Visiter Hyères, c’est réaliser un voyage à travers l’histoire. Pourtant, si je vais chaque année en vacances dans le Var, je n’avais encore jamais visiter Hyères, lui préférant une excursion aux Iles d’Or que ce soit à Porquerolles ou encore Port-Cros.

Située à l’est de Toulon, au nord de la presqu’île de Giens, l’origine de la ville remonte en effet à plus de 2000 ans, lorsque les Grecs, venant de Marseille fondent une colonie fortifiée à Olbia, pour assurer la protection et le relais des navires de commerce.

Au XIème siècle, ce sont les seigneurs de Fos qui construisent un château au sommet de la colline. Un bourg fortifié se développe en contrebas sous la protection de la maison romaine, l’église Saint-Paul et la porte Barruc.

Puis au XIXème siècle, Hyères devient ville de villégiature, et accueille toute l’aristocratie européenne venant chercher le soleil durant la saison hivernale. C’est l’époque de la construction de villas plus extraordinaires les unes que les autres.

Alors êtes vous près pour un voyage dans le temps ?

Centre-ville de Hyères dans le Var

Le site archéologique d’Olbia

C’est sur le site d’Olbia, au nord de la presque île de Giens et de la plage de l’Almanarre, que les Grecs fondent vers 325 avant J.-C. une colonie forteresse. Si ce site n’est pas unique, d’autres colonies ont été construites sur le même modèle à Nice, Antibes, Six-Fours ou encore Agde, il est le seul a avoir été préservé et valorisé en France. Si les ruines d’Olbia ne sont pas les plus impressionnantes, elles sont pour cette raison, particulièrement intéressantes à visiter, surtout lorsque l’on est amateur d’archéologie et d’histoire ! Le cadre du site en lui même est particulièrement agréable, avec la vue sur la mer.

Après une période grecque, le site d’Olbia tombe au Ier siècle avant J.-C. sous domination romaine. Ceux-ci laissent leur marque : développement de toitures à tuiles mais surtout construction de thermes dont on peut encore voir aujourd’hui les fondations.

Un peu plus loin, c’est une ruine nettement plus récente que l’on découvre : celle de la petite abbaye cistercienne de Saint-Pierre d’Almanarre, qui abrita des religieuses entre le XIIème et le XIVème siècle. L’église fût ensuite abandonnée suite à une attaque des Sarrasins.

A l’origine, nous avions prévu de poursuivre notre exploration du site, par une excursion en randonnée-palmée sur les vestiges sous-marins du port grec, mais cette sortie a hélas due être annulée pour des raisons météorologiques indépendantes de notre volonté.

ruines d'un îlot d'habitations du site archéologique d'Olbia à Hyères

le site archéologique d'Olbia au bord de la plage de l'Almanarre à Hyères
les thermes romains du site archéologique d'Olbia

 

Informations pratiques

Le site est accessible en visite libre d’avril à octobre (fermé les samedis et dimanches matins). La visite dure entre 30 et 45 minutes. Néanmoins, je vous conseille plutôt de le découvrir avec une visite guidée organisée tous les mardis et vendredis à 10h de juin à août ou sur rendez-vous le reste de l’année. De novembre à mars le site est accessible sur réservation pour les groupes uniquement.

Il est possible de stationner juste devant le site, néanmoins il est recommandé d’arriver assez tôt le matin pour trouver une place, surtout en juillet-août.

Balade dans le centre-ville médiéval de Hyeres

Pour découvrir le méandre des ruelles de la ville haute, je vous conseille de passer à l’Office du Tourisme de Hyères pour récupérer un circuit à faire à pied permettant de découvrir les principaux points d’intérêts de la ville médiévale à travers un parcours d’une heure trente. Je vous conseille néanmoins de prévoir un peu plus de temps pour profiter au mieux des magnifiques jardins et visiter la Villa Noailles.

