Culture Japon

5 films pour découvrir le Japon grâce au cinéma

Je reviens aujourd’hui avec le deuxième article de ma nouvelle rubrique « Cinéma », que j’essaierais de compléter régulièrement. Pour moi, le cinéma c’est une façon de découvrir un pays, et c’est d’abord au cinéma que j’ai commencé à m’évader avant de pouvoir voyager ! J’ai décidé de vous présenter une petite sélection de films japonais récents (je passerais donc sous silence les grands maîtres Ozu et Kurozawa). Le cinéma japonais est un cinéma que j’aime beaucoup et qui est très dépaysant par sa façon de mettre en scène les histoires. J’ai grandi avec les films de Takeshi Kitano et d’Hayao Myasaki (deux domaines qui n’ont rien à voir mais qui représente deux facettes du cinéma japonais accessible en Europe ,et maintenant, je ne loupe pas une sortie de chaque film japonais qui sort en France. Mes voyages au Japon ont renforcé l’attirance que j’ai sur ce pays et sa culture, alors c’est toujours un plaisir de m’y replonger pour quelques heures !

Your Name

Affiche Your Name

Your Name, le dessin animé événement (et qui pour une fois n’est pas une productions des Studio Ghibli) est à découvrir en ce moment dans les salles. Ce film est un extraordinaire succès au Japon est visible dans un (trop) petit nombre de salles. Si il passe près de chez vous, n’hésitez pas une seconde, je parie que vous ne le regretterez pas. L’histoire est assez complexe à suivre, c’est pourquoi je ne le recommanderais pas aux jeunes enfants.

 
Le film raconte une histoire extraordinaire, dans un Japon dessiné de manière très réaliste (on reconnait certains quartiers de Tokyo).  Mitsuha, une jeune fille qui grandit dans un village au coeur des Aleps Japonaises et Taki, un lycéen de Tokyo –  deux  adolescents que tout oppose – se voit échanger leur vie dans leur rêve…
Une très belle histoire, qui alterne avec subtilité la comédie et l’émotion.

 

Le Voyage de Chihiro

(et les autres films d’animation d’Hayao Miyazaki)

Si vous ne les avez pas vu, je vous conseille l’intégralité de l’oeuvre d’Hayao Miyazaki. Parmi son oeuvre, mon film préféré est Le Voyage de Chihiro (bien que j’ai également un faible pour Princesse Mononoké). Le monde d’Hayao Miyazaki mèle souvent des personnages issus du Japon traditionnel et des personnages féériques, inspirés par la religion shinto, religion dans laquelle chaque lieu (montagne, rivière, forêt…) est habité par un esprit.
 
Ce film, raconte l’histoire de Chihiro une petite fille capricieuse qui s’apprete à déménager. Sur la route la famille se retrouve face à un immense bâtiment au centre duquel s’ouvre un long tunnel. De l’autre côté du passage se dresse une ville fantôme. Les parents découvrent un restaurant qui propose de nombreux mets succulents et ne tardent pas à se jeter dessus. Ils se retrouvent alors transformés en cochons. Pour sauver ses parents, la fillette va devoir faire face à la terrible sorcière Yubaba.

Affiche voyage de Chihiro

 

Tel Père, tel fils

affiche tel père tel fils
et les autres films d’Hirokazu Kore-Eda (Notre petite Soeur, Nobody Knows)
Je suis une fan inconditionnelle du cinéma d’Hirokazu Kore-Eda. Dans ces films, il s’inspire du Japon d’aujourd’hui pour écrire des histoires poignantes. Il est de loin mon cinéaste japonais actuel préféré. Je trouve son oeuvre à la fois bouleversante et toute en retenue. Je me souviens l’avoir découvert grâce à son film absolument bouleversant « Nobody Knows », l’histoire d’une femme abandonnant ses enfants à eux-même.  Une histoire tragique mais profondément touchante, comme j’ai rarement vu au cinéma. Son prochain film « Après la tempête » sort le 27 avril prochain. En attendant, il faudra patienter…
 
Et pourquoi pas en profiter pour revoir son oeuvre ? L’histoire de ce film part du même pitch que la comédie d’Etienne Chatilliez « La vie est un long fleuve tranquille » : deux familles que tout oppose voit leurs enfants échangés à la naissance. Sauf qu’ici point de comédie. Le film est une belle et émouvante interrogation sur le sens de la filiation : qu’est ce qui est le plus important entre le fait de partager les mêmes gênes ou d’avoir vécu et élever un enfant ? Nettement moins tragique que « Nobody Knows » le film alterne avec subtilité entre des moments du quotidien, des scènes d’intense émotion, quelques fines touches de comédie. Une merveille !

