Le 4 novembre dernier, j’ai eu la chance de participer à une sortie photo sur le thème de la Street Photography (photographie de rue) organisée dans Paris par Carnets de Traverse (Julie Saperi). Si vous ne connaissez pas son blog et ses carnets de voyage, courez y ! C’est est un vrai trésor et ses photos sont merveilleuses !

Nous avions rendez-vous Place du Québec dans le quartier de Saint Germain des Prés. Autour d’un café au célèbre Café de Flore – une première pour moi qui n’y avait jamais mis les pieds auparavant – Julie nous a présenté les appareils photos qu’elle utilise pour la réalisation de ses carnets de voyage : un numérique Leica, un petit argentique Olympus et plusieurs modèles de Polaroïd. Nous avons même pu tester l’un d’eux. Hélas, en ce qui me concerne, le résultat n’a pas été concluant car la photo était toute blanche… Je ne sais pas trop ce qui a pu causer un tel résultat…

café de flore - paris

à l'intérieur du café de Flore

Ce qui est difficile en photo de rue, c’est que le temps réservé à la composition est extrêmement rapide. En plus, vous ne maîtriser quasiment rien. Peut être quelqu’un va passer devant votre objectif et gâcher la moitié de la photo,…

Du coup, vous allez rater un grand nombre de photos. Surtout au début.

Pour le moment j’avoue que j’ai du mal à passer cette phase, car je n’aime pas rater les photos. Même si avec le numérique ce n’est pas grave, mon petit côté perfectionniste veut que chacun de mes clichés soient le mieux possible. Le risque est alors de ne pas déclencher.

Ce que j’ai appris dans l’atelier de Julie et que je vais essayer de mettre en pratique est d’oser prendre beaucoup de photos, et d’en rater beaucoup ! Apprendre de chaque photo ratée, ce que l’on pourra améliorer la prochaine fois. Avec le numérique, on peut  essayer plein de choses sans risque, alors OSONS !

Je fais essayer d’appliquer ce principe au cours des prochains mois car la photo de rue est vraiment un style de photographie que je souhaite explorer et améliorer ! Je vous ferais un bilan de ma pratique et de mes progrès dans quelques mois !

En attendant, voici déjà les meilleurs photos de cette sortie.

Tout d’abord, une petite série sur les reflets :

à la terrasse du café de flore

jeu de reflet dans une glace
laveur de vitres

photo volée à la fenetre

deux jeunes femmes derrière une vitre

boutique de produits naturels - paris

Et d’autres photos dont j’ai bien aimé le rendu. Ici j’ai voulu utiliser le contraste sur les inégalités entre la jeune femme plutôt bourgeoise et la mendiante :

portail d'entrée de l'eglise saint germain des prés - paris

Un peu de street art :

street art en forme de croix - saint germain des prés

Une seconde série que j’ai envie de commencer : un jeu entre les couleurs des chaussures qui répondent à des éléments de couleurs au sol. Pour le moment, difficile de parler de séries vu que je n’ai que 2 photos qui sont en plus un peu similaires !

chaussure rouge assorties aux feuilles d'automne tombées à côté

chaussures assorties aux feuilles d'automne

Et pour finir une dernière photo : j’aime l’imprimé très graphique des vêtements de cette femme qui se détachent bien du fond. Idéalement, j’aurais dû cadrer la dame plus au niveau de sa taille, mais la photo de rue ça va vite, on a à peine le temps de cadrer… Cela demande beaucoup de pratique pour arriver à avoir une photo vraiment bonne !

street photography, un bonnet coloré à saint germain des prés

 

Je suis très contente d’avoir participé à cet atelier, car la photo de rue fait partie de mes styles photographiques préférés. J’aime particulièrement les styles de Thomas Leuthard ou Eric Kim. J’avais déjà essayé plusieurs fois d’en faire, mais c’est quelque chose que je trouve vraiment difficile, d’autant plus car je suis très timide. Cela demande un peu de courage et de culot pour photographier les gens dans la rue.

Pour le moment, je n’ai jamais eu de problème, mais je me pose beaucoup trop de questions sur ce que les gens pensent de moi, qui suis là à attendre avec mon appareil, à essayer de figer des expressions sans être vue (les meilleures expressions sont naturelles, quand les gens posent, ils ont souvent crispés et figés). Par contre, je tiens à prendre les photos sans être trop intrusive car je me mets à la place de mes sujets : je n’aimerais pas que quelqu’un débarque son appareil à 10 cm de moi pour me photographier sans que je n’ai rien demandé !

Je ne prends en photo que les gens qui ne m’ont pas repérés, mais je vois les autres me regardent avec un air curieux…et ça me bloque. Je me dis que je devrais ne pas tenir compte de ce que les gens pensent de moi, mais c’est plus fort que moi…

J’ai remarqué que je me pose beaucoup plus de questions sur le jugement des autres quand je suis à Paris que lorsque je suis à l’étranger. C’est pourquoi, lorsque je m’essaye à cet exercice à Paris, je me dirige vers les quartiers hautement touristiques comme les environs du Louvre et j’essaye de me glisser parmi les touristes !

 

Quelques conseils pour se lancer dans la photographie de rue

photographier avec un appareil le plus discret possible. Dans mon cas, j’utilise mon reflex équipé d’une focale fixe 50 mm qui est toute petite. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus discret mais c’est mon meilleur équipement

photographier dans les lieux touristiques, faire semblant de s’intéresser à un monument derrière, se faire passer pour un touriste (adopter le look complet : guide ou carte qui dépasse de la poche, sac à dos et baskets !)

privilégier les lieux ou la foule est passante : les gens pressés ne feront pas attention à vous (rue, marché, couloir de métro…), contrairement à des endroits où la foule est statique comme dans les parcs,

ne pas photographier des enfants,

– prendre rapidement un cliché et éviter de regarder dans la direction de la personne photographiée,

– si on vous repère en flagrant délit de prise de vue, faites votre plus beau sourire… Si l’on vous cherche des noises montrez que vous effacer la photo, normalement ça devrait suffire (vous pouvez rajouter que c’est juste un exercice demandé par votre club-photo, n’hésitez pas à baratiner un peu…)