Quelque  soit l’endroit où vous souhaitez voyager (sauf peut-être les pays hispanophones), parler l’anglais est clairement un plus. Même si rien n’est impossible, personnellement, je ne me verrais pas voyager en solo sans parler un minimum l’anglais. Que ce soit pour commander au restaurant, réserver un hôtel, faire une excursion ou trouver son chemin, l’anglais est bien souvent la seule langue partagée. Que l’on soit dans un pays anglo-saxon ou non. En dehors de quelques pays comme l’Afrique du Nord ou le Québec, le Français vous sera rarement d’une grande utilité.

Comme beaucoup, j’ai appris l’anglais à l’école. Comme j’ai eu la bonne idée de choisir l’allemand en 1ère langue (ce qui ne m’a été d’aucune utilité puisque aujourd’hui je ne me souviens de presque rien), j’ai commencé la pratique de l’anglais tardivement. Je n’ai jamais été très brillante pour apprendre les langues étrangères, mais avec les études d’ingénieurs que j’ai choisi, j’ai dû attendre (difficilement) le niveau exigé correspondant à un score de TOEIC de 750 points, pour obtenir mon diplôme.

Ce niveau, je l’ai atteint avec beaucoup de travail personnel, du bachotage et le visionnages de séries en VO sous-titrées en anglais. Je n’avais jamais eu l’occasion de voyager dans un pays anglophone avant la fin de mes études, mais sans nul doute que cela aurait pu m’aider. Avec ma méthode de travail, j’ai pu progresser en grammaire et compréhension de l’anglais, qu’il soit oral ou écrit, mais ne m’a en aucun cas appris à m’exprimer correctement. De plus, ce n’est pas avec notre méthode d’apprentissage des langues en France (où l’on ne s’exprime pour ainsi dire pas du tout), que j’ai amélioré ma prononciation et ma fluidité.

Que ce soit à l’école ou dans le cadre de ma formation professionnelle, j’ai eu l’occasion de suivre de nombreux cours d’anglais. Si cet aspect a été abordé, la prononciation ainsi que l’utilisation de l’accent tonique, était souvent passé à la trappe. Résultat aujourd’hui je me débrouille en anglais, mais lorsque je voyage – et ce d’autant plus dans les pays anglo-saxons – j’ai parfois du mal à me faire comprendre pour des choses aussi basiques que demander de l’eau ou choisir le fromage du hamburger. J’ai les mots, j’ai la grammaire, le contexte est là, mais la personne en face ne comprends pas de quoi je parle. Je ne sais pas si cette situation vous est déjà arrivée mais avouez que c’est frustrant !

 

Apprendre l’anglais avec la méthode Tomatis

J’ai été invitée à passer une journée chez Fréquences Langues, à Paris, pour découvrir et tester une autre méthode pour apprendre les langues : la méthode Tomatis, du nom du chercheur qui l’a inventée. Alfred Tomatis est un médecin ORL qui a découvert une méthode de rééducation de l’ouïe et de la voie, qui se base sur l’idée que l’on ne peut reproduire que ce que l’on entend. Cette méthode a ensuite donné lieu à deux applications : une application thérapeutique pour soigner des troubles tels que la dyslexie et l’apprentissage des langues.

Il a découvert que les fréquences prédominantes étaient différentes d’une langue à une autre. Si l’oreille est exposée à une seule langue, elle se développe pour entendre le mieux possible les fréquences et les sons qui existent dans cette langue qui devient alors la langue maternelle. Or chaque langue possède ses particularités et ses sons. Par exemple en français nous possédons beaucoup de voyelles nasales, des sons qui seront difficiles à prononcer par des personnes originaires d’un pays ou la langue de possède pas ce type de son.  En anglais il existe des sons comme les “th”, les h etc, qui n’existe pas en français et que nous avons tendance à mal prononcer voir à ne pas les prononcer du tout. Une autre difficulté est que la langue française oscille entre 1000 et 2000 Hz, la langue anglaise se situe entre 2 000 et 12000 Hz. Pas étonnant que nous ayons du mal à parler anglais !

Avec la Méthode Tomatis, on va chercher à entraîner l’oreille en lui faisant écouter des textes avec des variations de fréquence, dans le but de solliciter des muscles de l’oreille moyenne qui ne le sont pas dans la pratique de notre langue maternelle. L’objectif est de mieux entendre pour mieux reproduire les sons.

 

La pédagogie Fréquence Langues

La formation Fréquence Langues commence par un bilan linguistique de deux heures comportant un test de niveau écrit et oral, dont le but est d’établir le niveau linguistique, les objectifs de l’apprenant, et le potentiel de l’oreille. Ce bilan auditif sera la base du travail de rééducation de l’oreille. Suite à ceci, une préconisation de parcours est faite et inclus typiquement un mélange d’activités comme :

  • des séances STEPS (Système Tomatis d’Entrainement à la Perception Sonore), qui est l’application de la méthode Tomatis pour l’apprentissage d’une langue étrangère.
  • des cours de langues en face à face sous oreille électronique pour travailler la structure de la langue avec une approche de mise en situation selon les besoins de l’apprenant
  • des ateliers thématiques, dont le but est d’éliminer des blocages face à l’apprentissage de l’anglais

En cas de besoin de progrès rapide (comme par exemple avec un voyage à venir) il est possible de suivre des stages intensifs qui comportent entre 15 et 30h de formation par semaine. Toutefois la méthode Tomatis n’est pas une méthode miracle – cela n’existe pas malheureusement ! – aussi comme pour toutes les méthodes d’apprentissage de langue, elle demande un travail personnel continu et régulier dans la pratique de la langue.

