassa” qui raconte comment elle réussi l’exploit d’entrer dans cette ville interdite déguisée en mendiante tibétaine.

Si l’on reproche parfois aux femmes de manquer de confiance en elles ou de douter… clairement ne n’est pas le cas d’Alexandra David Néel. Le syndrome de l’imposteur, elle ne connait pas ! Ses écrits reflètent sa forte personnalité, au caractère bien tranché (elle ne devait pas être facile à vivre au quotidien !) et sa détermination à toute épreuve.

Une Parisienne à Lhassa, d’Alexandra David Neel, Editions Pocket, 6,50 €

Une femme dans la nuit polaire, de Christiane Ritter

Dans les années 1930, Christiane Ritter, une femme au foyer autrichienne, part contre la réticence de ses proches, dans le Grand Nord, retrouver son mari qui a décidé de passer les hivers au Spitzberg pour y mener une vie de trappeur.

Le couple s’installe dans une cabane isolée au Spitzberg, située au milieu de nulle part, à des heures de toute vie humaine. Son récit raconte l’isolement, la beauté, la nuit et le froid des paysages nordiques, le combat pour la survie et la recherche de nourriture (la chasse au phoque est ici une question de survie).

Petit à petit, elle va tomber sous le charme de cette terre mysterieuse où le soleil ne le levera plus pendant des mois.

Une femme dans la nuit polaire, de Christiane Ritter, Editions Pocket, 6,70€

J’ai réveillé le tigre, de Sarah Marquis

J'ai Reveillé Le Tigre, de Sarah Marquis

Est-il besoin encore de présenter l’exploratrice suisse Sarah Marquis ? Pour moi, elle est tout simplement la plus grande aventurière de notre époque ! Elle a réalisé des expéditions incroyables comme la traversée à pied du désert australien, ou encore un voyage à pied de 3 ans entre la Sibérie et l’Australie.

En commençant ce livre, je me suis dit “bon 4 mois à pied en Tasmanie, franchement c’est une petite expédition facile !” Mais c’était mal connaître Sarah Marquis ! En effet , l’Ouest de la Tasmanie est sauvage et inexploré. Et si l’aventure commence en suivant un sentier de randonnée “officiel” le South Coast Track, ce n’était que l’échauffement.

Au fil de ma lecture, je découvre que l’Ouest de la Tasmanie est une région inhospitalière au possible. La végétation- très dense dense – semble horrible avec pour summum de l’horreur des buissons horizontaux denses et coupants – de véritables fils barbelés naturels. Le tout sous une pluie diluvienne qui ne semble jamais s’arrêter, un endroit où les serpents mortels ne sont jamais bien loin, et les cours d’eau non navigables même avec un packraft (un canoë gonflable ultra compact)… et une région assez inaccessible du fait de son relief et de sa densité de végétation pour des secours si besoin…

Quand j’ai refermé ce livre, je m’en voulais un peu d’avoir eu de tels a priori sur cette expédition de Sarah Marquis ! Car oui, c’était bien un truc de taré (un peu comme d’habitude avec elle) dans quoi elle s’est lancée !

J’ai réveillé le Tigre, de Sarah Marquis, Editions Pocket, 7,30 €

Wild de Cheryl Strayed

Cheryl Strayed est une jeune américaine un peu paumée. Pour sortir de ses problèmes d’addictions et se relever de ses échecs, elle décide de partir pour une grande randonnée, et pas n’importe laquelle : le Pacific Crest Trail, une randonnée de très longue distance à travers les USA, de la frontière Mexicaine à la frontière Canadienne. Une randonnée difficile et engagée, qui traverse les montagnes de la Sierra Nevada. Pas l’épreuve la plus facile pour une jeune femme qui n’a jamais vraiment randonné auparavant.

Dans son livre Wild, nous suivons à la fois son aventure et son cheminement mental. Si Cheryl fait de nombreuses erreurs de débutante (comme partir avec un sac à dos bien trop lourd), elle fait preuve d’une détermination incroyable.

Son histoire très émouvante vous donnera surement envie de partir à l’assaut de cette grande randonnée mythique !

Son récit a été adapté avec succès au cinéma, avec Reese Witherspoon pour interpréter la jeune aventurière. Un film que je vous conseille également !

Wild, de Cheryl Strayed, Editions 10/18, 8,80 €

Cours Toujours ! de Cécile Bertin

Cécile Bertin est une journaliste ultra-traileuse qui réalise des courses longues distances (que l’on pourrait qualifié d’extreme) à travers le monde.

