[columns] [span6]

couverture livre Wild

[/span6][span6]

Après le récit de Jean-Christophe Rufin sur les chemins de Compostelle, je continue mes lectures de récit de randonnée avec le livre Wild de Cheryl Strayed.

Je pense que ce titre vous dit quelque chose puisqu’il a été porté à l’écran il y a peu de temps par Jean Marc Vallee, avec Reese Witherspoon en héroïne principale.

 

Le Pitch

Cheryl Strayed est une jeune fille paumée, complètement déboussolée par la mort prématurée de sa mère, Pendant 4 ans, elle se perd dans l’adultère et la consommation d’héroïne, divorce d’un mari qu’elle continue malgré tout d’aimer,… jusqu’au jour où elle décide de tourner le dos à son passé pour redevenir la femme qu’elle était avant de perdre sa mère. Pour se reconstruire, elle décide alors de tout quitter pour partir randonner sur le Pacific Crest Trail (PCT), une randonnée de 1600 km qui va la mener du sud de la Californie jusqu’à la frontière de l’état de Washington, et ce sans aucune expérience en la matière.

[/span6][/columns]

Mon avis

Après avoir vu le film avec Reese Witherspoon, j’ai eu envie d’en savoir plus sur la vie et l’expérience incroyable vécue Cheryl Strayed dans sa randonnée sur le PCT. Contrairement en Europe, randonner aux Etats-Unis demande une bonne organisation puisque l’on peut traverser pendant plusieurs jours des lieux inhabités et plutôt inhospitalier pour les humains. Il faut pouvoir être autonome pendant plusieurs jours.

Personnellement, je ne me sens pas capable de partir pendant 2 mois randonner pendant 1600 km, alors même que j’ai quand même une petite expérience en la matière. Je suis donc en admiration devant Cheryl Strayed qui se lance, sans aucune expérience, à l’assaut du chemin des crêtes du Pacifique. Car cette randonnée est loin d’être un chemin de tout repos. Pour arriver à son objectif, il lui faudra traverser des déserts, et traverser des cols enneigés, le tout avec un sac beaucoup trop lourd et des chaussures trop petites !

Le film est très fidèle au livre, mais je trouve que l’on arrive mieux à cerner le personnage de Cheryl Strayed et sa quête d’elle même dans le livre. Ce dernier nous montre encore plus sa force de caractère et sa volonté de continuer à avancer, malgré toutes les difficultés.

Livre ce livre m’a bizarrement donné confiance en mes capacités, notamment physiques : si elle peut arriver à faire le PCT dans ses conditions (sac trop lourd, aucune expérience en randonnée, chaussures trop petites et j’en passe…), et bien pourquoi pas moi?? Cela est peut être très américain, mais après avoir fini ce livre, je retiendrais que “quand on veut on peut“. Il y a chez Cheryl Strayed une volonté sans limite de toujours continuer à avancer quoiqu’il arrive. Souvent elle n’a en fait pas d’autres solutions. Mais pourtant, quand elle lorsqu’elle pourrait facilement rebrousser chemin, et abandonner, elle trouve à chaque fois la force de continuer à avancer !

Le second côté que j’ai trouvé très américain est la recherche de la rédemption par la souffrance. Car malgré tout, j’ai l’impression que sans ce parcours infernal sur le PCT, sans les épreuves extrêmement difficiles qu’elle s’est imposée à elle même, elle n’aurait jamais réussi à se pardonner.

Pour conclure, j’ai beaucoup apprécié lire ce livre, même si il ne m’a pas apporté beaucoup d’éléments supplémentaires par rapport au film qui lui est très fidèle. En plus du film, il m’a vraiment donné la motivation et le courage de me fixer des objectifs ambitieux, et ma redonné confiance dans ma capacité à atteindre certains objectifs que je m’étais fixé et dans lesquels je doutais (notamment finir un semi-marathon, ce que j’ai effectivement réussi avec plus ou moins de difficultés 🙂 )