Entrée Fréquences Langues

L’Oreille Électronique

L’apprentissage des langues par méthode Tomatis passe par l’utilisation de l’Oreille Électronique. Il s’agit d’un système électro-acoustique constitué par des écouteurs qui transmettent le son à la fois par le canal auditif mais également par conduction osseuse. Le tout est associé à un système de modulation de fréquence qui permet d’assouplir les muscles de l’oreille moyenne pour obtenir des meilleurs résultats auditifs dans les niveaux de fréquences sonores de la langue visée.

 

Les ateliers Tempotime

Le matin, j’ai eu l’occasion de tester le premier cours de l’atelier Tempotime, une formation en 5 modules sur la phonétique et la prononciation. Le premier atelier porte sur la musicalité de l’anglais et à pour but d’identifier les raisons pour laquelle une mauvaise prononciation entraîne une mauvaise compréhension et d’identifier les sons existants en anglais qui n’existent pas en français. Cet atelier a permis un déclic chez moi. Cela ne m’a pas rendu bilingue instantanément, mais m’a permis de comprendre à quel point il est important de faire des efforts de prononciation pour se faire comprendre, et surtout j’ai réalisé que je prononçais très mal certains sons tel que le “h” (que je ne prononçais pour ainsi dire pas du tout).

 

Les séances d’écoute

L’après-midi, j’ai suivi deux heures de séances d’écoute équipée du dispositif d’Oreille Électronique. Ces séances d’écoute se divisent en demi-heure, en alternant des séances d’écoute passive et d’écoute active. Mine de rien ces séances d’écoute sont très stimulantes, je suis ressortie de ma journée d’anglais épuisée !

 

Les séances d’écoute passive

Les séances d’écoute passive ont pour objectif de rééduquer votre oreille moyenne. Plusieurs programmes sont proposées :

  • des musiques instrumentales modifiées. Le son est filtré et modifié pour forcer votre oreille à s’adapter à certaines fréquences.
  • des programmes d’écoute de texte en anglais, durant lesquels il est important de se détendre et de ne pas chercher à comprendre les textes. Ces enregistrements sont également filtrés pour poursuivre l’assouplissement des muscles de l’oreille.

Durant ces séances, l’objectif est de se détendre au maximum, que ce soit en se reposant ou en faisant des activités qui aident à lâcher-prise tels que le coloriage ou des puzzles.

Même si cela ne se passe pas dans les même conditions (casque audio standard, pas de filtrage des sons), j’ai pris pour habitude maintenant de me faire des petites séances d’écoute en anglais chez moi avec des vidéos TedX, YouTube ou des podcasts en anglais pour poursuivre le travail et habituer mon oreille aux sonorités de la langue anglaise sans me mettre la pression à chercher à tout comprendre.

Aire d'écoute passive - Fréquences Langues

Les séances d’écoute active

Les séances d’écoute active se déroulent dans des cabines insonorisées face à un micro qui nous renvoi notre prononciation. Pendant ces séances, l’objectif est de répéter des séries de mots ou de phrases plus ou moins longues, dans le but de reproduire au mieux les sons que l’on entend, comme le ferait un enfant lors de l’apprentissage de la langue maternelle. Ces séances sont personnalisées à votre besoin suite au test réalisé lors de l’audit initial. L’objectif de ses séances est de pratiquer la prononciation et de travailler l’accent tonique, ce qui permet également une meilleure compréhension orale car on apprend à reconnaître des sons étrangers.

Là encore, pas de pression, on essaye de reproduire au mieux ce que l’on entend, mais si on ne reproduit pas parfaitement ce n’est pas grave. A force de séance, la mémoire et la compréhension va se développer petit à petit.

 

 

Bon à savoir

Le Centre de formation linguistique Fréquences Langues se situe à Paris 20 rue Cadet, 75009 Paris (Métro Cadet ou Notre-Dame-de-Lorette)

J’ai testé les cours d’anglais, Fréquences Langues propose la possibilité d’apprendre 8 autres langues : l’espagnol, l’allemand, le japonais, l’italien, le russe, le portugais, le chinois et le français langue étrangère.

Pour financer les cours d’anglais, il est possible d’utiliser votre CPF (Compte Personnel de Formation). Si cela vous intéresse, ils peuvent vous accompagner dans les démarches afin d’en bénéficier.

 

Merci à Fréquences Langues qui m’a proposé de tester leur cours d’anglais. Je reste libre du contenu éditorial et l’avis présenté dans cet article est le mien.