Avant de lire ce livre, m’intéressant à la course à pied et au trail, je la connaissais de nom, mais j’étais loin de connaitre son parcours. Pour moi, Cécile était une athlète hors norme, une athlète de haut niveau et qui avait toujours fait du sport.

Sauf que non ! Cécile a commencé à courir presque par hasard dans un concours de circonstances où elle s’est retrouvée embarquée dans un raid aventure alors qu’elle ne faisait pas vraiment de sport. Cécile est également mère de 4 enfants, pas forcément le profil que j’imaginais donc au départ.

Dans son livre, Cours toujours ! elle raconte sous forme d’anecdotes courtes et le plus souvent hilarantes avec énormément d’auto dérision son parcours dans l’univers impitoyable de la course à pied et du trail, un univers qui était à ses débuts quasi essentiellement masculin (il est toujours bien que cela change petit à petit).

J’ai eu un énorme coup de coeur pour ce livre que j’ai dévoré. Tout simplement impossible de m’arreter, je l’ai lu presque d’une traite, me couchant pour cela à une heure impossible ! Je suis persuadée qu’il n’est absolument pas nécessaire d’aimer la course à pied pour aimer ce livre. Il amusera autant ceux qui ne comprennent pas la passion de leur proche à enfiler leurs baskets pour aller courir. Mon compagnon qui a horreur de la course à pied à beaucoup apprécié et bien rigolé des anecdotes de Cécile Bertin !

J’ai également beaucoup aimé la partie un peu plus historique sur la place des femmes dans la course à pied. J’y ai découvert que pendant longtemps, on a pensé que les femmes étaient des êtres trop fragiles pour ce sport (notamment pour la longue distance) et les premières femmes à courir le marathon ont dû le faire “illégalement” – et cela à une époque pourtant pas si lointaine ! Il fallu en effet attendre 1972 pour que les femmes soient officiellement autorisées sur le marathon de Boston et 1984 pour que les femmes puissent courir le marathon au JO de Los Angeles.

Et on se rend compte aujourd’hui sur l’ultra longue distance que les femmes peuvent se révéler plus rapides que les hommes, car leur métabolisme serait meilleure pour l’endurance. Finalement on ne serait peut-être pas si fragiles que ça ?

En bref, Cours Toujours est à la fois un livre féministe et plein de bonne humeur que je vous recommande à 100% ! (le mélange des 2 étant plutôt rare pour être souligné !)

Cours Toujours !, de Cécile Bertin, Editions Pocket, 7,30 €

La Vie dans les Bois, de Jennifer Murzeau

Pour terminer ma sélection de livre, je vais vous présenter un livre qui m’a moins convaincu (c’est surtout la dernière partie du livre que j’ai apprécié), peut-être aussi car le livre ne correspondait pas à ce à quoi je m’attendais avant de le commencer.

Jennifer Murzeau est une journaliste et romancière citadine qui s’intéresse beaucoup à l’écologie et aux sujets environnementaux. Dans son livre La Vie dans les Bois, elle raconte un stage de survie dans la nature qu’elle a réalisé avec un guide.

J’attendais donc dans ma lecture découvrir les astuces et les conseils qui permettent de survivre dans les bois en France : comment construire un abri, comment s’orienter, comment trouver de l’eau et de la nourriture… Ce sujet est un peu abordé, mais l’autrice hésite souvent entre récit d’aventure et essai sur l’impact de l’homme sur l’environnement. D’autre part, elle tombe malheureusement sur un guide particulièrement désagréable, pessimiste et misanthrope. Vraiment pas une personne sympathique et finalement une bonne partie de son récit s’oriente autour des relations avec lui. Ce n’est vraiment pas une personne que l’on aimerait rencontrer… et ce personnage est tellement antipathique que cela gâche un peu la lecture, et c’est finalement quand il disparaît du paysage que le récit devient passionnant ! Une lecture en demi-teinte pour ma part, mais pas inintéressante.

La Vie dans les Bois, de Jennifer Murzeau, Editions Pocket, 6,50 €

Et voila pour cette sélection, qui je l’espère vous aura fait découvrir des aventurières et vous aura donner de l’inspiration pour vos prochaines lectures ! N’hésitez pas à me recommander en commentaire d’autres récits d’aventure et d’exploration au féminin. Pour ma part, je préfère lire des récits de femmes dans lesquelles je peux plus facilement me projeter et m’identifier !