Le week end dernier, je suis partie 3 jours à Venise. Partant de Paris, plusieurs choix s’offrait à moi : l’avion où le train couchette. Habitant assez loin de l’aéroport de Roissy, et parce que cela était plus économique j’ai préféré choisir l’option train de nuit via Thello. (Le train desservant aussi à Dijon, cet article peut donc intéresser également les Bourguignons).

Un des avantages que je voyais également au train de nuit Thello est qu’il nous amène directement à la gare de Venise Santa Lucia en centre ville :). En partant le soir après le boulot et après une « bonne » nuit de sommeil, nous voilà débarqué directement au cœur de la Sérénissime. Vu comme ça, ça à l’air super !

affichage en gare de notre train Thello pour Venise

wagon train Thello
Si ce train vous intéresse, sachez qu’il dessert aussi les villes de Dijon, Milan, Padoue, Vérone, Vincenze… Et qu’il existe également un Marseille-Milan. Je pense que si j’avais connu ce train avant, je l’aurais testé l’année dernière pour mon grand week end à Milan l’année dernière. Et en plus d’être une solution économique, c’est aussi une solution plus écologique que l’avion.

C’est pourquoi, dès que l’idée du week-end à Venise s’est concrétisé, je n’ai pas hésité une seconde et j’ai réservé mes billets de train.

C’est seulement ensuite, j’ai cherché des avis sur internet… Et au vu des histoires plus terrifiantes les unes que les autres que j’ai pu lire – allant des vols aux punaises de lit – j’ai commencé à avoir un peu peur. Suite à mon voyage, j’avais envie de faire un article à ce sujet pour faire un peu la part des choses et mettre fin aux légendes urbaines !

Avant tout de chose, je tiens à rappeler que mon expérience est limitée à 1 trajet A/R, alors peut être j’ai pu avoir de la chance sur certains points (notamment celui des punaises de lit) !

 

La sécurité à bord des trains Thello

La première question qui revenait souvent et à laquelle je n’avais pas pensé au départ est celle de la sécurité. J’ai vu beaucoup de personnes qui avaient peur des vols, notamment en gare de Milan. Alors, je ne dis pas qu’il n’y a jamais eu des faits divers, comme il y en a également des fois dans nos lignes de RER, mais il faut savoir que les cabines ont des portes qui se verrouillent de l’intérieur grâce à deux loquets. Normalement, tout devrait donc bien se passer comme ce fût le cas pour nous !

Par contre c’est vrai qu’il y a des vols et que par conséquent, question de bon sens, si on va à la voiture bar, il faut emmener avec soi ses affaires de valeurs (papiers, argent…). Cela parait normal, mais l’un des employés du wagon bar nous a dit que nous avions bien fait de venir avec nos sacs, car il arrivait que des personnes ayant laissées leurs affaires dans le wagon en leur absence se fassent voler… De même, je dors toujours avec mon sac à main et mon appareil photo à côté de moi.

Le confort à bord des trains Thello

Des compartiments viellots

Alors c’est un peu la que le bas blesse. J’ai vraiment trouvé que les wagons étaient dans un état vétuste. Si ce n’est pas complètement catastrophique, les wagons ne sont pas de la première jeunesse et une rénovation de l’intérieur ferait du bien.

Pour les couchettes, nous avions pris un compartiment de 6. Si vous êtes dans ce cas, surtout évitez les couchettes du bas. Le système des couchettes est fait pour avoir un siège pour les trajets de jour qui basculent en lit pour la nuit. Sauf que le lit du bas est à moitié occupé par les coussins du fauteuil inamovibles, et c’est mission impossible pour tenir sur la couchette. Heureusement je suis un petit gabarit : ça passait quand même mais c’était limite ! De toute façon, le mieux en train couchette, ça reste c’est la couchette du haut. J’étais persuadée de l’avoir demandé au moment de la réservation pourtant 🙁

Si voyager dans ces conditions pour 35 € le trajet passe encore, je trouve ça un peu dur de faire monter les prix jusqu’à plus de 100 €…

Le chauffage : un point qui à l’air de poser problème !