En réalité, deux circuits sont proposés : celui de la ville haute, que je vous présente ici, et un second sur la ville basse, la ville du XIXème siècle et ses villas plus folles et excentriques les unes que les autres, mais que nous n’avons pas eu le temps de faire cette fois-ci. Pour en savoir plus sur cette partie de la ville, je vous invite à lire cet excellent article d’Alexandra du blog Itinera Magica.

Les ruelles de la ville haute

Le parcours commence à l’Office du Tourisme. Nous nous dirigeons par la porte Massillon, décorée d’une horloge impressionnante, pour pénétrer dans la ville haute. En continuant sur la rue Massillon on arrive rapidement à la place éponyme flanquée de la Tour des Templiers (que nous n’avons pas pu visiter cette fois-ci car elle était fermée lors de notre passage).

place massillon et la tour des templiers

ruelle fleurie dans la ville haute de Hyères
petite rue - Hyères les Palmiers

 
maison fleurie et colorée dans le centre ville de Hyères

Nous loin de la, en redescendant, ne loupez pas la rue des Porches, une rue presque couverte de porche construit entre les maisons et les remparts de la ville, de manière à gagner de l’espace pour l’habitation.

Rue des Proches dans le centre-ville de Hyères

Le Parc du Castel Sainte-Claire

Sur les hauteurs de la vielle-ville, on rejoint le parc du Castel Sainte-Claire, un parc réaménagé par la romancière américaine Edith Wharton. J’ai eu un véritable coup de cœur pour ce parc en terrasses depuis lesquelles on profite d’une vue extraordinaire sur la ville d’Hyeres, la presqu’île de Giens et les îles d’Or. Planté d’essences subtropicales d’Amérique du Sud et d’Australie, ce parc est une invitation au voyage !

Au centre du Parc se dresse un château aux tours crenelées. Contrairement aux apparences, il ne s’agit absolument pas d’un château médiéval (il est d’ailleurs en parfait état). Il est en effet bien plus récent ! Il fût en effet édifié au milieu du XIXème, par Olivier Voutier, le découvreur de la Venus de Milo, dont on peut d’ailleurs voir la sépulture dans le parc.

Château du Castel Sainte Claire à Hyères les Palmiers

Palmier dans le jardin du Castel Sainte Claire à Hyères
Allée du jardin Castel Sainte Claire à Hyeres

 
Panorama sur Hyère depuis le Parc du Castel Sainte-Claire

Les vestiges du château

En sortant du Parc Sainte-Claire, nous continuons de grimper pour atteindre les vestiges du château médiéval du XIème siècle qui surplombait toute la région. Mieux vaut avoir des chaussures confortables pour rejoindre le sommet, car le sentier se termine par un chemin en terre qui grimpe bien raide. Il ne reste plus grand choses du château hormis grandes tours. Aussi, il est difficile d’en appréhender l’architecture et de deviner l’aspect qu’il devait avoir à l’époque de sa splendeur. Le site est particulièrement impressionnant car le château est construit sur un piton rocheux et utilise en partie les défenses naturelles. Au sommet, on atteint une table d’orientation et l’on profite d’un incroyable panorama à 360° sur les environs, de Porquerolles à l’entrée est de Toulon.

Panorama sur Hyères, les iles d'or et la presque ile de Giens

Panorama autour du chateau d'Hyères
Vestige du chateau médiéval de Hyères

 

La Villa Noailles

La villa Noailles à Hyères

Nous sautons le XIXème siècle pour atterrir directement aux années 1920s-1930s. A des années lumières du site archéologique d’Olbia, la Villa Noailles, qui figure parmi les premières constructions modernistes de France, est un autre exemple de la richesse de Hyères. La visite de la Villa m’a bien sur fait penser à celle de la Villa Cavrois dans la banlieue de Roubaix que j’avais découvert au printemps dernier. Celles-ci ont en effet été conçues par le même architecte : Robert Mallet Stevens. On retrouve les mêmes principes directeurs : les toits-terrasses, l’importance de l’hygiène, de la lumière, du sport et un côté minimaliste dans la décoration. La villa de 1800 m², de la forme d’un paquebot (cela est surtout notable au niveau du jardin) possède tout le confort et les équipements les plus modernes de l’époque : salles de bain, piscines, squash, salon de coiffure, système d’horloges reliées à un système central permettant de les remonter ensemble en une seule fois…

