Mi-novembre, nous avions besoin de nous changer un peu les idées, encore plus suite aux événements qui ont touchés notre chère capitale. Nous voulions une destination proche (1h30 de route maxi, embouteillages compris), alliant visites culturelles et nature. Nous n’avons pas hésité longtemps en choisissant Compiègne, cela faisait longtemps qui l’idée me trottait dans la tête. Un peu loin pour la journée, mais finalement très proche pour 2 jours, je n’y étais encore jamais allé ! Il faut dire que la région est situé à l’opposé de Paris, et que la peur des bouchons me démotive d’entrée de jeu… Finalement ce n’étais pas si terrible que ça 🙂

Un petit tour dans la ville de Compiègne

A peine arrivés, nous nous dirigeons vers l’office du tourisme situé au rez-de-chaussée du magnifique hôtel de ville gothique, afin de récupérer un plan de la ville et de la forêt. L’office du tourisme propose sur ce plan gratuit un circuit permettant de découvrir les plus beaux monuments du centre-ville, qui possède notamment quelques jolies maisons médiévales, dont la plus célèbre est la Vieille Cassine, une maison à pans de bois datant du XV° siècle, reconvertie aujourd’hui en boutiques de souvenirs…

Hotel de Ville de Compiègne Fronton de l'église Saint Pierre des Minimes - Compiègne

La Vielle Cassine, maison à pan de bois - Compiègne

maison à colombage - Compiègne

Le palais impérial de Compiègne

Après déjeuner, nous poursuivons par la visite du château de Compiègne. Nous avons bien fait d’y aller assez tôt dans l’après midi, car la visite est assez longue (c’est en réalité un ensemble de 3 musées) et cela nous a permis de profiter d’un visite guidée organisée sans supplément dans le prix d’entrée.

Façade du château de Compiègne

La forêt de Compiègne

Nous consacrons notre deuxième journée à la découverte de quelques lieux emblématiques de la forêt de Compiègne.

La clairière de l’Armistice

On commence par un arrêt rapide à la clairière de l’Armistice, un lieu chargé d’histoire. C’est ici que fût signé par le maréchal Foch l’armistice de la fin de la première guerre mondiale le 11 novembre 1918. Bien sûr, le lieu n’avait pas du tout l’aspect qu’on lui connaît aujourd’hui. Le maréchal Foch recherchait un lieu « qui devait assurer le calme, le silence, l’isolement, le respect de l’adversaire vaincu pendant le temps des négociations » et qui pouvait accueillir 2 wagons, le sien et un de la délégation allemande.

Le monument que l’on connaît aujourd’hui a été érigé en 1922. Au milieu de la clairière fût érigé une dalle commémorative qui ne fût pas vraiment du goût des allemands. Il faut bien les comprendre puisqu’il y est inscrit  « Ici le 11 novembre 1918 succomba le criminel orgueil de l’empire allemand vaincu par les peuples libres qu’il prétendait asservir ». Après la défaite française en 1940, pour prendre sa revanche, Hitler exige que l’armistice soit signé au même endroit que l’armistice de 1918. Il va jusqu’à réutiliser le même wagon, qui sera ensuite convoyé à Berlin puis détruit lors des bombardements de 1944-1945. Il fait également dynamiter le mémorial et la dalle commémorative.

On peut aujourd’hui découvrir un wagon similaire dans le petit musée de l’armistice qui jouxte la clairière, mais nous n’avons pas pris le temps de le visiter.

clairière de l'Armistice - Compiègne

dalle comemorative de l'armistice du 11 novembre 1918

fleur commemoration armistice du 11 novembre

Les étangs Saint Pierre

En poursuivant la route vers Pierrefonds, nous arrivons aux étangs Saint Pierre, un ensemble de 2 plans d’eau, au bord desquels se dresse le pavillon Eugénie. Un lieu sympa pour une petite balade au bord de l’eau ! Pour prolonger le tour de ces petits étangs, nous faisons un crochet par la forêt.

Etang Saint Pierre - forêt de Compiègne

Forêt de Compiègne

Pavillon de l'impératrice - forêt de Compiègne

Saint Jean aux Bois

Au cœur de la forêt de Compiègne se trouvent également de charmants villages. Nous avons visité celui de Saint Jean aux Bois, charmant petit village médiéval de moins de 300 habitants, construit autour d’une abbaye.

Saint Jean aux bois

Intérieur de l'Abbaye de Saint Jean aux bois

Vieille Porte Saint Jean aux Bois

Pierrefonds et son château

A une dizaine de kilomètres de Compiègne, se dresse l’incroyable château de Pierrefonds, un château médiéval rénové par Violet le duc sous le règne de Napoléon III. C’est incroyable de découvrir l’histoire de ce château : un tas de ruine qui aurait pu tomber dans l’oubli, ressorti de terre comme neuf ou presque !

Le château surplombe le joli village de Pierrefonds, installé au bord d’un lac sur lequel on peut faire du pédalo.

Château de Pierrefonds

Village de Pierrfonds et son château

Lac de Pierrefonds

Il y aurait encore beaucoup de choses à voir dans la région de Compiègne comme le musée de la Batellerie, le centre d’exposition Antoine Vivenel ou encore le Mémorial de l’Internement et de la Déportation. Mais 2 jours c’est court, surtout que nous voulons rentrer pas trop tard sur Paris afin d’éviter les bouchons (échec assuré cela dit). On en garde pour la prochaine fois !

 

Mes bonnes adresses à Compiègne

Séjourner plusieurs jours sur Compiègne permet de prendre le temps de découvrir la région, dans laquelle il y a vraiment beaucoup de choses à voir. Nous avons choisi l’hôtel Ibis Budget, pratique et pas cher (mais pas beaucoup de charme non plus), situé en plein centre ville de Compiègne.

Le bistrot des arts

Nous avons dîné dans un très bon restaurant, le Bistrot des Arts, situé à 2 pas de notre hôtel, une excellente recommandation du Guide du Routard. Heureusement que nous avons suivi leurs conseils et réservé notre table car le restaurant fût très vite complet. La déco est très sympa avec pleins de cadres accrochés un peu partout. Le restaurant porte bien son nom !

Nous avons opté pour le menu du marché à 18,9€ , qui était vraiment délicieux avec des produits frais et de saison. C’est copieux, mais on peut finir son assiette sans être malade, et franchement, je trouve ça appréciable car je n’aime pas gâcher mais je n’aime pas être malade non plus !

Boulangerie Méline

Nous avons acheté notre petit déjeuner dans à la boulangerie Méline située rue de Solferino absolument délicieuse tenu par un artisan « meilleur ouvrier de France ». Le pain au chocolat et aux amandes est une véritable tuerie, tout comme sa tarte à la pistache. On prend 10 kilos rien qu’en regardant la boutique, mais c’est tellement délicieux qu’on ne regrette pas !

Si vous avez aimé cet article, épinglez le sur Pinterest !

Un week-end à Compiègne en Picardie. Le programme pour découvrir les incontournables : le Palais de Compiègne, la forêt et le Château de Pierrefonds