Un autre point négatif est le chauffage à bord du train. Je ne comprends pas l’intérêt de chauffer les wagons à 30°C sachant que l’on ne peut pas trop se deshabiller lorsque l’on dort dans un train couchette vu que l’on partage le compartiment avec des inconnus. Au cas où vous auriez quand même un peu froid, Thello a pensé à tout et vous fournit une couverture (d’une propreté assez relative, visiblement ils font des économies sur la lessive…) !

Sur le trajet du retour, problème inverse : notre chauffage s’est arrêté pendant la nuit. Je ne sais pas s’il s’agit d’une panne bienvenue ou d’une personne de mon wagon qui a réussi à l’éteindre, mais ça nous a enfin permis d’atteindre une température normale, puis la température a continué de chuter et nous avons même eu un peu froid.

Autres remarques

Par rapport aux punaises de lit, rien à déclarer, soit nous avons eu de la chance, soit des progrès ont été fait par la compagnie Thello à ce niveau là. Mystère ! Je ne saurais pas vous en dire plus à ce sujet !

Sinon comme d’habitude lorsque l’on voyage en train couchette, si vous espérez fermer l’œil, n’oubliez pas votre masque de sommeil et une paire de boule quies ! Bon et si comme moi au retour vous avez la « chance » de tomber sur un voyage linguistique de lycée, et bien prenez votre mal en patience car vous ne dormirez pas (mais là ce n’est pas la faute du train!) Et puis rappelez vous que vous aussi quand vous êtes partis à leur age, la dernière chose que vous auriez voulu faire c’était DORMIR lol ! (même si sur le coup je les ai tous détesté!!!)

Le wagon-bar

Le wagon-bar fût un peu notre QG lors du voyage pour la simple et bonne raison qu’il est finalement assez vide et que l’on a plus de place que dans les compartiments. Ainsi, nous sommes restés dans le compartiment uniquement pour dormir. Contrairement au wagon bar de nos TGV, ceux ci ont l’avantage d’avoir des sièges assez confortables et de grandes tables.

dans le wagon bar du train ThelloLe fonctionnement reste similaire à ceux auxquelles nous sommes habitués : il faut se lever pour commander une boisson chaude ou un en-cas. Le choix n’est pas vraiment exceptionnel. Nous n’avons pas testé les sandwichs car nous avions préféré les prendre dans la gare, et nous avons eu raison 🙂 Le choix est limité et peu appétissant ! 

wagon bar train thello

Lors de notre voyage, les employés étaient sympas, pas besoin de consommer pour rester dans le wagon et ça c’est plutôt chouette 🙂

 

La ponctualité

Ouille, alors la dessus, pas bon du tout ! 

Alors peut être nous n’avons pas eu de chance, car après tout nous n’avons fait que 2 trajets, mais aucun des 2 trains n’est arrivé à l’heure à destination : 30 min de retard à l’aller, 2h au retour. Pas génial sachant que je pensais pouvoir retourner au boulot dès mon retour de week-end. Heureusement que j’avais pas de réunion et que j’ai pu poser une demi journée pour compenser…

Ce qui m’a le plus énervée dans l’histoire c’est que l’on avait aucune information. On ne savait pas combien d’heures nous avions de retard, ni pourquoi nous nous arrêtions longtemps en rase campagne. Je trouve toujours que cela passe mieux lorsque l’on sait POURQUOI le train qui est DEJA en retard reste immobilisé dans un lieu totalement désert…

Le bilan de mon voyage à bord du train Thello

Bon bah forcément un peu mitigé. Si j’aime bien voyager en train de nuit, car je trouve cela pratique (je dors bien quand je suis bercée par le roulis du train), j’ai trouvé les couchettes assez inconfortables et j’ai été un peu énervée par le retard et le manque d’information. Ça serait bien que la compagnie Thello investisse dans l’aménagement des trains, histoire d’avoir quelque chose de plus agréable et de plus confortable.

Après j’ai envie de dire que partir en Italie en train de nuit n’est pas une si mauvaise solution (si on ne prend pas les couchettes du bas) lorsque l’on peut avoir comme nous des tarifs aussi intéressants et surtout ce train ce n’est pas le far-west comme on peut le lire parfois sur internet ! Si vous respectez les règles de bon sens, il ne devrait rien vous arrivez !