Par rapport à la Villa Cavroix, la visite de la Villa Noailles est nettement moins axées sur l’architecture du bâtiment, et s’attache plutôt à retracer l’histoire de la famille Noailles, une famille de mécènes de l’art moderne. Une partie de la villa accueille des expositions. Lors de mon passage, j’ai pu ainsi découvrir la Design Parade, une exposition dans le cadre du festival international consacré aux jeunes créateurs en architecture intérieure, décoration, et design., Une exposition que j’ai trouvé assez intéressante même pour une néophyte comme moi.

Terrasse de la Villa Noailles - Hyères

Exposition Design Parade à la Villa Noailles - Hyères
Exposition Design Parade à la Villa Noailles - Hyères

 
Exposition Design Parade à la Villa Noailles - Hyères

Ne loupez pas en ressortant de la Villa Noailles, de jeter un petit coup d’œil à l’étonnant jardin géométrique et coloré avant d’entrer dans le parc Saint-Bernard.

Jardin de la Villa Noailles

Informations pratiques

Entrée libre et gratuite pour la villa ainsi que pour les expositions temporaires.
Horaires : tous les jours de 14h à 19h sauf mardis et jours fériés. Ouverture en nocturne les vendredis de 15h à 21h.

Le parc Saint Bernard

Après la visite de la villa, nous redescendons vers le centre-ville en parcourant le très beau parc Saint-Bernard, l’ancien parc de la Villa Noailles, aménagé en terrasse par Charles de Noailles, amateur de botanique.

Vue sur la collégiale Saint Paul depuis le Parc Saint Bernard

Vue sur le centre historique de Hyères depuis le Parc Saint Bernard

Mes bonnes adresses à Hyères

Où déjeuner à Hyères ?

Nous avons déjeuné au restaurant Plaisirs Gourmands, en bas de la vieille ville. Un restaurant que nous avons découvert par hasard et que je vous recommande. Nous avons été attiré par sa carte composée de recettes mettant en valeur des produits locaux et de saison, le tout fait maison.

déjeuner au restaurant plaisir gourmands à Hyères
Tapenade - Restaurant Plaisirs Gourmands - Hyères

Menu du midi entrée, plat café ou plat dessert café à partir de 22 euros.

Plaisirs Gourmands, 16 rue deu Limans, 83400 Hyères

Où acheter des biscuits provençaux et des glaces artisanales ?

boutique de biscuits artisanaux à Hyères

Juste à côté du restaurant Plaisirs Gourmands, se trouve Biscuit’Hyères, une biscuiterie artisanale, qui propose tout une sélection de biscuits secs provençaux, fabriqués et cuits sur place, comme les navettes, croquants et diamants, mais aussi de très bonnes glaces artisanales.

Biscuit’Hyères, 10 rue de Limans, 83400 Hyères

Où se garer dans le centre-ville de Hyères ?

J’avoue que j’appréhendais la circulation et le stationnement à Hyères, une des raisons pour lesquelles malgré de nombreuses vacances à La Seyne-sur-Mer, je n’étais encore jamais allée dans le centre-ville. Néanmoins, début juillet, la circulation n’était pas infernale et nous avons pu très facilement trouvé une place de stationnement dans l’un des nombreux parkings souterrains de Hyères. Sur les recommandations d’Alexandra du blog Itinéra Magica, nous avons choisi le parking souterrain Clémenceau, idéalement placé à deux pas de la Vieille Ville et de l’Office du Tourisme.

 

Si vous avez aimé cet article, épinglez le sur Pinterest !

Visiter Hyères en une journée : le site archéologique d'Olbia, le centre-ville médiéval, balade dans ses jardins remarquables et visite de la Villa Noailles

Cet article a été rédigé en partenariat avec l’Office de Tourisme de Hyères les Palmiers. Les choix éditoriaux me reviennent