Après l’ascension du Vulcano, qui restera l’un de mes plus beau souvenirs de notre road-trip dans l’est sicilien, nous voulions nous attaquer au plus célèbre volcan d’Italie ou presque : l’Etna ! Bien sur, avec ces 3 350 m d’altitude, nous ne nous attendions pas vraiment à monter au sommet en plein hiver. D’autant plus que nous n’étions pas du tout équipés. Mais nous avions prévu, une balade repérée dans le guide du routard qui partait de la station Sapienza à presque 2000 m d’altitude, qui nous permettait de nous balader entre des cratères et des coulées de lave.

Le matin même tout s’annonçait au mieux : la météo était avec nous : grand ciel bleu, pas de nuage à l’horizon ! Mais le temps de faire la route, le temps s’est peu à peu couvert.

Arrivés dans le massif de l’Etna, le temps était encore assez beau avec un léger voile nuageux.

IMGP6026

 

IMGP6029

Hélas, il ne faut pas oublier que l’Etna c’est déjà de la haute montagne. Le temps y change extrêmement vite. Quelques kilomètres avant d’atteindre Sapienza, un brouillard épais s’est levé. On ne voyait plus rien sur la route ! Du coup, on a décidé (à tort?) de rebrousser chemin pour se balader dans des coulées de lave en basse altitude.

Si les points de vue ne manquent pas, les départs de balade ne sont pas monnaie courante. Nous avons perdu un temps fou (nous l’avions cherché : nous n’avions pris aucune carte) pour trouver un coin où s’arrêter pour marcher un peu. Comme l’Etna est un paysage lunaire, recouvert de lave, impossible de marcher où l’on veut. Il est donc indispensable de trouver un chemin.

Nous aurions sans doute du au moins aller jusqu’à Sapienza récupérer une carte des randos (aucune idée si cela existe vraiment mais bon…).

Du coup, cela a un peu gâché notre excursion. De la route, on peut quand même observer un paysage somptueux avec plein de petits cratères, puisque chaque éruption de l’Etna se fait au niveau d’un cratère différent.

 

Nous avons quand même eu de la chance au niveau de la route : les panneaux indiquaient pneux neige obligatoires en hiver (ce que nous n’avions pas bien sur), mais il n’y avait quasiment aucune neige puisqu’il avait fait beau et chaud cette année là. La route est vraiment devenue moyenne qu’à l’approche de Sapienza (sur 1 km environ).

IMGP6044
IMGP6046

Après avoir fait la route de l’Etna plusieurs fois, nous avons enfin trouvé un petit chemin de randonnée (pas indiqué bien sur). Nous ne sommes pas allés très loin puisque le soleil commençait à se coucher et que nous n’avions pas de carte, mais cela nous a permis d’approcher (enfin!) une coulée de lave :

IMGP6054

Ici, une petite chapelle a été construite à même la lave :

IMGP6059

IMGP6071

Arrivée à notre hôtel à Nicolosi, ville basée sur les flans de l’Etna, nous avons la surprise de voir le volcan en éruption (et oui, impossible de le voir avant à cause des nuages !).

Dans la nuit, son crachat de lave se voyait vraiment bien ! La photo a été assez difficile à prendre, car sans trépied à disposition !

Etna en eruption

L’Etna faisait un grondement sourd. Comme le tonnerre d’une nuit d’orage mais avec une sonorité beaucoup plus profonde et grave. Pas forcément rassuré de dormir à proximité de ce géant ! Mais les propriétaires de l’hôtel n’avaient pas l’air plus impressionnés que ça ! Ils ont l’habitude des humeurs du volcan !

Le lendemain matin, nous avons eu le droit à la suite de l’éruption. Avec la lumière du jour, on ne voit plus la lave mais seulement les fumées. Ca reste très impressionnant ! Nous avons retenté de nous rapprocher du volcan pour le voir de plus près, mais encore une fois, le ciel s’est voilé très rapidement. Nous avons donc du nous contenter de cette photo !

IMGP6108

Bilan de cette journée assez mitigée. L’hiver n’est vraiment pas la saison idéale pour voir le volcan ! Nous aurions du un minimum préparer la visite en récupérant une carte quelque part, plutôt que de chercher à l’aveuglette des randonnées qui n’existait pas.

Mais voir le volcan en éruption même de loin, ça n’a pas de prix !

>> Retrouvez ICI le circuit de mon road trip dans l’est sicilien