Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler cinéma ! Malgré ma passion pour le cinéma (j’ai une carte illimitée et j’y vais en moyenne une fois par semaine!), je ne vous ai encore jamais parlé de films ici. C’est une erreur, que je compte bien rattraper, car le cinéma est une belle fenêtre d’évasion !

Affiche du film Tanna
Au début du mois, j’ai été invité à la projection de presse du film “Tanna”, le premier film de fiction tourné au Vanuatu. Le Vanuatu c’est où vous me direz, et bien il s’agit d’un archipel du Pacifique, située au nord de la Nouvelle Calédonie.

L’explorateur James Cook fût le premier européen à mettre le pied sur l’île de Tanna, au sud du Vanuatu à la fin du XVIIIème siècle. La population de Tanna lutta contre la série de missionnaires venus pour les convertir au catholicisme pour conserver leur mode de vie traditionnel tout en maintenant des contacts avec le monde moderne.

Les habitants de Yakel, sur l’île de Tanna, chassent toujours avec un arc et des flèches. Ils confectionnent leurs vêtements et leur habitations uniquement à partir des matériaux trouvés dans la jungle environnante. Leur journée commence au lever du soleil et s’achève avec la cérémonie du kava au coucher du soleil. C’est un mode de vie qui a pratiquement disparu aujourd’hui, mais le peuple reste fier de sa culture, “la Kastom” et souhaite la faire connaître au reste du monde.

Synopsis

Dans l’une des dernières tribus traditionnelles du monde, une jeune fille rompt son mariage arrangé pour s’enfuir avec l’homme qu’elle aime. Les amoureux déclenchent ainsi une guerre qui menace leur clan.

Tanna est l’histoire vrai qui bouleversa la vie des habitants d’une petite île du Pacifique et fit réviser la constitution d’un pays.

photo film Tanna

Mon avis

Le film a beau se passer à l’autre bout du monde, dans des tribus traditionnelles possédant une culture située à des années lumières de la nôtre, l’histoire est universelle et ressemble fort à celle de Roméo et Juliette. J’avoue au début du film, j’appréhendais d’avoir des difficultés à entrer dans l’histoire, à m’identifier aux personnages. Ce ne fût pas le cas. J’ai été touché par l’histoire d’amour, l’injustice et l’incompréhension de leurs familles respectives à défier la “Kastom”.

Le film est à la fois dépaysant et intemporelle. Ce n’est qu’à la toute fin, avec le bandeau descriptif, que l’on a un élément de temps tellement ces tribus vivent déconnectées du monde moderne et de son empreinte temporelle.

Tous les acteurs du film sont non professionnels, vivent sur Tanna, dans le village de Yakel où dans des villages environnants, ce qui apporte une touche supplémentaire d’authenticité.

Ce film est un bel hommage à ces tribus qui luttent pour conserver leurs traditions. C’est un véritable dépaysement !

Il représentera l’Australie pour la course à l’Oscar du meilleur film étranger en 2017.

Réalisation : Bentley Dean et Martin Butler. Avec Mungau Dain, Marie Wawa, Martceline Rofit, Chef Charlie Kahla… 1h44

Sortie de 16 novembre