 

L’Ete de Kikujiro

Loin des films violents de ce réalisateur star du Japon, je vous recommande de découvrir en priorité  ce film plein d’émotion et de subtilités.
Une des premières choses qui marquent lorsque l’on regarde des films asiatiques est la façon de filmer, qui privilégie, le plus souvent, des plans séquences aux nombreux mouvements de caméra. C’est ici le cas. Il faut s’y habituer, mais on en retire beaucoup de plaisir, entrer dans la contemplation des scènes et se laisser doucement guider par les personnages.

Ce film est une petite merveille de poésie. Il raconte l’histoire de Masao, un jeune garçon qui s’ennuie pendant les vacances scolaires car tous ses amis sont partis. Elevé par sa grand-mère, il passe ses journées seuls pendant qu’elle travaille. Il rencontre alors Kikujiro, un yakusa vieillissant, qui décide de l’accompagner à la recherche de sa mère qu’il ne connaît pas. C’est le début d’un été pas comme les autres…

Affiche Ete de Kikujiro

 

Lost in Translation

Affiche Lost in Translation
Pour finir, je vous propose un film américain, réalisé par Sofia Coppola, dont l’action se déroule au Japon. Une jeune femme occidentale, venue à Tokyo pour accompagner son mari photographe. Délaissé par celui-ci elle se retrouve seule à errer dans la ville, et rencontre un compatriote Bob, incarné sur par Bill Muray, une ancienne star sur le retour, venu pour un tournage de publicité pour le whisky. Entre jetlag, solitude et décalage de civilisation (comment se repérer et se mouvoir dans un pays à la langue et aux coutumes si différentes ?) ses deux personnages vont peut à peu se rapprocher, chacun étant le repère de l’autre. Un film que j’ai trouvé très émouvant, que j’avais adoré avant de découvrir le Japon pour la première fois, et qui fait bien ressentir les émotions que j’ai pu ressentir la première fois que je me suis rendue au Japon.

 

Et vous, aimez vous le cinéma japonais ? Si oui, partagez vous ma sélection ? Sinon, quels films me recommenderiez vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

5 Commentaires

  • Répondre
    Tiphanya
    7 janvier 2017 at 18:25

    Your name me tente bien, mais j’ai comme un doute qu’il arrive jusque dans ma salle de ciné… J’avais également apprécié Lost in Translation, les personnages sont comme dans une bulle difficile à percer pour rejoindre la réalité.
    Sinon je te conseille « un été avec Cô » (Côo ?) que j’ai adoré.
    En fait je me rends compte que je regarde surtout des films animes et des séries filmés (drama). Du coup, aucun film japonais ne me vient en tête (en dehors de Takeshi Kitano).

    • Répondre
      Mathilde
      8 janvier 2017 at 21:21

      Merci pour le conseil car je n’avais jamais entendu parler de ce film auparavant !
      Sinon j’aime bien les anime mais je me rends compte que j’en regarde plus beaucoup depuis la fin du lycée 🙁

  • Répondre
    Rosenoisettes
    8 janvier 2017 at 14:43

    Hello !
    Oh mais il m’en reste quelques uns à découvrir !
    J’espère avoir l’occasion d’aller voir Your Name au cinéma sous peu.
    Bon dimanche

    • Répondre
      Mathilde
      8 janvier 2017 at 21:22

      N’hésite pas si tu as l’occasion car il ne passe pas dans beaucoup de salles et c’est vraiment un film qui vaut le coup !

  • Répondre
    Bigaurele
    11 janvier 2017 at 19:28

    Je te recommande Les enfants de loup.
    Merci pour ta sélection. Je vais me pencher dessus. Je ne connais pas du tout les films japonais mise à part le manga Les enfants de loup.

  • Laisser un commentaire